AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Suite à l'event de la prise d'otage
merci de lire l'annonce globale
pour permettre de comprendre les changements
effectués après l'event
Pour en savoir plus c'est ici:
ETAT DES LIEUX


 ::  :: AREA 5 - L'HOTEL :: Le loch Ness :: Les chambres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les mauvaises nouvelles font les meilleures soirées - [Jericho Dockery]

avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Mai - 22:04
En posant son rapport sur le bureau de Ingrid Powell, Julian était tombé sur la liste des futurs "invités" du parc. Ces personnes obtenaient une sorte de visa, leur permettant un court séjour sur Isla Nublar en fonction de leur activité. Sans réellement y prêter attention, le jeune homme avait remarqué un nom qu'il connaissait dans la liste et s'était empressé d'envoyer un message à son ami Jéricho.

" Yoh Jeri, ce soir on va se la couler douce autour de quelques bières si t'es partant."

Une entrée en matière plus douce et plus attractive que "Yoh Jeri j'ai une super mauvaise nouvelle à t'annoncer et on va se mettre une race ce soir pour te la faire oublier", même si dans le fond...cette deuxième version était plus proche de la réalité.
La réponse n'avait pas vraiment tardé et le vétérinaire était bien entendu d'accord pour une petite soirée entre mecs. Durant le reste de la journée, Julian s'interrogea sur la meilleure manière de procéder auprès de son ami. Annoncer que son ex-femme allait débarquer pour venir fouiner n'allait pas être chose aisée, surtout qu'aux dires de son ami, ils n'étaient pas resté en bons termes. Ils n'en avaient véritablement parlé qu'une seule fois, lors d'une soirée comme celle que Julian s'apprêtait à passer en sa compagnie, du genre où l'alcool déliait les langues, du genre où l'alcool pouvait rendre plus téméraire et un peu plus con n'importe quel homme.
Ce genre de situation lui laissait à penser qu'il faisait bien de ne s'attacher à aucune des filles qu'il rencontrait. On tombait facilement dans l'amour, puis le mariage, puis le bébé, bref, le genre de conneries qu'il valait mieux éviter si l'on souhaitait vivre peinard. Et Peinard, Julian souhaitait l'être encore longtemps, voire toute sa vie si possible. S'amuser et passer des nuits torrides, pas de soucis. Mais se faire chier à pouponner et à faire des efforts et des concessions pour faire plaisir à sa dulcinée, hors de question. La journée lui sembla trop longue et à la fois pas assez, il appréhendait quelque peu mais avait également hâte de pouvoir se débarrasser de la bombe qu'il possédait.

A la fin de son service, il passa par l'espèce de supérette qui les ravitaillait sur l'île, acheta deux packs de bières et un paquet de chips (histoire d'éponger un peu) avant de retourner dans sa chambre. Il plaça la bière au frais dans son réfrigérateur de fortune espérant que cela suffirait à la rafraîchir le temps qu'il se préparer. De là, il se doucha, enfila un jean propre et un t-shirt, puis chargé de ses victuailles, prit l’ascenseur qui le ramena quelques étages plus bas.
Il toqua à la porte pour s'annoncer puis entra comme s'il était chez lui.

- Salut mec, lança-t-il au bellâtre qui venait à sa rencontre. Parait que ce soir c'est la fête des BG ?

Dans un sourire, ils se saluèrent à leur façon, c'est à dire en frappant leurs poings comme les deux mâles virils qu'on voyait parfois dans les films et qui pour le coup, paraissaient un peu ridicules, plus gamins que virils. Une petite mise en scène qui les faisait toujours beaucoup rire et qui, même si elle était partie d'une plaisanterie, était devenue leur rituel.
Julian lança le paquet de chips sur la table basse et déposa ses packs au pied de celle-ci. Il tira deux bouteilles qu'il décapsula avec la première chose qui traînait par là, un stylo à froufrou bizarre qui avait dû appartenir à Beth, à moins que Jéricho ait de nouveaux goût particulièrement douteux pour un homme de son âge. Mais après tout, les divorces pouvaient produire des réactions étranges sur n'importe qui.
Sourire aux lèvres, il tendit une bouteille à son ami et se laissa lourdement tomber dans le fauteuil, avant d'en boire une bonne gorgée. Il laissa échapper un râle de contentement et s'adossa un peu plus confortablement dans le moelleux du dossier. Après une journée de boulot, c'était vraiment trop bon.
Julian en profitait vraiment, d'ici peu, il devrait aborder le sujet sensible et n'avait pour l'instant aucune idée de comment il allait s'y prendre...

- Quoi de neuf ? lança-t-il alors innocemment. Ta journée ?

Bordel, il se comportait comme une putain de femme au foyer en essayant de le ménager. Fini les conneries, en fonction de sa réponse, il lui balancerait la nouvelle telle qu'elle était. Intérieurement, il croisa les doigts pour que la journée fut bonne car la seule chose dont il était certain, c'était qu'il allait lui pourrir sa soirée.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 06/03/2018
✗ Appels a l'aide : 585
✗ JGolds : 5869

✗ Age du personnage : Trente Huit Ans avec le syndrome de Peter Pan
✗ Localisation : En vadrouille ou bien au bar
✗ Métier : Vétérinaire des XXL
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 23 Mai - 18:52


Somewhere over the rainbow
Dalia & Jéricho

La musique dans ses écouteurs baissa d'un ton alors que son portable se mit à vibrer lui signifiant que quelqu'un venait de lui envoyer un sms. Il attendit d'avoir parcouru ses cent derniers mètres de course avant de sortir le téléphone de la pochette scratcher autour de son bras droit. Jéricho en profita pour reprendre son souffle en marchant doucement tout en lisant le message qui apparut a l'écran. Une icône avec la tête de Julian lui proposait de se payer quelques bières le cul calé dans le canapé. Il répondit par une série de smileys : un pouce levé, deux verres de bières qui trinquent et le smiley lunette de soleil noire. C'était complètement débile de répondre avec ces petites images, mais en ce moment précis il avait une flemme aigue de taper une réponse écrite et il devait se manier le postérieur pour finir sa course a pied. Cela fait un petit moment qu'il n'était pas allé courir pour de bon et son rythme cardiaque était en train de lui dire fuck. Courir sur un tapis en salle ce n'était vraiment pas pareil qu'en extérieur. Décidément, il devait vraiment reprendre ses bonnes vieilles habitudes maintenant que les jours devaient logiquement devenir plus agréables pour s'entraîner... Et surtout s'il ne voulait pas finir en mode gros tas entre les soirées tapas avec Leanne et les descentes de bières avec Julian. À croire que les seules occupations de Jéricho sur le parc étaient de boire et manger.

La journée se passa comme d'habitude, sans toute la plus calme de la semaine, car la plupart des soins quotidiens étaient effectués par les soigneurs. En gros, Jéricho s'était presque tourné le pouce une bonne partie de l'apres midi et il n'allait pas spécialement s'en plaindre, cela voulait dire que tout roulait correctement dans son service. Oh, il aurait pu voir si chez les petits animaux, ils avaient besoin, mais comme disait sa mère " si tu ne veux pas qu'on s'occupe de tes fesses, t'occupes pas de celles des autres". Ce n'est pas qu'il n'irait pas volontiers donner un coup de main si ceux des nains venaient lui demander, mais il avait eu un excès de flemme aujourd'hui. Il reste donc a traîner dans son service, a ranger les choses qui n'avaient pas été rangés comme il l'aime - non il n'était pas mania.... Il n'était pas maniaque. Il était chiant. Point.

Au bout d'un moment, il jugea qu'il n'avait plus rien pour faire semblant de s'occuper et décida de s'en rentrer dans sa chambre. Ce soir, il n'était pas de garde et demain il était de repos alors il allait profiter de cette soirée entre mecs paisiblement. S'il avait été d’astreinte il n'aurait pas refusé pour autant mais aurait limité sa consommation d'alcool. Niveau nuit blanche, il n'était pas un gros dormeur de base alors il pouvait faire le tour du cadrant finger in the nose. Jéricho passa à la supérette histoire de faire des réserves de son coté aussi, ne doutant pas un instant que Julian avait eu la même idée que lui. Il refit son stock de chips, de pistaches - son péché mignon - et surtout de cacahuètes, car il avait fait une razzia dessus la nuit précédente alors qu'il s'était posé devant une série. Et des pots de glace. Une envie soudaine.

Une fois dans sa chambre, il se reprit une douche, enfila un jogging et son éternel super t-shirt de sa réserve. Un coup d'œil à sa montre pile-poil au moment où son pote tapa a la porte. Même pas le temps de l'invité a entrer que ce dernier franchissait déjà la porte. De toute façon il ne fermait jamais sa chambre. Ici, on y entrait comme dans un moulin. Certes pas très visité mai en accès libre tout de même.

« Salut Bro ! À la base ouai ... Mais bon puisque t'es là vas-y, reste ! »
Ils se foutaient souvent l'un de l'autre. C'était bon enfant. Pire que des adolescents. Il n'y avait qu'à voir leur poignet de main pseudo sophistiqué qui passait rapidement pour un truc ringard aux yeux des jeunes. Mais ils s'en fichaient royalement. Un vieux délire qui était devenue une habitude. Julian balança le paquet de chips sur la table et posa son pack de bière, Jéricho fit de même avec les cacahuètes et les pistaches en prenant la bière qui lui était tendue.

Après une bonne gorgée, il se posa par terre, sur le tapis. Une autre de ses passions : s'asseoir par terre. Celle la aussi faisait dresser les cheveux à son ex-femme. Une partie tant d'autres d'ailleurs. Julian bu à son tour avant de lui poser la question habituelle de toute conversation entre gonzesses.
« T'es pris pour mon journal intime ou quoi ? » Lacha-t-il en rigolant avant d'hausser les epaules et de reprendre une gorgée. " J'ai fait semblant de bosser. Puis je suis allé courir. Puis j'ai refait semblant de bosser." Il s'attaqua au paquet de chips qu'il éventra sans scrupule. « Et toi ta journée, chéri ? »


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Mai - 9:14
Jéricho ne tarda pas à répondre avec l'humour habituel qui animait toutes leurs discussions. Entre eux deux, le sérieux était rarement au rendez-vous et c'était en grande partie pour cela qu'ils s'entendaient aussi bien.
En y réfléchissant, ils se connaissaient assez peu. Le sujet du passé n'avait été énoncé qu'une seule fois et avec le minimum de détails tolérés. En gros, Julian savait que Jéri était divorcé, qu'il était père et qu'il détestait son ex-femme. Et encore, détester le mot était faible. De son côté, il savait que Julian n'avait plus de famille, il ignorait cependant les circonstances qui l'avaient conduit à cette finalité.
En fait, seul le présent importait. Le parc, l'île, les dinosaures.
Regarder en arrière ne changerait rien ou plutôt, changerait certainement les possibilités du futur.
Le britannique se refusait à y songer, il avait tiré un trait sur son passé.
De ce fait, il était d'autant plus délicat pour lui d'exposer à son ami que tel le ressac, le passé de Jéricho allait lui sauter à la figure, voire peut-être même lui couper le souffle ou le noyer.

Julian rigola, un peu nerveux cependant et écouta le résumé de la journée du bellâtre.

- Vis ma vie de véto...
se moqua-t-il. Je me demande ce que la big boss penserait du " j'ai fait semblant de bosser toute la journée"
Il se pencha en avant pour saisir quelques pétales de chips qu'il fourra dans sa bouche en ricanant, puis avala le tout mouillé d'une bonne gorgée de bière.
- Et bien contrairement à toi, moi je n'ai pas fais semblant. Entre mon rapport à finir, mes tours de ronde, la gestion de mon équipe, je n'ai pas glandé.

Une nouvelle gorgée de bière coupa ses paroles.
- Si je me plains assez, j'aurais droit à un massage des pieds chérie ?

Il lui offrit un sourire canaille en restant sur ses gardes. Le vétérinaire aurait bien été capable de lui coller un petit coup de poing dans l'épaule ou de lui jeter le paquet de chips au visage. Il tenait trop à ses pistaches pour les envoyer valser.
L'avantage de leurs petits jeux, c'était qu'au moins Julian pouvait encore éloigner le sujet fâcheux, même s'il savait qu'à un moment ou un autre, il devrait lui en faire-part. Une part de lui-même ne pouvait s'empêcher d'imaginer toutes les réactions qu'il pourrait avoir. Jéricho frappant le mur, Jéricho tapant des poings sur la table, Jéricho envoyant les pistaches en l'air, Jéricho hurlant dans un coussin, Jéricho se jetant sur Julian pour le frapper lui... Putain, tout ce qu'il voulait sauf chialer.
A ses pensées, le jeune homme se rendit compte qu'il ne pouvait plus tourner autour du pot comme ça. Il devait lui dire, comme lorsque l'on retirait un pansement. Vite et d'un coup sec ! ça faisait toujours moins mal.
Son visage se referma et la mine grave, il chercha l'attention de son ami en le fixant du regard. Alors il se redressa sur le fauteuil, se pencha même légèrement en avant, les coudes posés sur ses cuisses.
- En fait, j'ai un truc te dire, souffla-t-il en inspirant profondément. Et c'est pas un truc plaisant.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 06/03/2018
✗ Appels a l'aide : 585
✗ JGolds : 5869

✗ Age du personnage : Trente Huit Ans avec le syndrome de Peter Pan
✗ Localisation : En vadrouille ou bien au bar
✗ Métier : Vétérinaire des XXL
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Juil - 10:48


Somewhere over the rainbow
Dalia & Jéricho
« Elle n'a pas intérêt à moufter la rouquine : ses dinos se portent biens, ils pètent plus la forme que moi ! »

Il s'étira avant de re piocher dans le paquet de chips en sélectionnant avec soins les plus grands pétales
« Et puis toi, genre, tu fais jamais semblant de t'occuper ? Avoue-le que lorsque ta boss regarde ailleurs t'en profites pour glander...»

En réalité Jéricho savait que Julian n'était pas du genre à procrastiner, bien au contraire. À vrai dire, le vétérinaire aussi était du genre bourreau de travail mais il fallait avouer que ces derniers temps c'était assez calme dans son secteur. Il n'y avait pas le nombre impressionnant d'animaux du premier parc et ceux qui avaient été re-capturés ou bien créer se portaient à merveille. La seule chose qui pourrait mettre un peu d'ambiance dans l'équipe vétérinaire serait une nouvelle capture. Il écouta Julian faire la liste de toutes ses corvée de la journée en haussant un sourcil tout en buvant une bonne gorgée de bière. Lorsqu'il eu fini, il demandant au vétérinaire s'il aurait droit un massage de pied s'il se plaignait assez.

« Oh mais ma chérie après cette foooooooolle journée tu as le droit à ce que tu veux voyons ! Je te masserais les pieds avec amour, je te ferais ce que tu veux ici - il pointa du doigt le coin cuisine - et ce que tu veux, la dedans  - montrant la porte de la chambre-.»

Il tenta de garder une expression sérieuse en reprenant une gorgée de biere, mais il manqua de s'étouffer lorsqu'un ricanement lui échappa. Un rapide coup d'œil a Julian et il remarqua immédiatement que quelque chose ne tournait pas rond. On ne peut pas dire que les deux connaissaient la vie de l'autre sur le bout des doigts, ce n'était absolument pas le cas. Le passé de l'un n’intéressait pas l'autre, seules les grandes lignes étaient connues ,les détails avaient été passés sous silence mais ils donnaient l'illusion de se connaitre sur le bout des doigts. Jéricho fronça les sourcils et posa doucement sa bière lorsque Julian adopta une attitude qui ne lui inspirait rien de bon. Il en abandonna même les trois pistaches qu'il s’apprêtait a dépiauter.« Oula, je n'aime pas quand tu prends ta tête de Dearing là. Une perruque rousse et tu es son sosie parfait. Qu'est-ce qui se passe ? Tu entends quoi par pas plaisant ? » Dans sa tête,Jéricho imagina quarante scénarios à la seconde : Julian s'était fait virer, il avait apprit un décès, il était malade, ou alors complément autre chose genre il venait lui dire que c'était lui qui était viré. Bref, il s'imagina aussi qu'en réalité Julian jouait la comédie. Qu'il n'y avait rien de grave en fait. Qu'il avait prit sa tête de croque-mort juste pour le faire marcher et que si c'était le cas, bordel, Jéricho ne marchait pas, il volait littéralement. « Mais craches le morceau bordel !»  Comme si ça faisait trois heures qu'un silence s'était installé entre eux alors que Jéricho venait à peine de terminer sa phrase. «  Tu m'annonces que t'es Gay, c'est ça ? Je l'ai déjà dis, je préfères les blonds voyons... Non sérieusement, là, Julian t'est encore plus flippant que lorsque Claire doit avoir ses règles.»



CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne



Un délais aussi long est inadmissible :5:  Je suis désolée :8:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 19 Juil - 21:22
Julian soupira. Il s'était habitué à ce que Jéricho énonce Claire régulièrement dans les discussions. Toujours sur le ton de la plaisanterie certes, mais le simple fait de citer son nom indiquait au jeune agent d'intervention qu'il n'avait toujours pas tiré un trait sur la rouquine. Putain s'il pouvait la faire disparaitre, peut-être que cela arrangerait les affaires de tout le monde. Lorsqu'il la compara à lui à deux reprises, il eut envie de hurler voire même de lui coller un poing dans la face mais se retint, se contentant de serrer les mâchoires en attendant que cette sensation désagréable se dissipe.
Il prit une nouvelle gorgée de bière, l'oeil toujours sombre et sérieux, laissant un peu Jéricho mariner dans son jus d'angoisse et d'ignorance. Même dans une telle situation, il ne pouvait s'empêcher de faire des blagues, de dédramatiser et de parler de Claire...encore.
Aussi, Julian se demanda si finalement, la nouvelle serait si terrible. Peut-être qu'il s'en foutrait tout simplement ?

- Non, je ne suis pas gay, Jéri...
commença-t-il l'air blasé par le coté totalement saugrenu de la proposition.
Il ne put s'empêcher cependant de s'imaginer embrassant un mec, un blond comme son ami le supposait et un rire dégouté s'échappa malgré lui de sa gorge.
- Putain non, chui clairement pas gay ! ricana-t-il alors qu'à son esprit s'imposait naturellement une image féminine canon.
Masrani. Voilà, c'était bien mieux. Cette fille, physiquement parlant, incarnait la perfection aux yeux de l'agent. Si seulement elle n'était pas inaccessible, il aurait envisagé depuis longtemps de s'occuper de son cas. Après une petite claque mentale, il reprit son sérieux et son sourire s'effaça.

- En fait, reprit-il lentement en cherchant ses mots, ce matin alors que je rendais un rapport, j'ai vu la liste des prochains arrivants sur l'île et...je crois que ton ex-femme est dedans. Meredith Ecleston c'est bien ça ?

Il grimaça, peu rassuré par la suite à venir en attendant avec anxiété la réaction du vétérinaire. Au moins, il avait craché le morceau, au moins ils pourraient avancer dans la soirée, boire encore, peut-être même beaucoup. Balancer ses saloperies sur leurs ex. Nul doute que Jéricho aurait bien plus de choses à raconter, Julian ne se souvenant pas ou presque de la majorité de ses conquêtes d'une nuit.
Qu'à cela ne tienne, pour Jéricho cette nuit, il inventerait.

- Mec...ça va ?
s'inquiéta-t-il avant de finir sa bière d'un trait.
Avant même une quelconque réponse, il en ouvrit deux nouvelles.



_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 06/03/2018
✗ Appels a l'aide : 585
✗ JGolds : 5869

✗ Age du personnage : Trente Huit Ans avec le syndrome de Peter Pan
✗ Localisation : En vadrouille ou bien au bar
✗ Métier : Vétérinaire des XXL
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 20 Juil - 18:41


Somewhere over the rainbow
Dalia & Jéricho
Au moment même où il disait qu’il préférait les blonds, l’image de lui-même en train de rouler une pelle à un type s’imposa dans son esprit. Un frisson dégoutté lui traversa le dos et une grimace s’afficha sur son visage. « Mon dieu l’angoisse, eurk ! »  Techniquement, Jéricho n’avait rien contre les gays, il s’en foutait même royalement, mais il ne pouvait s’empêcher d’avoir un léger sentiment de malaise lorsqu’il croisait un couple ou même à la télévision et de détourner le regard, un peu comme les gens qui sont incommodés par la vue du sang. Plus honteux de se sentir gêner que la vue même de la chose. Julian eu quasiment la même réaction que lui et ça n’étonna pas une seconde le vétérinaire. Julian était la définition même d’un homme à femmes et Jéricho n’osait imaginer le tableau de chasse qu’il pouvait avoir. Une chose était certaine, il était bien plus long que le sien. Pas très compliqué d’un côté. Sur le canapé, Julian tira à nouveau une tête de six pieds de longs et lorsqu'il commença à parler, Jéricho su au fond de lui, d'instinct, que la fin de la phrase n'allait pas lui plaire. Il ne saurait dire pourquoi ni deviner ce que son ami allait lui dire, mais a la façon dont il se tenait, a sa manière de peser chacun de ses mots, il savait. Sauf qu'il n'aurait jamais pu imaginer la bombe qu'il s’apprêtait à lui balancer. Et lorsqu'elle lui explosa à la gueule, Jéricho resta sans voix.

Les mots qu'ils avaient prononcés repassaient lentement dans sa tête, comme s'il en avait peut-être mal comprit le sens, qu'il avait mal entendu et qu'en vrai la phrase voulait dire tout autre chose. Mais non. Julian venait bien de lui dire, de but en blanc et sans noyer le poisson que son ex-femme allait débarquer sur l’île. Jéricho ne prononça pas le moindre mot pendant un laps de temps qui lui sembla immensément long sans avoir lâché un instant Julian des yeux. Lentement il ouvrit la bouche, inclinant a peine la tête comme le font les chiens - peut être qu'il essayait de remettre ses pensées en route ainsi- avant de finalement refermer ses lèvres. Cette réaction Jéricho l'avait déjà eu. Ce moment où le cerveau ne semble pas vouloir assimiler les informations qu'il venait de recevoir. Ce fut lorsqu'il apprit qu'il allait être papa. Sauf que lorsqu'il réussit à se sortir de cette espèce de léthargie, il avait explosé de joie. C'était exactement pareil. À un détail prés.

"Mec...Ca va?"

Pour toute réponse, Jéricho se leva et fit quelques pas, se passant les deux mains dans les cheveux pour les croiser derrière la tête. Il n'avait jamais été quelqu'un de très colérique, mais lorsque ca lui arrivait il pouvait rapidement devenir excessif. De toute façon Jéricho, il avait toujours été dans les extrêmes. La demi-mesure n'existait pas chez lui. «PUTAIN !»  Cri-t'il en envoyant un crochet du gauche dans le vide. Il fallait que la pression s’échappe. Cette nouvelle était l'une des pires qu'il pouvait recevoir. Il avait envie de hurler, de taper sur tout et n'importe quoi. De l’appeler Elle, de la traiter de tout les noms. Ici, c'était Son paradis. Elle n'avait pas à y mettre les pieds. Elle n'avait pas a le souiller. «La garce !»  Il se mit à faire les cent pas devant la porter d'entrée, essayant de ne pas s'emporter. «Dis-moi que c'est une blague ? Si c'est une blague, franchement, tu mérites que je te pète la gueule parce que ton humour est à chier...»  Il se passa les mains sur le visage avant de reprendre « ce n'est pas une blague hein ? Sinon tu ne ferais pas cette tronche-là...»

Il se rassit près de la table basse en prenant de longues inspirations pour essayer de faire passer la pilule, et histoire de s'aider un peu, il se saisit de la bière que Julian avait décapsuler, tremblant d’énervement. «  Ca va aller. On va picoler. Comme des trous. Et demain, quand j'aurais une gueule de bois digne d'un premier année, je vais aller foutre un bordel sans nom parce qu'il est hors de question que cette ...cette ... Elle ! elle ne oute un pied ici.» Il leva sa bière en trinquant dans le vide et bue jusqu’à ce qu'il soit obligé de reprendre son souffle.



CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 21 Juil - 10:38
Jericho sembla se fondre dans une espèce de torpeur. Immobile, comme figé dans le temps, Julian l'observait un sourcil levé, la bière prête à rejoindre ses lèvres entrouvertes. Il hésitait clairement que le comportement à adopter et décida finalement de ne rien faire, la nouvelle semblant tracer son chemin dans l'esprit du vétérinaire.
Soudain, il explosa avec violence et Julian fut rassuré. Au moins pas de larmes ni de lamentations, juste de la colère saine et justifiée. Il but une grande lampée sans quitter son ami des yeux, juste au cas où il doive intervenir. Les coups de poings dans le vide c'était bien, s'il commençait à cogner le mur ou autre chose, il ne pourrait pas le laisser se blesser.
Après une petite insulte passée presque inaperçue, il osa lui demander si c'était une blague. Julian leva vers lui un regard incrédule. Sérieux ? Il pensait vraiment que son passe-temps favori se résumait à faire des blagues à la con? Il secoua la tête à la négative comprenant que Jéricho cherchait juste une porte de sortie pour une tentative de dénie.
En temps normal, ce genre d'attitude aurait plutôt amusé Julian, mais Jericho semblait vraiment à cran. Entre les cent pas qu'il venait d'effectuer et sa main tremblante qui saisissait la bière, aucun doute n'était possible. Il devait extérioriser ses démons et la solution qu'il proposait tira un petit sourire au militaire.

Il trinqua dans le vide pour accompagner le geste de son ami afin de lui montrer qu'il le soutenait, et but tout autant sans reprendre son souffle. Les 33cl disparurent en un clin d'oeil. La bière lui piqua la gorge mais la sensation de fraîcheur et le goût étaient incomparables.

- Si tu comptes sur une gueule de bois digne d'un premier année, il faudra autre chose que de la bière,
ricana-t-il.

Avec leurs deux packs, ils n'iraient pas bien loin dans l'alcoolisation de leurs esprits et de leurs corps. Dans l'immédiat, Julian pensait à du rhum ou du gin.

- On pourrait sortir, trouver à boire, trouver des filles et passer du bon temps jusqu'à oublier ce qui nous emmerde ?


Dans le fond, il n'avait pas spécialement envie de se retourner le cerveau mais la situation de Jéricho lui imposait de l'accompagner dans les méandres de la beuverie improvisée. Une sorte de code de mec tacite.
Même si, lui aussi avait quelques tracas ces temps-ci, bien qu'il douta fortement que l'alcool réglerait les problèmes. Le lendemain serait pire que la veille, mais la nuit pouvait être agréable et torride. Une nuit qui lui permettrait peut-être de mettre ses problèmes au placard, une nuit durant laquelle sa solitude s'apaiserait un peu dans les bras d'une inconnue, une nuit durant laquelle il n'aurait aucun compte à rendre à personne. La liberté, le plaisir et l'ivresse. Trois mots qui sonnait drôlement bien ensemble.
Restait à espérer que Jéricho n'aurait pas l'alcool triste.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 06/03/2018
✗ Appels a l'aide : 585
✗ JGolds : 5869

✗ Age du personnage : Trente Huit Ans avec le syndrome de Peter Pan
✗ Localisation : En vadrouille ou bien au bar
✗ Métier : Vétérinaire des XXL
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 2 Aoû - 14:54
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Mauvaise nouvelle de ces sos de [Censure] >,<
» Soirée du vendredi 15 Octobre 2010
» Soirée du Vendredi 13 Aout 2010 chez Fouman
» Soirée du Vendredi 22 Octobre 2010
» Soirée du Vendredi 29 Octobre 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: AREA 5 - L'HOTEL :: Le loch Ness :: Les chambres-
Sauter vers: