AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.


Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES


 ::  :: Rps d'intrigues Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Intrigue - Groupe 2 (28/02/2013)

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 18/07/2016
✗ Appels a l'aide : 3181
✗ JGolds : 29913

✗ Age du personnage : 32 ans
✗ Localisation : Jurassic World
✗ Métier : Directrice du parc
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Fév - 17:48


INTRIGUE DE RP - GROUPE 2




GROUPE ANIMALIERS ET SECURITÉ



Le contexte pour le groupe 2

Alors que la journée avait bien commencé, que chacun menait à bien son travail comme il le faisait jour après jour, un message résonnant en boucle dans tous les hauts parleurs du parc a commencé à semer la panique.

_ Ici Claire Dearing, message important à l'attention de tous les employés. Un ouragan se dirige vers nous et sera là d'ici deux heures. Il est demandé à tout le monde de se rendre à l’hôtel pour rejoindre l'abri sous-terrain le plus vite possible et dans le calme. Ceci n'est pas un exercice, je répète, ceci n'est pas un exercice.

Un ouragan, voilà qui était bien dangereux. Malheureusement pour vous, un appel à l'aide de l'équipe de construction avait été envoyé avant le message de la directrice car les fondations d'un enclos en construction dans le centre du parc menaçaient de s’effondrer à cause du vent. Vous avez donc eu à choisir entre vous mettre à l'abri et tout laisser tomber, où aider à consolider la construction avant que l'ouragan ne vienne tout emporter.

___________________

A savoir

Il y a déjà beaucoup de vent mais pas encore de pluie, ce qui est moins catastrophique que prévu. Les constructions sont assez lourdes, faites de bois, de métal et de pierre. Il s'agit d'un enclos carnivore, donc de très hautes barrières en bois pour accueillir plus tard d'épaisses vitres, des parpaings pour faire les murs, des barres métalliques pour faire la structure.... N'hésitez pas à vous mettre à plusieurs pour porter ^^ Il y a des engins pour porter les plus grosses poutres, mais le vent les rend beaucoup moins faciles à manipuler.
L'enclos se situe à côté de la gare du tram.



_________________

Who are the beast?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/10/2017
✗ Appels a l'aide : 753
✗ JGolds : 44673

✗ Age du personnage : 43 ans
✗ Localisation : En mission
✗ Métier : Chef de la sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Mar - 10:22

• Quelques mois après l'arrivée d'Ingrid •
Intrigue - Groupe 2
Participants & Ingrid Powell

------------

J'étais déjà en route. Pour contrôler ma direction et éviter de dévier du chemin de terre battue, je serrai mon volant de toutes mes forces. Tellement fort que mes jointures en devenaient blanches. Ma Jeep prenait des airs de bolide mais je voulais arriver le plus tôt possible.
Je n'étais certes, pas habilitée à faire de la maçonnerie, mais je pouvais tout de même offrir mon aide sur autre chose. Je ne suis pas du genre à inspecter les travaux finis. D'autre part, j’imaginais les pauvres agents sous ce vent démentiel et des nouveaux bras -même aussi petits que les miens- seraient sans doute les bienvenus.

Puis, les hauts-parleurs, disséminés dans tout le parc résonnèrent. C'était Claire, et elle n'avait pas la voix de quelqu'un qui souhaitait prendre le thé. Par définition, un message diffusé de la sorte avait de grandes chances d'être relatif à une urgence. Et, celui-ci n'échappait pas à la règle.
D'un mouvement brusque, je fis un dérapage et m'arrêtais quelques instants en-travers de la route. Dans le nuage de poussière que j'avais crée, je réfléchissais rapidement. Un ouragan, sérieusement ? Comme si les dinos en pâturage ne suffisaient pas ! Powell, qu'allais-tu faire ?
C'était un ordre formel et clair. Et je n'avais pas pour habitude de désobéir et me rebeller. Mais d'un autre côté, je pensais aux agents qui n'avaient peut-être pas entendu (je savais la zone difficile de fréquence). Le dilemme grandissait dans ma tête. Oh et puis tant pis ! Deux heures...elle avait dit deux heures. Cela me laissait grandement le temps de faire l'aller-retour pour au moins les prévenir. C'est ce que tout bon agent de sécurité ferait. Je ne pouvais pas les laisser avec cette tempête qui s'annonçait.

Ni une, ni deux, je repartis en trombe direction la gare du tram. Les enclos se trouvaient juste derrière.

Je claquais la porte et luttais légèrement pour atteindre l'entrée du chantier. Effectivement, ils n'étaient que quelques-uns et ils ne semblaient pas préoccupés par l'urgence de la situation. Je regardais alentours. J'étais la seule ? Pourtant tout le service avait reçu cet appel....

CODE BY ÐVÆLING




_________________
Merci pour ces cadeaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/01/2018
✗ Appels a l'aide : 880
✗ JGolds : 13017

✗ Age du personnage : 20 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : étudiante en paléontologie
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Mar - 18:33
On pouvait dire qu'à force tu avais pris tes habitudes. Cela faisait maintenant plusieurs semaines que tu étais sur le parc et tu avais terminé les différents stage dans les différents service. Etant apprentie, tu ne pouvais pas choisir le service que tu souhaitais mais, il y en avait plusieurs que, tu avais apprécié et tu aimais navigué entre les différents endroits. Tu pensais ta journée terminé lorsqu'un message dans les haut parleurs t'interpella. Tu te stoppais dans le couloir qui menait au vestiaire et tu écoutais le message de Claire Dearing qui indiquait qu'un ouragan était entrain de se diriger vers vous. Dans deux heures vous alliez connaître un épisode de catastrophe naturelle intense. Tu n'avais jamais vraiment eu l'occasion de connaître ce genre de chose et un petit stress te prit dans le coeur. Tu allais rapidement dans le vestiaire pour récupérer tes affaires et ainsi partir vers l'hôtel pour rejoindre l'abri quand, un collègue fit son apparition te faisant sursauter au passage. "Désolé Jordan mais, tu vas pas pouvoir te rendre tout de suite à l'abri...On a reçu un appel. Il faudrait qu'on aille tous dans le centre du parc car, les fondations d'un enclos menacent de s'effondrer...ça te dérange pas ?" Tu secoue la tête. "Non pas de soucis, j'y vais." Tu enfile ta veste avant de mettre ton sac en bandoulière et de partir rapidement pour rejoindre de le centre du parc. Tu ne sais pas trop à quoi t'attendre au niveau de la météo et tu comprend vite que, ça ne va pas être de la rigolade. Le vent est déjà bien présent et tu le sens qui te pousse dans le dos. Tu finis par te mettre à courir pour rejoindre le lieu des travaux remarquant tout de même une certaine tension chez certaines personnes qui prennent la direction de l'hôtel. Tu aurais pu faire pareil et laisser les autres se débrouiller mais, tu n'es pas de ce style. Tu te stoppe un petit instant devant l'enclos du T-Rex et tu regards les grands arbres qui se balancent de gauche à droite. Tu fronce un peu les sourcils en apercevant la grande silhouette du dinosaure et tu file vers la zone de travaux. Tu espère intérieurement que, les barrières des différents enclos va tenir le coup et qu'aucun dinosaure ne sera blessé pendant cet ouragan.

Tu finis enfin par arriver à destination et une personne semble plutôt surprise de te voir. "On m'a dit de venir vous donner un coup de main pour les fondations." Il hoche la tête avant de t'expliquer un peu plus les choses. "Je ne pensais que, tu serais parmi nous...Je m'attendais à voir uniquement des titulaires et non une apprentie mais, c'est sympa à toi. On va devoir consolider les fondations si, on ne veut pas que ça s'écroule pendant l'ouragan." Tu hochais la tête avant de le suivre plus proche des travaux. Il te montre les différentes poutre et parpaing qui servent à la construction de l'enclos. Tu lève les yeux et tu comprends bien vite qu'il s'agit d'un enclos pour carnivore. Tu ne sais pas vraiment si, tu vas être très utile pour cette opération mais, tu ne peux te résoudre à les laisser se débrouiller seuls. Tu regard autour de toi et vous n'êtes pas nombreux, tu espère que d'autre personnes vont venir vous porter main forte. "Je vais faire ce que, je peux pour me débrouiller toute seule pour le moment en attendant d'autre personnes." Tu souris un peu au maître d'oeuvre qui semble un peu stressé par tout ceci. Avant de prendre la direction des parpaing. Tu sais que, ça pèse lourd mais, pour le moment, tu es en mesure de te débrouiller toute seule. Tu pose tes mains sur un côté du parpaing en béton et tu le fais rouler par terre. Les choses risque d'être un peu plus compliqué que prévu et tu risque de mettre un certains temps. Tu prends sur toi et tu fais glisser l'objet sur le sol heureusement que la terre est plutôt meuble et te permet de faire glisser le parpaing sans difficulté.
Codage par Libella sur Graphiorum


#color: 996699
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 10/02/2018
✗ Appels a l'aide : 79
✗ JGolds : 14272

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Métier : Gardienne de nuit
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Mar - 0:54


INTRIGUE - GROUPE 2
Animaliers & Sécurité & Cassidy
Depuis le début de l’après-midi, Cassidy se baladait dans les allées du parc, son appareil photo dans les mains. Depuis qu’elle était arrivée sur l’île, c’était son petit rituel. Etant gardienne de nuit, elle se reposait tout le reste de la matinée et sortait les après-midi, appareil photo sous le bras pour immortaliser les moments qu’elle passait sur le parc. C’était son passe-temps favori depuis son adolescence et elle n’a jamais perdu cette passion pour la photographie en grandissant.

Ce jour-là, Cassidy s’était aventurée dans le coin des fouilles et on entendait régulièrement le cliquetis de son appareil photo. Elle zoomait et prenait une photo, dézoomait et reprenait une nouvelle photo. Elle visionnait la quarantaine de photos qu’elle avait pu prendre depuis qu’elle était sur ce secteur quand elle entendit la voix de Claire Dearing dans les hauts parleurs. Un ouragan se dirigeait vers l’île et elle demandait à tout le monde de se rendre dans les hôtels. Ni une, ni deux, Cassidy rangea toutes ses affaires dans son sac et allait se diriger vers les hôtels quand elle aperçut de l’autre côté qu’il y avait toujours du mouvement. Peut-être n’avaient-ils pas entendu le message ?

La jeune femme courut pour les prévenir du danger mais à son arrivée sur les lieux, elle découvrit en réalité qu’ils étaient tous en train de s’activer pour consolider ce qui serait par la suite un enclos d’un carnivore. Cassidy hésita à se rendre à l’hôtel, ne sachant pas quelle aide elle pourrait leur apporter, étant loin d’être une bricoleuse hors pair. Elle fit demi-tour et avança de quelques mètres en direction des hôtels quand elle s’arrêta. Après tout, ils pourraient peut-être avoir besoin de bras pour porter des choses, maintenir ou même scier. Elle repartit en direction de l’enclos.

« Je peux vous aider ? »

Un ouvrier lui montra une pile de parpaing qu’il fallait amener jusqu’aux fondations pour tout consolider. Elle s’y dirigea et reconnu Jordan qui était déjà sur les lieux.

« Jordan ! Attends, je vais t’aider. »

Les deux jeunes femmes iraient sans doute plus vite à prendre les parpaings toutes les deux pour les déplacer jusqu’aux fondations. Le temps leur manquait et le vent qui soufflait de plus en plus ne les aidait pas non plus.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Jeu 15 Mar - 18:29
Invité
INTRIGUE - GROUPE 2
Animaliers & Sécurité
"Aie ! Mais pourquoi tu me mords encore les doigts toi ? On t'a jamais dit qu'il fallait pas mordre la main qui te nourrie ? Et on se demande pourquoi ton espèce a disparut !" Dis-je au tout jeune bébé Raptors que je nourris. Tu parle d'une idée aussi les nourrir avec les mains ! Mais c'est tellement adorable. Je vous jure, voir ses petites ratounnes attraper la viande, sentir parfois un bout de langue vous lécher les doigts même si ça me vaut quelques traces de dents, pour rien au monde je m'en priverais. Une fois finis de le nourrir, je remet vite le petit bébé sous la lampe chaude. Il est encore trop petit pour supporter le froid trop longtemps. Un coup d’œil par la fenêtre de la nurserie et je m’aperçois que dehors la tempête commence sérieusement à être terriblement forte ! Si je continue à m'attarder, je vais devoir dormir sur le sol de mon labo et franchement c'est pas vraiment ce qu'il y a de plus confortable. Je range alors avec soin dans le frigo la nourriture de mes bébés, j'emballe ensuite à la va vite toutes mes affaires et alors que je m'apprête à sortir et à retourner à l'hôtel, la douce voix de Claire  Dearing raisonne dans les hauts parleurs. "Bordel mais non pas ce soir quand même ?" Et bien si, un des enclos en construction menace de s’effondrer et de l'aide et requise pour les aider à consolider l'enclos. Je soupire en me dirigeant finalement parka sur le dos et capuche sur la tête vers l'enclos en question.

Une fois sur place je me rend alors compte de l'étendu des dégâts. Hommes et femmes travail de concert pour rassembler et placer des parpaings, scier, souder, ajouter du barbelet et tout ce qui s'en suit   pour éviter à l'enclos du prédateurs de s’effondrer entièrement. Mais dans quoi je suis allé me foutre moi ?
Tout ce que j'avais à faire s'étais de rentrer sagement à l'hôtel ! Mais pourquoi est ce qu'il faut toujours que je veuille jouer les samaritains moi ? Si ça se trouve personne m'a vue ? J'ai cas repartir ? Puis mes yeux se posent alors sur ma parka de pluie de couleur jaune poussin ! Mouais ! Disons qu'avec ça sur le dos je ne risque surement pas de passer inaperçue ! Je suis sur que même le dinosaure dans son enclos m'a déjà repérer comme potentiel dîner si l'enclos s’effondre ! Et merde ! "Humm, humm... Je peux peut-être vous aider ? Je ne suis pas douer pour le bricolage, mais je peux porter des choses alors si besoin demander moi." Espérons qu'ils me disent qu'ils ont besoin de rien et je file à l'anglaise ! Manque de chance, une femme m’entraîne au milieux des parpaings et me voilà entrain de porter et d'assembler comme les autres !
(c) DΛNDELION


Ian Harving # color = Darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 390
✗ JGolds : 10587

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Mar - 21:50
Julian se redressa assis dans l'herbe. Toujours en pause, il écouta néanmoins le message que le talkie accroché à sa ceinture crachait. Un problème à l'un des enclos  de carnivores, pas loin de l'accès au tram.
Il regarda sa montre, puis leva le nez au ciel observant quelques instants les nuages. Ceux-ci avançaient vite, un peu trop vite à son goût. Déjà le vent battait les arbres et ses cheveux lui fouettaient le visage en s'agitant en tous sens. Il y glissa une main pour tenter de discipliner l'ensemble, en vain. Agacé il abandonna et se leva puis il rajusta sa tenue et s'assura que ses armes étaient toujours là, chacun bien à sa place.
Peut-être devait-il aller aider les ouvriers de l'enclos ? Il n'en avait clairement pas envie, après tout il n'était pas payé pour ça, à la place il poursuivrait sa ronde peinard et s'assurerait que son équipe se tienne à carreau. Il les avait envoyé balayer le secteur du port et aux dernières nouvelles, la zone était en mode RAS.
Son Talkie crachota à nouveau, il captait mal et le tira de son étui pour le porter plus près de son visage. Derek lui indiquait que le vent s'était levé sur le port et que les arbres commençaient à plier. Le vent leur imposait de faire demi-tour sans tarder. Comme un écho à cette nouvelle, les haut-parleurs du parc se mirent à grésiller et sans peine, il reconnut la voix de Claire Dearing qui les sommait de retourner à l’hôtel dans les abris sous-terrains. A nouveau, il observa le ciel puis les arbres qui commençaient à se déchaîner. Les ouvriers étaient en danger. Les deux heures seraient trop vite avalées par cet ouragan affamé.

Ni une ni deux, il sauta dans son véhicule et prit la direction des enclos. Il n'était pas si loin et à son arrivée, il découvrit l'étendue du travail et la main d'oeuvre employée. Des hommes, des femmes plus ou moins jeunes, certains n'étaient clairement pas des ouvriers. Il s'en sentit agacé. A quoi jouaient-ils bon sang ? Un ouragan était sur le point de survoler l'Île, et ils jouaient les agents de chantier ?
Au milieu de tout ce chaos de mouvement et de matériel, il reconnut une chevelure rousse. Powell était là.
Il se débarrassa de sa veste légère, de ses armes les plus lourdes qu'il fourra dans son véhicule puis s'avança à son tour d'un pas rapide et décidé. Tout droit vers elle, la mine sombre, excédée.
Elle était sa supérieure et sa place n'était pas au milieu des barres de fer et des parpaings.

- Powell !
cria-t-il pour couvrir le vent qui forcissait en se dirigeant vers elle.

Dès qu'il fut à portée, il attacha ses cheveux qui le gênaient en une petite couette haute que le vent battait à son gré.
- Ces gens sont-ils tous prévenus ? (Il regarda sa montre) Dans une heure dernier délais, tout le monde doit avoir quitté la zone.

Il n'y avait pas une minute à perdre. Avait-elle donné les directives ? A voir tout le monde s'agiter il n'en était pas certain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/10/2017
✗ Appels a l'aide : 753
✗ JGolds : 44673

✗ Age du personnage : 43 ans
✗ Localisation : En mission
✗ Métier : Chef de la sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Mar - 2:54

• Quelques mois après l'arrivée d'Ingrid •
Intrigue - Groupe 2
Participants & Ingrid Powell

------------

Lorsque j'eus enjambé les quelques poutres éparses, je me dirigeais droit vers les hommes qui étaient à l'oeuvre. Rapidement, je les informais de la situation de crise que nous nous apprêtions à passer car, dans cette partie des enclos, les messages de diffusion ne passaient pas encore. Je fis des phrases courtes, et concises. Avec le vent qui nous fouettait le visage, je ne pouvais guère faire autrement.
Là, je me heurtais à un mur : les employés ne souhaitaient pas quitter le chantier. Pas avec la structure qui menaçait de s'effondrer. Je vis qu'il était inutile de discuter alors, devant l'urgence, je pliais. (Que l'on se souvienne de ce jour si rare! )
Bien sûr, je pouvais comprendre leurs motivations. Moi-même, je ne comptais pas revenir sur ma décision, aussi je me vis contrainte d'aider -avec mes minces ressources- à consolider les bases du bâtiment.

Durant le laps de temps où je m'étais entretenue avec les responsables, d'autres personnes étaient venues prêter main forte. Ayant eu la même réponse que la mienne, elles s'étaient mise en groupe pour déplacer les lourds parpaings qui gisaient là.
Pour ma part, il était clair que je ne pouvais laisser ces gens, si proche du cataclysme. Mon boulot était de veiller à la sécurité du personnel et c'est ce que je comptais faire. En plus de m'adonner à quelques travaux de manutention. Je me mis alors à l'oeuvre, retroussant mes manches (au sens propre comme au figuré) afin de m'octroyer plus de liberté de mouvement. Les charges étaient lourdes, mais j'y allais à mon rythme. Puis j'entendis crier dans mon dos :

• "Powell !"

Je me retournais brusquement. Blake. J'aurais dû m'en douter.
Il donnait l'impression d'être venu sous la contrainte, bien que cela ne fut sans doute pas le cas. Je ne le connaissais que très peu mais je le savais travailleur et serviable. Oui, malgré cette mine renfrognée qu'il nous présentait la plupart du temps. Comme maintenant d'ailleurs. Je haussais un sourcil en l'écoutant parler. Alors comme ça le jeune homme arrivait après tout le monde et voulait prendre les commandes ? Il voulait en imposer, le petit...
Au fond, je sentais qu'il doutait de moi et de mes capacités. Qu'il ne me croyait pas légitime à ce poste.
Je tiquais légèrement mais je savais que c'était dans son tempérament. Dirigeant une petite escouades d'agents, il avait l'habitude d'avoir les commandes. Mais pour l'heure, les rôles étaient inversés et j'avais horreur que l'on me prenne pour une enfant à me dire ce qu'il convenait de faire ou de dire.

• "Évidement, Monsieur Blake. L'ensemble du personnel présent est au courant de la situation, soyez rassuré." Je mis les mains sur les hanches, me redressant pour lutter contre les bourrasques. "Le fait est qu'ils ne veulent pas quitter les lieux sans avoir sécurisé la zone." Je passais ma main dans mes cheveux pour les ôter de mon visage.
"D'ailleurs à ce propos, peut-être pourriez-vous vous rendre utile ? Vous l'avez dit vous-même : Dans une heure tout le monde doit avoir quitté la zone. Je ne voudrais pas vous retenir..."

Je l'observais, la tête légèrement penchée sur le côté avant de désigner avec insistance la loure barre d'acier à nos pieds. Elle entravait le chemin et une fois écartée, nous pourrions sans doute accélérer le travail en usant des machines, garées sur le côté.

CODE BY ÐVÆLING




_________________
Merci pour ces cadeaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 18 Mar - 13:04
Invité


Ouragan en marche
Intrigue de groupe

"Tommy faut qu'on y aille ! "

Tu relevas la tête de ton ordinateur où tu mettais à jour tes fichiers. Bien sûr, tu avais entendu l'appel à l'aide de l'équipe de construction concernant les fondations d'un enclos qui risquait de s'effondrer. Si cela venait à arriver, il faudrait tout recommencer et de ce fait, le temps allait manquer. Les animaux gardés en enclos de quarantaine manqueraient de place assez vite.
Tu sauvegardais ton travail et éteignais ton poste avant de prendre tes affaires et rejoindre ton collègue. Une fois dans la jeep, tu t'inquiétais des nuages sombres qui traînaient dans le ciel. Ce matin, rien n'aurait prédit de la pluie. Soudain, les hauts parleurs du parc te mirent sur la voie : un ouragan se préparait et tous devaient se mettre à l'abris.
Tes prunelles tombèrent sur ton collègue qui avait coupé le moteur, pas sûr de ce qu'il souhaitait faire.

"Tommy je....
-Ok c'est bon je sors.
-Tommy !"


Ton collègue, tu l'appréciai. Il manquait cependant un peu de courage et tu connaissais la chanson sans même l'avoir entendue : "tu sais j'ai des enfants, une femme à qui penser blablabla."  Tu lui jetas un dernier sourire avant de dire :

"Protège toi bien et veille sur Jordan."

Non tu ne lui en portais pas rigueur et tu t'en fichais si tu étais le seul à mettre ta vie en danger pour essayer de sauver l'enclos qui se construisait. Par contre, ce qui t'importait était que la petite stagiaire qui avait bossé avec vous soit en sécurité. Elle avait une famille qui comptait sur elle, elle aussi.

Après de longues et longues minutes de marche active, alors que la pluie commençait à tomber doucement, tu arrivas au chantier. Quel ne fut pas ta surprise de voir de que nombreux employés du parc étaient déjà là à s'affairer. Tu reconnus un collègue : Ian mais surtout tes prunelles tombèrent sur Jordan. Sans hésiter une seconde, tu t'avançais vers elle et parlais d'une voix forte et autoritaire, pour contrer le vent mais aussi parce que tu étais énervé de la voir ici.

"Jordan ! Tu fous quoi là ? Tu devrais aller te protéger !"

Ton coeur avait raté un battement lorsque tu l'avais vue et ton estomac c'était noué. Ici tu ne pouvais pas la protéger et si pour le moment l'ouragan n'était pas si important, sa force allait s'augmenter d'heure en heure et la présence de la stagiaire ici était dangereux pour elle.

propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/01/2018
✗ Appels a l'aide : 880
✗ JGolds : 13017

✗ Age du personnage : 20 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : étudiante en paléontologie
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Mar - 18:14
C'était encore relativement calme mais, bientôt tu savais que ça allait être pire. Tu avais entendu l'appel à l'aide et tu avais décidé de venir en aide même après avoir entendu l'information de Claire Dearing. Il fallait dire qu'un de tes collègue t'avait encouragé à aider pour l'enclos. Tu aurais pu passer ton chemin et partir te réfugier dans l'abri mais, une petite voix intérieurs t'avait dis d'aider. Alors tu étais partie à l'enclos en construction, le vent soufflait déjà bien fort et tu avais été un peu inquiète en passant devant l'enclos du T-Rex. Tu avais laissé ton inquiétude dans un coin de ta tête pour te concentrer sur cette nouvelle mission. En arrivant, on t'avait rapidement expliqué ce que, tu devais faire. Vous deviez consolider et renforcer les fondations de l'enclos avec des parpaings. Tu avais remonté tes manches et tu étais partie vers les parpaings. Tu ne pouvais pas les soulever mais, tu pouvais au moins les faire glisser. Tu faisais en sorte de ne pas te casser le dos mais, d'être rapide. Tu savais que, toute seule tu ne pourrais certainement pas faire des miracles mais, c'était déjà une bonne chose. Une voix se fit alors entendre en venant vers toi. Tu relevais la tête et tu remarquais Cassidy qui venait à ton secours pour t'aider à porter le parpaing. "Merci !" Tu souris un peu alors qu'elle attraper le béton dans ses mains. "On ira beaucoup plus vite maintenant." Tu étais contente qu'elle soit venue t'aider. Tu avais rencontré la jeune femme alors qu'elle faisait une ronde. Cassidy faisait partie de la sécurité et une amitié c'était tout de suite créer entre vous. Tu te baissais un peu pour poser le parpaing dans le bas des fondations de l'enclos avant de souffler un peu. "Et de un !" Tu regardais autour de toi, il restait encore tellement à faire et la pluie commençait à s'installer tranquillement. Ton regard se posa alors sur Tommy qui s'avançait vers toi. Il semblait à la fois surpris et pas très heureux de te voir là. D'ailleurs, il te demanda bien vite ce que tu faisais ici et que, tu ferais mieux de te mettre à l'abri. Le vent était un peu plus fort à présent et il avait du le crier pour que, tu puisse l'entendre. Tu posais ta main sur son bras pour te rapprocher un peu sans devoir crier trop fort. "On m'a donné l'ordre de venir ici pour consolider l'enclos ! J'irais me mettre à l'abri quand, on pourra tous s'y rendre." Tu souris un peu bien que, tu n'avais jamais eu l'occasion de voir la puissance d'un ouragan. "Ne t'inquiète pas, ça va aller ! On a encore le temps pour consolider l'enclos." Tu regardais un peu le ciel voyant que, les nuages étaient de plus en plus sombre. Une bourrasque vint alors s'engouffrer dans tes cheveux et tu te retiens soudainement à Tommy pour ne pas basculer et tomber par terre. "On ira surement plus vite à trois...On pourrait essayer de prendre les parpaing par deux...Avec Cassidy on a déjà commencé." Tu ne voulais pas qu'il s'inquiète pour toi et tu tentais tant bien que mal de changer de conversation.
Codage par Libella sur Graphiorum


#color: 996699
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 06/03/2018
✗ Appels a l'aide : 1196
✗ JGolds : 3397

✗ Age du personnage : Trente Huit Ans avec le syndrome de Peter Pan
✗ Localisation : En vadrouille ou bien au bar
✗ Métier : Vétérinaire des XXL
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Mar - 21:50


► Allons danser sous la pluie
INTRIGUE - GROUPE 2
Animaliers & Sécurité
« Mais ce n’est pas possible d’avoir autant la poisse ! »
Il claqua la porte de la jeep avant de la réouvrir et de la faire reclaquer un coup, la première fois n’ayant pas été assez forte à son gout. Pour la deuxième fois cette semaine, voilà qu’elle lui lâchait entre les doigts. Et toujours au milieu de nulle part. Il n’avait pas vraiment passé ce qu’on pouvait appeler une semaine de rêve. Les interventions qu’il avait prévu de faire avaient été soit annulées soit reportées à une date ultérieure. En gros, il avait passé sa semaine à faire de la paperasse, du repérage et du rangement dans la partie réservée aux XXL à la clinique vétérinaire. Autant vous dire qu’il avait hâte de repartir chercher ses gros protéger. Encore faut-il que cette foutue Jeep cesse de rendre l’âme à chaque fois qu’il faisait plus de 10km. C’était usant à la longue. Donc si les mécanos n’étaient pas fichus de trouver le problème et bien...Mieux valait pour eux de changer de branche. « Si je tombe sur le conn... » Son talkie cracha un discourt incompréhensible, la friture sur la fréquence d’autant plus présente que d’habitude a cause de ce satané vent. Il ouvrit encore une fois la portière et choppa l’appareil « Ici, Dockery, vous pouvez répéter ? » Il lâcha le bouton et attendit quelques secondes. Une voix crayonneuse s’échappa du boitier noir « Y’a un souci* friture* enclos en construction du carni *friture* besoin coup de main* friture* » Il patienta encore un peu, histoire de voir si la personne allait lui donner plus d’information mais rien ne vint. Génial. Il tourna une nouvelle fois la clef dans le contact, appuyant à intervalle régulier sur l’embrayage « Démarre... Démarre bordel ! » Un coup sur le tableau de bord et elle démarra comme par magie. AU même moment une bourrasque de vent fit tanguer le véhicule, « Genial ! Manquait plus que ça ! »

Reprenant la route vers les plus proches installations, il essaya une nouvelle fois d’avoir des renseignements pour ce qu’il se passait dans ce fameux enclos. Mentalement, il fit une liste des enclos déjà habités par des carni et les autres en prévision. Il n’arrivait pas vraiment à voir précisément lequel était concerné puisque plusieurs étaient dans le même état d’avancement que lui. « Ici Dockery, je peux venir donner un coup de main...Pas grand-chose à faire d’autre. Juste me dire où ! » La Jeep accepta de faire une certaine distance avant de montrer à nouveau des signes de faiblesses. Heureusement il était à présent plus proche du Village que de la Restricted Area. « L’enclos se situe à côté de la gare du tram. Je répète. L'enclos se situe à côté de la gare du tram » Jéricho lui confirma alors qu’il allait essayer de se rendre sur place pour donner un coup de main.

« Ici Claire Dearing, message important à l'attention de tous les employés. Un ouragan se dirige vers nous et sera là d'ici deux heures. Il est demandé à tout le monde de se rendre à l’hôtel pour rejoindre l'abri sous-terrain le plus vite possible et dans le calme. Ceci n'est pas un exercice, je répète, ceci n'est pas un exercice. » La voix résonna a travers tout le parc. Et coïncidence ou non, juste quand le message prit fin, une énorme bourrasque balayait la zone. Jéricho, qui avait abandonné la Jeep qui l’avait une nouvelle fois lâchée, du se retenir à un poteau pour ne pas faire 2 mètres en arrière. Elle était belle celle-là ! Et ça n’allait pas aller en s’arrangeant. Il avait encore le temps de regagner l’Hôtel. Il n’était pas si loin que ça. Mais il avait déjà dit qu’il allait donner un coup de main. Et puis plus ils seront à aider, plus vite tous iront se mettre à l’abris.

Sur place, plusieurs personnes s’agitaient un peu dans tout les sens, pas vraiment coordonnées ou alors c’était exécutée d’une étrange façon. Il vit des visages familiers comme Ingrid – qu’il fut à la fois étonné et pas vraiment de la voir ici. Après tout elle était responsable de la sécurité. Donc certes elle avait sa place ici mais n’aurait-elle pas mieux fait de gérer la mise en sécurité du reste du parc ? Allez savoir. Elle était en grande discussion avec un type. Son nom lui échappait à chaque fois. Il connaissait sa tête. Son nom commençait aussi par un J... James ? Non. Jordan ? Non Putain JORDAN !  En voyant la jeune femme, un frisson lui parcouru le dos. Bordel, qu’est ce qu’elle foutait là ? Il s’avança de quelques pas en sa direction avant de voir qu’elle aussi parlait à quelqu’un. Tommy. Lui aussi semblait aussi inquiet de la voir ici. Très inquiet même. "Humm, humm... Je peux peut-être vous aider ? Je ne suis pas doué pour le bricolage, mais je peux porter des choses alors si besoin demander moi." Un type non loin de lui, ressemblant a un canari était planté là, presque en plein milieu sans trop savoir quoi faire. Jerry s’approcha de lui, la main en visière pour se protéger du vent et des débris qu’il emportait « Hey ! L’Canari ! Viens, on va chercher dans gants et on va aider les gars ! » Il lui tapa sur l’épaule, l’invitant à le suivre. En passant devant un des engins il vit son reflet dans la vitre. Si l’autre ressemblait à un Canari, lui avait l’air d’un Sac poubelle Géante avec le nom du Parc écrit en gros dessus. Un vrai spot de pub. Il regarda à l’intérieur et vit une paie de gants de chantier. Il ouvrit la portière, manquant de se la prendre en pleine face quand un coup de vent passe. Il prit les gants et les balança en direction du Canari. « Je vais en chercher d’autre. Faut qu’on se magne sinon ça va nous peter sur la gueule ! »

CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 390
✗ JGolds : 10587

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Mar - 8:03
Julian grimaça. Evidemment qu'elle disait ! Si c'était aussi évident, pourquoi voyait-on encore une quantité de personnes n'ayant aucune habilitation pour gérer les travaux d'un chantier ? Il y avait mêmes des gamines, enfin il en avait vu au moins une. N'étaient-ils pas des agents d'intervention ? Leur boulot n'était-il pas de mettre les gens en sécurité et de dégommer le danger qui se présentait ?
Contrairement à un dinosaure dangereux, on ne pouvait rien faire contre un ouragan. RIEN.
Que ces gens ne souhaitent pas quitter cette zone sans l'avoir sécurisée était un fait, que des civils n'ayant rien à voir avec le-dit chantier souhaitent s'y mettre en danger, un autre.
Powell ne semblait pas avoir à cœur de passer pour la directrice des opérations et de remettre tout le monde à sa place. Peut-être pensait-elle qu'il valait mieux jouer les gentilles et se faire bien voir ?
Lui s'en fichait bien de passer pour un connard insensible.

Il observa la barre de métal sur le sol, un sacré morceau pour être honnête. Même lui n'était pas certain d'arriver à la bouger. Mais la voix de Powell tout comme son regard lui lançaient un défi. Un défi qu'il ne pouvait pas ne pas relever. Il se pencha vers elle pour mieux couvrir le vent sans pour autant hurler, afin que la discussion reste entre eux deux.

- Vous feriez mieux de commencer à rapatrier les plus fragiles, c'est aussi ça notre boulot : Empêcher les gens de faire de la merde et de se mettre volontairement en danger. Bordel y'a une gosse dans le lot vous l'avez vu ?


La moitié des personnes présentes n'avaient ni les bras, ni la carrure pour réparer ou consolider un enclos. Ils auraient été plus utiles ailleurs et surtout, il devaient se mettre à l'abri. Comment feraient-ils quand dans une heure la panique gagnerait la foule ? Inutile d'attendre que cela leur tombe dessus, mieux valait anticiper.

Agacé par ce manque de discernement, il s'agenouilla et secoua la tête pour se débarrasser de mèches indomptables qui lui fouettaient le visage. La pluie commençait déjà à tomber avec force, d'un coup, comme une douche qu'on aurait allumée. Une des joies du climat tropical, le combo gagnant pour rendre tout travail manuel pénible et compliqué.
Ses doigts agrippèrent la barre, il fit glisser ses paumes en dessous afin de se faire une idée du poids lorsqu'il tenta de soulever la matière métallique une première fois. Comme il s'y attendait, c'était sacrément lourd, mais il avait des années d'entrainements intensifs derrière lui. Sa force était brute et pourtant bien présente. Sous son t-shirt détrempé qui lui collait à la peau, ses muscles se tendirent lorsqu'il souleva la barre pour la caler sur son épaule, au niveau de son trapèze. Le long de ses avant-bras, il voyait ses veines saillir légèrement et il serra les dents, crispa sa mâchoire un moment. C'était putain de douloureux, le poids du métal broyait sa chair à travers le tissu trop fin. Peu importait, il fit abstraction de cela et se releva d'un coup. Là, il planta ses yeux vert dans ceux de Powell, le regard aussi dur que cette barre d'acier avant que sa pupille ne s'éclaire d'un petite lueur de victoire.
Il prit le temps de maintenir un équilibre, le vent et la pluie n'aidaient pas mais il persistait à penser qu'il pouvait le faire. Heureusement, la barre n'avait pas beaucoup de prise au vent. Moins que lui tout du moins et une soudaine bourrasque le fit tanguer dangereusement.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 10/02/2018
✗ Appels a l'aide : 79
✗ JGolds : 14272

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Métier : Gardienne de nuit
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Mar - 1:20


INTRIGUE - GROUPE 2
Animaliers & Sécurité & Cassidy
Jordan semblait ravie quand Cassidy l’aida à déplacer tous ces parpaings. Elles étaient toutes les deux menues, et deux personnes pour transporter ces parpaings qui devaient au moins peser une petite vingtaine de kilos, ce n’était pas de trop.

« J’espère qu’on arrivera à tout déplacer à temps ! »

Et de un, et de deux, et de trois… Les deux jeunes femmes avançaient à un bon rythme. La pile de parpaings était certes encore grande, mais elle diminuait tout doucement. Jordan fut interrompue par un jeune homme que Cassidy ne connaissait pas, et en attendant, cette dernière continua de déplacer les parpaings seule. Il en restait encore une trentaine à déplacer, ils allaient y arriver. Cassidy remarqua que d’autres personnes étaient venues à la rescousse entre temps. Admettons qu’ils leur restaient une heure ou une heure et demi maximum avant que l’ouragan ne s’abatte sur Isla Nublar, l’enclos serait peut-être consolidé à temps. La jeune blonde espérait que d’autres personnes s’amènent, plus il y avait de monde et au mieux ce serait. Ils finiraient encore plus vite et iraient se mettre à l’abri plus rapidement. Surtout que le vent et la pluie commençaient à devenir de plus en plus forts, ce qui ralentissait tout le monde dans leurs tâches.

Ayant entendu la conversation de Jordan et l’inconnu, voyant qu’ils semblaient être en désaccords et n’en pouvant plus de porter les parpaings toute seule, Cassidy se dirigea dans leur direction et s’adressa au jeune homme.

« Hé ! Désolée d’interrompre et d’être un peu brusque, mais si tu veux que Jordan aille se mettre à l’abri au plus vite, il serait temps de se mettre à l’œuvre. Jordan est grande, elle sait se débrouiller toute seule, elle a pris la décision d’aider à consolider cet enclos et c’est tout à son honneur. Maintenant on manque de temps, alors sois tu nous aides, soit tu vas te mettre à l’abri, à toi de voir. »

Cassidy n’en avait nullement après le jeune homme, d’ailleurs, elle regrettait déjà d’avoir été glaciale avec lui, mais la situation l’angoissait. L’enclos devait être consolidé avant l’ouragan, sinon le parc subirait de grosses pertes. Certes, tous ceux qui étaient présents mettaient sûrement leur vie en jeu, mais s’ils aidaient à l’heure actuelle, c’est qu’ils tenaient à ce parc et à sa réouverture.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ven 30 Mar - 19:52
Invité
INTRIGUE - GROUPE 2
Animaliers & Sécurité
J'en ai marre ! J'aime pas la pluie, j'aime pas le vent, ni les orages non plus d'ailleurs ! Et quand le tout est combiné à la fois, c'est juste l'horreur pour moi ! Moi ce que j'aime c'est mon labo et m’occuper de mes petits bébés dinos, les nourrir, les dorloter, les câliner ça c'est le pied.  En plus je ne suis mais alors pas un manuel pour un sous. Je vous jure dés que je touche un outils quel qu'il soit je cause plus de dégâts que ce que je n'en répare. Je suis une vraie plaie ! Mon oncle Larry lui était un super constructeur. Il a construit sa maison seul et même reconstruit toute une partie de celle qui a été détruite accidentellement... Ah oui, je ne vous ai pas dit que je suis super maladroit ? Eh ben voilà, moi + une masse, + des marches raides = Pilier de soutiens détruits et mur porteur totalement effondré ! Et on se demande pourquoi mon oncle Larry oublie toujours mes anniversaires... Et je suis censé moi empêché un enclos de T-Rex de s'effondrer ? Moi je vous dis que y'en a ici qui n'ont mais alors vraiment peur de rien. Tiens d'ailleurs un type s'adresse à moi en me demandant de l'aide. Enfin je crois qu'il s'adresse à moi... Mais vue que je suis le seul à porter du jaune canari sur le dos, je n'ai pas vraiment trop de doute à avoir.

Il me tape l'épaule et me demande de le suivre pour chercher des gants pour les gars qui bossent. C'est toujours mieux que de porter des parpaings et puis c'est moins risqué pour les autres si je suis loin du chantier même si c'est juste pour quelques minutes. "Ok, je te suis. Je suis Ian Harving, je suis nouveau au parc et à part mon labo je ne connais franchement rien ici." Je le suis donc vers sa voiture avançant péniblement à cause du vent et de la pluie qui me cingle le visage. On arrive à une voiture, le type en ouvre alors la portière et manque de se la prendre en pleine face. "Putain c'est dangereux ! Et dire que je pensais que les Dinosaures étaient le plus grand des danger sur cette île. Tu crois que si la tempête nous tue ça comptera comme un accident du travail ?" J'attrape ensuite la perd de gants qu'il me lance. "Tu as raison retournons vite les aider. Je sais pas toi, mais moi j'ai pas envie de servir de dîner à un Dino. En plus crever dans cette tenue ridicule trop peu pour moi !" Ajout-ai je en montrant mon charmant parkas jaune. On retourne ensuite prêt des autres et on leur lance à tous des pairs de gants, puis on retourne rapidement au travail.
(c) DΛNDELION


Ian Harving # color = Darkcyan
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/10/2017
✗ Appels a l'aide : 753
✗ JGolds : 44673

✗ Age du personnage : 43 ans
✗ Localisation : En mission
✗ Métier : Chef de la sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Avr - 22:37

• Quelques mois après l'arrivée d'Ingrid •
Intrigue - Groupe 2
Participants & Ingrid Powell

------------

Le vent gonflait de minute en minute et commençait à s'accompagner de lourdes pluies, faisant s'échapper quelques mèches rebelles du chignon pourtant si soigné que je faisais tous les matins.
Blake s'approcha et au vu de son regard dédaigneux et de la grimace que ma réplique avait occasionné, j'en déduisis que la conversation ne se déroulait pas selon ses plans. Et intérieurement, je jubilais de pouvoir remettre ce brave petit défenseur des justes à sa place. Mais loin d'avoir dit son dernier mot, le jeune agent conduisit la conversation sur une pente qui me déplut fortement.
Comment osait-il me commander de la sorte ? Je m'offusquais. Que croyait-il, que je me satisfaisais de la situation et que selon moi, tout allait pour le mieux ? Je rétorquais d'un ton sans réplique :

• "Et vous, vous feriez mieux de cesser vos insubordinations. Je sais parfaitement en quoi consiste mon travail et le vôtre. Aussi, à moins d'emmener ces personnes une par une sur mon dos ou de les traîner jusqu'au lieu de rapatriement, j'estime que ma place est ici à veiller à ce qu'il ne leur arrive rien. Et si, en soulevant ces parpaings je peux faire en sorte d'accélérer les choses alors, c'est ce que je continuerai à faire pour que, plus vite, nous soyons tous à l'abri."

Je cessais alors de froncer les sourcils. Au fond, il n'avait pas tord et il voulait bien faire. J'étais tiraillée entre le fait de vouloir asseoir ma position et aider le plus grand nombre et malheureusement, l'un ne facilitait pas l'autre. Je ne pouvais lui en vouloir : il prenait ses nouvelles fonctions très à cœur mais il devait apprendre à respecter les limites que j'avais posé. Je ne voulais pas l’empêcher d'agir, qui sait, peut-être qu'il aurait même plus de succès que moi pour faire entendre raison aux autres.

Pour me montrer que je l'avais clairement sous-estimé et sans doute pour me prouver que j'avais tort, il souleva effectivement la lourde barre de fer qui gisait là. Non sans mal parce que je dois avouer que ce n'était pas la plus maniable du chantier. Un léger rictus de satisfaction plus tard et une lueur farouche dans le regard, il se tenait debout, portant la charge indiquée. J'en aurait été tout bonnement incapable.
Une bourrasque de vent vint alors compromettre l'équilibre précaire de Blake, réduisant dangereusement l'espace qu'il y avait entre la barre de fer et moi. Par réflexe, je m’agrippais à elle pour répartir le poids et me plaçais dos à Julian. Alors, je posais à mon tour le pilonne sur l'une de mes épaules, signifiant ainsi que j'allais l'aider à supporter cette charge. C'était bien beau de lui faire des remarques sur son inefficacité mais rester plantée là, à semoncer les environs n'a jamais aidé personne. Et puis, nous étions censé être une équipe, ou du moins le devenir...aussi il fallait commencer à nous comporter comme tel.
Et puis de toute façon, vu notre posture, il ne nous restait plus qu'à déblayer. En somme oui : j'avais gagné.

CODE BY ÐVÆLING




_________________
Merci pour ces cadeaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 390
✗ JGolds : 10587

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 24 Avr - 23:42
Evidemment, il fallait qu'elle lui fasse remarquer ses insubordinations. Et évidemment, comme toute emmerdeuse qui se respecte, elle avait décidé de le faire là, à ce moment précis alors qu'un ouragan les menaçait.
Le pire dans tout son discours, c'est qu'elle y croyait vraiment. Julian ne sut pas top s'il devait rire d'incrédulité ou lui hurler dessus un peu plus fort. Pour couvrir le vent d'une part mais aussi parce que bon sang, ça lui ferait du bien là tout de suite.
Ne pouvait-elle pas juste donner l'ordre à l'assemblée de regagner les zones de sécurité ? Après tout, n'était-elle pas l'agent d'intervention en titre ?
Non, elle pensait les aider en bougeant les parpaings avec eux, pour les inciter à finir plus vite cette tâche afin de se mettre à l'abris. C'était dangereux et stupide. L'ouragan se rapprochait trop vite, il pleuvait déjà des cordes et le vent forcissait.
Jamais ils ne pourraient terminer tout cela à temps.
Pourquoi le le voyait-elle pas ?

Julian était écœuré devant tant de cécité, mais il ne pouvait la blâmer pour autant. Ingrid possédait inconsciemment ce côté maternel qui le débectait. Si elle l'avait pu, elle les aurait certainement tous pris par la main pour les conduire en sécurité dans l'abris sous-terrain et leur aurait offert une glace, des bonbons et un chocolat bien chaud en les couvant sous une couverture quand l'orage aurait éclaté.
Il savait qu'elle était pourtant tout aussi capable de leur gueuler une bonne fois dessus pour les inciter à se bouger alors qu'attendait-elle ?
La femme forte et autoritaire qu'il la savait être semblait pour le moins endormi aujourd'hui, sauf à son égard. Bien; il allait se servir de cela.

Lorsqu'il commença à perdre l'équilibre, Ingrid attrapa la barre et vint la soutenir, dos à lui. Il avait envie de lui hurler dessus.

- Vous allez vous faire très mal, se contenta-t-il pourtant de la prévenir, les dents serrés.

Le vent leur envoya une nouvelle bourrasque, mais à eux deux, ils tinrent bon et après une bonne dizaine de minutes, Julian récupéra enfin la barre pour la balancer plus loin.
Il se massa douloureusement les trapèzes dorsaux puis la nuque et lança un regard vers Ingrid pour s'assurer qu'elle allait bien, pour autant, il ne lui posa pas la question.

Soudain un puissant grondement déchira le ciel et éclata dans un éclair aveuglant qui sembla proche au jeune homme, trop proche. Les yeux plissés par la pluie, il tenta de regarder au loin les nuages sombres qui se déplaçaient à une vitesse folle et qui semblaient tournoyer au dessus de l'île. L'ouragan serait peut-être là plus tôt que prévu et les consolidations n'avaient pas vraiment avancé. La base avait été renforcée mais les câbles de la grue en hauteur semblaient en proie à une forte tension. Les attaches grinçaient en même temps que le métal à travers le vent et la pluie qui inlassablement les rendaient tous quasiment sourds à tout autre bruit.
Julian observa un des trois câble se tendre encore, son coeur manqua un battement lorsque l'attache du premier câble céda, sous la pression de l'intempérie.

Les yeux agrandis par la surprise, il se jeta sur le sol lorsque le second câble céda dans un claquement sec. Voyant Ingrid toujours debout, il saisit son poignet et la tira d'un coup pour qu'elle se plaque au sol. Au dessus de leur tête, les deux câbles entraînés par le vent et l'élan fendirent l'air dans un sifflement effrayant et fouettèrent tous sur leur passage.

- A TERRE !!! A TERRE !!! hurla Julian bien trop tard.

Un des hommes se fit balayer et son corps fut soulevé dans les airs avant de s'écraser mollement quelques dizaines de mètres plus loin. Stupéfait, le jeune homme tourna son regard vers Ingrid et reprit à son intention :

- C'est comme ça que vous veillez à ce qui ne leur arrive rien ?
ironisa-t-il un instant avant de reprendre bien plus sérieux. Personne ne maîtrise les éléments Powell, il faut leur ordonner de se mettre à l'abris avant qu'il ne soit trop tard.

Et comme pour confirmer ses propos, le câbles dans leurs mouvements fous, emportés par la tempête poursuivirent leurs trajets incertains, traversant les airs et décapitant les arbres jusqu'à venir se cogner contre la structure.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» QT+WMCQ La Rochelle - 20/21 Avril 2013
» Quatrième groupe - Intrigue #1 Deadeye's Revelry
» [Multimédia] Nouvelle musique du groupe Cryoshell
» Groupe des Forges
» Le groupe de prière Berrichons vous invites.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: Rps d'intrigues-
Sauter vers: