AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.


Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES


 ::  :: Rps d'intrigues Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Intrigue - Groupe 2 (28/02/2013)

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 390
✗ JGolds : 10587

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Juil - 18:47
Tandis que Julian se détournait de la grue, un grincement assourdissant déchira le ciel. Il crut qu'il s'agissait du tonnerre et se retourna machinalement en cherchant l'origine du bruit. Il semblait venir de partout et de nulle part à la fois, entre le vent, la pluie qui forcissait toujours plus et les cris des personnes qui fendaient l'air de temps à autre, tout lui semblait brouillon. Il grimaça, agacé par cette situation qui n'était plus sous contrôle. L'avait-elle jamais été ? Son regard accrocha l'immense forme qui se tenait dans le ciel, la grue qui se tordait, courbée par le vent, dont les câbles tels des tentacules lui avait été violemment arrachés. Le grincement sinistre le fit frisonner et impuissant, il assista à la chute de la grue. Les yeux écarquillés de stupeur, il pensa à ceux qui étaient resté là-bas. Powell...et tant d'autres.

Poussé par une dose d'adrénaline, il se préparait à courir dans cette direction lorsqu'une voix qu'il connaissait retint son attention par dessus tout le brouhaha de l'ouragan.
Mora était là, devant lui, complètement agitée pour ne pas dire paniquée. Il la savait emportée, souvent trop volontaire, trop impulsive. Par moment elle lui rappelait lui, avant. Avant que l'armée ne le mate et ne lui apprenne à garder son sang-froid. Du moins en apparence.
Cette situation est exactement ce à quoi il a été habitué. D'un point de vue extérieur, Julian possède des traits calmes, sereins, comme s'il maîtrisait parfaitement la situation. Intérieurement, il est tel un electron libre, pensant trop, à tout, à rien et finalement aux priorité. L'adrénaline, c'est ça qui le fait réagir, ça qui le fait vivre, ça qui est devenu sa drogue.

- Calme toi Mora, dit-il d'un ton posé mais suffisamment fort pour couvrir les rafales de vents. La grue s'est effondrée, il faut s'assurer que personne ne soit blessé là-bas. Tu peux faire ça ?

Avec son visage mouillé et barbouillé du sang de sa joue entaillée, ses cheveux attachés aux mèches folles qui lui collent à la peau et ses vêtements détrempés qui lui collent au corps, il ne ressemble plus à l'agent d’intervention que l'on connait. Lui même a le sentiment d'être une copie fatiguée de lui-même, un pâle épouvantail.
Cependant, il ne doute pas une seule seconde que la jeune femme va tout faire pour se rendre utile, c'est une flippée de la mort.
Il récupère son talkie, mais tout comme celui de Freya, l'ouragan affole les ondes et plus rien ne fonctionne. Au loin, son nom retentit et il cherche par dessus l'épaule de Freya qui l'interpelle à gorge déployée. Powell, évidemment. Un léger rictus déforme sa bouche en la voyant en vie et sans même lui répondre, il se dirige dans la direction indiquée.

- A nous de jouer Mora, j'espère que t'as amélioré tes compétences en escalade ma petite !


Parce que pour rejoindre les deux personnes à terre, il va falloir passer par dessus la grue effondrée, escalader les barres de métal brisées, tordues et surtout, glissante d'eau.
Sans attendre sa réponse, il franchit la distance qui les séparait du monstre de fer et commença son ascension.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 24/06/2018
✗ Appels a l'aide : 398
✗ JGolds : 7020

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Localisation : poste de sécurité
✗ Métier : Agent de sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Juil - 21:00


Intrigue Rp

Je suis impulsive, surement trop mais, c'est ainsi on ne me changera pas et puis je le fais car la vie de personne est en danger. Lorsque, j'ai vu cette grue tomber dans le poste de télévision qui retransmété l'image de la caméra de surveillance, j'ai tout de suite compris qu'il fallait que j'agisse. Je voulais pas rester en retrait, je voulais pas être celle qui regard les gens mourir. Je n'avais rien pu faire pour mon père et il était hors de question que, je ne fasse rien pour les gens présent pendant cette ouragan. J'avais pris le talkie laissant mon collègue seule et me dire que, j'étais une tarée. Il avait surement raison mais, c'était ainsi et personne dans le fond ne pouvait réellement comprendre ce que, je vivais. J'avais couru aussi vite que, le vent me l'avait permis et j'avais finalement, atteint le lieu de l'accident plutôt vite. J'avais alors trouvé Julian Blake un soldat d'intervention que, j'avais connu lors d'une mission de surveillance. Je l'interpellais rapidement avant d'entendre mon talkie retentir et comprendre que, le vent était entrain de brouiller les ondes et qu'on allait pas pouvoir communiquer avec le central. - Calme toi Mora, La grue s'est effondrée, il faut s'assurer que personne ne soit blessé là-bas. Tu peux faire ça ? Je hochais la tête, j'étais pas venu ici pour me la couler douce et je voulais sauver les gens. J'espérais cependant, qu'il n'y avait pas trop de blesser voir même pas du tout. Je fixais un instant Julian prête à quitter la conversation avant d'entendre son nom crié, je me retournais pour voir d'où venait le son avant de reconnaître la voix d'Ingrid. Elle était aussi sur les lieux et devait être dépassé par la situation qui ne le serait pas de toute façon. - A nous de jouer Mora, j'espère que t'as amélioré tes compétences en escalade ma petite ! Un sourire étira mes lèvres alors que, je voyais Blake partir vers la grue couché. Je me mis à courir avant d'attraper la barre métallique dans mes mains et de poser mon pieds sur la première barre. "Qu'est-ce que, tu crois je m'entraîne tout les jours !" J'accélérais un peu mon escalade bien que, je n'étais pas du tout entrain de me battre avec Julian pour savoir lequel était le plus fort à l'escalade. Les barres étaient parfois glissante et je me rattrapais souvent de justesse. "Tain, ça craint quand même cette mission n'aurait jamais du avoir lieu !" Je ne comprenais pas pourquoi on avait autorisé une telle mission et j'étais persuadé que, Julian devait penser la même chose. J'enjambais une des barres de la grue pour pouvoir me faufiler de l'autre côté. Je me retournais avant de m'appuyer sur mes jambes et de sauter sur l'autre barre de la grue. Je me rattrapais de justesse une fois de plus avant de me remonter grâce à mes bras et de reprendre mon escalade. "Allez Blake tu suis pas !" Je lui lançais un sourire avant de reprendre mon sérieux et de me re-concentrer sur la mission de sauvetage.




codage par Laxy Dunbar.


color Freya: #009999
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 8 Juil - 14:39
Invité


Ouragan en marche
Intrigue de groupe

Petit à petit tes pensées s’estompèrent, la douleur commença par disparaître et tu clignais des yeux toujours plus vite, les fermant plus longuement à chaque fois. Tu luttais contre le sommeil. Qui pouvait vouloir dormir en un temps pareil ? La pluie s’abattait sur vous et tu regardais les mèches ondulées de la jeune femme se coller à son visage. Ton bras était libre et tu les dégageas doucement avant de reposer ta tête sur son ventre doux. Doucement ce qui était autour de toi s’estompait et tu ne voyais plus que du noir. Avais-tu fermé les yeux sans t’en rendre compte ?

« Regard moi Tommy...On va s'en sortir d'accord ?! Je te promet qu'on va trouver une solution pour libérer tes jambes...Je vais trouver un moyen.. »

Tu ouvris les yeux à nouveau, luttant contre le sommeil. Tu souris doucement à ces mots. Tu croyais en elle, en ton équipe, ils te sauveraient mais la priorité restait Jordan. Tu reposas lourdement ta tête sur le corps de Jordan, fermant doucement les yeux. Tes pensées étaient vides et la douleur disparaissait à nouveau. Car au fond c’était ce que tu voulais non : ne plus souffrir. A nouveau, sa voix réveilla ton cerveau et tu ouvris les yeux, la douleur t’agrippant férocement.

« Ok...Je vais tenter de me dégager...
-Oui, sauves-toi Jordan. »


Ta voix n’avait été qu’un murmure non contrôlé mais c’était ce que tu pensais parfaitement. Finalement tes paupières étaient à nouveau lourde et tu te laissais retomber sur le corps en mouvement de ta collègue et stagiaire.

« Tommy...Est-ce qu'il y a une barre métallique proche de nous où je pourrais m'accrocher ? Je suis sûre qu'en hissant mon corps grâce à elle je pourrais me déloger. »

Malheureusement tu ne l’entends pas, la douleur a pris possession de ton corps et pour se défendre ce dernier a décidé de s’endormir. Tu as lutté, très longtemps mais désormais tu ne peux plus. Et tu fermes les yeux et sombre dans l’inconscience.




propulsed by VANKA
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 390
✗ JGolds : 10587

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 5 Aoû - 23:23
Le sourire de Mora éclaira son visage et à travers l'ouragan, se fut comme un rayon de soleil. Fugace et lumineux. Il ne s'y attarda pas cependant, se précipitant directement vers la grue renversée. Malgré le vent et la pluie, il sentait la présence de Mora à ses côtés, elle aussi courrait et bientôt elle le dépassa.
Elle se jeta en avant, prenant appui sur l'une des barres de fer du pied pour mieux se hisser avec le bras. Pendant qu'elle escaladait, elle se targua de s’entraîner chaque jour et Julian sut qu'elle mentait avec effronterie. Il aurait eu envie de lui ébouriffer la tête sur l'instant. Mais le moment n'était pas aux plaisanteries amicales, l'ouragan avançait à vive allure. La pluie forciçait encore. Putain comment cela était-il encore possible ?
A travers le rideaux mouillé qui glissait sur son visage, il grimpa à son tour sur la grue. De temps à autre, il jetait un oeil à Mora un peu plus en amont juste au cas où. Elle semblait faire la course mais par le temps qu'il faisait, un accident était vite arrivé.
Il secoua la tête en souriant et sauta à son tour de barre en barre tandis qu'elle le mettait au défi. S'il ne glissait pas, il prenait soin d'assurer chacune de ses prises et bientôt, ils arrivèrent de l'autre côté.

- Bravo Mora
, la félicita-t-il en lui lançant une claque amicale sur l'épaule.

Après coup seulement il se rendit compte qu'il y avait peut-être été trop fort. Il s'excuserait plus tard, ou peut-être pas d’ailleurs, elle n'était pas en mousse et elle en verrait d'autre !
A force de tomber, la pluie commençait à former une boue dans laquelle le montant métallique de la grue s'enfonçait légèrement avec le poids. D'ici quelques heures, ce serait vraiment problématique.
Julian se baissa, essuya son visage du revers de la main et appela.

- Hé ohh ? Vous êtes conscients la dessous ?


Une voix féminine lui parvint dans le vacarme de l'orage. Elle semblait paniquée mais il ne comprenait pas bien ce qu'elle lui disait. Il l'aperçut dans la boue qui s'infiltrait de plus en plus dans le creux formé par la chute. A ses côtés, un autre corps immobile gisait qu'elle semblait tenir entre ses bras. Julian était trop imposant pour pouvoir se faufiler sous les barres et les panneaux qui bloquaient l'accès. Il se tourna vers Mora.

- Ca va être ton heure de gloire ! Visiblement ils sont deux, mais un des deux semble inconscient.


Il se poussa pour qu'elle puisse à son tour observer et imaginer le meilleur chemin qu'elle pourrait prendre.

- En attendant, je vais commencer à dégager tout ça, souffla-t-il à ses côtés. Allez !




_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/10/2017
✗ Appels a l'aide : 753
✗ JGolds : 44673

✗ Age du personnage : 43 ans
✗ Localisation : En mission
✗ Métier : Chef de la sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 17:39

• Quelques mois après l'arrivée d'Ingrid •
Intrigue - Groupe 2
Participants & Ingrid Powell

------------

Malgré tous mes efforts, Blackwood ne revenait pas à elle. J'épongeais prudemment sa blessure et ce que je constatais n'était pas beau à voir. Elle ne pouvait pas rester ainsi et l'espace d'un instant, j'évaluais toutes les solutions qui s'offraient à moi. Finalement, je pris la décision de bouger la blessée, prenant en charge la lourde responsabilité des complications qui pouvaient advenir sur sa personne. Je pensais faire au mieux, mes intentions n'étaient donc pas préjudiciables. Et c'était, somme toute, mieux que de la laisser ainsi en proie aux intempéries.

Je cherchais Blake et Mora, puisqu'elle l'avait rejoint, dans les décombres et distinguais leurs pâles silhouettes derrière le rideau de pluie. Ni une ni deux je m'élançais jusqu'au pied de la grue échouée et cette fois encore, je dû donner de la voix pour me faire entendre :

• "Blake !! Le hélais-je sans sommation, lui qui était resté en-dehors de l'échafaudage pendant que la jeune agent plongeait à l'intérieur pour y extraire les victimes. "Rapatriez ces deux jeunes gens avec Mora et fichez-le camp d'ici ! Je fis une pause pour scruter une nouvelle fois les alentours. On est jamais trop prudent. Les autres sont partis à l'abri, nous sommes les derniers. Je m'occupe de Blackwood et du dénommé Jéricho, qui ont tout deux besoin de soins qui urgent !"Je ne l'avais pas oublié lui, ce type d'une rare amabilité qui devait avoir chu quelque part avec le sweat ridicule de Cassidy au mollet. Je désignais les Jeeps plus loin en les montrant du doigt avant de conclure : Faites attention à vous ! "

Je n'attendis pas sa réponse car il n'y en avait pas à donner. J'avais distribué mes ordres et ça allait se passer ainsi, point barre. De plus, je n'étais pas d'humeur pour les piailleries ou même ouverte à la discussion. Quoiqu'il en soit, j'avais déjà tourné les talons pour retourner au chevet de Cassidy mais au moins, j'avais averti les membres de mon service de mes intentions. Aussi, n'allaient-ils pas penser que je désertais ou quelque chose de semblable. J'observait la silhouette allongée avant de fermer les yeux pour me concentrer.
Je respirait un grand coup, faisant fit du froid qui me gelait les os, et me baissa pour tenter de la soulever de terre. C'était bien connu : la force ne résidait pas dans la carrure mais j'allais tout de même devoir la jouer stratégique avant de jouer les pros de l’haltérophilie. Le mieux eut-été de la prendre sur mon dos, comme on porterait un baluchon de voyage, mais je n'étais pas certaine que cela ne causerait pas d'hémorragie ou autre, puisque cela signifiait qu'elle allait se retrouver la tête en bas.
Je décidais alors de passer un bras dans le creux de ses genoux, puis l'autre dans son dos en faisant attention à ne pas laisser sa tête baller en tout sens. Celle-ci se cala naturellement sur mon épaule et je vis mon chemisier en soie se tacher de sang progressivement. Je tiquais un peu, mais me dit que c'était pour le bien de tous que je sacrifia mes vêtements...
Vint alors le moment où je devais me relever avec cette charge supplémentaire. Dans mon malheur, Blackwood était ce qu'on pouvait appeler un 'poids plume' elle aussi, mais sous l'effort considérable que cela me demanda, je ne pu retenir un cri de douleur. Je titubais quelques secondes, cherchant mon équilibre. Déjà, je sentais mes muscles protester mais avec cette pluie, je ne voyais personne susceptible de me décharger aux alentours.

J'entamais alors ma propre marche de la mort, le pas considérablement lent et la trajectoire incertaine. De nombreuses fois, je dû me reposer et le chemin jusqu'à la Jeep me sembla interminable. Blackwood, elle, blanchissait, sans doute à cause des changements de directions que j'étais contrainte de lui infliger. J'apercevais la Jeep, et je désespérais qu'elle ne fut pas plus proche. Me persuadant que cette distance n'était qu'un effet d'optique, je me forçais à reprendre la marche, essoufflée et les traits tirés par la fatigue. Mais chaque pas me rapprochait davantage et c'est ce qui me fit tenir jusqu'aux véhicules. L'un d'entre eux était d'ailleurs retourné et je vis mon second patient abrité là, aussi blême qu'un comprimé de doliprane.
N'y tenant plus, je posais précautionneusement Blackwood sur les sièges arrières de ma Jeep, renonçant en plus de mon chemisier, ma veste et mon allure, à mes sièges en cuir écrus. Échevelée et passablement éreintée je pris quelques secondes pour masser mes jambes rendues flageolantes par ce trajet épuisant.

Puis, j'allais directement au véhicule renversé où je venais de passer, les bras encombrés d'un colis ni vivant, ni mort. L'homme était bien là, se tenant la jambe en s'efforçant d'éviter les rafales et les éventuels débris qui pouvaient encore le faucher. Je me baissais légèrement en me tenant à la carrosserie et lui tendis la main pour qu'il s'en saisisse. Je lui lançais, la main toujours tendue :

• "On dirait bien que vous n'avez plus le choix désormais. Votre pom-pom girl a déclaré forfait." Je faisais bien sûr référence au blazer qu'elle lui avait laissé en souvenir et qui pendait lamentablement au sol. De quoi lui faire une belle jambe, sans jeu de mots ! "Si vous voulez bien vous donner la peine, que je vous mène jusqu'à votre carrosse...

D'un signe de tête, je désignais mon véhicule à quelques pas de là. C'était peut-être le seul soupçon de chance de la journée, de savoir qu'il n'y avait qu'un ou deux mètres à parcourir. Encore fallait-il accepter mes avances et ne pas faire la fine bouche...


@Cassidy Blackwood : je suis désolée d'avoir pris l'initiative de bouger ton personnage sans ta permission é_è. Mais l'Event ne va pas tarder à se clôturer et de ce fait, j'ai eu l'aval du staff. J'espère que ça ne te dérange pas trop....
CODE BY ÐVÆLING




_________________
Merci pour ces cadeaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 24/06/2018
✗ Appels a l'aide : 398
✗ JGolds : 7020

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Localisation : poste de sécurité
✗ Métier : Agent de sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 7 Aoû - 22:45


Intrigue Rp

La pluie commençait à être pleinement présente et les barreaux de la grue était parfois glissant. Heureusement, j'arrivais à prendre suffisamment d'appuie pour ne pas glisser lamentablement et m'écraser en contre bas. J'avais Julian sur mes talons et je faisais en sorte de me rendre le plus rapidement possible vers l'autre côté de la grue pour rejoindre les potentiels blessaient. Un dernier appuie et je m'élançais en sautant sur l'autre côté, mes mains se refermèrent sur la barre métallique avant que, mes pieds se posent brusquement sur la barre en dessous. Je me tournais pour voir Blake arriver à ma hauteur et je scrutais l'horizon afin d'avoir un résumé de la situation. La claque amicale de Julian attira mon attention tandis qu'il me félicitait. Je regardais un instant l'endroit où il avait tapé avant de poser mon regard sur lui. Est-ce qu'il était vraiment fière de moi ? Une petite fierté s'invita dans mon être me reboostant encore un peu plus pour la mission. Il s'inquiéta ensuite de savoir si, il avait des survivants avant de me dire que j'allais pouvoir connaître mon heure de gloire. J'arquais un sourcil avant de regarder en contre bas, je devais prendre le meilleur chemin pour ne pas finir écrasé par la grue. Julian m'indiqua qu'il allait dégager le reste et que je devais m'y rendre maintenant. Je hochais la tête avant de descendre le long des barres métallique. Hors de question de décevoir l'équipe et encore moins de laisser des innocents mourir ici. *saleté d'île !* pensais-je intérieurement, quand c'était pas les dinosaures c'était les catastrophes naturelle. J'espérais au moins que les infrastructures puissent tenir le coup et qu'on ne se retrouve pas avec des dinosaures en liberté. Autant les herbivores je m'en fichais un peu mais les carnivores hors de question de les voir en dehors de leurs enclos ! Je continuais de descendre avant de pouvoir enfin poser mes pieds sur le sol ou plutôt dans la boue. Un légère moue se dessina sur mon visage, ça allait rendre les choses plus compliqué. Je me baissais avant de rejoindre la jeune femme qui était enduite de boue. L'homme était allongé sur elle ce qui avait pour conséquence de la bloquer. Je regardais autour de moi et j'évaluais la situation, la grue était entrain de s'enfoncer de plus en plus dans la boue et bientôt il perdrait ses jambes. Je devais dégager la jeune femme pour pouvoir ensuite dégager l'homme. "Tout vas bien ce passer !" Je souris un peu pour la rassurer avant de comprendre ce qu'elle avait voulu faire en s'enduisant de boue. Elle n'avait pas du pouvoir s'extirper de sa prison car la terre était maintenant trop glissante. Je me plaçais devant sa tête avant d'ancrer un peu mes pieds sur le sol. "Accrochez vous à mes chevilles !" Lui ordonnais-je, une fois qu'elle fut fermement accroché je tentais de reculer mon corps lutant contre le vent pour garder mon équilibre. J'avais juste besoin d'attraper une barre métallique planté dans le sol et se serait bon. Je reculais de toute mes forces avant d'agripper la barre et de m'aider d'elle pour sortir la jeune femme de son ancrage. Il allait ensuite falloir agir vite pour sortir le jeune homme inconscient. En retirant la jeune femme son corps tomberait sur le sol et on gagnerait de la marge pour le sortir de dessous la grue.


codage par Laxy Dunbar.


color Freya: #009999

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 25/01/2018
✗ Appels a l'aide : 880
✗ JGolds : 13017

✗ Age du personnage : 20 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : étudiante en paléontologie
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 8 Aoû - 15:29
Comment tu avais bien pu te retrouver dans cette situation ? Tu aurais mieux fait de partir te mettre à l'abri mais, tu n'en faisais qu'à ta tête et dans le fond, tu n'avais aucun regret au moins tu étais venu donner un coup de main. Bien que maintenant, tu sois coincé sous le corps de Tommy qui était lui même coincé sous la grue qui avait fini par s'effondrer avec le vent. Tu avais fais une première tentative pour te dégager et te libérer de cette prison. Tu avais enduits ton corps de boue espérant qu'ainsi elle puisse te permettre de te dégager, sans succès hélas. Tu avais conscience que ton corps était un frein à la libération de Tommy, si tu glissais un peu les chevilles du jeune homme pourrait être dégager avant que la grue ne s'effondre totalement sur vous. Tu jetais de rapide coup d'oeil à Tommy pour voir si, il était conscient mais bien vite, il perdit connaissance. Juste au moment où tu lui avais demandé si, il avait une barre proche de vous pour que tu puisse t'y accrocher et t'extirper de ta cage. C'est alors qu'une voix masculine perça le vent et la bruit pour venir jusqu'à toi. "OUI ! ICI !" Tu ne savais pas exactement d'où ça provenait mais, il avait encore du monde autour de vous. Tu avais bon espoir d'être enfin sauvé bien qu'une petite voix intérieurs te disait d'être réaliste. Tu regardais autour de toi avant de voir apparaître la silhouette d'une jeune femme. Tu reconnu immédiatement son vêtement, elle faisait partie de la sécurité et tu étais enfin soulagé de voir quelqu'un capable de te sortir de là. Elle arriva à ta hauteur et te rassura. Tu hochais un peu la tête "Il a perdu connaissance...Ses cheville son coincé sous la grue et je n'arrive pas à me dégager...Le poids de la grue en pression sur son corps m'empêche de faire le moindre geste." Tu essaies de lui faire comprendre que ça va être compliqué mais, elle semble avoir une idée. La même idée que toi. Ton corps étant recouvert de boue, tu vas surement pouvoir sortir plus facilement de ta prison. Elle t'ordonne de t'accrocher à ses chevilles et tu doute soudainement. Elle n'est pas très grande et avec le vent plus la boue la manœuvre va être compliqué. Elle te regard et tu finis par glisser tes doigts autour de ses rangers, tu pries intérieurement que ça fonctionne et qu'elle puisse vous aider. Elle recule et tu sens tes bras qui s'étire puis soudainement tu sens le bas de ton corps qui semble se dégager. Ton corps glisse sur la boue et tu vois Tommy s'éloigner peu à peu de toi. Tu relâche ton emprise sur la jeune femme une fois complètement dégagé et tu te précipite vers le jeune animalier pour le sortir. Le fait de retirer ton corps a permis de gagner un peu de place en dessous de la grue et tu as juste le temps de retirer ses jambes. La grue s'enfonce un peu plus dans la terre devenu meuble avec la pluie. "Tommy ?!" Tu essaies de ne pas porter ton attention sur ses blessures pour ne pas perdre connaissance en plein milieu de l'intervention. "Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?" Tu te retourne vers la petite blonde en attendant une consigne de sa part pour vous sortir de là. Car, vous n'étiez plus sous la grue mais, vous étiez encore coincé entre les barres métallique.
Codage par Libella sur Graphiorum


#color: 996699
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 390
✗ JGolds : 10587

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 10 Aoû - 22:41
Pendant que Freya s'était faufilée dans les entrailles de la grue, Julian commençait à dégager les barres métalliques brisées, dernier barreaux de la prison que représentait le monstre gisant dans la boue, abattu par l'ouragan. De là où il était et à cause de la pluie, il n'y voyait pas grand chose. Des formes floues principalement, des silhouettes en mouvement.
Ses mains glissaient sur la surface lisse des piquets répandant des milliers de fourmillements dans les paumes de ses mains à chaque fois que sa prise lâchait. A maintes reprises il jura, seul au milieu de l'ouragan, tempêtant aussi fort que les éléments autour de lui. Mora n'était pas partie depuis longtemps mais dans le tourbillon des éléments déchaînés, il avait le sentiment que cela faisait déjà une éternité.
Avait-elle réussi à rejoindre les deux personnes ensevelies ? Avait-il bien fait de la laisser y aller ? Bien que sa taille menue le justifiait, Julian doutait de sa décision.

Heureusement, ses réflexions ne furent que de courte durée. Non loin de là, un mouvement attira son attention. Il pouvait les voir à seulement quelques mètres de là, derrière quelques barres tordues plantées et emmêlées par le fracas de la chute.
L'adrénaline le porta de nouveau, mue par l'espoir de sortir ces trois personnes vivantes. Il retira une première barre, puis une autre qu'il jeta plus loin. Ses mains lui faisaient mal à force d'humidité, sa peau s'était fripée et à présent qu'il forçait dessus, elle le brûlait. Peu lui importait, tout comme son entaille à la joue, il ne s'agissait que d'égratignures qui dès demain ne paraîtrait plus.
Il y avait des vies à sauver, le reste attendrait.

A force de retirer les débris, il avait fini par réaliser un chemin à peu près sûr et s'y engouffra en courbant le dos.

- Mora ??
appela-t-il à l'intérieur suffisamment fort pour couvrir le vent sifflant qui traversait la grue.

La voix de la jeune femme arriva jusqu'à lui, il tendit une main et vit l'ombre de la sienne s'y agripper. Alors il la tira de toutes ses forces vers la sortie. Elle lui indiqua alors que les deux autres personnes étaient en vie, mais que le jeune homme était inconscient.
A eux deux, ils aidèrent la jeune fille à se dégager de la boue meurtrière, puis hissèrent des tréfonds le jeune homme dont les jambes molles étaient recouvertes de sang et de boue.
Julian vérifia son pouls, observa un moment les jambes qui ne laissaient présager de bon.

- Ma jeep est garée là-bas, lança-t-il en leur montrant du menton la direction. Je vais le porter. Mora, tiens ses jambes le temps que je le hisse son corps sur mon épaule.

Ensemble, ils parvinrent à stabiliser le corps de Tommy sur l'épaule de Julian qui laissa ses jambes pendre mollement devant lui, se contentant de le maintenir par l'arrière des cuisses.

- Allez, on se bouge ! ordonna-t-il.

Et comme si le ciel lui donnait raison, un coup de tonnerre gronda et un éclair frappa le sol à l'autre bout de l'île zébrant les nuages d'une traînée brillante trop blanche pour être regardée consciemment.
Malgré le poids il se mit à courir aussi vite que possible, usant de mouvements souples pour éviter les coups trop abrupts de la course au blessé.
Quelques minutes plus tard, le véhicule se dressa devant eux. La brune sauta à l'arrière et Julian lui déposa le corps de son ami avant de l'aider rapidement à le caler. Il se plaça ensuite derrière le volant, Mora sur le siège passager. La jeep démarra en trombe, dérapa dans la boue lorsqu'il appuya sur l’accélérateur, puis s’élança en direction de la zone de rassemblement.
Il s'essuya le visage d'un revers de la main, cherchant dans le décor qu'il n'ait oublié personne et roula, roula...roula.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ven 24 Aoû - 20:55
Invité
Mise en page à faire
La douleur, la fatigue, qu’est-ce qui avait détruit à ce point ton âme pour que tu la laisses s'enfoncer dans les abysses ? Tu étais pourtant un battant. Tu ne t’étais jamais laissé aller et tu t’étais toujours relevé, quelque que soit les difficultés. Mais aujourd'hui ce ne fut pas le cas, ton corps t’avait lâchement abandonné alors que tu avais une vie à sauver : Jordan.
C’est lorsque son sourire et son visage t’étaient apparus en dernière vision avant de sombrer que tu avais su : tu étais amoureux d'elle. Quel idiot tu faisais. Amoureux de ta stagiaire. Bien sûr tu ne pouvais oser rêver d’un jour porter tes lèvres sur les siennes mais si tu avais une dernière prière, ce serait cette dernière. Bien sûr, cela prouverait également qu’elle était en vie, saine et sauve.

Si jamais tu t’en sortais ? Hell, tu ne savais pas ce que tu ferais si tu t’en sortais. Certaines personnes disaient qu’ils réalisaient, en étant sauvé d’une mort certaine, que la vie était précieuse et qu’ils ne devaient plus en gâcher aucun moment. Cela te permettra-t-il de te dérider un peu et de plus profiter de ce don qu’est la vie ?
Si tu avais été un minimum conscient tu te serais demandé si quelques personnes pleureraient ta mort. Est-ce que les gens se bousculerairent aux portes de l'église ou bien te décomposerais-tu simplement sans qu’aucune l'arme ne soit versée ? Tes parents, c'était sûr, maudiront le jour où tu avais décidé de rejoindre l’isla Nublar mais ils étaient si mal placés, eux qui risquaient leur vie tous les jours, ne reculant jamais devant rien.

Tant de pensées et de questions effleureraient ton esprit s’il avait été au moins en marche mais non. Ton corps avait décidé de mettre sur pause ses organes les moins vitaux, se concentrant simplement sur la survie du cœur et des poumons. Ta respiration était calme. Aussi calme que l'était ton esprit. En fait. Tu étais en paix d’une certaine façon.

Mais la paix n'est toujours que de courte durée. Petit à petit les sons te revinrent. Où étais-tu ? Tu n’en avais aucune idée. Tu cillas. Tu étais allongé. Petit à petit les sensations te revinrent et même si au début tu les acceuillas avec joie, très vite la douleur revint également. Tu poussas alors un cri de douleur comme tu ne l’avais jamais fais. Tu avais toujours était résistant à la douleur mais celle là, ce fut comme si l’on avait commencé à te scier les jambes, laissant les plaies ouvertes.
Par ailleurs, c’était exactement ce qu'il s’était passé. En te tombent dessus , la grue avait arraché ton pantalon à mi mollet et la gravité avait fait son travail, attirant encore plus bas la grue qui, répondit à l’attraction en commençant à te a
Passer à travers. Bien sûr à cela il fallait ajouter les os qui s’étaient fracturés lors de l’impact.
Tu tournas de l’oeil, prêt à retomber dans l’inconscience, priant même pour retrouver cet état de calme que tu avais connu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 06/03/2018
✗ Appels a l'aide : 1196
✗ JGolds : 3397

✗ Age du personnage : Trente Huit Ans avec le syndrome de Peter Pan
✗ Localisation : En vadrouille ou bien au bar
✗ Métier : Vétérinaire des XXL
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 28 Aoû - 17:00


► Allons danser sous la pluie
INTRIGUE - GROUPE 2
Animaliers & Sécurité
Il se maudissait. À cet instant précis, s’il avait pu se traiter de tout les noms sans passer pour un fou allié, il l’aurait fait sans la moindre hésitation. Jéricho n’osait même pas se dire que ça pouvait être pire, car sur cette île, il se passait TOUJOURS  un truc encore pire que ce a quoi on pensait. Un peu superstitieux sur les bords, le vétérinaire se disait que s’il parvenait à ne pas trop penser à ça, et bien, la situation ne basculerait pas dans un bordel sans nom, du moins plus qu’elle ne l’était déjà… Si on voulait être un tantinet optimiste au milieu de cette apocalypse, on pourrait dire qu’ils avaient encore de la chance qu’aucun dinosaure n’ai décidé de venir faire une promenade dans les parages. « Non, il n’y a que les humains qui sont assez cons pour rester dehors au beau milieu d’un ouragan » rouspéta-il entre ses dents, tentant comme il pouvait de se maintenir debout à chaque nouvelle bourrasque.

Jéricho ne faisait pas vraiment attention à ce qu’il se passait autour de lui, non pas qu’un élan d’égoïsme lui ai traversé l’esprit et qu’il soit prêt à mettre en œuvre l’adage ‘chacun pour soit et Dieu pour tous’, il ne pouvait simplement pas penser a autre chose que la douleur qui lui pulsait dans toute la jambe. À la moindre tentative pour regarder d’où provenait les brides de voix qu’il parvenait à entendre il manquait de s’appuyer sur son pied gauche, ou lorsque l’équilibre lui faisait défaut a cause d’une bourrasque de vent plus forte que la précédente. Il était conscient que quelque chose de pas bon du tout s’était passé. Il avait entendu un cri et des ordres aboyés, mais il ignorait qui était concerné, et les rares choses qu’il parvenait à voir ne laissait rien présager de bon.

Agacé par la situation, furieux contre lui-même d’être là, impuissant alors que partout, où se posait son regard, le chaos régnait. Un souvenir amer lui revint en mémoire, où la aussi, il n’avait été qu’un triste spectateur d’un désastre, ici même. Ne pas pouvoir agir le mettait hors de lui, mais rager dans sa barde n’allait pas lui être d’une grande aide et il devait sérieusement réfléchir a comment se sortir de ce foutoir. D’un geste rageur, il rabattit ses cheveux dégoulinants en arrière, dégageant ainsi quelque peu son champ de vision, lui permettant de voir celle qu’il avait involontairement – ou pas tant que ça – envoyé bouler alors qu’elle était venue lui apporter son aide. De ce qu’il arrivait à voir, elle portait le corps inanimé de quelqu’un. Son cœur manqua un battement au moment où il crut reconnaître Jordan dans ses bras, il voulut se lever sans prendre appuie au véhicule, mais sa jambe lui rappela à l’ordre. Une violente décharge remonta jusque dans la colonne vertébrale et il ne pu rien faire d’autre que de regarder l’agent de sécurité passer avec difficulté à quelques mètres de la voiture.

Assis dans la boue, il ne pouvait rien faire d’autre que de tenter de s’occuper de sa jambe. La vue du sang humain, et en particulier le sien, le répugnait. Il n’avait jamais supporté tout ce qui pouvait provenir d’un être autre qu’animal. Au grand étonnement de la sage-femme, il avait même refusé – poliment - de couper le cordon ombilical à la naissance de sa fille. Par contre, plonger les bras dans la carcasse d’un éléphant pour une autopsie ou tout n’importe quel acte vétérinaire ne le gênait en rien. Depuis quelques minutes maintenant il avait l’impression de ne plus sentir son pied et il ne parvenait pas a dire si c’était a cause de l’eau froide et boueuse dans laquelle il baignait depuis un moment ou bien parce que le sang ne parvenait juste plus à ses doigts de pied. Serrant les dents, il défit le garrot de fortune en pull et le laissa traîner au sol. Il était imbibé de sang et d’eau et n’était sans doute pas d’une aussi grande utilité qu’il ne l’avait cru au début. Son Jean n’était pas en meilleur état et il était sur le point d’ôter sa chaussure quand une voix trop nette le fit sursauter.

"On dirait bien que vous n'avez plus le choix désormais. Votre pom-pom girl a déclaré forfait." Il mit quelques secondes à comprendre a qui elle faisait allusion avant de rétorquer « C’est bien dommage, j’aimais bien être dans le rôle du Quater Back… » Cette fois, il ne rechigna pas à se saisir de la main qu’elle lui tendait. Apres tout elle avait porté un poids mort – qui n’était pas Jordan, a son grand soulagement - sur plusieurs mètres a travers la tempête, lui prouvant qu’il aurait dû se taire tout à l’heure plutôt que de faire la grande gueule. Avec son aide, il se remit debout, gardant la jambe gauche légèrement pliée, car de toute façon la moindre flexion du genou lui faisait l’effet d’être lacéré au scalpel. « C’est mal venu de vous présenter mes excuses maintenant où ça fait trop le type intéressé qui le fait pour qu’on lui sauve les fesses ? » Il sautilla à cloche pied jusqu'à elle, grimaçant à chaque secousse. Une chose était sûre : il lui devait une fière chandelle.


CODE BY ÐVÆLING // groover par une licorne
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/10/2017
✗ Appels a l'aide : 753
✗ JGolds : 44673

✗ Age du personnage : 43 ans
✗ Localisation : En mission
✗ Métier : Chef de la sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 31 Aoû - 13:39

• Quelques mois après l'arrivée d'Ingrid •
Intrigue - Groupe 2
Participants & Ingrid Powell

------------

Je réprimais un rictus amer à sa remarque : les hommes. Même à l'article de la mort, ils ne pouvaient s'empêcher de penser en rapace et cela me désolait. Je rangeais donc bien vite ce dénommé Jéricho dans la case des personnages à éviter mais ne retirais pas ma main tendue pour autant. Cette fois, il s'en saisit et je pliais le coude pour avoir plus de force, le temps qu'il me rejoigne à cloche-pieds.
Il était vraiment dans un triste état et ses cheveux ainsi rabattus en arrière lui donnaient l'impression d'avoir survécu au Titanic. Cahin-caha, avec sa démarche de chien mouillé, il se plaça finalement à mes côtés.
A sa remarque, plutôt franche, je lui accordais un faible sourire, observant sa jambe blessée :

• "Je saurais m'en contenter pour le moment. Parce qu'en y réfléchissant bien, il n'y a pas que vos fesses que je sauve..." fis-je, avant de le laisser passer son bras sur mes épaules pour le soutenir. Pour ma part, agrippais sa chemise en lambeaux en prenant garde de ne pas bouger sa jambe pliée d'où le sang s'écoulait encore abondamment et sans frôler non plus la barre qui la traversait. Inutile de dire que la situation était légèrement compassée.
Alors, nous commençâmes à marcher..enfin claudiquer de concert, plutôt. Je comprenais mieux son refus de tout à l'heure car le bougre n'avait pas menti et pesait son poids. Rien à voir avec la carcasse -plutôt longiligne- de Blackwood. Plus ou moins avec préméditation, je piétinais le sweat souillé qui gisait au sol, car ce monsieur avait décidé de débarrasser, comprenant enfin son inutilité. Ô, douce et agréable petite victoire...

• "Courage, monsieur le Quater-Back, ma Jeep est juste là." fis-je, mi railleuse, mi conciliante. En effet, plus que quelques mètres et ce serait-là, le début de sa délivrance. Sans doute aurais-je pu regarder sa blessure de plus près, mais j'étais assez rancunière et puis je préférais ne pas rester dans les parages, une fois notre trio dans l’habitacle. Nous serions plus vite arrivé au poste de secours où là, ils auraient droit à de vrais soins, Blackwood et lui.

Une fois à destination, je le laissais s'appuyer sur mon véhicule avec son autre main toute sanguinolente pendant que nous le contournions pour l'installer sur mon siège passager. Je regardais d'un mauvais œil les traces aux cinq doigts sur ma carrosserie. Je n'étais plus à ça prêt, visiblement...

CODE BY ÐVÆLING




_________________
Merci pour ces cadeaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 10/02/2018
✗ Appels a l'aide : 79
✗ JGolds : 14272

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Métier : Gardienne de nuit
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 28 Sep - 1:29


INTRIGUE - GROUPE 2
Animaliers & Sécurité & Cassidy
Un parfum frais et la chaleur d’un soleil éclatant fit se réveiller Cassidy. Elle regardait partout autour d’elle et il n’y avait rien d’autre que sa présence dans ce qui ressemblait être un champ. La solitude ne la gênait pas, elle trouvait même plutôt cela agréable. Elle se releva et enleva les quelques brins d’herbes qu’il y avait sur sa robe. Sa robe ? Elle n’avait pas le moindre souvenir de sa tenue. D’ailleurs, elle ne se souvenait même pas de ce lieu non plus, bien qu’elle s’y sentait paisible ici. Très vite, tout son environnement changea : des nuages s’amenèrent à une vitesse folle, le parfum enivrant se transforma en une odeur de brûlé et une pluie torrentielle s’abattit en un rien de temps. Cassidy commençait à avoir peur de ce lieu étrange et courut dans la direction d’une colline qui se trouvait à quelques centaine de mètres d’elle.

Trempée jusqu’aux os, elle continuait à courir jusqu’à être arrivée au sommet de la colline et ce qu’elle vit plus en bas l’immobilisa. La tempête faisait toujours rage et une grue se postait en bas de la colline. Elle menaçait de s’effondrer d’un moment à l’autre avec cette tempête. Sans savoir pourquoi, elle s’avançait près de la grue sans qu’elle ne le veuille réellement mais elle était comme attirée. Elle était au pied de cette grue à présent, et elle s’effondra sur elle. Cassidy poussa un cri… et se réveilla, réellement cette fois.

Un mal atroce martyrisait son crâne et elle sentait un liquide chaud couler le long de sa joue. Dans un effort, elle porta sa main jusqu’à ce liquide et découvrit ses doigts se couvrir d’un liquide rouge, du sang… son sang. Elle essayait vainement de se souvenir ce qui avait bien pu se passer mais son seul souvenir était qu’elle aidait à déplacer des parpaings pour solidifier un enclos avant la tempête. Ce qui s’était passé ensuite était très flou. En évitant soigneusement de ne pas bouger la tête à cause de la douleur, elle regardait où elle était installée. Elle ne se souvenait pas non plus être montée à l’arrière d’une voiture, l’avait-on aidée à monter ?

Un bruit la fit sursauter, elle grimaça de douleur car Cassidy avait malencontreusement bougé la tête en sursautant. Une portière s’ouvrit et elle découvrit un homme s’installer à ses côtés et une femme l’aider à monter. La jeune femme blonde se souvenait les avoir vus sur le chantier et c’était sûrement cette femme qui l’avait fait monter à bord de ce véhicule.

« Que… que s’est-il… passé ? »

Même parler était un effort surhumain tant sa tête faisait souffrir Cassidy. Finalement, quand elle était endormie en faisant son rêve étrange, elle ne ressentait pas la douleur, elle aurait aimé que ce sommeil dure plus longtemps.
(c) DΛNDELION




@Ingrid Powell : Tu as bien fait, j'avoue qu'avec les vacances, mes problèmes de PC et mon emploi du temps surchargé, je n'ai malheureusement pas eu le temps de venir poster ici entre 2.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 18/07/2016
✗ Appels a l'aide : 3181
✗ JGolds : 29913

✗ Age du personnage : 32 ans
✗ Localisation : Jurassic World
✗ Métier : Directrice du parc
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 8 Oct - 9:52


INTRIGUE DE RP - GROUPE 2




GROUPE ANIMALIERS ET SECURITÉ
Tout s’était figé. Les minutes semblaient s’étirer en interminables heures alors qu’Isla Nublar allait vivre les instants les plus agitées depuis que la reconstruction fut lancée. L’ouragan, que les autorités costa ricaines avaient dénommées Ilda, venait apporter son lot d’épreuves pour tous les résidents de l’Ile – Humains comme Dinosaures.

Certains n’ont pas daignés suivre les consignes de sécurités, obligeant quelques uns à leur venir en aide, luttant contre les caprices de Mere Nature. Le vent et la pluie allaient en s’intensifiant, trempant les resquilleurs jusqu’aux os, leur brouillant la vue pour bien compliquer leurs taches. Les arbres commençaient à tomber, leurs branches craquant à l'impact du sol, les animaux devenaient de plus en plus agités et il était désormais temps, d'aller se mettre à l'abri. Les membres présent dans le poste de contrôle regardaient, impuissant, l’ouragan malmener sans distinction tous ceux qui osait le braver. Une nouvelle fois l’ordre d'abandonner la mission, quelle qu'elle soit, et d'aller se mettre à l'abri le plus vite possible fut re-donner.

Les mains devant les yeux pour se protéger de la pluie battante, nos volontaires se dirigèrent aussi vite que leur permettait le temps, et tous se mirent à l'abri là où ils le purent. Certains avaient rejoint l’hôtel et les autres rescapés, d'autres avaient choisi le premier bâtiment assez solide qu'ils avaient trouvé, mais tous savaient, que les prochaines heures allaient être sans doute, les plus longues qu'ils auraient à passer sur cette île.





_________________

Who are the beast?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» QT+WMCQ La Rochelle - 20/21 Avril 2013
» Quatrième groupe - Intrigue #1 Deadeye's Revelry
» [Multimédia] Nouvelle musique du groupe Cryoshell
» Groupe des Forges
» Le groupe de prière Berrichons vous invites.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: Rps d'intrigues-
Sauter vers: