AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.


Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES


 ::  :: AREA 4 - LA FORET Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

(DINO) Pour ça comme pour le reste, on n'est pas hauteur de la légende + jéricho

avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 03/05/2018
✗ Appels a l'aide : 29
✗ JGolds : 9231

✗ Age du personnage : trente-six ans
✗ Métier : garde-chasse ; guide safari
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Mai - 17:08

pour ça comme pour le reste, on n'est pas à hauteur de la légende
Ben si, si c’est l’même volume sonore, on dit "équidistant" [...] S’ils sont équidistants en même temps que nous, on peut repérer le dragon par rapport à une certaine distance. Si le dragon s’éloigne, on s’ra équidistant, mais ça s’ra vachement moins précis et... et pas réciproque.
Rétrospectivement, partir battre la jungle à deux – et demi, si on comptait les deux types qui leur filaient le train depuis leur départ – à la recherche d’un hypothétique dinosaure blessé n’était peut-être pas l’idée du siècle. Pourtant, à la base, tout partait de leurs bonnes âmes. Mais ne dit-on pas que la route vers l’enfer est pavée de bonnes intentions ?

Une précédente expédition leur avait laissé à penser qu’un dinosaure blessé traînait sa carcasse à travers la jungle. Autrement dit, une proie facile pour les bestioles à grosses dents qui hantaient encore la forêt. Surtout avec un petit dans ses traces. Elle-même et l’idiot de vétérinaire qui lui servait de meilleur ami soutenaient que ça ne pouvait être qu’un herbivore, mais la direction n’avait rien voulu entendre. Ou plutôt, n’en avait eu que faire. Dans toute autre situation, s’il s’était agi d’un okapi ou d’un lion, elle aurait déjà été lancée sur les chemins, à la recherche de cette pauvre bête en perdition, enfermée dans un enclos naturel à cause des Hommes, mais en matière de dinos, elle devait reconnaître maquer encore de connaissances, et avoir hésité.

Mais le fait est qu’elle ne pouvait pas dire non, surtout pas à Jéricho. Ainsi partirent-ils aux aurores, alpaguant deux énervés de la gâchette pour les accompagner. Ils avaient râlé, mais au fond ces mecs-là fonctionnait à l’adrénaline et rêvaient tous de se frotter à un reptile géant, surtout ceux avec des dents. Et voilà qu’elle se retrouvait au milieu de la jungle, à courir derrière son ami, avec deux types de l’équipe de sécurité qui bougonnaient dans leur sillage. « Bon, les appâts, vous accélérez le train ? » lança-t-elle dans un cri murmuré à l’attention des deux idiots armés jusqu’aux dents. Refermant la distance– foutues jambes qu’il avait, elle frôlait le claquage juste pour rester à sa hauteur – sans un bruit entre elle et Jéricho, elle ajouta à son attention, narquoise : « Newton, si on finit en zakouski à dino, c’est de ta faute ».

Des heures à crapahuter dans une jungle humide et dense, et pourtant en toute franchise, elle commençait à perdre espoir de jamais retrouver la mère et son petit à temps. Tout dans ce qu’elle voyait lui indiquait que leur opération de sauvetage pourrait déjà être vaine : le dino avait ralenti l’allure, ce qui voulait dire qu’elle faiblissait. Et si elle, faible bipède dans un monde de géants, s’en rendait compte, les carnivores qui trainaient dans le coin devaient le savoir depuis un moment. « Si ça continue, on va trouver un cadavre, tu le sais aussi bien que moi. On est déjà parti trop tard. » Le surréalisme de cette île, c’est que dès qu’un groupe quittait les clôtures protectrices de l’enceinte du parc, toute conversation devait se faire à un volume à peine audible.

Un froissement dans les feuilles la fit s’arrêter. Elle leva la tête, s’attendant toujours à moitié à voire descendre du ciel une gueule pleine de dents, mais c’était juste le vent qui secouait la canopée… ou du moins, elle pensait. Le vert était de tourner à l’orange, et les ombres dans la jungle s’allongeaient. Le peu de lumière qui filtrait à travers la végétation se faisait plus faible, ce qui voulait dire que la nuit approchait. Elle échangea avec Jéricho un regard qui en disait long ; lui aussi avait grandi sur un parc naturel, et il savait que la nuit n’était pas le moment le plus propice à l’exploration. Un léopard qui déboulait par nuit noire c’était une chose, mais un léopard ça ne faisait pas dix mètres de haut et deux tonnes. D’un geste de la main, elle suggéra ce que tous devaient déjà penser : on rentre ?


code by bat'phanie

_________________
.
I do what the good girls don't
Suis-moi dans la ville blafarde et je te montrerai comme je mords, comme j'aboie. (...) Hé toi ! Mais qu'est-ce que tu crois? Je ne suis qu'un animal, déguisé en madone.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 06/03/2018
✗ Appels a l'aide : 1196
✗ JGolds : 3297

✗ Age du personnage : Trente Huit Ans avec le syndrome de Peter Pan
✗ Localisation : En vadrouille ou bien au bar
✗ Métier : Vétérinaire des XXL
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Mai - 16:37
Pour ça comme pour le reste, on n'est pas hauteur de la légende.

Njeri & Jéricho


Moi, je m’en fous, si on me force à y retourner, je retiens ma respiration jusqu’à ce qu’on arrête de me forcer à y retourner.

Partir battre les sentiers touffus de la jungle d’Ilsa Nublar en toute fin de journée n’était pas ce qu’on pouvait appeler l’idée du siècle, pire, on pouvait dire sans trop se tromper que c’était un peu – voir beaucoup chercher les emmerdes. Mais pouvait-il laisser un animal blessé errer dans les parages sans intervenir ? Bien sûr que non. Jéricho, c’était le Batman des Dinosaures. À la moindre alerte il enfilait son Bat-sac-a-dos pour sauver ses bestioles adorées en détresse. Encore fallait-il avoir toutes les informations nécessaires pour pouvoir jouer le super vétérinaire et ici, ce n’était pas franchement le cas. Localisation de l’animal ? Espèce ? Sexe ? Style de blessure ? Zéro information. Le flou total. Son équipe et lui-même s’étaient donc lancé à la recherche d’un hypothétique dinosaure supposé blessé se trouvant peut être dans la jungle à l’Est de l’Ile. Vous la voyez la belle équation à multiples inconnues ? Dans l’urgence il avait du faire appel à quelqu’un de confiance qui s’y connaissait en intervention sur les animaux et qui savait faire preuve de sang froid en toutes circonstances. Sans la moindre hésitation, il s’était tourné vers Njeri. Ils avaient déjà travaillé ensemble, l’un connaissant parfaitement les méthodes de l’autre, ensemble, ils formaient un duo d’enfer. Et comme la Direction était une parano de la sécurité, ils s’étaient vus flanqués de deux agents de la sécurité. À son grand désespoir, Julian n’était pas disponible pour venir avec eux. C’étaient donc avec deux inconnus qu’il allait devoir parcourir un terrain hostile. Pas vraiment son kiff de se balancer avec des Lucky Luck chatouilleux de la gâchette.

Il écarta de la pointe du pied une grosse feuille épaisse pour mieux voir l’empreinte de pas qui se dessinait sur le sol spongieux avant de reprendre sa marche au pas de course. Il ne courrait pas vraiment, mais ses foulées couvraient suffisamment de terrain pour faire un tantinet galérer Njeri et ses gambettes de gazelle. Et il n’allait pas l’avouer, mais il le faisait à moitié exprès d’aller vite. « Ce ne sera pas de ma faute Kirikou, je pensais que tu courrais vite avec tes longues jambes ». Il lui adressa un signe de tête pour designer les deux qui fermaient la marche « Eux par contre ils devraient se bouger le cul, je ne vais pas les attendre tout les cent mètres. » Jéricho n’avait jamais été d’une grande patience dans son métier. Du moins, il ne supportait pas qu’on lui fasse perdre du temps pour rien. Et là, à attendre les deux zouaves, il perdait de précieuses minutes. Cela faisait des heures qu’ils crapahutaient dans la dense végétation de cette jungle/foret, il pouvait comprendre que la fatigue pouvait se faire sentir, mais il ne pouvait concevoir de laisser l’animal livré a son triste sort. Et cette obstination lui avait déjà value de se mettre dans une situation compliquée : durant l’attaque de l’Indominus, il se trouvait à la lisière de la plaine, s’occupant d’une grave blessure sur un herbivore. Lui et son équipe de l’époque avaient vu passer tout proche l’abomination crée pour faire frissonner les visiteurs. Ah ils avaient réussi a leur faire peur, ca c’était certain. En y repensant, à peu de choses près, la situation actuelle était là même.

Pourtant, depuis leur départ, ils avaient de plus en plus d’informations : c’était un herbivore, plus précisément un Parasaurolophus accompagné d’un petit. D’après les traces au sol, la blessure ne devait pas toucher le système moteur, car Jéricho ne distinguait pas de boiterie. Ils avaient aussi trouvé des traces de sangs, disparates, mais bien présentes. Njeri lui fit part de son inquiétude, il comprenait le sentiment de son amie : trop de facteurs étaient réunis pour que ca tourne au vinaigre. Mais dans sa tête, l’abandon n’était pas envisageable. « Je préfère tomber sur un cadavre que de repartir bredouille. Hors de questions de faire demi-tour maintenant qu’on y est. » Il remonta son sac à dos sur ses épaules de repartie en ouvrant la marche. Les deux agents de sécurités râlèrent de concerts. « Oh vous deux là ca va hein, et votre endurance vous l’avez laissé dans la jeep ? Faites vous une pause, j’avance encore. Si vous vous sentez mal, prenez un sucre et qu’on en finisse. » Il se trimballait une dizaine de kilos de matériel en plus du fusil hypodermique en bandoulière. Il avait mal au pied, il avait faim, mais il n’allait certainement pas faire demi-tour. Jamais.

Il se retourna vers Njeri « Restes avec eux. Je m’avance d’une centaine de mètres. Si je ne trouve rien, je reviens. Canal 2 sur le talky. » Sans même attendre de savoir si elle était oui ou non pour cette pause forcée, il reprit sa marche. Les traces semblaient de plus en plus fraîche une fois qu’il s’était écarté du trio et datant de moins de 2 heures a la limite des cent mètres qu’il s’était fixé. Inspirant un grand coup il poussa la recherche un peu plus loin, puis encore et encore, obnubilé par les traces du Parasaurolophus , ne remarquant pas la seule et pourtant imposante qui se dessinait un peu plus a l’écart. Et puis ce fut le graal. Devant lui s’ouvrait une petite clairière où le soleil descendant filtrait un peu plus. La femelle était là accompagnée du petit. Couché en « vache », Jéricho ne remarqua pas de blessure au premier regard, se couchant a l’abri d’un bosquet touffu. Tirant son talky il tourna la roulette sur deux et appuya sur le bouton « Kirikou. 500m Sud Ouest. Approche en rase-motte, tu vas rencontrer ton premier dinosaure sauvage. »

code by lizzou — img/gifs by TUMBLR — 000 WORDS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 03/05/2018
✗ Appels a l'aide : 29
✗ JGolds : 9231

✗ Age du personnage : trente-six ans
✗ Métier : garde-chasse ; guide safari
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Sep - 23:17
pour ça  comme pour le reste,
on n'est pas à hauteur de la légende
fly, you fools
« Darwin ? Oh ! T’es sérieux là ? Mais c'est pas vr- » Elle avait lancé ça dans un murmure scandalisé, et obtenu pour seule réponse l’image des deux fesses de Jéricho qu’elle allait botter plus tard qui disparaissaient dans les fourrés. Il était sérieux. Il l’avait plantée là, avec les deux zakouskis à fusils d’assaut qui attendaient paisiblement, à découvert, d’être bouffés par le premier truc à dents qui passait. Magnifique. Absolument splendide. Elle jeta un nouveau regard désabusé aux deux gardes visiblement peu ravis d’être là, et maudit à nouveau intérieurement son ami de toujours. Une partie d’elle le comprenait, bien sûr. Il y avait quelque part là un dinosaure – et tous les signes semblaient pointer vers une mère et son petit – qui se traînait et dont la vie pouvait reposer sur l’expertise de Jéricho. Mais la Ranger qu’elle était et tous les instincts acquis au fil d’expédition dans la nature africaine lui hurlaient qu’un animal blessé était un phare à prédateurs ; et que la bestiole la plus dangereuse dans le coin n’était pas exactement le lion.

Le talkie arrimé à son épaule eut à peine le temps de grésiller avant que la voix de Jéricho n’émerge du néant. Elle aimait ce goût qu’il avait pour les méthodes à l’ancienne, obsolètes mais éprouvées. Toutes les oreillettes du monde ne remplaceraient pas les ondes radios dans la jungle. Un sourire idiot se placarda sur ses lèvres quand ce que son ami venait de dire la percuta. A deux doigts de détaler en laissant les deux gorilles en plan, elle prit tout de même le temps de leur signifier qu’elle rejoignait le vétérinaire, à leur évident soulagement. S’engouffrant dans les traces de son ami, elle suivit la piste pourtant discrète qu’il avait laissée. Pas de plume sur l’humus de la jungle, elle s’approcha à couvert, venant se poser en silence à côté de Jeri, signalant simplement sa présence en lui effleurant l’épaule. Elle aurait bien murmuré quelque chose, mais ce qu’elle vit ne lui en laissa pas le loisir.

Njeri était habituée à la beauté du monde. Elle avait vu le soleil se déverser en rayons ocres sur les terres kenyanes chaque matin de la première moitié de sa vie. Elle avait vu le drame miraculeux de la vie se jouer et se déjouer tant de fois devant elle. Elle savait au plus profond d’elle que la nature offrait en chaque instant mille beautés. Pourtant chaque fois, l’inattendu se produisait, et créait chez elle cet émerveillement pur, de celui qui vous arrache à la réalité pour quelques précieux instants. Une Parasaurolophus et son petit. Septante-trois millions d’années d’extinction, et la folie des hommes avait créé un miracle. Entrer à Jurassic World n’était pas exactement comme postuler pour un emploi de gardien de zoo, et elle avait dû potasser une quantité astronomique de matière sur les dinosaures, à tel point qu’elle s’en était demandé si les voir lui ferait vraiment cet effet que tous décrivaient. Les découvrir en captivité avait approché du rêve de petite fille, mais ce que Jéricho venait de lui offrir ici était beaucoup plus précieux.

Forçant son sourire de gamine émerveillée à se rétracter, elle fit signe à Jéricho de la suivre en silence, et elle rebroussa chemin d’à peine une dizaine de mètres. En passant dans les traces de son ami, elle était tombée sur une trace qui lui avait hérissé les poils du cou. Pointant vers le bas, elle articula presque silencieusement, dans un souffle : « ça, c’est pas un ruminant ».  À leurs pieds s’esquissait dans l’humus l’empreinte de trois doigts profondément enfoncés. Sans doute pas suffisamment grande pour un adulte de pleine taille, mais assez pour qu’ils finissent en apéro.

Une partie d’elle voulait partir, maintenant. Ils n’étaient pas de taille à se frotter à un théropode. Puis elle croisa le regard de Jéricho, et retint un soupir. Elle le connaissait trop bien ; il était capable de rester là tout seul s’il le fallait. Et pour être honnête, elle-même en crevait d’envie. Elle murmura de nouveau, juste assez pour que seul son ami l’entende : « on s’occupe de ta vache à crête et on file. »

Elle allait le regretter. Forcément. Mais c’était plus fort qu’elle, plus fort qu'eux. N'était-ce pas pour ça qu'ils s'entendaient si bien ? Au moins, pensa-t-elle, ils mourraient à deux idiots.

Ben si, si c’est l’même volume sonore, on dit "équidistant" [...] S’ils sont équidistants en même temps que nous, on peut repérer le dragon par rapport à une certaine distance. Si le dragon s’éloigne, on s’ra équidistant, mais ça s’ra vachement moins précis et... et pas réciproque.
Pando

_________________
.
I do what the good girls don't
Suis-moi dans la ville blafarde et je te montrerai comme je mords, comme j'aboie. (...) Hé toi ! Mais qu'est-ce que tu crois? Je ne suis qu'un animal, déguisé en madone.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Screen - Pour le meilleur... et pour le pire :)
» Idées de noms pour vos nabaztag
» Sondage pour mon futur nabcast pour enfant.
» [CF 2011] Les pronostics juste pour de rire
» Screen - Pour le meilleur... et pour le pire :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: AREA 4 - LA FORET-
Sauter vers: