AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.

Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES

LES PREDEFINIS DE JWR
Vous aimez avoir des liens importants dès votre arrivée
et vous souhaitez que votre personnage puisse accomplir de
grandes choses sur JWR? Pourquoi ne pas opter pour un de nos prédéfinis?
Ils sont cools, et vous apporteront une aisance en jeu à ne pas négliger!
Pour les voir de plus près:
Liste des prédéfinis

LES INSCRIPTIONS SUR JWR
Le groupe des ANIMALIERS est fermé aux nouvelles inscriptions, hors scénarios et prédéfinis
pour cause de surpopulation. Les groupes des
Administation / Techniciens et recherche / et Autres
bénéficient d'un bonus de
100 Jgolds
à la validation car ils sont en sous effectif. Merci de les choisir! :59:


 ::  :: Area 1 - LE VILLAGE ET LE PORT :: Attraction - Le Tram Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une découverte bien longue ~ Feat. Matthias Hafner (23/05/2013)

avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/03/2018
✗ Appels a l'aide : 179
✗ JGolds : 4289

✗ Age du personnage : 27 ans
✗ Métier : guide interprète
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Mai - 14:52
Jurassic World, voilà que, j'avais rejoints ce parc dont j'avais entendu parlé lors de ma licence. Je me souviens encore de ce que, j'avais ressentis en apprenant qu'un tel parc existé. La passion m'avait tout de suite emporté et j'avais fait en sorte d'en apprendre un maximum sur l'histoire de cette aventure. Je me souviens encore au retour de Londres lorsque, j'avais envoyé ma candidature, une folie pour certains de ma famille et une opportunité pour d'autre bien qu'ils n'étaient pas nombreux dans ce cas. J'avais été recontacté très rapidement et j'avais rejoint les rangs des employés mais, pour l'heure, le parc était en reconstruction et on ne pouvait pas dire que, j'étais débordée. Je donnais des coups de main là où je pouvais sans trop me poser de question, j'étais convaincu qu'on accueillerait les premiers visiteurs dans pas longtemps. Et puis, le fait de n'avoir personnes d'extérieurs était une chance pour moi, ainsi je pouvais librement visiter le parc et ainsi me familiariser avec les lieux. Comme ça, je serais au top lorsque nous aurons enfin des visiteurs. J'avais d'ailleurs prévu aujourd'hui de faire le tour du parc dans le tram, je savais qu'il faisait le tour et qu'ainsi il était possible de voir un peu plus les alentours du parc. En plus, aujourd'hui, les techniciens devaient le faire tourner pour éviter qu'il ne tombe en panne lors du grand jour J. Ils le faisaient régulièrement c'était un moyen d'entretenir au maximum la machine et je comptais bien profiter de ce moment pour faire ma petite visite. Bien entendu, j'avais demandé l'autorisation aux techniciens qui n'avaient vu aucun problème pour que, je joue les passagers. En échange, je devais simplement leur faire un petit rapport sur ce que, j'avais noté de négatif. Le rendez-vous fut donné vers treize heures trente. Je fus accueillis par un des techniciens qui me fit monter dans le tram avant de s'éloigner un peu pour rejoindre son équipe. Mon regard se posait un peu partout dans le wagon, c'était lumineux et de grandes fenêtres permettaient de voir l'extérieur. Je constatais alors qu'il n'y avait aucun conducteur et aucune cabine, tout était dirigé par la salle de contrôle dans le parc. J'étais vraiment curieuse de voir ce que, tout ceci allait donner et si, il était vraiment aussi silencieux qu'ils l'avaient mis dans la brochure. C'était un train électrique et il avait été conçu pour la tranquillité des animaux mais, également pour celle des passagers. C'était prometteur sur le flyer alors j'en attendais beaucoup. Je posais mon sac sur un des sièges avant de m'asseoir à côté. J'avais prévu un carnet et un plan du parc pour savoir exactement où j'étais situé et ce que, j'allais découvrir. Je pourrais ainsi aisément ressortir les informations lors de mes visites guidés. "Bienvenue à bord du Tramway de Jurassic World, vous allez pouvoir découvrir un monde peuplé de créature ayant foulé le sol depuis des milliers d'années et revenu à la vie dans notre parc pour votre plus grand plaisir. Faites de votre rêve une réalité et tenez vous prêt à découvrir les merveille de Jurassic World ! Le tramway va bientôt partir veuillez-vous éloigner du bord du quai et faites attention à la fermeture des portes." Un sourire se dessina sur mes lèvres à l'idée de l'annonce, j'avais encore du mal à me rendre compte que, j'étais entrain de vivre cette aventure. "Welcome aboard the Streetcar of Jurassic World, you go to be able to discover a world populated with creature having set foot since thousands of years and returned to the life in our park for your most great pleasure. Make of your dream a reality and hold you ready to discover marvel of Jurassic World! The streetcar is soon going to leave would like take away from the edge of the platform and pay attention on the lock of doors....Willkommen bei Bord der Straßenbahn von Jurassic World werden Sie ein bevölkerten Leute Wesens entdecken können, die den Boden seit Tausenden Jahre verdreht hat und vom Leben in unseren Park für Ihr größtes Vergnügen zurückgekehrt ist. Machen Sie aus Ihrem Traum eine Realität und halten finden Sie statt Sie bereit, Wunderwerk von Jurassic World zu entdecken! Die Straßenbahn wird bald gehen, entfernen Sie sich vom Bord des Kais bitte und passen Sie auf den Verschluß der Türen auf." Mon regard se posa alors sur un homme qui venait tout juste d'entrée dans le wagon. Je ne savais pas vraiment si, j'étais la seule à avoir le privilège de faire le tour du parc ou si, ils avaient convier d'autre personne. Je lui lançais un sourire polit tandis que, les portes étaient entrain de se fermer. "Mesdames et Messieurs bienvenue à bord du tramway de Jurassic World. Nous allons découvrir au cours de notre voyage différentes espèces de dinosaures présentent sur le parc. Merci de ne pas utiliser le flash de votre appareil photo lors de notre visite...Ladies and Gentlemen welcome aboard the streetcar of Jurassic World. We are going to discover during our journey various species of dinosaurs present on the park. Thank you for not using the flash of your camera during our visit...Sehr geehrte Damen und Herren willkommen bei Bord der Straßenbahn von Jurassic World. Wir werden im Laufe unserer Reise unterschiedliche Arten von Dinosauriern entdecken, stellen auf dem Park vor. Bitte keine Blitzlichtlampe Ihres Fotoapparates während unseres Besuches benutzen..." Le tramway bougea légèrement avant de finalement, se lancer à petite allure pour commencer par découvrir le lagon. C'était une immense étendu d'eau créer spécialement pour accueillir le mosasaure et ainsi offrir un spectacle. La visite qui devait être formidable se transforma bien vite en petite catastrophe, en effet, le tramway se stoppa soudainement au milieu du pont qui survoler le lagon. Je jetais un coup d'oeil à l'homme qui était assis proche de moi. "Et bien, ça commence bien pour une visite inoubliable..." Je ris légèrement alors qu'on pouvait entendre un message de sécurité dans les hauts parleurs le temps que, l'équipe de techniciens réussi à relancer le tram. "Vous avez déjà eu l'occasion de faire le tour ?" Demandais-je un peu curieuse et aussi pour oublier que, j'étais en attente au dessus d'un lagon immense contenant un dinosaure des plus dangereux.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/05/2018
✗ Appels a l'aide : 149
✗ JGolds : 6696

✗ Age du personnage : 40 ans
✗ Métier : En fin de formation cuisinier
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Mai - 14:33

une découverte bien longue
Haley & Matthias

« and I have been ash turned to dust to dirt, and from the earth I will grow again. »
Trois semaines. C’était le temps qu’il avait passé sur cette île qui était à présent sa demeure, son foyer. Tous ces gens autour de lui étaient des collègues. Peut-être qu’ils allaient devenir des amis, qui sait ? Une année à passer ici et il était bien placé pour savoir que les choses pouvaient parfois prendre des tournures inattendues. Même s’il n’était pas vraiment du genre très bavard ni engageant. Son but ici n’allait pas être de ne pas s’intégrer, mais disons qu’il ne voulait pas s’attacher aux gens, car c’était très clair dans sa tête. Il était ici pour une année, pas une de plus et il allait faire le strict nécessaire pour satisfaire le juge et ainsi pouvoir être libéré pour bonne conduite avant l’heure. Il est loin d’être con Matthias, il sait aussi que dès que la rumeur va se rependre à travers le parc, qu’il y a un détenue en mise à l’épreuve, il sera fui comme la peste. Qui veut se frotter à un mec qui a fait de la prison après tout ? Claire, son garant, semblait plutôt à l’aise avec lui, bien qu’évidement elle l’avait mis en garde pour ne pas qu’il fasse le con. Mais il n’était pas un enfant de quatre ans à qui on rappelle les règles. Il le savait, qu’il devait se tenir à carreau et pas que pour le reste de l’année, mais surtout pour le reste de sa vie. Car maintenant qu’il avait fait de la prison, chaque faux pas serait pour lui, même s’il n’en était pas à l’origine. Il était toujours plus facile d’accusé quelqu’un qui avait fauté et dont la faute avait été prouvée publiquement. Qu’une blanche colombe peut-être pas si blanche au final…

Aujourd’hui était son jour de repos, de quartier libre plus exactement. Et après trois semaines passées sur l’île Claire l’avait convoqué pour savoir comment cela se passait pour lui. S’il se sentait bien parmi eux et s’il avait pensé à découvrir un peu l’île pour se familiariser avec les lieux. La réponse avait évidemment été négative. Il n’avait passé son temps qu’à osciller entre sa chambre d’hôtel et les cuisines de restaurant. En soit le trajet n’étais pas bien long, puisque les cuisines se trouvaient quelques étages en dessous de sa chambre. En voyant le visage de la rousse, sa réaction surtout, il avait cru comprendre qu’elle avait pris assez mal l’aveu. Comme si le fait de ne pas s’intéresser plus que cela au parc et a ce qui l’entoure avait été un affront, presque ultime. Elle lui avait fait promettre de faire le tour de l’île à bord du tramway le jour même. Elle lui avait fait promettre de si rendre impérativement et ça avait beau le faire royalement chier, Matthias était un homme de parole !

C’est de cette façon qu’il s’était retrouvé dans ce tramway totalement vide. Enfin non pas totalement ! Il s’était assis à plusieurs rangs de la femme déjà présente et qui, selon les traits de son visage,semblait plus excitée que lui à l’idée de cette petite visite. C’est dans une position nonchalante qu’il avait fini par poser ses bras sur le rebord de fenêtre, croisé et le menton dans le creux de ceux-ci, les pupilles fiées sur le paysage qui ne tardait pas à se mettre en mouvement comme l’avais annoncé la petite voix venant des haut-parleurs. Lorsque le tramway avait stoppé sa course en plein au-dessus d’un énorme lac il s’était redressé pour regarder autour de lui, son regard se posant sur la seule personne présente à portée de vue. La jeune femme. « Scheiße, beschissener Tag. » Avait-il pesté en maudissant soudain Claire pour l’avoir fait promettre de monter dans ce tram… Son fort accent allemand reprenant toujours le dessus chaque fois qu’il parlait dans sa langue natale. Il levait la tête en direction des haut-parleurs quand un message de sécurité était diffusé. Lui provocant presque un torticolis en tournant le cou trop rapidement pour regarder à nouveau la jeune femme qui s’était mise à parler. A lui poser une question même ! Il fronce un peu les sourcils et se demande l’espace de quelques secondes s’il continue de parler allemand juste pour être tranquille, où s’il parle anglais pour faire son good guy et se montrer polie. « Non, jamais. » Avait-il répondu en bougeant sur son siège pour se mettre plus face à elle et ne plus se tordre le cou. « Vous ? » Demande-t-il finalement en croisant les bras sous sa poitrine, étendant ses jambes devant lui.
(c) DΛNDELION

_________________
couleur Matthias : #4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/03/2018
✗ Appels a l'aide : 179
✗ JGolds : 4289

✗ Age du personnage : 27 ans
✗ Métier : guide interprète
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Mai - 15:56
Parfois on se faisait tout une joie de quelque chose et ça tombait vite à l'eau. On pouvait dire que, c'est ce qui était entrain de se passer avec la visite du parc en tramway. A peine partie, on était arrêté sur la voie et pas la meilleure à mon sens, on était juste au dessus du lagon qui abritait plusieurs espèces de poissons préhistorique mais, également le mosasaure. Je n'avais pas tellement envie de finir en sushi et j'espérais que, les techniciens allaient rapidement relancer l'engin pour qu'on puisse au moins être sur la terre ferme. J'étais cependant, rassuré de ne pas être seule dans ce wagon et aussi de voir que, l'homme assis à quelque siège de moi semblait aussi inquiet à moins que, ce soit énervé. Je l'entendais juré en une langue qui me semblait être l'allemand. Je n'étais pas très doué pour comprendre cette langue ce qui était tout de même un comble pour une interprète bien qu'on m'avait fournis des fiches type pour les visiteurs allemands. Non, mon truc c'était plutôt les langues amérindienne, étant issu d'une mère amérindienne j'avais appris très rapidement la langue des peuples et je parlais le sioux et le lakota très facilement. Mais, on ne pouvait pas dire que ce soit très pratique à cet instant et pas sur que, je sois comprise alors je préférais parler à l'homme dans une langue que, je maitrisais parfaitement. Je lui demandais donc pour me détendre un peu et oublié qu'on était à plusieurs mètres de haut au dessus d'un bassin hyper dangereux si, il avait déjà eu l'occasion de faire le tour du parc. « Non, jamais. » Je hochais la tête en souriant un peu. J'avais été persuadé qu'il faisait partie des techniciens mais, de tout évidence, je m'étais lourdement trompé. Ceci étant, ça ne me rassurait pas de savoir qu'on était deux à n'avoir jamais fais le tour de Jurassic World. J'imaginais toujours le pire et je me voyais déjà coincé au milieu de la brousse, il fallait dire que, cet arrêt n'était pas des plus rassurant. « Vous ? » Je sortais soudainement de mes pensées avant de reposer mon regard sur l'homme qui avait changé de position sur son siège et qui me permettait de le voir un peu mieux et de lui parler en croisant son regard. Je secouais un peu la tête gardant toujours mon sourire "Non, je n'en avais pas eu l'occasion avant aujourd'hui." A m'attendre ma réponse était loin d'être rassurante et je me faisais peur toute seule. Je bougeais un peu sur le siège du wagon et me penchais un peu pour observer un peu plus la hauteur par la fenêtre. "Vous savez qu'on se trouve au dessus d'un lagon artificiel contenant environ 3 millions de litres d'eau et abritant une multitude de poisson préhistorique ainsi qu'un mosasaure..." Je relevais la tête avant de faire un petite moue et de rire légèrement. "Désolé...Je suis pas des plus rassurante..." Je repris un peu mon sérieux tout en conservant un léger sourire. J'étais de bonne humeur et dans le fond, cette petite balade me faisait du bien. Elle me permettait d'oublier un peu ma famille qui avait été contre mon choix. "Vous travaillez dans quel secteur ?" Je marquais une pause réalisant que, j'étais peut-être un peu curieuse. "...Pardon ! Je suis peut-être un peu trop curieuse..." Je levais les yeux vers les hauts parleur qui annonçaient que, le tramway pouvait repartir et alors que, l'annonce se terminait le wagon se mit en mouvement quittant le pont. J'étais contente qu'on puisse retrouver la terre ferme et ainsi voir autre chose. J'aurais eu du mal à m'imaginer devoir descendre de l'engin pour retourner au départ à pied surtout à une hauteur pareil et avant autant de risque en dessous. Le tramway prenait maintenant la direction de la plaine, nous offrant une vu sur le centre du parc et les différents hôtels. Il avait encore du travail mais, c'était tout de même bien avancé.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/05/2018
✗ Appels a l'aide : 149
✗ JGolds : 6696

✗ Age du personnage : 40 ans
✗ Métier : En fin de formation cuisinier
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Mai - 20:19

une découverte bien longue
Haley & Matthias

« and I have been ash turned to dust to dirt, and from the earth I will grow again. »
Il n’était pas le genre de gars à s’inquiéter pour rien. Une panne de tram, il ne comptait même plus le nombre de fois où ça lui était arrivé au cours de sa jeunesse, que ce soit en Allemagne ou aux Etats-Unis.  Peut-être que s’il avait connu un peu plus profondément le passé de ce parc et bien, peut-être que oui il aurait paniqué un peu. Peut-être même beaucoup, surtout au-dessus de ce qui était le bassin du mosasaure. Mais il ne savait même pas ce qu’était un mosasaure ! Il était donc difficile d’avoir peur d’une chose dont il ignorait l’existence.« Non, je n'en avais pas eu l'occasion avant aujourd'hui. » Il tente un sourire, il essaie d’être amical, engageant. Mais il ne sait même pas si c’est vraiment comme ça qu’il faut faire, qu’il faut sourire. Il a perdu tous les codes sociaux et comportementaux que lui avait enseignés sa première vie. Grâce à sa deuxième vie… Et maintenant il devait tout réapprendre pour la troisième. Il avait néanmoins espéré que ce sera un peu comme le vélo, que ce genre de choses allait revenir toute seule. Mais il s’était trompé. Les bras toujours croisés sous sa poitrine, il observait la jeune femme. Sans vraiment se dire que cela pouvait être gênant pour elle. Il la regardait remuer sur son siège avant de se pencher pour regarder par la fenêtre. « Vous savez qu'on se trouve au-dessus d'un lagon artificiel contenant environ 3 millions de litres d'eau et abritant une multitude de poisson préhistorique ainsi qu'un mosasaure…» Elle émit un petit rire en se redressant un peu. Il hochait simplement la tête, tournant le menton en direction de la vitre pour observer la surface de l’eau qui se trouvait sous eux. Effectivement, il y avait du monde en dessous d’eux. Même s’il n’en percevait pas la quantité et le risque. Il se dit alors qu’il devrait se documenter sur les espèces qui habitent cette île avant sa prochaine excursion. « Désolé...Je suis pas des plus rassurante... » Il tourne à nouveau la tête vers la jeune femme, lentement, comme un automate l’aurait fait et il la fixe de nouveau. « Rassurez-vous, je ne suis pas effrayé. Je ne sais même pas à quoi ressemble un mosasaure. » Bien que même s’il le savait, il doute fort qu’il aurait été effrayé. Du moins… la prison lui avait appris à garder la tête froide ! Et à ne pas s’effrayé à la moindre embûche. Blessé et sur le point de mourir, il aurait surement peur, mais face au danger d’un carnivore, il était persuadé qu’il réussirait à garder la tête froide suffisamment longtemps pour trouver une solution. Peut-être qu’il était trop confiant en lui … L’avenir le dirait. « Vous travaillez dans quel secteur ?. ..Pardon ! Je suis peut-être un peu trop curieuse... » Il ne s’en offusque pas et sourit même légèrement. Il se redresse définitivement sans jamais la lâcher du regard ou alors moins que quelques secondes et il vient poser ses coudes sur ses genoux tout en se penchant en avant. « Dans les cuisines de l’hôtel. » Avait-il dit après que les haut-parleurs ai fini de cracher leurs annonces de remise en route du tramway. Il pourrait ajouter qu’il est simplement en train de terminer sa formation commencée en prison. Maiscela déboucherait surement sur d’autres questions et même s’il assumait avoir fait de la prison, il préférait rester le plus discret possible sur son passé. Une secousse parcourut l’engin et voilà que le paysage défilait à nouveau derrière les vitres. « Au moins le soucis du mosasaure est réglé. » Dit-il en tournant son visage sans expression vers la jolie brune.Cette partie lui était la seule connue, puisqu’à présent ils étaient dans le centre du parc et les hôtels, dont celui où il dormait. Du moins, où tous les employés dormaient ! « Vous vous y connaissez en dinosaure ? » Avait-il fini par dire, brisant le silence présent. Après tout, si elle avait des connaissances dans ce domaine, peut-être qu’elle pourrait l’aider une fois qu’ils en verraient lorsque les plaines seraient atteintes.
(c) DΛNDELION


couleur matthias : #4682B4

_________________
couleur Matthias : #4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/03/2018
✗ Appels a l'aide : 179
✗ JGolds : 4289

✗ Age du personnage : 27 ans
✗ Métier : guide interprète
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 31 Mai - 22:21
L'idée d'être au dessus de l'eau ne me gênait pas en soi c'était plutôt de se dire qu'il avait bon nombre de créature carnivore là-dedans et qu'on puisse finir en steack tartare pour animaux préhistorique. J'étais surement négative et je voyais tout de suite le pire mais, je tentais de me rassurer en me disant qu'il était là depuis bien longtemps et que, ça avait été surement réparer avant de remettre le tram en route. Du coup, pour m'occuper un peu l'esprit, je parlais avec l'homme présent dans le tram. On ne pouvait pas dire que, j'étais très rassurante et je m'en excusais rapidement. « Rassurez-vous, je ne suis pas effrayé. Je ne sais même pas à quoi ressemble un mosasaure. » Je souris légèrement bien qu'un peu surprise qu'il n'est jamais vu l'animal. En même temps, il était surement nouveau et n'avait pas encore eu l'occasion de voir tout ce dont le parc regorgé. Je hochais la tête avant de lui demander dans quel secteur il travaillait. J'étais surement trop curieuse et je m'en excusais rapidement. Je ne voulais pas paraître indiscrète ce n'était nullement mon attention mais, vu qu'on était coincé dans ce tram il valait mieux s'occuper un peu. « Dans les cuisines de l’hôtel. » Je gardais mon sourire, c'était pour moi une façon de paraître moins solitaire et sauvage comme on avait pu me le dire lorsque, j'étais plus jeune. Je le regardais bouger un peu sur son siège tandis que, les haut parleurs indiquaient qu'on allait pouvoir repartir faire notre tour du parc. « Au moins le soucis du mosasaure est réglé. » Je ris doucement à cette remarque avant d'ajouter "Une bonne chose de réglée !" L'idée de m'éloigner du lagon me mettait quelque peu en joie et je savais que, nous allions bientôt nous rendre dans la plaine. C'était un bel endroit d'après mes collègues guide et j'avais hâte de pouvoir admirer les animaux déjà présent à l'intérieur. J'étais loin de me douter que, Jurassic World était un lieu plein de surprise des bonnes comme des mauvaises. « Vous vous y connaissez en dinosaure ? » Je sortais de mes pensées tout en reportant mon attention sur lui. Je levais la main droite avant de faire un signe avec mon pouce et mon index pour indiquer quelque chose de petit. "Un tout petit peu...Je suis loin d'être une experte en la matière." Une fois de plus un sourire se dessina sur mes lippes et je fouillais dans mon sac pour prendre la brochure que, j'avais trouvé en arrivant. Je me levais pour rejoindre le siège libre à ses côtés. "J'ai trouvé ça quand, je suis arrivé ici et depuis je ne la lâche plus..." J'ouvrais le papier qui était un peu abimé du fait de ses nombreuses consultation. "ça regroupe l'intégralité des dinosaures présent dans le parc mais, également autour...Comme il y en a qui sont encore sauvage et que, les équipes tentent d'attraper." Je fouiller sur le papier à la recherche du mosasaure pour lui montrer à quoi il ressemblait. "Ah le voilà...Celui-ci c'est le mosasaure celui qui vit dans le lagon...Une grosse bête qui mesure entre douze et dix-sept mètres de long et pèse entre cinq cents et six cents kilogramme." Je retirais mon doigt pour ramener une mèche de cheveux derrière mon oreille. "Ils ont réussi à attraper un T-Rex il y a peu de temps, il est maintenant sagement dans son enclos...Il est...ici." Je reposais mon doigt sur le papier pour le montrer plus précisément. "Je vous le donne ! Ce sera plus simple comme ça pour savoir à qui vous avez affaire." Je repliais le morceau de papier avant de lui tendre pour lui offrir. Je l'avais suffisamment potasser pour m'en souvenir et il fallait maintenant que, j'arrive à donner les noms sans regarder sur mon aide. Les haut parleurs reprirent la parole pour indiquer l'entrée de la plaine. Je regardais un peu autour de moi pour voir à quoi elle ressemblait précisément et je fus curieuse de la voir atrocement vide. "Tiens...C'est étrange, normalement il y a des dinosaures qui sont en semi-liberté ici." Je haussais un peu les épaules avant que, le tram s'arrête brutalement et que, je manque de me prendre le siège de devant dans la tête. Je posais mes mains sur l'arrière du siège pour me retenir. "Et bien, ils pourraient être moins brutal dans leurs arrêts...On aura le droit de se plaindre comme ça." Je ris légèrement alors que, la voix dans les haut parleurs reprit la parole pour nous dire de ne pas sortir du tram. C'était une question de sécurité mais, je trouvais stupide de faire ce genre d'annonce surtout que, personne n'aurait l'idée de sortir en plein milieu d'un endroit de vie des dinosaures. Je regardais autour de nous trouvant l'ambiance un peu trop calme et lourde. Le tram reprit un peu sa route avant d'être stoppé une nouvelle fois. Un bruit étrange se répandit dans l'habitacle du tram et je me redressais légèrement. Une carcasse de dinosaure avait stoppé net l'engin. Je sentais mon cœur accélérer trouvant la situation complètement anormal. Mon instinct était entrain de me crier de partir mais, il n'y avait aucune issu pour l'heure. "J'ai l'impression que, ça présage rien de bon..." Je reposais mon regard sur l'homme essayant de me rassurer un peu. Si, il n'était pas affolé peut-être que, ça ne servait à rien pour moi de prendre peur.
Codage par Libella sur Graphiorum


Haley: #ff3366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/05/2018
✗ Appels a l'aide : 149
✗ JGolds : 6696

✗ Age du personnage : 40 ans
✗ Métier : En fin de formation cuisinier
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Juin - 0:22

une découverte bien longue
Haley & Matthias

« and I have been ash turned to dust to dirt, and from the earth I will grow again. »
Il était sur cette île pour une année entière, alors dans le fond, autant qu’il s’intègre et finisse par en apprendre un peu plus sur les bestioles préhistoriques qui allaient l’entourer en plus des êtres humains. Bien que pour eux, il le savait, soit ça aller passer, soit ça aller casser. Bien qu’il ne se faisait pas de grandes illusions. Les gens étaient souvent méfiants lorsqu’il apprenait la présence d’un ancien détenu. Peu importe ce qu’il avait pu faire d’ailleurs. Mais comment pouvait-on leur en vouloir ? C’était un instinct ancré en l’homme depuis des millions d’années. L’instinct de protection faisait partie d’un des plus puissants. Et qui était Matthias pour juger ? Personne, c’est pour cette raison qu’il s’efforçait de ne jamais le faire. Il ne savait pas exactement ce qu’il attendait en posant cette question. Il ne s’attendait pas à ce que la jeune femme soit une intello incollable sur les dinosaures. C’était même peut-être bien pour simplement faire la conversation. Rattraper le retard social acquis après dix années passées derrières les barreaux. Il ne savait pas vraiment lui-même… Et c’est bien parce qu’il n’en attendait rien qu’il n’avait pas été déçu de savoir qu’elle n’en savait visiblement pas tellement plus que lui sur les créatures qui les entoures. Il allait reporter son attention sur l’extérieur lorsqu’il la vit s’agiter, le bruit d’un sac que l’on fouille se mêlant au bruit de fond du tram roulant sur les rails. Son regard avait suivis la silhouette de la jeune femme qui s’était levée pour venir s’installer sur le siège juste à côté de lui. Il s’était redressé aussitôt pour ne pas se retrouver trop proche d’elle. Elle était la première à être aussi proche de lui depuis bien longtemps. Il avait mis un point d’honneur à toujours rester loin de Dalia durant ces trois semaines dans sa cuisine.

De toute la hauteur de son buste, il baissait seulement le regard pour poser ses pupilles sur le papier glacé du prospectus abimé par l’usage. Elle lui expliquait alors que le bout de papier regroupé les animaux présents sur l’île, que certains d’entre eux étaient encore en liberté et d’autres étaient déjà de retour dans leurs enclos. Est-ce que la zone du tramway était sécurisée ? Puisque des animaux se trouvaient encore en liberté, est-ce que l’un d’entre eux n’allait pas faire du tas de ferraille, son jouet de l’instant ? Cette idée l’insécurisait plus que de se savoir au-dessus d’un lagon avec un animal long de plusieurs dizaines de mètre et pesant plus centaines de kilos. Le dos droit, toujours pour ne pas être trop proche de la jeune femme, Matthias avait même les épaules en travers dans une position plutôt inconfortable il fallait l’avouer. Il regardait en se penchant pourtant pour voir un peu mieux la forme de l’animal sur papier glacé. « C’est sûr qu’il ne se pêche pas avec une simple canne à pêche celui-là. » Il essaie de déterminer combien d’éléphant mis les uns avec les autres pouvaient représenter cet animal. Et plus encore, il se demandait comment les concepteurs du lagon avaient réussi à faire un verre suffisamment épais et solide pour contenir un animal pareil en plus des autres. Il se redressait de nouveau lorsqu’elle lui parlait du T-Rex cette fois, précisant qu’il était désormais dans son enclos. Il baissait de nouveau les yeux pour voir où la jolie brune posait son doigt indiquant cette fois l’emplacement du T-rex. Il hochait la tête, sans ajouter le moindre mot. Elle était plus bavarde que lui, s’était sûr. Bien qu’il n’avait jamais vraiment été un grand bavard. « Oh non gardez… » Le ! « Je suis sûr que j’en trouverais un sans problème. » Il allait insister, mais en voyant que la jeune femme insister elle aussi, il cédait et finit par prendre le morceau de papier glacé entre ses doigts. Il lève le nez vers les haut-parleurs, comme un vieux reflex quand ceux-ci annonce cette fois que nous sommes arrivés dans les plaines. Il regarde la jeune femme une fois encore avant de suivre la direction de son attention à travers la vitre. L’interrogation ne met pas longtemps à franchir les lèvres de celle-ci et Matthias fronce instinctivement les sourcils.

La violence de l’arrêt du tramway déstabiliser Matthias et instinctivement il avait mis en bras en travers du ventre de la jeune femme pour la retenir dans son siège à la force de son bras. C’est un reflex qu’il avait acquis avec le temps après qu’il ait appris à conduire. Ça lui venait quand il devait faire un freinage brutale et qu’un passager se trouvait à côté de lui, ou tout simplement des affaires posées sur le siège pour ne pas que tout vole dans l’habitacle. Il avait posé sa main libre sur le dossier du siège devant lui pour maintenir une certaine stabilité. Il écoutait la jeune femme se plaindre, reprenant son bras avant de se tourner sur son siège de moitié pour regarder à l’avant du wagon. Une annonce diffusait qu’il était strictement interdis de descendre du tramway pendant son arrêt. Après tout, ils n’allaient pas s’offrir une petite virée au milieux des dinosaures sans savoir sur quoi ils pouvaient tomber… Il fallait être idiot pour faire une chose pareille. Ou totalement fou ! Le tram repris sa route, plus lentement cette fois comme si nous avions quelque chose à voir ici, alors que très clairement il n’y avait rien dehors. Le bruit qui se fit entendre fini à Matthias de se retourner vers l’avant, posant un genou sur son siège pour se pencher dans cette direction. Une énorme masse barrait la route du wagon, mais avec le côté en métal il avait du mal à distinguer ce que cela pouvait être. Les mots de la jeune femme le poussèrent à se lever, posant une main sur ses hanches pour qu’elle le laisse passer. Il s’avançait dans l’allée centrale pour se rapprocher de la vitre à l’avant lui offrant à présent une vue sur la carcasse d’un dinosaure éventré. Il sentit sa respiration s’accélérer légèrement cherchant du regarde autre chose dans cette plaine qui donnait une explication logique à ce qui se trouve devant eux. « Qu’est-ce qui est censé se trouver dans ces plaines exactement ? » Avec le décodeur, la question voulait évidemment demander s’il se trouvait normalement des carnivores en semi-liberté. Si la réponse était oui, il aurait deux/trois choses à dire à Claire sur ce point, qui était de l’inconscience pure et dure ! Parce que s’il ne s’était intéressé plus que ça à la première version de ce parc, il avait entendu parler du tout premier parc, celui qui était sur l’autre île. Il se mit alors à chercher s’il y avait un bouton ou un téléphone pour tenter de contacter les techniciens sur le parc et savoir s’ils étaient au courant de la situation. « Aidez-moi à chercher un truc qui permettrait de les contacter. Il doit bien y avoir un moyen de pouvoir parler avec eux en cas de problème … » Dit-il un peu exaspéré à l’idée que les concepteurs n’ai peut-être pas pensé à cela, surement parce qu’ils pensaient que leur construction était infaillible. Dans une autre situation il aurait pu être marrant de voir que son accent allemand reprenait le dessus lorsqu'il s’agaçait.
(c) DΛNDELION


couleur matthias : #4682B4

_________________
couleur Matthias : #4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/03/2018
✗ Appels a l'aide : 179
✗ JGolds : 4289

✗ Age du personnage : 27 ans
✗ Métier : guide interprète
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 1 Juin - 10:39
Sans vraiment réfléchir j'avais rejoint le jeune homme sur le siège libre à ses côtés. Je n'avais pas réfléchis que, cela puisse le mettre mal à l'aise. Je faisais en général les choses innocemment sans voir le mal ou l’ambiguïté. C'était ainsi qu'on m'avait élevée, j'avais également des sentiments qui m'étaient totalement inconnu comme la jalousie. On m'avait toujours appris à respecter le territoire des autres mais, également de ne jamais convoiter ce que l'autre possède. Je pouvais remercier la tribu pour ça ainsi, je n'avais pas de temps à perdre avec des futilités aussi grande que la jalousie. J'avais sortie le papier qui m'avait aidé pendant plusieurs mois. Je l'avais trouvé lors de mon arrivé et j'étais contente de pouvoir montrer les différents dinosaures présent sur l'île à cet homme. Je lui expliquais pour le mosasaure et je lui montrais à quoi nous avions échappé. « C’est sûr qu’il ne se pêche pas avec une simple canne à pêche celui-là. » Je ris légèrement à cette remarque avant de reprendre la conversation sur le T-Rex qui était maintenant dans son enclos. Il avait encore beaucoup à faire sur le parc mais, la plus part des carnivores devaient surement être tranquillement enfermés entre quatre murs. J'en profitais pour offrir le papier, il ne me serrait plus vraiment d'une grande utilité maintenant que, j'avais retenu la globalité. « Oh non gardez…Je suis sûr que j’en trouverais un sans problème. » Je secouais la tête tout en continuant de tendre le petit prospectus à cet homme qui était fraîchement arrivé sur l'île. Il lui serait bien plus utile qu'à moi à présent et j'étais contente de pouvoir l'aider un peu plus dans la découverte de ce parc. Les haut parleurs annoncèrent alors soudainement que, nous étions arrivés dans les plaines. J'avais beaucoup entendu parlé de ce lieu mais, j'étais plutôt déçu de voir qu'il n'y avait rien. Je ne comprenais d'ailleurs pas pourquoi les animaux n'étaient pas de sortie alors qu'il faisait beau et qu'ils pouvaient tranquillement faire leur vie. Mes questions fut mises en suspend lorsque, le tram effectua un freinage soudain et brutale. J'avais eu le réflexe de me tenir au siège de devant tandis que, je sentais le bras du jeune homme venir servir de ceinture au niveau de mon ventre. Je lançais une réplique sur le freinage avant de regarder autour de moi sans comprendre réellement la raison de cet arrêt. Après quelque secondes, le tram se relança mais, un nouvel arrêt survint soudainement et un bruit étrange vint remplir le silence du wagon. Je me redressais un peu pour regarder à l'avant et aperçu une masse étrange posé devant les rails. Je ne mis pas longtemps à comprendre de quoi il s'agissait et ça ne présageait rien de bon. Je regardais le cuisinier se lever et en sentant sa main sur ma hanche, je me poussais un peu pour le laisser regarder de plus près cette masse informe devant le tram. « Qu’est-ce qui est censé se trouver dans ces plaines exactement ? » Je ne comprenais pas très bien pourquoi une carcasse de dinosaure était sur la voie du tram, c'était totalement incompréhensible sachant que, la zone était logiquement surveillée. "Des herbivores...Ils sont en semi liberté et la zone est protégé par un système informatique." Je sortais du siège pour venir rejoindre l'homme dans l'allée. Est-ce qu'il était possible que, le système informatique soit endommagé ? J'espérais que, ce n'était pas le cas mais, en même temps c'était étrange de ne voir aucun animal ici. J'avançais un peu plus vers l'avant et m'accroupit pour voir d'un peu plus proche cette fameuse carcasse. "Ce n'est pas un animal de Jurassic World...Du moins, ce n'est pas une espèce présente dans les plaines." J'étais plutôt rassuré de voir que, nous n'avions pas perdu d'animaux mais, une autre question se posait à moi, d'où venait-il ? J'entendais alors du bruit derrière moi et je me redressais pour voir l'homme chercher quelque chose. « Aidez-moi à chercher un truc qui permettrait de les contacter. Il doit bien y avoir un moyen de pouvoir parler avec eux en cas de problème … » Je hochais la tête avant de retourner dans l'allée central. "Il y a une caméra ici...D'après ce que, j'ai entendu dire elle est relié directement au service de technicien." Je m'arrêtais devant la caméra avant de faire des grands gestes espérant ainsi obtenir une interrogation dans les haut parleurs. Un bruit sourd se fit alors entendre et je me stoppais immédiatement, je tournais légèrement la tête vers l'arrière du wagon alors qu'un nouveau bruit se fit entendre. Mon coeur semblait vouloir quitter ma cache thoracique et ma respiration était maintenant bien plus forte. Ses bruits ne me disaient rien de bon et je pouvais le dire que, j'avais pleinement peur pour nos vies à présent. Je déglutis difficilement mon regard toujours posé dans la direction d'où venait les bruits. "C'est pas bon signe..." Lâchais-je plus à moi-même qu'à l'intention de l'homme. Les pas semblaient se rapprocher venant faire grincer l'armature métallique du tram. Deux bruits bien distinct ce qui signifiait un animal bipède. Il avait certains herbivore bipède mais, au vu du son je penchais plutôt pour quelque chose de plus lourd, plus grand et bien plus dangereux. "...Carnivore..." Je me retournais vers le cuisinier avant de remettre le puzzle dans ma tête, la carcasse sur les rails, le bruit de pas, on était soit sur une zone de chasse pour lui, soit on était dans son garde mangé. Les bruits s'intensifier une nouvelle fois et cette fois le wagon remué de plus en plus. Je posais rapidement ma main sur un des siège pour me retenir et ne pas tomber sur le sol tandis qu'une première patte apparut dans la vitre du tram. Mon regard était maintenant posé sur l'homme en face de moi dans l'allée et ma respiration était totalement absente. J'avais du mal à déglutir et je pouvais sentir les larmes me montaient aux yeux. J'arrivais tout de même à articuler discrètement "Ne faites pas un geste..." La deuxième pattes se posa proche de nous et une fois de plus l'engin métallique bougea. Je me retenais aussi fort que possible au siège pour ne faire aucun mouvement. Je tournais légèrement mon regard vers l'animal qui était à présent quasiment à notre hauteur. Sa peau était de la couleur de l'argile et il était plutôt long, c'était effectivement un bipède et on pouvait voir de petite pattes à l'avant de son corps, je me souvenais l'avoir vu sur le prospectus que, j'avais offert au jeune homme. Carnotaurus. J'avalais une fois de plus difficilement ma salive et je reposais mon regard sur le jeune homme. C'est alors que, le reptile baissa doucement la tête faisant ainsi admirer ses dents pointu et taillé pour manger de la viande. Un oeil jaune apparût alors dans la vitre du tram. Je m'efforçais de garder ma concentration sur le cuisinier tandis que, mon corps se mettait à trembler de peur. Je pinçais mes lèvres pour éviter de crier et j'enfonçais mes ongles dans le dossier du siège pour me retenir de partir en courant. Il allait falloir qu'on trouve une solution pour partir d'ici et rapidement si, on ne voulait pas servir d'encas à ce carnivore.
Codage par Libella sur Graphiorum


Haley: #ff3366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/05/2018
✗ Appels a l'aide : 149
✗ JGolds : 6696

✗ Age du personnage : 40 ans
✗ Métier : En fin de formation cuisinier
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 14 Juin - 23:05

une découverte bien longue
Haley & Matthias

« and I have been ash turned to dust to dirt, and from the earth I will grow again. »
Il ne savait pas vraiment si cet arrêt était normal, mais à la tête de la jeune femme qui avait surement potassé le prospectus bien plus que lui, cela ne semblait pas habituel. Pourtant il ne s’inquiétait pas plus que cela, puisque le tramway était en cours d’essai, il était donc normal qu’il y ait encore quelque dysfonctionnements. Même s’il n’était pas un bon mécano et qu’il n’y connaissait surtout pas grand-chose, les défaillances étaient de toute façon des erreurs humaines. Et il était mieux placé que quiconque pour savoir que l’être humain n’était pas parfait. Seulement au moment de regarder à l’avant du tram, la chose inerte sur les rails n’avait rien d’humain. Et avec ce constat lui venait une question qu’il posa à haute voix. "Des herbivores...Ils sont en semi-liberté et la zone est protégée par un système informatique." Il n’avait pas porté son regard sur la jeune femme qui l’avait rejoint dans l’allée vide. Son regard azur n’avait pas cillé et il restait fixer sur cette carcasse en plein milieu de notre trajectoire qui laissait  entendre que les dires de l’inconnue étaient faux. "Ce n'est pas un animal de Jurassic World...Du moins, ce n'est pas une espèce présente dans les plaines." Il descendait enfin son regard sur elle comme si elle avait lu dans ses pensées. Répondant à une question qu’il était le seul à se poser jusque-là. Mais ça venait de faire tilt dans sa tête et d’un seul coup il s’était mis à regarder autour de lui à la recherche de quoi communiquer avec les gars de la sécurité, ou de la centrale, ou peu importe du moment qu’il pouvait s’assurer que quelqu’un savait dans quelle situation ils étaient et qu’une équipe allait leur venir en aide. "Il y a une caméra ici...D'après ce que, j'ai entendu dire elle est reliée directement au service de technicien." Il se stoppait net de chercher pour regarder la jeune femme qui regardait elle-même en direction de la caméra faisant de grand gestes devant. Est-ce que cela pouvait vraiment fonctionner ? Il l’espérait, sincèrement ! Car l’idée d’avoir un carnivore autour d’eux pour sa première sortie sur le parc était loin de l’enchanter. C’était bien trop réel pour lui. Bien trop violent comparé au monde qu’il avait affronté durant dix ans.

Un bruit sourd raisonnait dans toute la nacelle, il était puissant et faisait trembler les matières autour de nous. La respiration de Matthias s’accélérait d’un seul coup sans qu’il ne sache réellement pourquoi ni comment. Sans doute l’effet d’un instinct en lui. Le plus primal et primaire. L’instinct de protection dont était pourvu chaque être humain depuis que l’homme était Homme. "C'est pas bon signe..." L’avait-il entendu dire, il n’avait pourtant pas bougé de sa place, se tenant aux têtières des sièges de chaque côté de lui. Il s’en serait bien passé de celle-là ! Le sol tremblait de plus en plus, le bruit se rapprochant tout autant au point de devoir lui faire serrer les doigts lorsque l’armature de la nacelle s’était mise à tanguer. "...Carnivore..." Vraiment ? Comme s’il ne l’avait pas deviné tout seul comme un grand celle-là… Il se serait bien laissé à une tranche d’ironie, mais il était bien trop occupé a regarder autour de lui à travers les vitres pour voir d’où l’animal allait apparaître. Mais il eut très vite la réponse à cette question encore une fois non dite, puisqu’une patte était apparues par l’une des vitres du tram, réduisant la luminosité à l’intérieur comme si la nuit était soudainement tombée, mais d’un seul côté. Il sentait l’adrénaline mélangé à la peur pulser dans ses veines. Il ne s’était jamais posé la question, pensant que ce type de situation n’arrivait que dans les films, mais maintenant qu’il y était. Il n’arrivait même pas à réfléchir pour savoir quoi faire avec exactitude. Il ne s’y connaissait pas vraiment en dinosaure et tout ce qu’il savait, il l’avait vu dans les films ! Seulement il n’était pas dans un film. C’était bien la vraie vie et il prenait trop soudainement conscience que leur vie à tous les deux étaient à présent en jeu. "Ne faites pas un geste..." Il n’en avait pas eu l’intention de toute façon. C’est bien une chose qu’il avait retenu au cours de sa vie. Face à un prédateur, peu importe l’espèce, il valait mieux éviter les gestes brusques, voir les gestes tout courts. Avec un peu de chance le carnivore allait simplement passer son chemin. Mais il doutait de la chance qu’il pouvait porter en lui. Car avec de la chance, Matthias n’aurait surement jamais fait de prison… Cette pauvre fille était malheureusement tombée avec le mauvais gars.

L’animal faisait trembler le sol sous ses pattes et il devait se retenir de toutes ses forces aux sièges autour de lui et il fixait son regard sur elle, jugeant des expressions de son visage. Tentant parfois des regards vers la vitre. La lumière à l’intérieur de la nacelle s’assombrit encore plus et voilà que nous étions presque nez à nez avec une œil immense d’un jaune angoissant. Il se concentrait sur la jeune femme, la peur bel et bien au ventre, mais il percevait d’ici les tremblements de celle-ci et s’ils avaient tous les deux, ils n’arriveraient à rien. La peur de mourir il l’avait déjà connu plus d’une fois, il savait qu’il pouvait garder le calme nécessaire pour elle aussi. L’œil disparut de la vitre et l’animal reprenait sa marche, s’avançant à l’opposé du tram comme s’il avait l’intention de le contourner. Il en profitait pour faire quelques pas en direction de la jeune femme. Des pas lent manquant de trébucher chaque fois que l’animal posait lui aussi sa patte au sol. Fort heureusement ils n’étaient pas loin l’un de l’autre et il eut tout juste le temps de se stopper face à elle quand l’animal avait de nouveau descendu sa tête nous gratifiant à nouveau de son œil jaune. Mais au contraire de la première fois, il se mit à tester l’engin de métal en poussant légèrement de son nez. La coque se mise à trembler et nous manquions tous les deux de tomber. Un son provenant de la gorge de la jeune femme commençant à percer, mais par reflex et d’un geste rapide il avait enroulé l’un de ses bras autour de ses épaules pour se coller à elle et il avait plaqué son autre main contre sa bouche pour la faire taire aussitôt.

Un silence pesant régnait et Matthias se demandait si l’animal avait entendu la jeune femme. Mais encore une fois la réponse ne se fit pas attendre. L’animal qui s’était redressé venait de donner un nouveau coup de nez dans la nacelle la faisant bouger violemment sur le côté, les déstabilisant tous les deux et Matthias avait été dans l’obligation de lâcher la jeune femme pour se rattraper une fois encore aux sièges. Un nouveau bruit venait alors lui fendre les oreilles à tel point qu’il dut se couvrir les oreilles à l’aide de ses mains pour tenter d’atténuer le bruit assourdissant du crie de l’animal. Tout le long il eut l’impression que ses tympans étaient en train d’éclater ! C’est le nouveau coup de nez toujours plus violent dans la nacelle qui le fit bouger une nouvelle fois, sauf que le poids et la gravité les avaient à présent fait basculer sur le flan de la boite de métal, tout le côté gauche se retrouvant à présent vitre contre l’herbe qui s’était aplatis sous leur poids. Dans le mouvement Matthias s’était accroché à la jeune femme pour éviter qu’elle ne vole trop loin de lui et coincé entre deux sièges il avait dû forcer sur ses bras pour ne pas l’écraser en se retrouvant au-dessus d’elle. Il était dos aux autres vitres qui se trouvaient à présent dans son dos, mais la jeune femme pouvait parfaitement voir l’animal puisque le tout lui faisait face. Et à la peur dans son regard il avait bien compris que l’animal se trouvait juste au-dessus d’eux. Il plaqua de nouveau sa main contre la bouche de la jeune femme pour ne pas qu’elle crie sous l’effet de la peur. « Regardez-moi, pas lui. » Avait-il murmuré pour attirer son attention sur lui. « Si on ne bouge pas nous n’aurons aucun intérêt pour lui et il s’en ira. » Du moins c’est ce qu’il espérait…
(c) DΛNDELION


couleur matthias : #4682B4

_________________
couleur Matthias : #4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/03/2018
✗ Appels a l'aide : 179
✗ JGolds : 4289

✗ Age du personnage : 27 ans
✗ Métier : guide interprète
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 15 Juin - 10:57
Qu'est-ce qui avait bien pu amener cet animal sur les rails surtout que, ce n'était pas un dinosaure du parc et qui n'était pas présent dans les plaines. D'ailleurs, je mettais rapidement demandé où était passé les dinosaures qui peuplé habituellement les plaines. Il avait un truc qui clochait et j'espérais au fond de moi que, ce n'était rien de grave. Bien entendu, c'était stupide de croire ce genre de chose, nous étions à Jurassic World et au vu du passé de ce lieu, il était rare que rien n'arrive. J'entendais l'homme me dire qu'il fallait qu'on trouve un moyen de communiquer avec l'équipe technique et je lui faisais part de la caméra de surveillance installé spécialement pour ce genre de soucis. Je m'avançais vers celle-ci avant de faire des grands gestes. Je pensais réellement que, le soucis serait vite régler mais, lorsque des bruits de pas se firent entendre et firent vibrer la cabine du tram, je compris immédiatement que, nous allions passer un moment de stress et d'angoisse. J'avais reconnu le bruit de pas d'un carnivore bipède, je savais que la T-Rex était sagement dans son enclos et qu'il ne pouvait pas s'agir d'elle mais, alors lequel ? La réponse ne mit pas longtemps à venir quand l'animal vint à côté du wagon et nous offrit le spectacle de son oeil dans la vitre. Je resserrais mes doigts sur les fauteuils et je pouvais sentir les larmes couler le long de mes joues. L'animal nous observait pendant un instant avant de partir en direction de l'avant du wagon, une fois encore j'avais l'espoir qu'il nous laisse tranquille mais, c'était surement trop demander. Il avait trouvé quelque chose d'intéressant et je ne doutais pas qu'il est déjà sentis notre odeur. Mes yeux se posèrent sur l'homme qui m'accompagnait et je le voyais se rapprocher doucement de moi. J'avais envie de fuir en courant mais, se serait une action idiote et totalement dangereuse. Je tentais de me concentrer sur lui pour garder un peu de raison dans mon esprit. Ce fut lorsque, le carnotaurus donna un coup dans l'engin et fit trembler un peu plus le métal que, je fus comme absente de mon corps. Un bruit sortie de ma gorge sans que, je puisse contrôler quoi que ce soit. La main de mon compagnon vint rapidement se poser sur ma bouche et je pouvais sentir les larmes couler encore d'avantage sur mes joues. Je ne voulais pas mourir ici et je commençais même à regretter d'être présente dans ce wagon maudit. Je posais mes yeux sur le t-shirt de l'homme essayant de penser à autre chose et de me calmer. Les bras de mon co-équipier d'infortune autour de moi, je pouvais sentir mon propre corps trembler. Un nouveau coup dans la nacelle qui cette fois vint nous déséquilibrer tout les deux. Je sentais les bras qui m'enlacer juste avant se détacher de moi et je tomber rapidement sur le siège à côté de nous manquant de me cogner la tête dans la vitre. Un cri profond et assourdissant se fit alors soudainement entendre et mon instinct eut le réflexe de faire poser mes mains sur mes oreilles et de ramener mes jambes contre ma poitrine. C'était un cri agressif et qui hante les cauchemars les plus horrible. Je me demandais si, les caméra avaient enregistré tout ceci et si, l'équipe technique allait prévenir les gardes chasse. Je n'avais nullement envie de servir d’apéritif à cet animal. Le cri s'arrêta mais, le dernier coup que, l'animal donna eut raison de l'engin. Le bruit du métal se fit à nouveau entendre et je sentais mon corps basculer dangereusement en dehors des sièges. Heureusement, je fus bien vite rattraper par l'homme qui réussi à nous faire rester entre la ranger de siège. Ma tête et mon dos heurta durement la vitre et j'eus besoin d'un instant pour comprendre ce qui était entrain de se produire. Je fis une moue de douleur avant d'ouvrir les yeux et de reposer mon regard sur le carnivore qui était entrain de nous contempler par la ranger de vitres. Je compris alors soudainement qu'il avait réussi à faire basculer la navette et que, mon corps était contre la vitre. Une inspiration vint soudainement dans mes poumons et alors que, j'allais laisser exploser ma peur, la main de l'homme se mit une nouvelle fois sur ma bouche. « Regardez-moi, pas lui. » Je glissais mon regard sur lui essayant de faire ce qu'il m'avait indiqué, j'avais l'impression que c'était peine perdu et que, nous allions mourir dans ce tram. « Si on ne bouge pas nous n’aurons aucun intérêt pour lui et il s’en ira. » Je hochais discrètement la tête pour lui signifier que, j'avais compris bien que, les larmes soient toujours présente sur mes joues. J'avais finis par enfuir mon visage contre le t-shirt de mon compagnon d'infortune lorsqu'un bruit se fit une nouvelle fois entendre dans la coque de métal et je compris rapidement qu'il s'agissait des roues. Le tram par automatisme devait surement se relancer et les roues c'étaient mise en action. Le côté gauche étant encore légèrement sur les rails vint faire bouger brutalement l'appareil et mon corps glissa brusquement sur la vitre. L'animal se redressa et prit la direction de la roue à l'avant, on pouvait l'entendre grogner après et il semblait garder une distance avec elle. Il claquait des dents à certains moment comme désireux de l'arrêter. Je regardais l'homme toujours au dessus de moi avant de me souvenir que, j'avais mon téléphone portable dans mon sac, sac qui avait d'ailleurs dû basculer avec nous. "...Dans mon sac...j'ai mon téléphone, je pourrais envoyer un message à une collègue pour qu'elle fasse intervenir la sécurité..." Avais-je murmurais pour que, l'animal ne se déconcentre pas de la roue du tram. J'allais devoir faire vite car, il aurait vite fait de se lasser du mécanisme du tram, je me glissais un peu en m'aidant de la vitre dans mon dos et je me rapprocher du plafond du wagon. Je jetais un rapide coup d’œil au siège où j'étais assise quelque minutes avant, mon sac avait volé un peu plus à l'arrière du wagon. Je tournais ma tête pour contrôler l'emplacement du carnivore toujours concentré sur la roue du wagon. Je redressais un peu mon corps pour me mettre sur mes genoux et mes mains afin de me déplacer plus rapidement et facilement sur le métal du haut des fenêtres. Je prenais soin de faire le moins de bruit possible et je profitais du bruit des roues pour masquer mes mouvements. Sans difficulté j'arrivais à atteindre mon sac et je l'ouvris rapidement pour en sortir mon téléphone portable. Je rédigeais rapidement un message pour qu'il soit le plus compréhensif possible *SOS ! Préviens la sécurité, il y a un carnivore dans les plaines, le wagon est couché sur l'herbe.* Je rangeais mon portable dans la poche de mon jean avant de relever la tête et de voir l'animal juste au dessus de la vitre où je me trouvais. Mon ventre se tordit sous la peur mais, je restais silencieuse et je tentais de faire le moins de geste possible. Il avait encore contourné le tram et je le vis alors descendre son museau contre la paroi métallique avant de soulever une nouvelle fois le tram et de le faire basculer cette fois sur le côté droit. J'avais l'impression d'être un pantin et mon corps fut projeté une nouvelle fois contre la vitre de l'autre bord. Ma tête heurta le carreau de plein fouet et je perdis quelques instants connaissance. Le bruit de coup de feu au loin me ramenèrent dans le moment présent et je me retournais sur le dos pour vérifier où était l'animal. Son cri se fit entendre une fois encore et je posais mes mains sur mes oreilles par réflexe. Est-ce que, l'équipe de sécurité était entrain d'arriver ? Ou est-ce que, j'avais simplement imaginé des tires. En tout cas, pour l'heure, l'animal ne semblait plus vraiment s'occuper de nous, il était en alerte et regardé autour de lui à la recherche surement d'un danger.
Codage par Libella sur Graphiorum


Haley: #ff3366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/05/2018
✗ Appels a l'aide : 149
✗ JGolds : 6696

✗ Age du personnage : 40 ans
✗ Métier : En fin de formation cuisinier
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Juin - 23:07

une découverte bien longue
Haley & Matthias

« and I have been ash turned to dust to dirt, and from the earth I will grow again. »
Est-ce qu’il pouvait parler de chance en sachant que la navette n’avait pas explosé. Ils n’étaient pas coincés sous une montagne de débris avec un carnivore de plusieurs tonnes au-dessus d’eux. Et très franchement il n’avait pas très envie que cela arrive. Et si Matthias arrivait à garder son sang-froid, cela ne voulait pas dire qu’il n’avait pas peur. Mais la peur avait deux maîtres d’ordre ! Soit on se laissait submerger par elle, soit on la combattait. Une chance pour l’Allemand qu’il avait toujours été un combatif ! Bien que si on lui posait la question à cet instant même. Il dirait aussi que c’est parce qu’il est dos à l’animal qui s’en prend à il ne sait quoi. Mais cela aussi ça lui va du moment que ce n’est pas l’un d’eux deux. De toute façon cette jeune femme était déjà bien trop apeurée pour lui en rajouter une couche avec sa propre peur. C’était surement l’adrénaline qu’il faisait de lui ce qu’il était à cet instant. Il n’en savait trop rien pour être franc, mais cela lui convenait parfaitement du moment qu’ils arrivaient à s’en sortir.  Suspendue au-dessus d’elle, sa main était de nouveau plaquée contre sa bouche pour ne pas qu’elle crie. Et l’effet escompté était là puisqu’elle avait aussitôt avorté son besoin compréhensible d’hurlé sa peur. Il ne doutait pas que pour elle c’était un effort physique intense que de réprimer cela. Il lui parlait à voix basse espérant que c’était suffisamment bas pour que l’animal ne l’entende pas et il tentait de la calmer, de lui donner une marche à suivre aussi. Elle hochait la tête et les pupilles bleus azurs de Matthias suivaient le sillon humide que laissaient les larmes de la jeune femme sur ses joues. Du revers du pouce il chassait les suivantes, mais n’eut pas le temps d’en essuyer d’autre puisqu’elle était venue cacher son visage contre sa poitrine. Il fronçait les sourcils, autant déconcerté par cette soudaine proximité que par cette situation dans laquelle ils étaient.

Il redressait vivement la tête en direction de l’avant du tram en entendant le bruit des roues qui s’étaient remisent à tourner il ne savait pour quelle raison, mais cela semblait occupé le carnivore. C’était déjà ça de gagner. Matthias bougea un peu au-dessus de la jeune femme pour lui laisser plus de place tandis qu’il regardait autour d’eux en quête d’une idée lumineuse. "...Dans mon sac...j'ai mon téléphone, je pourrais envoyer un message à une collègue pour qu'elle fasse intervenir la sécurité..." Il la regardait restant silencieux et hochait la tête de façon affirmative se décalant aussitôt à côté d’elle pour lui laisser plus de place et l’aisance nécessaire pour chercher son sac à main qui avait visiblement volé plus loin d’eux. Il avait pensé à maintenir l’inconnue, mais pas le sac qui allait avec. Dommage. Matthias regardait en direction du dinosaure tout le temps où la jeune femme était en mouvement. Il faisait le guais pour être sûr que la voix était libre. Soit l’animal en avait eu assez de cette fichue roue, soit il avait entendu les déplacements de la jeune femme et Matthias s’était tourné vers elle en essayant d’attirer son attention avec des bruits de bouche. Mais elle n’avait pas réagi un seul instant et au moment où elle avait rangé son téléphone dans la poche de son jean elle avait relevé le nez sur la vitre juste au-dessus d’elle. Il ne voyait pas la même chose qu’elle, mais il voyait le corps du carnivore qui regardait très clairement à l’intérieur de la nacelle. Ou était-ce une impression ? Son action suivante ne laisser pas vraiment de doute il fallait l’avouer puisque le wagon avait de nouveau volé. Les laissant se faire ballotter dans l’habitacle de métal tel des poupées de chiffon.

Le roulé boulé de la nacelle contre le sol avait réussi à briser les vitres cette fois-ci et Matthias avait tous juste eu le temps de recouvrir son visage à l’aide de ses mains pour se protéger que les débris leurs tombèrent dessus. Quand un semblant de calme était revenu il avait cherché du regard la jeune femme, ses yeux tombé sur son visage qui semblait endormis. Il avait compris qu’elle avait perdu connaissance ! L’animal lui tentait à présent de fourrer son nez à travers l’ouverture que formait la fenêtre, toujours au-dessus de la jeune femme et une nouvelle dose de stresse monta en flèche dans ses veines. Il devait attirer l’attention de l’animal ailleurs que sur elle. Il se précipitait prudemment vers l’avant à la recherche de quelque chose qu’il pourrait laisser, ou peu importe quoi en réalité… Il tomba sur une petite mallette refermant une fusée éclairante et des cartouches. Il s’en saisi aussitôt et la chargea avant de coincé l’objet dans sa ceinture et se redresser de toute sa hauteur pour tenter d’atteindre les vitres hautes. Il avait beau être grand, ce n’était pas suffisant. Il lança un nouveau regard en direction de l’animal qui avait de nouveau disparu. Il ne bougea plus pendant de longues secondes avant que le sol ne tremble à nouveau sousses pas. Il tenta un bond pour atteindre la fenêtre, tirant sur ses bras pour se hisser vers le haut, mais du coin de l’œil il vit l’animal et la peur le saisissant aussitôt il s’étala contre le fond de la nacelle. Son souffle de coupa et il lui fallut encore quelques secondes pour comprendre qu’il s’était blesser au bras. Il tourna la tête en direction de la jeune femme qui n’avait toujours pas repris connaissance et souffla un bon coup avant de se redresser. Il chercha une autre sortie du regard avant de voir que les vitres avant n’avaient pas totalement explosé. Il s’y dirigea en rampant et Matthias attrapa la fusée toujours accrochée à sa ceinture et tira dans la direction opposée à la navette.  L’animal leva la patte arrière qu’il avait posée sur la zone arrière en y reportant tout son poids pour s’engager derrière la fusée. Matthias ne perdit pas une minute de plus pour foncer rejoindre la jeune femme et attraper le téléphone dans sa poche pour composer le numéro se trouvant sur l’encadré à l’intérieur du train qui disait "Qui contacter en cas de danger". Le téléphone était toujours en train de sonner quand la jeune femme commença à ouvrir les yeux et aussitôt il vint se poser près d’elle pour lui maintenir la tête. Mais il n’en eu pas le temps puisque le carnivore décida de pousser un cri. Il laissa tomber le téléphone pour se boucher les oreilles.

Lorsqu’il retira ses mains de ses oreilles, il crut halluciner d’entendre un hélicoptère. Mais son reflex de lever le nez vers le ciel lui laissa le temps de le voir effectivement voler au-dessus d’eux, relativement assez bas. Il était alors rassuré de savoir que la sécurité était déjà en action et que les renforts n’allaient pas tarder. L’hélicoptère étant le moyen le plus rapide il était logique qu’il soit là le premier. Mais il ne savait pas s’ils devaient sortir de la nacelle, ou attendre les secours ici… Il regardait alors la jeune femme, une main qui maintenait la plaie de son bras sanguinolente entre ses doigts. « C’est plus qu’une question de temps maintenant. » Il aurait bien tenté un sourire s’il n’avait pas oublié comment faire. Pour lui une expression neutre était un sourire. C’est ce qu’il pouvait faire de mieux…  
(c) DΛNDELION


couleur matthias : #4682B4

_________________
couleur Matthias : #4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/03/2018
✗ Appels a l'aide : 179
✗ JGolds : 4289

✗ Age du personnage : 27 ans
✗ Métier : guide interprète
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 17 Juin - 12:08
Le portable dans les mains, j'avais réussi à envoyer un message à une collègue guide pour qu'elle puisse prévenir la sécurité et peut-être les techniciens du tram qui, n'avait pas semblaient bouger depuis qu'on était sur le flanc de l'engin. Je rangeais mon téléphone dans la poche de mon jean avant de relever la tête. La luminosité avait nettement baissé soudainement et je tombais nez à nez avec le carnivore. Un peu énervé, il poussa une nouvelle fois le wagon du tram et mon corps bascula entre une rangée de siège. Ma tête heurta violemment la vitre et je perdis subitement connaissance. J'aurais mieux fais de m'abstenir cette promenade, j'aurais dû me contenter de simplement regarder le plan au lieu de vouloir tester les différentes attractions que, le parc proposé. Des bruits lointain semblait me venir aux oreilles et j'ouvris difficilement les yeux. Je ne sais pas exactement combien de temps j'étais resté inconsciente, je ne savais pas non plus ce qui c'était passé pendant ce laps de temps. Je me retournais pour me mettre sur le dos et ainsi décoller ma joue de la vitre froide du tram. Je posais ma main sur mon front qui avait heurté le verre. Je décollais ma main et je remarquais un peu de sang, ma peau avait craqué sous le choc à moins que, ce soit les vitres explosées qui m'avait coupé ? Je remarquais un mouvement à côté de moi et j’aperçus l'homme, ce compagnon d'infortune dont j'ignorais le prénom et qui m'avait sauvé la vie. Sans lui, je serais déjà surement morte et entrain d'être digéré par l'animal. Un frisson me parcouru tandis que, j'entendais les bruits de l'hélicoptère et des armes à feux. Ils avaient mis le paquet pour venir nous délivrer de la boite métallique et je me demandais si, on devait bouger ou rester sagement là. « C’est plus qu’une question de temps maintenant. » Je posais mon regard sur lui et je remarquais que, son bras était blessé, j'avais loupé surement beaucoup de chose en étant inconsciente. "Vous êtes blessé..." J'étais surement pas dans le meilleur état non plus sachant que, je pouvais sentir le sang glisser doucement sur mon front. "Merci...De m'avoir sauvé la vie et d'avoir gardé un contrôle sur vous pour pas que, je panique d'avantage...Et je suis désolé de vous avoir mis dans cette situation..." Je faisais une moue tandis que, j'attendais le bruit des moteurs, l'équipe de sécurité était surement au complet maintenant et ils allaient repousser le carnivore pour qu'on puisse sortir en toute sécurité de cet engin. En tout cas, je n'étais pas prête de recommencer l'aventure du tram et il avait encore des choses à faire pour pleinement accueillir du publique dans ce parc. Les dinosaures sauvage était bien plus dangereux que, ceux qu'on avait enfermé. Il ne faudrait pas qu'une catastrophe comme la première fois se reproduise. "Au faites..." Je reportais mon attention une nouvelle fois sur lui et je plongeais mes yeux dans les siens. "Je m'appelle Haley. Je me rends compte qu'on a même pas pris la peine de se présenter avec toute cette histoire." Je lui souris un peu bien que, j'avais plutôt envie de m'effondrer et de pleurer toutes les larmes que, j'avais accumulé durant cette difficile épreuve. Un bruit attira soudainement mon attention et je sursautais en voyant une tête à travers la vitre cassé. Il s'agissait d'un technicien que, j'avais croisé avant de monter à bord du tram. "Tout vas bien ? L'équipe de sécurité à réussi à faire partir le carnivore, l'équipe de secours arrive. Surtout ne bougez pas les pompiers vont venir vous aider." Il nous laissa un sourire qui se voulait surement réconfortant avant de disparaître une nouvelle fois. Je me tournais légèrement sur le côté pour me mettre face à mon coéquipier d'infortune, sa main était toujours appuyé sur sa plaie. "Vous pensez que, c'est le message avec mon portable ou la caméra de surveillance du tram qui nous a permis d'être libéré de l'animal ?" Je ne savais pas trop quoi penser de tout ceci, ils avaient mis quand même du temps à intervenir à mon sens et je trouvais ça étrange sachant qu'il avait une caméra. De plus, ils avaient forcément dû voir que, le tram était à l'arrêt mais, personne n'a tenté de nous signaler qu'ils étaient en route. Une nouvelle tête apparut dans la vitre et il s'engouffra à l'intérieur de l'engin pour venir vers nous. "Tout vas bien ? Rien de cassé ?" Je secouais la tête pour indiquer que, pour ma part, je n'avais rien de casser. Il inspectait rapidement la plaie sur mon front avant d'appeler un collègue à la rescousse. Je le voyais ensuite se tourner vers l'homme pour vérifier la plaie de son bras. Un autre homme apparut dans mon champ de vision et vint appuyer sa main sur mon bras. Il m'aidait à me redresser attendant à certains moment pour voir si, je n'allais pas tourner de l'oeil. Heureusement, je n'avais qu'une égratignure sur le front et j'étais pleinement consciente. Je me hissais vers la vitre brisé avant d'être aidé par un autre pompier. L'air frais vint me saisir la gorge pendant un petit instant et je voyais l'hélicoptère survoler la forêt pendant qu'une multitude de jeep étaient entrain de faire des aller et venu sur la plaine. Je glissais une mèche de cheveux derrière mon oreille tout en suivant le pompier jusqu'au camion où il me proposa de m'asseoir sur le bord pour s'occuper de nettoyer ma plaie. Mon attention se reportait alors sur l'engin couchait sur le flanc droit, j'attendais simplement de voir l'homme sortir de la boite métallique et de m'assurer qu'il serait pris en charge pour son bras blessé.
Codage par Libella sur Graphiorum


Haley: #ff3366
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/05/2018
✗ Appels a l'aide : 149
✗ JGolds : 6696

✗ Age du personnage : 40 ans
✗ Métier : En fin de formation cuisinier
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Juil - 19:12

une découverte bien longue
Haley & Matthias

« and I have been ash turned to dust to dirt, and from the earth I will grow again. »
C’était les seuls mots qu’il avait trouvé pour rassurer la jeune femme. Il était bien incapable de faire plus.  Mise à part continuer de tenter de la protéger tant que la sécurité du parc ne l’aurait pas prise en charge. "Vous êtes blessé..." Il descendait ses yeux sur la main d’où coulait le sang entre ses doigts. « Ce n’est rien ! » En effet ce n’était rien comparé au fait qu’ils étaient encore en vie ! "Merci...De m'avoir sauvé la vie et d'avoir gardé un contrôle sur vous pour pas que, je panique d'avantage...Et je suis désolé de vous avoir mis dans cette situation..." Il la regarde à nouveau, toujours muet et il réfléchit à ses mots, mais aussi à ceux qu’il va bien pouvoir prononcer. « Vous n’y êtes pour rien. Personne ne pouvait prévoir qu’un carnivore se trouverait dans le coin aujourd’hui. »  Enfin… il pense que si, vu le nombre de caméras dont devait être doté le parc, quelqu’un aurait bien du voir la carcasse de cet animal mort sur les rails et le tram n’aurait tout simplement pas du partir de sa gare. Mais il n’allait pas lui dire, ce n’était pas le moment, ni le lieu. Et de toute façon, il était impossible de refaire le passé… Car s’il pouvait remonter le passé, il n’aurait jamais assisté à ce braquage qui a mal tourné en sa défaveur. Il aurait évité la taule des dix dernières années et il aurait fait quelque chose de sa vie. Il détournait les yeux, vers le ciel lorsque les bruits se rapprochait autour d’eux et de leur prison de métal et de verre brisé. Mais il ne serait soulagé qu’une fois qu’il serait dans une voiture ou dans un hélicoptère en direction de l’infirmerie. C’était encore bien trop tôt pour lui-même s’il sentait déjà l’adrénaline se dissiper dans ses veines et qu’il commençait à sentir une fatigue s’emparer de lui. Il luttait et la voix de la jeune femme l’aidait. "Au faites..." Il tourne la tête vers elle, ses yeux lutant pour rester ouvert. "Je m'appelle Haley. Je me rends compte qu'on a même pas pris la peine de se présenter avec toute cette histoire." Il tente un sourire, mais cela ressemble plus à une grimace. Décidément il c’est trop pour lui, il a quitté depuis bien trop longtemps la société pour savoir encore comme les choses simples pouvaient fonctionner ! « Matthias. » Avait-il lâché dans un soupire. Mais il devenait de plus en plus difficile pour lui de suivre ce qu’il se passait autour de lui et une certaine panique s’emparait de lui puisqu’il commençait à ne plus sentir son bras. "Tout vas bien ? L'équipe de sécurité a réussi à faire partir le carnivore, l'équipe de secours arrive. Surtout ne bougez pas les pompiers vont venir vous aider." Il avait sursauté en ne s’attendant pas à cette intrusion. Pour ne pas bouger, il était sûr qu’il n’allait rien en faire. Il avait déjà du mal à rester éveillé, alors bouger son squelette était une tâche qui lui semblait insurmontable pour le moment. "Vous pensez que, c'est le message avec mon portable ou la caméra de surveillance du tram qui nous a permis d'être libéré de l'animal ?" Il tourne la tête en direction d’Haley et il tente de se redresser un peu en poussant sur ses jambes, mais l’effort lui semble surhumain. Il ouvre la bouche et se rend compte qu’elle est très sèche et se racle alors la gorge pour retrouver sa voix. « Les deux peut-être. » Déjà qu’il n’est pas l’homme le plus bavard de la terre lorsqu’il va bien, alors là, il s’efforce de finir sa phrase au plus vite, tout en gardant la politesse de répondre à la jeune femme. Après tout cela a le don de monopoliser sa concentration et sans cela, il y a bien longtemps qu’il serait parti dans les bras de Morphée. Un autre homme était apparu au-dessus de nos têtes. Il l’avait vu remuer les lèvres, mais il était bien incapable de savoir ce qu’il avait pu dire. Il se sentait partir et perdre connaissance.

{ Le pompier qui avait pénétré dans le tram pour s’assurer de l’état des deux personnes coincées dedans avaient vu le grand blond partir. Il avait crié à l’un de ses collègues de venir récupérer la jeune femme et qu’il allait lui falloir du matériel et de l’aide pour l’homme. Il ne dit rien tant que la jeune femme se trouvait avec eux, mais dès l’instant où elle était sortie de la boite métallique il avait demandé un point de compression au niveau de l’épaule.  L’homme blessé avait perdu beaucoup de sang, il avait suffi de le bouger un peu pour le comprendre, tout avait coulé derrière et invisible au premier coup d’œil. « L’artère humérale est sectionnée, faut le rentrer d’urgence. » Il avait alors demandé un hélico dans sa radio et un brancard au reste de ses collègues sur place pour installer l’homme dessus et pouvoir le sortir de là comme ils pouvaient. Une fois l’hélico sur place, il avait été décidé que la jeune femme monterait avec eux, pour l’évacuer le plus rapidement possible des lieux, mais aussi qu’un des médecins du parc l’examine pour s’assurer qu’elle n’avait pas elle aussi quelque chose de grave. C’est arrivé au parc que les deux compagnons d’infortunes ont étaient séparés. L’un partant d’urgence au bloc pour se faire recoudre, tandis que l’autre aller passer un examen complet auprès d’un médecin. }

Il avait la tête dans le gaz, comme si une infinité de bulles remontaient dans sa tête. Il tentait d’ouvrir les yeux, sans succès. Il tournait la tête, un léger gémissement s’échappant de sa gorge alors qu’il entamait un reflex de sussions parce qu’il avait la bouche sèche et qu’il avait l’impression que sa langue était faite de verre. Il sentait une présence auprès de lui, une voix aussi. « De l’eau… » Avait-il enfin réussit à dire dans un râle de souffrance. Il sentait une main venir se poser contre l’arrière de son cou pour l’aider à se redresser, ses yeux daignant enfin à s’entrouvrir. Le dur d’un gobelet en plastique venait s’enfoncer entre ses lèvres et de sa main valide il aidait la main inconnue pour verser le liquide dans sa bouche. Il manquait de s’étouffer, voulant aller trop vite. Une quinte de toux le saisi et il réussit enfin à ouvrir complètement les yeux. Oubliant sa soif le temps de chercher où il pouvait bien être. Mais ce besoin vital le reprenant presque instantanément. Il levait les yeux, rencontrant le visage de son infirmière, cette sauveuse qui lui avait donné de l’eau pour qu’il se désaltère. Elle n’était autre que cette inconnue du tram. « Encore ! » Avait-il demandé, la fixant tandis qu’elle s’écartait de lui pour remplir à nouveau son verre. Il ne savait pas vraiment ce qu’il éprouvait au fond de lui à cet instant présent. Après avoir frôlé la mort, après avoir tenté de protéger cette même femme. Il avait le sentiment qu’une chose avait changé, et que la vie avait lié son destin au sien.  Seul l’avenir dirait si c’était vrai ou non et si s’était une bonne chose. « Merci. » Avait-il dit après avoir bu son second verre un peu plus lentement cette fois. Son regard vert planté droit dans le regard de la jeune femme.
(c) DΛNDELION


couleur matthias : #4682B4

_________________
couleur Matthias : #4682B4
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/03/2018
✗ Appels a l'aide : 179
✗ JGolds : 4289

✗ Age du personnage : 27 ans
✗ Métier : guide interprète
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 23 Juil - 14:16
Les yeux rivés sur la carcasse métallique, je guettais le moment où Matthias allait sortir et me rejoindre. J'étais assise sur le bord de l'ambulance essayant de faire abstraction de l'ambulancier qui était autour de moi. Il avait appliqué une compresse sur mon front ensanglanté et je pouvais sentir le produit désinfectant venir faire son effet et pétiller dans ma plaie. Je laissais échapper un léger gémissement de douleur et j'entendais l'homme s'excusait immédiatement de m'avoir fait souffrir. Je souris un peu pour le rassurer "Ce n'est pas grave...Au moins, ça me prouve que je suis en vie..." Un message surgit alors de son talkie Walkie et je crus comprendre que Matthias avait un soucis. Je captais simplement les mots homme dans le tram avec une violente hémorragie. Mon sang ne fit qu'un tour et je me relevais rapidement pour retourner vers le tram. Hélas, je n'étais pas très rapide et l'ambulancier m'attrapa avant de me ramener vers l'ambulance. "Je dois voir si, tout vas bien !" Lançais-je à l'intention du personnel soignant qui me forçait à m'asseoir. Je ne pouvais pas laisser Matthias à l'article de la mort alors qu'il m'avait sauvé la vie contre le carnivore. Je voyais l'infirmier remuer la tête négativement. "Vous devez rester ici mademoiselle...Je vous assure que, mes collègues font tout leur possible pour intervenir rapidement. Il n'arrivera rien à votre conjoint." Je restais un moment stupide à cette dernière remarque, mon conjoint ? On s'était simplement connu dans le tram. "Vous devez faire erreur..." Articulais-je alors qu'il reprenait la parole soudainement. "Non je vous assure qu'il est entre de bonnes mains...D'ailleurs, je vais vous inviter à monter dans l'ambulance. J'ai besoin de faire des examens complémentaire pour être sur que, vous ne souffrez pas d'un traumatisme crânien."

J'avais reçu les soins nécessaire et j'avais rapidement pu sortir de l'infirmerie mais, j'avais voulu savoir pour Matthias. On m'avait fait comprendre qu'il avait perdu beaucoup de sang et qu'il allait être rapatrié en hélicoptère. D'ailleurs, ils cherchaient un donneur potentiel sur le parc. "Je peux vous aider !" Lançais-je rapidement à l'infirmière. "Je suis O négatif et par conséquent donneur universel." L'infirmière hocha rapidement la tête avant de m'inviter à la suivre. Elle entra dans une pièce où un médecin était entrain de regarder les différents dossier du personnel du parc. "J'ai trouvé monsieur ! Cette jeune femme est donneuse universel." Le médecin se retourna vivement avant de poser un regard sur moi et son visage s'illumina. "Parfait ! Vous n'êtes pas trop fatigué après le choc que vous avez vécu ?" Je secouais la tête et même-ci j'étais fatigué il était hors de question que, je joue les princesses alors que la vie de Matthias tenait entre deux fils. Je suivais le médecin qui m'entraîna rapidement dans la chambre où ils avaient installé l'homme. Le médecin fit apporter un siège et m'invita à m'installer dessus. Une fois confortablement installé dans le siège, le médecin vint l'allonger et déposa une couverture sur mes jambes. "Nous n'avons pas de temps à perdre mademoiselle...Nous allons donc faire une transfusion sanguine en direct...C'est à dire que, votre veine sera reliée directement à celle de monsieur Hafner par un tuyau." Je hochais la tête avant de tendre mon bras. "Il va falloir rester tranquille pendant au moins 1 heure." Je pouvais rester toute la nuit si, c'était pour sauver Matthias. Je tournais la tête alors que, le médecin enfonçait l'aiguille dans mon bras. Je contemplais mon sang partir dans la veine de Matthias espérant ainsi pouvoir lui sauver la vie.

J'avais des difficultés pour dormir si bien que, je passais une grande partie de la nuit à venir prendre soin de Matthias qui n'avait toujours pas repris connaissance. Je faisais en sorte de toujours être présente et on m'avait rapidement re-solliciter pour lui offrir mon sang. J'avais accepté sans jamais bronché ce qui avait permis de ne pas perdre trop de temps et de pouvoir sauver l'homme. « De l’eau… » Je me levais d'un bond pour attraper le verre et verser dedans de l'eau bien fraîche. J'avais du mal à croire qu'il avait repris connaissance. Je venais l'aider à se redresser pour boire une gorgée d'eau prenant soin de retirer le verre lorsqu'il fut prit d'une quinte de toux. Un sourire se dessina sur mes lèvres tandis que, je croisais son regard. « Encore ! » Je hochais la tête avant de venir une nouvelle fois l'aider à boire le verre. [color=#4682B4]« Merci. »[color] Je m'assis sur le siège, ce siège qui m'avait accueillit durant toute la convalescence de Matthias et qui m'avait également soutenu lors des transfusions sanguine. "Comment vous vous sentez ?" Demandais-je doucement. "Vous m'avez fait peur...Heureusement que, les équipes ont pu rapidement vous prendre en charge." Je conservais mon sourire le coeur un peu plus léger de voir qu'il allait mieux.
Codage par Libella sur Graphiorum


Haley: #ff3366
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: Area 1 - LE VILLAGE ET LE PORT :: Attraction - Le Tram-
Sauter vers: