:: ⋄ Jurassic World ⋄ :: SECTEUR 3 - Le centre de l'île :: Enclos des bébés dinosaures - Infirmerie temporaire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
SOS, chat en détresse ! • Norah & Laura
Laura Masrani

⋄ Age du personnage : 28 ans
⋄ Chambre : Suite spéciale
⋄ Métier : PDG honorifique de Masrani Global Corporation, victime préférée d'Eric Green, Digne fille de son père


La belle et le scientifique

Les yeux rivés sur son ordinateur, Laura était assise en tailleurs dans son canapé, vêtue d’un simple short en jean et d’un T-Shirt jaune pâle qui se mariait merveilleusement bien à son teint hâlé. Tapotant les touches avec une fluidité certaines, elle échangeait avec ses amis, restés sur le continent américain. Des amis, elle n’en avait que peu, la plupart l’ayant lâchée en bonne et due forme quand Jurassic World avait fait scandale. Ils ne souhaitaient pas être associés à cette image, visiblement. D’autres l’avaient épaulée, avaient tenu à ce qu’elle soit bien soutenue à travers tous ces instants de doute et de terreur. Ils étaient, aujourd’hui, terriblement fiers d’elle et lui assuraient leur soutien et leur présence le jour où le parc ouvrirait de nouveau. Un large sourire ornait ses lèvres tandis qu’elle posa sa main sur le tas de poils qui se trouvait à ses côtés. Ledit tas de poils était un magnifique chat angora qui répondait au doux nom de Pankh, ce qui signifiait Plume en Hindi. Jamais Laura n’aurait pu renier ses origines, appréciant bien trop ses racines Indiennes. Elle parlait couramment cette merveilleuse langue dans le dialecte le plus connu et prenait parfois la peine d’appeler l’un de ses cousins issu du côté de sa mère.

Quand elle posa sa main sur le chat, pourtant, elle sentit que quelque chose n’allait pas. Etait-ce ce miaulement faible et fatigué, ou bien les tremblements qui secouaient le félin qui lui mit la puce à l’oreille ? Toujours était-il qu’elle dévia son regard, abandonnant son ordinateur pour reporter toute son attention sur l’animal. « Pankh ? » Sa respiration était assez bruyante et la jeune Masrani n’eut pas besoin d’être diplômée d’une grande école de médecine pour comprendre qu’il allait mal. Le félin n’était pourtant pas arrivé récemment, ayant dû s’acclimater à cet endroit tropical. Alors quoi ? Avait-il mangé quelque chose qui lui était néfaste ? La propriétaire du parc veillait pourtant à bien tout ranger dans cette suite qu’elle habitait. L’heure, pourtant, n’était plus à la réflexion mais bien à l’action. Se levant sur ses pieds, elle se saisit du chat qu’elle garda contre elle, blottit dans ses bras. Une paire de baskets basses enfilée, elle prit l’ascenseur du Loch Ness avant de prendre l’une des Jeep garée en bas. Installant soigneusement le chat sur le siège passager, elle mit le contact. « Courage, mon tout beau… Ca va aller. »

Le pied au plancher, elle roula comme une folle jusqu’à la clinique vétérinaire, espérant que l’un d’eux soit disponible pour lui venir en aide dans ce petit contre temps. Voilà qui allait leur faire drôle, à tous, de devoir secourir un animal aussi classique qu’un chat entre deux dinosaures. Arrivée devant la clinique spécialisée dans les petits spécimens, elle claqua la portière avant de récupérer son précieux fardeau du moment. Entrant dans la clinique, elle essaya de voir si quelqu’un se trouvait là. Puis, son regard tomba sur une jeune femme. Brune, le visage doux et d’un naturel gentil, Laura l’identifia aisément. Norah Ayoun, vétérinaire du parc. Elle ne la connaissait pas vraiment particulièrement, mais s’était souvenu de l’arrivée des sœurs Ayoun sur le par cet, surtout, de ce Poulet tandoori qu’était capable de réaliser Dalia et qui renvoyait instantanément l’Indienne à ses origines. A ces plats que lui préparaient sa mère et son grand-père. Elle brisa la distance entre elle d’un nouveau pas pressé. « Mademoiselle Ayoun ? Bonjour… Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi… ? Laura Masrani. » Elle attendit de voir quelle serait la réaction de la jeune femme avant de poursuivre. « J’ai besoin de vous… Ou plutôt… Pankh a besoin de vous. » Elle desserra légèrement son étreinte, dévoilant un peu plus l’Angora turc au poil blanc qui avait l’air bien peu dans son assiette.


_________________
This is my legacy
Sam 17 Mar - 15:11
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Norah Ayoun

⋄ Age du personnage : 28
⋄ Chambre : 1420
⋄ Métier : Vétérinaire
Lorsqu’un chat accorde sa confiance à un homme, c’est sa plus belle offrande. Charles Darwin(@originecitation // beerus)
S.O.S. Chat en détresse
☆ Laura & Norah ☆
Nouvelle journée au parc. Aujourd'hui, enfin pour le moment, c'est plutôt calme. J'ai eu quelques vaccins à faire dans la journée mais tout ces petits dinos se portent à merveille et c'est tant mieux. Tous les voir en très bonne santé me conforte dans l'idée qu'ici ils sont bien traités et que leur environnement leur convient. C'est quelque chose de très encourageant quand on voit que tout va bien. Ils se nourrissent, se comportent, il me semble, comme en pleine nature. Bon oui, je ne suis pas une spécialiste en dinosaures mais je suis vétérinaire et croyez moi un animal qui ne se sent pas bien, pas à l'aise, ça se voit assez rapidement. Quand je travaillais au zoo, il m'est arrivé plusieurs fois de voir certains comportements qui indiquaient un mal-être chez l'animal. Je me souviens de ce gros lion qui ne voulait plus s'alimenter... Je crois, si je me souviens bien, qu'avec toute l'équipe de soigneurs, on a mis pas mal de temps avant de comprendre que c'était la température de son abri pour la nuit qui ne lui convenait pas. J'avoue qu'en arrivant ici, j'avais peur de ne pas savoir, de ne pas être capable de comprendre leur façon de faire, de comprendre leurs habitudes et leurs désirs. Certains ont du mal à vivre dans un environnement boisé alors que d'autres aiment ça et puis il y a ceux qui font des allergies à certaines plantes alors que d'autres non. C'est assez compliqué de trouver un environnement qui plaît à tout le monde et je suis contente de voir qu'ici, dans le parc, les choses se passent plutôt bien.

Debout sur le petit tabouret, dans la petite salle qui nous sert de réserve, je continue le rangement des médicaments et je prépare ceux à donner pour mes collègues qui vont venir prendre la suite. J'ai laissé la porte ouverte pour avoir vue sur l’accueil. Pour la plupart du temps on nous contacte par talkie mais il arrive aussi que certains salariés viennent nous voir pour leurs animaux de compagnie. En tout cas, ça me fait plaisir de m'occuper de chats et de chiens et devoir, quelques heures plus tard, aller dans l'enclos d'un raptor. Je crois que pas mal de mes collègues seraient jaloux de savoir ce que je fais de mes journées.

Alors que je m'occupe de tout classer et trier, je me met à fredonner une chanson de Madonna que j'aime bien, La Isla Bonita, sans me rendre compte que quelqu'un vient de franchir la porte. C'est seulement quand j'entend une voix, que je m'arrête immédiatement de chanter. Je me tourne vers la porte et je vois une jeune femme qui me semble assez inquiète et qui semble avoir quelque chose dans ses bras. Je descend rapidement du tabouret et je me dirige vers elle. Elle me salue, se présente en me demandant si je me souviens d'elle. Bien sûr que je me souviens, c'est elle qui possède tout ça mais pour le moment, ce n'est pas vraiment la question qui se pose.

- Bonjour Mademoiselle Masrani. Qu'est ce que je peux faire pour vous ?

La pauvre elle a l'air inquiète alors qu'elle m'explique son chat a besoin de moi. Je baisse les yeux vers la boule de poils qu'elle a entre ses bras, enfouie tout contre elle et d'un simple regard je lui demande la permission de le prendre. Permission qu'elle me donne d'un signe de tête. Délicatement, je viens glisser mes mains sous son ventre pour le soulever avec douceur. Je le prend tout contre moi et je lui caresse la tête. Je ne met pas longtemps avant de remarquer qu'il a un peu de mal à respirer. Sans attendre mais sans pour autant presser le pas pour ne pas les inquiéter tout les deux, je me dirige vers la salle d'examen. Une fois dans la pièce je le pose doucement sur la table et je fais signe à Laura de rester près de lui. Je reviens quelques secondes plus tard avec ce qu'il faut pour l'aider à respirer. Alors que je place le masque, je lève les yeux vers Laura et lui pose une question pour l'obliger à détourner son regard quelques secondes et surtout pour la faire penser à autre chose qu'au pire.

- C'est très beau Pankh... Je peux vous demander ce que ça signifie ?

Tout en parlant avec elle, je manipule le chat qui se laisse faire. une fois le petit masque branché et installé, je m'adresse de nouveau à elle.

- Je vais lui faire une prise de sang. Vous allez devoir l'empêcher de bouger pour éviter que j'ai à recommencer... ça me ferait de la peine de devoir m'acharner...

Je lui adresse un sourire.

_________________


Je remue le ciel, le jour, la nuit, Je danse avec le vent, la pluie, Un peu d'amour, un brin de miel
Et je danse...

Lun 19 Mar - 12:07
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Laura Masrani

⋄ Age du personnage : 28 ans
⋄ Chambre : Suite spéciale
⋄ Métier : PDG honorifique de Masrani Global Corporation, victime préférée d'Eric Green, Digne fille de son père


La belle et le scientifique

L’animal semblait aller plus mal encore que lors de son départ de l’hôtel. Ses doigts frictionnaient son pelage nuageux, doux, aussi clair que le coton. Laura voulait lui signifier qu’elle était là, qu’elle ne le lâchait pas, qu’elle ne le laisserait pas tomber, jamais. Pankh avait beau n’être qu’un chat, il était l’un des autres êtres vivants de ce monde à avoir côtoyé Simon Masrani. Il était un cadeau d’un père à une fille et le perdre signifiait plus que perdre simplement un animal de compagnie. Les yeux de la jeune vétérinaire cherchaient une permission que Laura lui offrit, un peu à contre cœur. Desserrant ses bras, les tendant en avant, elle permit à la jeune brune qui lui faisait face de pouvoir attraper le chat au poil blanc. En même temps qu’elle laissait la jeune médecin spécialisée dans les petits dinosaures prendre son chat, elle répondit à sa question. « Je ne sais pas ce qu’il a… On dirait qu’il a du mal à respirer et il a été moins actif durant toute la journée… Je l’ai senti vraiment faible, pour tout vous dire. »

Elle avait dit tout cela en la suivant jusque dans l’un des cabinets. Finalement, elle avait pris place d’un côté de la table sur lequel la vétérinaire avait posé l’Angora, venant le réconforter d’une main légère qui venait caresser son train arrière, remontant le long de sa queue touffue. L’inquiétude se lisait sur le visage de l’Indienne, persuadée que le pire était à prévoir. Pourtant, l’autre jeune femme ne laissait paraître qu’une grande bienveillance et ne semblait pas dans l’urgence. Ses gestes étaient sûrs mais non paniqués. Etait-ce cela qui apaisa Laura quand elle lui demanda la signification du nom de son chat. « Cela veut dire plume. Je me souviens l’avoir appelé ainsi à cause de son aspect duveteux… Mon père avait ri, me faisant remarquer qu’il n’avait rien d’un oiseau. » Des souvenirs. Toujours des souvenirs que la propriétaire des lieux rattachait à ce qui l’entourait. Le nom Ayoun lui ramena de nouveau la sœur de Norah en mémoire, Dalhia, et sa faculté à reproduire des plats indiens dignes de ceux que lui préparaient son grand-père ou sa mère. Pour rien au monde, elle ne reverrait les deux jeunes femmes loin d’Isla Nublar rien que pour ces arguments.

Finalement, Norah installa un masque sur le chat afin, Laura le comprit, de l’assister dans cet effort qu’était la respiration. Tout en continuant de caresser de temps à autres l’animal, elle laissa la jeune femme lui prodiguer les soins nécessaires, l’examinant avec attention. Laura, de son côté, essayait de masquer cette angoisse qui montait doucement en elle, s’apaisant en même temps qu’elle essayait de calmer le chat. L’Israélienne de naissance lui demanda alors si elle pouvait la tenir, lui annonçant une prise de sang à venir et la crainte de devoir s’y prendre à plusieurs fois. « D’accord… » Laissant l’une des pattes avant en accès à la vétérinaire, Laura prit soin de tenir le chat, venant lui gratouille le menton pour qu’il n’essaie pas de se redresser. La chose ne prit que quelques secondes à être effectuées et quand la seringue fut remplie de ce liquide pourpre et éloignée, de Pankh, Laura se détendit, le laissant tranquille. « C’est bien, mon tout beau… Tu es gentil. » D’une nouvelle caresse sur la tête, elle se redressa vers la jeune femme qui lui faisait face. « Vous pensez que c’est grave ? Dites-le moi, quoi qu’il arrive, je veux savoir… »


_________________
This is my legacy
Sam 31 Mar - 19:47
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Norah Ayoun

⋄ Age du personnage : 28
⋄ Chambre : 1420
⋄ Métier : Vétérinaire
Lorsqu’un chat accorde sa confiance à un homme, c’est sa plus belle offrande. Charles Darwin(@originecitation // beerus)
S.O.S. Chat en détresse
☆ Laura & Norah ☆
La propriétaire du petit matou est clairement en stress et a besoin d'être rapidement rassurée. Elle m'explique ce qu'il se passe et quand elle me dit qu'il a du mal à respirer, j'ai déjà une petite idée de ce qu'il se passe. Oh je pourrai lui dire ce que j'ai en tête, mais je ne vais pas le faire puisque avant, je veux m'assurer des résultats et surtout être sûre qu'il n'y a rien d'autre qui pourrait le mettre dans cet état. Alors que j'installe la boule de poils sur la table et que je prépare tout ce qu'il me faut pour le soulager et l'examiner, je pose une question à Laura pour détourner son attention et surtout pour qu'elle pense un peu à autre chose. Je sais qu'elle ne lui veut pas de mal mais en stressant comme elle le fait, elle transmet ce stress à son chat et ce n'est pas non plus une bonne idée.

C'est donc tout naturellement que je lui demande ce que signifie le nom du chat. Elle me répond et elle me raconte même pourquoi elle l'a appelé comme ça. Je lui souris... un sourire qui se veut rassurant. Même si je ne la regarde pas directement puisque je suis concentrée sur le chat, ce n'est pas pour autant que je ne l'écoute pas. J'installe ce qu'il faut à Pankh pour le soulager et j'attrape le matériel nécessaire à la prise de sang. La partie qui va suivre est la moins drôle et c'est pour ça que j'ai besoin qu'elle reste prête à faire ce que je lui demande.  

- Avant de commencer, je vais d'abord tondre un petit carré sur sa patte pour me dégager une veine...

Je lève les yeux vers elle et je lui souris alors que je met en route la toute petite tondeuse.

- Ne vous en faites pas, il retrouvera son aspect duveteux quand ça repoussera.

Ce n'est qu'un détail insignifiant mais je sais que certains propriétaires craignent le passage sous la tondeuse. Heureusement, là, il n'y a pas une grande zone à tondre et en quelques secondes c'est fait. Maintenant, c'est la partie la plus délicate... et pour qu'elle se passe en douceur, il faut que Laura m'aide. Elle fait en sorte que son chat ne puisse plus trop bouger et je m'empresse de faire rapidement la prise de sang pour le laisser tranquille et lui éviter une source de stress en plus.

Mes gestes sont rapides mais précis et en quelques secondes, le liquide rouge se met à coller dans le flacon. Il ne faut pas longtemps pour qu'il se remplisse et assez vite, nous pouvons relâcher le chat. Je donne un petit carré de coton imbibé d'alcool à Laura pour qu'elle appuie à l'endroit où j'ai piqué. Je caresse la tête de l'animal pour le rassurer. Laura a de la chance, ici au parc, on est équipé de toute ce qu'il faut pour faire les analyses rapidement et ce n'est qu'une question de minutes avant de savoir ce qu'il se passe pour Pankh. Je retourne près d'elle pendant que la machine fait ce qu'elle a à faire.

Laura qui caresse la tête de son chat, se redresse et me demande ce qu'il se passe. Je m'approche d'elle et je pose une main sur son avant bras, un sourire sur le visage.

- Je pense que Pankh est en train de nous faire une crise d'asthme. Vous avez réagi à temps ne vous en faites pas. On va attendre les résultats pour être sûr qu'il n'y a rien d'autre, mais avec le traitement adéquat, ce vaillant bonhomme va s'en sortir.

D'ailleurs, pas besoin d'être vétérinaire pour voir qu'avec le masque à oxygène, il respire plus normalement. Sa respiration est moins rapide et plus fluide.

- Ne vous en faites pas, ça va aller. Je marque une pause avant de reprendre. - Vous voulez boire quelque chose ? On a un peu de temps avant d'avoir les résultats et vous avez besoin de souffler un peu.

Je lui adresse un nouveau sourire.

_________________


Je remue le ciel, le jour, la nuit, Je danse avec le vent, la pluie, Un peu d'amour, un brin de miel
Et je danse...

Mar 10 Avr - 18:43
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Laura Masrani

⋄ Age du personnage : 28 ans
⋄ Chambre : Suite spéciale
⋄ Métier : PDG honorifique de Masrani Global Corporation, victime préférée d'Eric Green, Digne fille de son père


La belle et le scientifique

Inquiète, Laura l’était assurément. Pourtant, elle avait confiance en la jeune vétérinaire, en ses compétences. N’avait-elle pas volontairement recruté les meilleurs pour, justement, pouvoir mettre sa vie et son parc entre leurs mains sans douter un instant des conséquences que cela pourrait avoir ? Elle n’avait, de toutes façons, pas le choix. Passant ses doigts dans le poil du chat, elle finit par le maintenir, comme demandé par la brune qui lui faisait face. Elle la prévint qu’elle allait devoir tondre quelques centimètres carrés de la patte du félin pour mieux accéder à une veine et Laura se contenta de hocher la tête, souriant très légèrement quand la docteure lui certifia que tout repousserait par la suite. C’était aussi pratique que des cheveux…

La manipulation se fait rapidement et Laura finit par se retrouver avec un morceau de coton en main, appuyant à l’endroit où l’aiguille s’était plantée dans le poil tondu. Une petite bande fut posée, comme un joli pansement et Pankh laissa sa tête reposer sur la table, son petit masque toujours bien posé sur sa tête afin de l’aider à respirer. Alors, tandis que Norah se retournait vers elle, l’Indienne s’était redressée, essayant d’en apprendre plus sur les raisons d’un tel changement dans le comportement et l’état de santé du chat. Prête à tout entendre, elle l’était en effet bien qu’un pincement au cœur lui fit comprendre qu’elle n’était pas prête à dire adieu à l’animal, cadeau offert par son père avant sa mort. Norah s’était avancée vers elle, posant une main compatissante, rassurante sur son bras, un tendre sourire dessiné sur les lèvres. Laura l’écouta alors lui expliquer le fond de sa pensée. Une crise d’asthme. Ses sourcils se haussèrent alors qu’elle faillit demander si c’était possible, chez les chats, se ravisant bien vite pour laisser la vétérinaire faire son travail. Visiblement, il était tiré d’affaire et un soupir de soulagement échappa à la demoiselle Masrani qui n’était définitivement pas prête à voir son chat la quitter si tôt. « Merci… Merci beaucoup. » Evidemment, les analyses de sang permettraient d’éliminer tout risque annexe et Laura ne serait que plus rassurée d’entendre qu’il n’y avait rien d’autre que ce petit souci mineur.

Elle se détendit presqu’instantanément, ressentant alors les effets secondaires à cette anxiété qu’elle avait eu. Comme si des vertiges venaient lui malmener l’esprit, ce fut en riant légèrement qu’elle accepta la proposition de la demoiselle qui se trouvait à ses côtés. « Volontiers… Je pense qu’il va me falloir un soda pour éviter de finir, à mon tour, sur la table d’examen… » Elle rit doucement, caressant une dernière foi Pankh avant de se tourner à nouveau vers la plus jeune des sœurs Ayoun. « je ne sais pas ce que j’aurais fait sans vous… J’ignorais que les chats pouvaient également être sujets aux crise d’asthme… Vous pensez que c’est le climat tropical qui peut faire cela ? Pankh n’est arrivé à Isla Nubar il n’y a que quelques semaines… »


_________________
This is my legacy
Jeu 3 Mai - 23:09
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Norah Ayoun

⋄ Age du personnage : 28
⋄ Chambre : 1420
⋄ Métier : Vétérinaire
Lorsqu’un chat accorde sa confiance à un homme, c’est sa plus belle offrande. Charles Darwin(@originecitation // beerus)
S.O.S. Chat en détresse
☆ Laura & Norah ☆
L'échantillon de sang étant en cours d'analyse, il n'y avait plus rien d'autre à faire que d'attendre que la machine bipe pour nous faire savoir que c'était prêt. En attendant, il faut que j'occupe Laura parce que, même si je ne suis pas psy, je n'ai aucun mal à voir qu'elle est stressée et inquiète pour son chat, ce qui est tout à fait normal. Elle me remercie mais encore une fois j'ai envie de lui dire que c'est mon travail et que c'est tout à fait logique que j'ai pris son chat en charge. Je jette un coup d'oeil au gros matou qui, maintenant qu'il est sous masque, semble beaucoup plus calme et serein. Je remarque que sa respiration est plus régulière et que le capteur fixé à sa patte montre que son rythme cardiaque est devenu normal. Et c'est une bonne chose... Son était aurait été beaucoup plus préoccupant si les constantes ne s'étaient pas améliorées depuis son arrivée. Du coin de l'oeil, je remarque que la propriétaire de la boule de poils se détend elle aussi presque instantanément. Après une caresse sur le dessus de la tête du matou qui se met à ronronner, je m'écarte de lui pour apporter de l'attention à sa maîtresse. Ses nerfs qui ont été mis à rude épreuve depuis quelques heures se relâchent et ça se voit. Son corps entier semble relâcher toute la tension ressentie et c'est tout naturellement que je lui propose quelque chose à boire pour qu'elle reprenne un peu du poil de la bête. Elle accepte ma proposition et je m’éclipse quelques secondes, juste le temps d'aller lui chercher une canette dans le petit frigo mis à la disposition des vétos.

Je reviens rapidement vers elle et je lui tend le sésame avec une paille et un gobelet en plastique. Personnellement, je préfère boire à la paille mais je sais que certains n'aiment pas ça donc au cas où...

- Et un soda pour mademoiselle...

Je lui souris alors qu'elle revient vers moi après avoir été donner une nouvelle caresse à son chat. La jeune femme prend de nouveau la parole et je l'écoute avec attention, me contentant de sourire. Les bras croisés sous ma poitrine, je jette un coup d'oeil aux constantes de Pankh lorsqu'elle me demande si cela peut-être le climat qui est la cause de l'asthme de ce dernier.

- C'est possible, surtout si il n'est là que depuis quelques semaines.

Je marque une pause avant de reprendre, une main tout naturellement posée sur l'épaule de Laura.

- Vous avez eu la bonne réaction en l'amenant ici. Vous avez vite réagi et c'est probablement ce qui m'a permis de le soulager rapidement.

Un nouveau sourire se dessine sur mon visage et je reprend.

- L'asthme est une pathologie qui n'épargne pas les animaux. Et tout comme nous, des traitements existent pour les soulager en période de crise. Je me tourne vers le chat et je le grattouille derrière l'oreille. - Il faut laisser le temps à son organisme de s'adapter au climat de l'île. Au début, il aura besoin d'aide mais rien ne laisse présager que ce traitement dure tout sa vie. Il est jeune et en pleine forme donc pas d'inquiétude à avoir et puis je le suivrai personnellement une fois par mois pour m'assurer que tout continue d'aller bien et que le traitement est toujours bien adapté.

Je suis peut-être embauchée ici comme vétérinaire pour les petits dinosaures mais sur l'île il y a aussi des chiens et des chats et c'est de mon devoir de m'assurer que tout va bien pour eux. A partir du moment où on me les amène, je me dois d'assurer le bien être de tout mes petits patients, qu'ils soient à plumes, à poils ou à écailles.

La machine émet une séquence de bips qui donne le signal de la fin d'analyse. Je souris une nouvelle fois à Laura et je me dirige vers l'écran d'ordinateur où vont s'afficher les résultats. Je lis les chiffres et je me tourne vers Laura.

- La chaleur tropicale ne serait pas la cause de l'asthme de notre cher Pankh. Je souris pour éviter qu'elle ne s'affole et je rajoute. - Monsieur Pankh est allergique aux acariens.

C'est quelque chose de rare mais qui peut pourtant arriver. Je m'approche du chat et je me place à sa hauteur pour le regarder dans les yeux.

- On dirait bien que tu as décidé d'être un chat très spécial Pankh.

Je me redresse et me tourne vers Laura.

- Je vais lui donner de quoi calmer ses crises et il faudra essayer de garder son environnement le plus sain possible...

_________________


Je remue le ciel, le jour, la nuit, Je danse avec le vent, la pluie, Un peu d'amour, un brin de miel
Et je danse...

Dim 6 Mai - 14:35
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Laura Masrani

⋄ Age du personnage : 28 ans
⋄ Chambre : Suite spéciale
⋄ Métier : PDG honorifique de Masrani Global Corporation, victime préférée d'Eric Green, Digne fille de son père


La belle et le scientifique

Pankh était entre de bonnes mains, elle le savait. La propriétaire du Parc caressait la tête de l’animal avec un certain soulagement avant d’autoriser la jeune vétérinaire à lui offrir un soda. Elle avait bien besoin de cela pour se requinquer, après toutes ces émotions. Laissant l’animal en paix maintenant qu’il semblait aller mieux, elle s’avança vers la jeune vétérinaire qui lui tendit ce qu’elle lui avait demandé. « Merci beaucoup. » Prenant canette, gobelet et paille, elle s’installa sur un petit plan de travail pour se servir, écoutant Norah répondre à ses interrogations.

Ainsi, le changement de milieu aurait pu provoquer cette crise d’asthme. Pankh aurait-mieux fait de rester loin de cette île, lui aussi ? C’était à croire que tout ce qu’appréciait Laura Masrani était voué à trouver la mort en ces lieux qu’elle commençait doucement à croire maudits. Mais la jeune vétérinaire n’avait de jeune que l’âge tant les mots qu’elle choisissait étaient preuve d’une grande maturité. Durant un court instant, elle eut l’impression d’entre l’un de ces grands médecins renommés qui savaient tant soigner les pires maladies que soulager l’aspect psychologique des patients et de leurs proches. Reconnaissante d’entendre ces mots qui faisait d’elle l’héroïne de son animal, la jeune femme eut un maigre sourire, les joues rosies par le compliment. Versant le contenu du soda dans le gobelet, elle finit par plonger la paille dans le récipient pour mieux la porter à ses lèvres et en aspirer le contenu. Le sucre lui fit immédiatement du bien, comme si elle était en hypoglycémie.

Puis, la vétérinaire enchaîna, lui expliquant alors ce que l’asthme représentait chez les animaux, Laura se montrant attentive, craignant que Pankh puisse à nouveau replonger dans un tel état qui l’avait purement et simplement fichue dans une angoisse profonde. Quand elle parla de traitement adapté pour les soulager dans de telles crises, Laura ne put s’empêcher de lui couper la parole. « Et il serait possible, pour moi, de garder de quoi l’aider dans ma chambre pour ce genre de situation ? » Mieux valait prévenir que guérir, n’est-ce pas ? Et si, maintenant, Laura était capable de reconnaître la crise de Pankh, elle préférait s’éviter l’angoisse de devoir l’embarquer dans une jeep au pied levé et potentiellement dans une tenue non adaptée à la situation. Pourtant, la jeune médecin spécialisée en temps normal dans les dinosaure lui assura que le suivi serait d’abord mensuel, préférant garder un œil sur le félin plutôt que de le remettre entièrement aux mains de sa maîtresse. Couvant le chat du regard, Laura élargit le sourire qu’elle portait sur les lèvres. « Merci infiniment, mademoiselle Ayoun… Je ne sais définitivement pas ce que j’aurais fait sans vous… » Et, intérieurement, Laura bénit le jour où son regard s’était porté sur la candidature de ces deux sœurs qui lui étaient désormais toutes deux si spéciales.

La machine émit un bip sonore qui capta l’attention des deux jeunes femmes, forçant la vétérinaire à s’en retourner à son travail. Une série de chiffres incompréhensibles bariolaient l’écran de l’ordinateur et, pourtant, avec un sourire, il ne fallut pas plus de quelques secondes pour Norah de trouver le bon diagnostic. Une allergie aux acariens ? les yeux de la propriétaire du parc s’écarquillèrent tandis qu’elle s’interrogeait sur la probabilité qu’un chat ne souffre d’une telle pathologie. Mais quand Norah souligna la spécificité de Pankh, la main halée de la jeune femme vint retrouver le poil blanc de l’animal. « Oh, ça… Oui, il l’est… Et bien plus encore à mes yeux. » La brunette lui donna alors un ultime conseil afin de préserver la santé de l’animal. « D’accord… Je ferais venir quelqu’un pour le ménage tous les jours alors. » Oui, parce que, lorsque l’on s’appelle Masrani, il est inutile de se préoccuper des basses tâches quand on peut payer quelqu’un pour le faire… N’est-ce pas ? « Vous pensez le garder encore en observation, ou bien il va pouvoir rentrer avec moi ? »


_________________
This is my legacy
Sam 30 Juin - 12:23
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Norah Ayoun

⋄ Age du personnage : 28
⋄ Chambre : 1420
⋄ Métier : Vétérinaire
Lorsqu’un chat accorde sa confiance à un homme, c’est sa plus belle offrande. Charles Darwin(@originecitation // beerus)
S.O.S. Chat en détresse
☆ Laura & Norah ☆
Tout est bien qui finit bien... J'ai réussi à mettre un mot sur ce que Pankh a et du coup, par la même occasion, Laura est soulagée et semble enfin se sentir un peu plus à l'aise. Je lui souris alors qu'elle s’assoit, la boisson que je lui ai donné dans les mains. Ça aussi c'est une partie que j'aime dans mon travail... Oui je sauve des vies et j'aide les propriétaires à mettre des mots sur les maux de leurs petits amis mais voir les propriétaires sourire de nouveau lorsqu'on leur annonce que tout va bien, ça n'a pas de prix... Et je dois dire que c'est une sensation que j'affectionne beaucoup depuis que je fais mon job.

C'est presque instantanément que Laura souffle enfin et j'ai même l'impression qu'elle reprend peu à peu des couleurs. De son côté, Pankh est lui aussi plus calme et semble plus apaisé. Je jette un coup d'oeil au moniteur qui indique ses constantes et délicatement, je vais retirer le petit masque dans lequel il respire depuis qu'il est arrivé. Ce dernier me remercie avec un miaulement et je lui caresse doucement la tête. Je me tourne vers Laura alors qu'elle me demande si il est possible qu'elle ait de quoi aider si jamais une crise se présente. Je lui souris.

- Je vais vous faire un petit sac avec tout ce qu'il faut pour gérer une crise...

Mais avant, je vais faire une injection d'antihistaminique à Pankh pour qu'il se sente au top de sa forme. D'un geste de la tête, je fais comprendre à Laura que j'ai besoin d'elle pour détourner l'attention de son chat et en quelques secondes, l'injection est faite. Bien entendu, ça n'a pas vraiment plu au matou qui me l'a fait savoir avec un grognement.

- Avec ça, ça ira tout de suite mieux...

Je remarque l'interrogation dans le regard de la jeune femme alors que je parle d'allergies concernant son chat. Et oui, beaucoup de monde oublie qu'il n'y a pas que nous, les humains, qui avons la malchance d'avoir des allergies. C'est certes rares chez les chats mais c'est tout à fait possible, Pankh en est la preuve vivante. J'hoche la tête pour faire savoir à Laura que le fait de faire nettoyer la chambre tout les jours est une très bonne idée.

- Il n'y a rien de mieux que la prévention dans ce genre de situation.

Je laisse Laura surveiller son chat et je me met à lui préparer ce qu'il faut pour aider si une nouvelle crise se présente. Rapidement, je lui explique comment installer le masque et comment mettre l'oxygène en marche. Je lui donne aussi des petits cachets pour calmer les crises. La jeune femme me demande si elle peut récupérer le matou, je souris.

- Vous pouvez le récupérer. Il va beaucoup mieux et il n'y a aucune raison pour que je le garde ici toute une nuit, il sera bien mieux avec vous.


Je marque une pause avant de reprendre.

- Vous avez tout ce qu'il faut au cas où mais avec l'injection que je viens de lui faire, logiquement il va être tranquille un moment. Je vous ai noté les doses et fréquences pour les cachets et l'oxygène c'est seulement si vous voyez qu'il a, comme aujourd'hui, du mal à respirer.

Je tend la poche à la jeune femme et je lui adresse un nouveau sourire.

- Revenez me voir dans un mois, on vérifiera si il faut réajuster le traitement ou pas. Et surtout n'hésitez pas si jamais il y a un soucis d'accord ?


Une fois les dernières formalités échangées, Laura quitte la clinique avec Pankh et tout est bien qui finit bien.


TERMINE

_________________


Je remue le ciel, le jour, la nuit, Je danse avec le vent, la pluie, Un peu d'amour, un brin de miel
Et je danse...

Mer 11 Juil - 15:27
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: