AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.

Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES

LES PREDEFINIS DE JWR
Vous aimez avoir des liens importants dès votre arrivée
et vous souhaitez que votre personnage puisse accomplir de
grandes choses sur JWR? Pourquoi ne pas opter pour un de nos prédéfinis?
Ils sont cools, et vous apporteront une aisance en jeu à ne pas négliger!
Pour les voir de plus près:
Liste des prédéfinis



 ::  :: AREA 4 - LA FORET Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

{DINO} Quand travail rime avec plaisir [PV Johanna]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Invité
Dim 4 Fév - 19:45
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/01/2018
✗ Appels a l'aide : 567
✗ JGolds : 2797

✗ Age du personnage : 23 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : Comptable
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Fév - 22:12
ROANNA
Quand travail rime avec plaisir
Nuit courte. Il était difficile de qualifier cela autrement. Mais c’était devenu comme une habitude, un quotidien depuis que Roan était entré dans sa vie. Et s’il y avait bien une chose qu’elle ne regrettait pas ! C’était d’avoir accepté ce poste proposé par sa cousine, Claire. Parce que sans cela, elle ne l’aurait surement jamais rencontré. Et le jeune homme lui faisait beaucoup de bien au moral. Il l’aidait à ce qu’elle se sente un peu moins seule sur l’île. C’était peut-être un peu ironique lorsque tout le monde présent était un peu vos collègues, vos amis. Mais ils n’étaient pas beaucoup à être aussi jeune qu’elle. Et lui savait ce que c’était de devoir faire ses preuves en fonction de son âge. C’est ce qu’ils faisaient, ensemble, même si s’était dans des corps de métier différent. Johanna s’acharnait à redoubler d’effort, pour ne pas que les gens pensent qu’elle avait eu se poste juste parce qu’elle était la cousine de… et surtout qu’elle ne restait pas à ce poste pour cette unique raison également ! Elle voulait prouver au monde qu’elle avait eu se poste par et pour ses compétences et qu’elle comptait le garder pour cette raison également. Elle ne se pensait pas unique ni même irremplaçable, mais c’était toujours mieux lorsque votre employeur commençait à le penser, c’était se donner les chances de garder son emploi. Surtout que la jeune femme n’avait aucunes envies de quitter l’île. C’était chez elle aujourd’hui, malgré le danger, les difficultés et le climat ! Elle avait enfin trouvé où poser ses valises et elle comprenait facilement Claire de se donner autant pour ce projet, parce qu’elle y croyait tout autant que sa cousine et qu’elle ne pourrait lâcher l’affaire même si cela venait à devenir critique. Elle ne pourrait si réssoudre et vivrait surement cela comme l’échec le plus cuisant de son existence. Pourtant, elle ne pensait pas cela tous les jours. Parfois elle vivait juste, parce qu’elle restait une jeune femme qui avait besoin de mener une vie plus ou moins normal. Elle avait besoin de faire la fête, s’amuser, rencontrer du monde, se faire de nouveaux amis. Même si ceux qu’elle avait déjà, étaient surement déjà irremplaçable ! Pour elle s’était aussi vital que le sport, l’escalade ou l’adrénaline des missions. C’était un tout qui contribuait à son bien être mentale et donc physique.

Cette nuit faisait partie de ces nuits où elle ne pensait plus à rien d’autres.  Même son paternel qui pourtant était présent auprès d’elle chaque jour sous forme d’une petite voix dans sa tête. Dans chaque situation il est là à lui faire des critiques ou des remontrances. Et dans un sens, c’est aussi ce qui fait qu’elle se surpasse jours après jours… Plutôt du genre lève tôt, Johanna avait tendance à passer de meilleures nuits lorsqu’elle se trouvait dans la même pièce que son ami. Bien que c’était une chose à laquelle elle n’avait pas vraiment d’explication, à moins qu’elle n’en cherche tout simplement pas… Elle avait tout de même remarqué que lorsqu’elle dormait dans la même pièce que Roan, elle n’était pas réveillée à l’aube. Preuve en était, lorsque le réveil de ce dernier avait commencé à sonner, elle ne l’avait pas vraiment entendu et s’était simplement retourner sur le canapé pour enfouir sa tignasse sous l’oreiller. Ne prêtant pas attention à la couverture qui avait glissé au sol, laissant simplement le drap entremêler dans ses jambes dénudées par sa tenue de nuit improvisée. Bien qu’elle ne portait pas vraiment des choses différentes lorsqu’elle dormait dans sa chambre seule. Elle s’apprêtait à se rendormir profondément lorsqu’elle avait senti le poids contre son corps. Manquant d’air sous l’oreiller elle avait repassé sa tête par-dessus, gardant tout de même les yeux fermés. Elle se sentait tout simplement bien et n’avait pas envie de bouger de ce canapé. En entendant la voix de Roan, elle avait simplement soupiré. Elle savait qu’il allait la chasser de sa chambre alors que c’était son jour de repos à elle et l’idée de retourner dans son lit totalement froid était loin de lui donner envie. Si elle bougeait de ce canapé se serait pour commencer sa journée à elle aussi. « Huummm … » Elle avait gémi pour toute réponse en tournant la tête afin de l’avoir en face d’elle lorsqu’elle se déciderait à ouvrir les yeux.

Elle ouvrait un œil, puis l’autre, ne s’offusquant pas de la jambe qu’il avait laissé sur elle. Elle sortait de son air endormis à l’instant où il avait commencé à lui parler qu’elle l’accompagne. Elle s’était retourne dans le peu d’espace qu’elle avait sur le canapé maintenant qu’il était à côté d’elle dessus, d’une main elle avait retenue sa jambe pour qu’il la laisse là. « Haute altitude ? Tu comptes m’emmener au septième ciel ? » Elle se mise à rire tout en passant ses mains sur son visage, lissant sa tignasse en arrière par la même occasion. « Tu veux même m’emmener à ton travail maintenant, c’est mignon ! » Elle s’était redressée sur ses coudes, un sourire ironique sur les lèvres, bien que toujours bon enfant. Elle adorait le taquiner. Elle s’était penchée vers lui pour déposer un baiser sur sa joue avant de finalement se dégager de son emprise. « T’façon tu n’imagines pas que je sois opérationnelle avant d’avoir pris une douche et bu mon café, surtout mon jour de repos ! » La brune avait dit cela en se penchant pour ramasser son pantalon abandonné-là la vieille et tout en reboutonnant son jean elle l’avait regardé. « Devant ta porte ou ma porte dans 10 min ? » Elle n’aurait pas parié a savoir lequel des deux serait sortie de la douche avant l’autre…

     
code by bat'phanie


couleur : #A52A2A
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 4 Fév - 23:49
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/01/2018
✗ Appels a l'aide : 567
✗ JGolds : 2797

✗ Age du personnage : 23 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : Comptable
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 5 Fév - 18:34
ROANNA
Quand travail rime avec plaisir
Elle fait la moue lorsqu’il lui dit qu’elle aura le café, mais pas les croissants. « Comment ça pas les croissants ? Tu m’emmène faire je ne sais quoi mon jour de repos. Je mérite au moins les croissants avec mon café. » Elle avait posé ses mains sur ses hanches d’un air sérieux et mécontente. Puisqu’il était un gentleman, elle avait bien le droit aux croissants non ? Elle attrapait son pantalon pour le remettre afin de traverser le couloir sans être vue dans son plus simple appareil. Pas qu’elle soit réellement pudique sinon elle se serait un peu plus couverte face à Roan. Mais si quelqu’un venait à la croiser dans le couloir vêtu d’un t-shirt et de son seul sous-vêtement, pantalon dans la main sortant de la chambre du jeune homme ça aller encore jaser. Et même si elle se fichait souvent des rumeurs, elle pensait surtout à Claire qui allait surement encore lui demande des informations sur cette histoire et Joh’ lui répondrait comme d’habitude, que Roan n’est rien d’autre qu’un ami, certes proche, mais qu’il ne se passe rien entre eux. Elle aimait leur relation ainsi et plus avait tendance à faire changer les choses. Et c’est justement ce qu’elle ne voulait pas. Souvent lorsque les sentiments entrés en jeu, cela changeait toute la donne et changer à jamais un lien amical même fort. Elle avait vu suffisamment de film romantique pour le savoir… Même si elle ne l’avait jamais expérimenté elle-même, ayant toujours préféré être la bonne pote plutôt que la petite amie. Sur ce plan elle était loin d’être génial, preuve en était, ses années de célibat commençaient à s’accumuler.

Elle hochait la tête et sortait simplement de la chambre de Roan en passant devant les quatre portes qui séparait la première chambre de la seconde. Elle regardait à travers la pénombre de la pièce, son lit qui n’avait pas été défait pour la nuit, mais c’était surtout la fraicheur de la pièce qui la faisait sursauter lorsqu’un frisson remontait le long de ses bras. Elle allait chercher des vêtements propres dans son armoire avant de s’engouffrer dans la salle de bain, laissant couler l’eau le temps qu’elle chauffe. Le temps pour elle de pouvoir juger de sa tête dans le miroir. Elle s’engouffre sous l’eau chaude et laisse rouler son cervical tout en se passant une main dans les cheveux. L’eau chaude lui fait le plus grand bien, mais comme à son habitude elle ne passe pas trois heures sous la douche et en ressort rapidement nouant une serviette autour de sa poitrine tandis que ses cheveux goutent sur ses épaules.

Il lui faut finalement peu de temps pour s’habiller et ressortir de sa chambre. Ne sachant pas vraiment ce qu’elle allait devoir faire elle s’est vêtu d’un pantalon et d’un t-shirt surmonté d’une veste avec fermeture éclair. Elle prend également son sac à dos en se disant qu’ils vont devoir passer par les cuisines pour prendre des bouteilles d’eau. Ne sachant pas pour combien de temps ils en ont, autant être prévoyant ! Voyant qu’il n’y avait personne devant la porte du jeune homme elle s’avance jusqu’à elle et regarde autour d’elle en se demandant s’il était finalement descendu. A moins qu’il ne soit toujours pas près ? Elle pose sa main sur la poignée et teste la porte pour voir si elle est verrouillée. Elle est forcée de constater que ce n’est pas le cas. Elle rigole alors dans ses moustaches en se disant que la gonzesse des deux, ce n’était quand même pas elle… Qu’est-ce qu’il pouvait bien foutre sous sa douche pour être aussi long ? Quoi que non… elle ne voulait pas le savoir ! Leur amitié avait bien quelques limites tout de même. Elle refermait la porte en restant dans le couloir et s’adossait au mur fourrant ses mains dans ses poches en jouant avec son paquet de cigarettes en le faisant tourner entre ses doigts. Elle ne sait combien de temps elle attend mais elle, tire sur sa manche pour regarder sa montre au moment où il sort enfin de là-dedans. Ses yeux passent de sa montre à lui, jusqu’à ses cheveux. « Tu t’es fait un brushing pour avoir mis autant de temps ? » Elle replace sa main dans sa poche tout en donnant une impulsion de son postérieur contre le mur pour se remettre droite sur ses pieds et prendre la direction des ascenseurs. Elle rigole et d'un mouvement de la hanche, elle pousse un peu son ami qui marche à ses côtés. « On s’prend un café et on décolle ? D’ailleurs t’as quoi à faire ? » Ouais il était temps qu’elle pose la question, mais c’était aussi une preuve qu’elle avait quand même confiance en lui puisqu’il lui demandait de l’accompagner et elle disait oui sans la moindre question !

Ils passèrent par les cuisines pour prendre deux gobelets de café et deux bouteilles d’eau en ajoutant qu’il fallait toujours être prudent, passant par le buffet pour que la jeune femme puisse récupérer ses croissants tant attendu. Elle en engouffrait un aussitôt dans sa bouche, levant le regard sur Roan qui la fixait. « Boah fquoi ? » Disait-elle en haussant les épaules et la bouche pleine.  Très rapidement ils gagnèrent la jeep de Roan et tout en continuant de manger ses croissants elle grimpait à l’intérieur, bouclant sa ceinture. Siège passager évidemment, elle ne voulait surtout pas le priver de ses besoins de passer derrière le volant. « En route camarade et m’fais pas le coup d’la panne ! » Dit-elle en le pointant du doigt une fois qu’il était assis à côté d’elle, mordant dans sa seconde viennoiserie.

     
code by bat'phanie


couleur : #A52A2A
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 5 Fév - 21:35
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/01/2018
✗ Appels a l'aide : 567
✗ JGolds : 2797

✗ Age du personnage : 23 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : Comptable
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Fév - 0:04
ROANNA
Quand travail rime avec plaisir
Elle ne peut empêcher l’éclat de rire qui traverse sa gorge lorsqu’il lui rétorque qu’il s’entretient et que cela fait plaisir aux femmes. Ça doit être pour cette raison qu’elle ne s’entend que très rarement avec d’autres femmes… Car elle n’a pas besoin des apparences. Johanna attache plus d’importance à ce que les gens sont à l’intérieur plutôt qu’à l’extérieur. Roan pourrait être borgne ou unijambiste qu’elle l’aimerait toujours. Pour ce qu’il est et non pour ce qu’il laisse paraitre être ! Parce que selon elle s’est ainsi que sont les hommes et c’est surtout ainsi que va le monde. L’humain s’attache aux autres pour ce qu’ils sont, ce qu’ils apportent, mais aussi pour ce qu’ils reçoivent en retour. Et une défaillance physique ne devrait jamais être un critère pour ne pas apprendre à connaitre une personne. Et elle savait de quoi elle parlait la Johanna en pensant cela. Son père était plutôt beau -pour un père cela va de soi !- mais à l’intérieur… il était pourri jusqu’à la moelle ! Il lui donnait envie de vomir. Et c’était aussi pour cela qu’elle était heureuse de pouvoir choisir ses amis. Il était certain que Roan n’aurait jamais les approbations de son paternel. Mais dans le fond, elle n’en voulait pas. Parce qu’elle avait bien l’attention de vivre pour elle et non pour ce qu’on attend d’elle. « C’est pas comme si t’en avait pas besoin… » Elle avait dit ça comme ça. Compliment dissimulé. Il ne fallait pas avoir fait de grandes études pour dire qu’il était beau et encore moins être un mathématicien pour savoir que la nature l’avait plutôt bien pourvu, même s’il aimait s’entretenir comme il pouvait le dire. Mais s’il portait de l’importance à l’apparence, à coup sûr que jamais elle ne pourrait lui plaire. Elle n’était pas ce genre de fille qui pouvait finir dans son lit. Elle ne se maquillait que très rarement et lorsqu’elle l’était s’était parce que quelqu’un d’autre l’avait fait. Elle ne connaissait pas suffisamment l’art du maquillage pour faire quoi que ce soit seule. Et pour ce qui était de ses coiffures, elle portait des tresses pour ne pas emmêler sa tignasse, quand elle ne finissait pas simplement dans une queue de cheval pour ne pas se retrouver avec des cheveux dans les yeux. Elle plisse le front lorsqu’il commence à lui parler de ce qu’il l’emmène faire, mais il n’en dit pas assez et elle grimace, les yeux de chaton pointant sur son visage alors qu’elle marche à reculons devant lui en faisant la moue pour avoir un peu plus de détail. Mais très vite elle comprend qu’il n’en dira pas plus…

Une fois assise sur son siège et ceinture bouclée elle continue de manger son petit déjeuner et s’arrête de mâcher, bouche fermée, tout en l’écoutant. Elle a un rapide coup d’œil sur le croissant dans sa main lorsqu’il constate qu’il ne sera pas pour lui. « Mais c’est toi qui voulais pas d’croissant ! » Dit-elle consternée, comme si son refus de croissant était un non catégorique et puis s’il en voulait un, il n’avait qu’à le demander. Et on dit que les femmes sont compliquées… Est-ce que les hommes se regardent un peu de temps en temps ? Elle mord à nouveau dans son croissant et remarque qu’elle sème des miettes sur ses cuisses. Elle essaie alors discrètement de les retirer d’un revers de main fixant toujours Roan droit dans les yeux, en espérant qu’il restera focaliser sur ses yeux et non sur l’action de sa main. « Oui, promis je salis pas ta voiture ! » Lorsqu’elle pense avoir échappé à la réprimande et qu’il n’a donc rien vu il se met alors à jurer contre elle. Elle se bloque en regardant partout sauf lui, dans l’espoir que la réprimande passe plus vite. Et elle se rend compte qu’elle avait même retenu sa respiration lorsqu’elle respire à nouveau en comprenant que ce n’est pas pour les miettes qu’il jure. Johanna lève alors le regard sur lui, avalant pour vider sa bouche avant de parler. « Innove ! Après tout j’suis pas n’importe quelle fille. » Dit comme ça on aurait pu croire qu’elle avait soudain les cheville qui enflait. Mais à ses yeux, non, elle n’était pas n’importe qu’elle fille pour lui. Ils étaient inséparables, ce qui qualifiait au mieux leur relation était surement le terme de meilleur ami. Alors non, elle n’était pas simplement une fille à qui il pouvait faire le coup de la panne. Et puis dans le fond, c’était lui l’homme, qu’il lui montre qu’il pouvait faire preuve d’imagination ! Johanna se penchait un peu en avoir pour regarder l’endroit qu’il avait entré sur le gps, sans vraiment savoir qu’est-ce qu’ils allaient bien pouvoir faire à la limite de la forêt. La jeune femme avait tous juste le temps de lever les bras lorsqu’il était venu poser son sac sur ses genoux à elle. « Fait attention après tu vas dire que j’en fou partout … » Au moins s’il gueulait pour les miettes qu’il allait trouver à ses pieds, elle pourrait lui dire que s’était de sa faute et lui rappeler le moment où il avait posé sa sacoche sur elle sans ménagement. Bien trop concentrer à le réprimander, elle ne voit pas le geste suivant et d’un simple paquet de mouchoir sur sa poitrine, il la plaque dos contre le dossier de son siège. « Oui maman, j’me nettoie les mains quand j’ai fini de manger. » Dit-elle avec une voix d’enfant, lui souriant à pleine dent lorsqu’il tourne la tête vers elle. Ouais clairement… ensemble ils sont de vrais gamins… Et si aller plus loin avec lui leur faisait perdre cela ? Très clairement elle ne s’en remettrait surement… jamais !

Lorsqu’elle avait enfin terminé son petit déjeuner elle levait le paquet de mouchoir à la hauteur des yeux de Roan et s’appliquait à décomposer lentement le mouvement de sa main en train de l’ouvrir, puis de sortir un mouchoir. D’un geste un peu plus vif elle le secouait pour le déplier et finalement elle s’essuyait les doigts dedans. Toujours les mains bien levées pour qu’il puisse constater, même s’il était en train de conduire. « Voilà, c’est bon, cela convient a monsieur ? Mes mains sont suffisamment propres ? » Elle chiffonnait le mouchoir en boule et le fourrait dans la poche de sa veste. Ses doigts percutèrent son paquet de cigarettes et elle le sortie, ouvrant le paquet et le tendant à Roan pour qu’il en prenne une. Elle en glissait une entre ses lèvres et tendit la flamme de son briquet au jeune homme avant de finalement qu’elle lèche le bout de sa propre cigarette. Johanna ouvrit un peu sa fenêtre pour ne pas qu’ils se retrouvent dans un hammam à l’odeur nettement moins bonne que les huiles essentiels qu’ils y diffusent. Elle inspire doucement sur le filtre tout en se glissant un peu sur son siège  pour venir coincer ses genoux contre le tableau de bord. Position qui semble souvent bizarre aux gens la première fois, mais Johanna, elle l’adore et se sent bien lorsqu’elle est ainsi en voiture. Quand elle replace la sacoche de Roan correctement sur ses genoux elle récupère de justesse le paquet de mouchoir qui manque de tomber au sol de la jeep. Coinçant la cigarette entre ses lèvres elle change à nouveau de position pour le remettre dans la boite à gant. « J’te le r’met là, on sait jamais des fois qu’t’en aurait besoin la prochaine fois qu’tu fais l'coup d’la panne à une fille que t’emmène avec toi. » Clin d’œil et elle reprend sa position en s’avachissant dans son siège pour poser ses genoux contre le tableau de bord.

     
code by bat'phanie


couleur : #A52A2A
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mar 6 Fév - 15:28
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/01/2018
✗ Appels a l'aide : 567
✗ JGolds : 2797

✗ Age du personnage : 23 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : Comptable
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Fév - 19:51
ROANNA
Quand travail rime avec plaisir
Elle penche un peu la tête en avant lorsqu’il la félicite et se décide à passer sa main derrière son crâne. Elle sent ses doigts se glisser dans ses cheveux et elle a tout juste le temps de refréner un frisson qui monte le long de son épine dorsale avant de rire. Elle ne l’avouera pas, même pas a elle-même, mais son corps lui fait pourtant bien sentir qu’il aime être touché par le jeune homme. Et lorsqu’elle rit, c’est surtout pour attirer l’attention ailleurs, plus pour sa tête que pour lui… Elle lui avait remis son paquet de mouchoir en place tout en le prévenant qu’il était ainsi opérationnel pour lorsqu’il serait avec sa prochaine conquête. Même si elle ne voulait pas vraiment y penser. Elle se détend en reprenant sa position sur le siège passager et va même jusqu’à appuyer l’arrière de son crâne sur le dossier tout en continuant de tirer doucement sur le filtre de sa cigarette. Cette sensation qui inonde ses veines est là même à chaque cigarette. Et c’est bien pour cette raison qu’elle n’a jamais cessé de fumer. Même si elle sait que cela la tue à petit feu. Certains vont même jusqu’à dire que c’est égal voir meilleur que le sexe. Johanna est assez mal placée pour pouvoir affirmer la chose ou non avec sa faible expérience en la matière… Lorsque vous êtes la bonne pote et que vous n’avez eu que deux petits amis dans votre courte vie. C’est loin d’être une activité qui se développe aisément.  Et faire comme Roan lui ai tout simplement impossible. Elle n’est pas assez à l’aise avec son corps et surtout elle-même pour pouvoir s’offrir le temps d’une nuit a un homme, qu’elle croisera bien évidemment un jour ou l’autre sur cette île, tout en faisant comme si de rien n’était. Même si elle n’avait que peu d’expérience en la matière, elle avait besoin de plus qu’un simple besoin physique et primaire… Elle avait besoin de sentiments, mais plus encore, d’être sûre que s’était réciproque. Et comme elle avait aussi une peur bleu de s’attacher à une personne de cette façon. Elle se fermait systématiquement à une quelconque possibilité. Comme si volontairement, aussi bêtement que l’on appuie sur un bouton. Elle pouvait mettre en pause cet aspect-là de sa vie. « Ce sont assurément des filles avec de la volonté… » Avait-elle lâché tout en soufflant la fumée blanche qui lui sortait des poumons par la fenêtre. Très clairement, pour elle cela voulait dire qu’elles étaient des filles faciles. Et même si elle n’avait rien à dire sur leur facilité à coucher, après tout, tout le monde n’était pas aussi… sentimental qu’elle ! Bien que pour la plupart des gens, elle devait surement passer pour une fille coincée. C’était peut-être aussi pour cela qu’elle n’avait jamais eu beaucoup de petit copain. Peut-être qu’elle en demandait trop ! Pourtant un bête coup de la panne, si elle n’avait pas d’arrière-pensée autre que la simple volonté de vouloir passer un peu de temps avec l’autre, pouvait parfois suffire à discuter et ainsi créer des liens. Elle était surement trop vieux jeu pour sa génération… A moins qu’elle ne fût simplement une grande romantique qui s’ignorait ? « T’as d’la chance que Claire ne t’as pas vu jeter ton mégot en pleine forêt sinon toi, tu serais assurément mort sans que je ne puisse rien y faire… » Elle rigolait tout en tirant à nouveau sur le bout de sa cancerette après avoir rentré le bout incandescent une fois libéré de ses cendres.

Elle terminait sa cigarette à son tour, se redressant avant de se pencher à l’arrière de la jeep pour récupérer son sac à dos et en sortir son cendrier de poche. Celui qui avait inventé cet outil devait être un homme riche aujourd’hui. Elle éteignait donc sa cigarette, laissant le mégot dedans pour qu’il ne soit pas dans la nature. Pas qu’elle était du genre écolo, mais une année auprès de sa cousine lui avait forcement fait acquérir des réflexes. Et puis une forêt jonchée de mégots de cigarette, il fallait avouer que ce n’était pas très jolie, surtout pour elle qui adorait passer des heures à observer la nature ! Lorsqu’il ralentit le véhicule elle comprenait qu’ils étaient presque arrivés. C’est alors qu’il lui donnait des indications et elle les suivaient à la lettre en sortant la tablette du jeune homme de son sac et cherchait exactement ce qu’il demandait. C’est à partir de ce moment-là que le côté sérieux était parfaitement visible même lorsqu’ils étaient ensemble ! Car ils savaient être de grand gamin qui se cherche, mais malgré leur jeune âge ils avaient parfaitement conscience du danger que représentait cette île. Surtout ainsi éloigné dans la forêt. Il gare la voiture le long d’une immense barrière de fer et  lui explique alors ce qui se trouve sur l’écran, même si elle avait eu une petite idée dès l’instant ou le logiciel s’était lancé. Il lui avait simplement confirmé la chose. Elle hoche la tête toujours silencieuse, mais lui fait savoir qu’elle a compris. Elle porte sa main jusqu’à la poignée pour ouvrir sa portière au moment où il éteint la tablette, mais elle est stoppé net par la sensation des doigts de Roan sur son menton qui la force à regarder par la fenêtre. Et soudain son regard pétille à l’idée de pouvoir escalader la grande barrière. Même si le grillage ne sera pas forcément aussi facile qu’un mur de grimpe ou encore un rocher, mais elle aime le challenge et puis, cela fait trop longtemps qu’elle n’a pas jouer au petit singe en grimpant sur tout et n’importe quoi… Décidément, elle n’avait même pas besoin de lui dire quoi que ce soit pour savoir ce dont elle avait parfois besoin. Dans un sens, cela lui faisait peur, mais d’un autre, ça avait aussi le don de la rassurer.

Une fois sortie de la voiture, elle attrape son sac sur la banquette arrière et rapidement fait le tour du véhicule pour rejoindre Roan. La sensation des feuilles qui crépitent sous la semelle de ses chaussures lui provoque un bien fou. « Mais c’est pas dangereux de couper les deux parcelles en électricité ? » Demandait-elle en levant les yeux pour le regarder. « J’veux dire, si elles sont électrifiées c’est pas pour rien… » Elle allait enchainer en lui donnant le fond de sa pensée lorsqu’un bruit au-dessus de leurs têtes lui faisait lever le nez vers le haut du mur de grillage. « Ok, laisse-moi deviner. » Elle pointe son doigt en direction de la bâche avant de regarder son ami. « C’est pour ça qu’on est là ? Et comme t’as justement quelqu’un dans tes amis ex championne d’escalade, qui se trouve être moi. » Elle pose la main sur le haut de sa poitrine en le regardant innocemment tout en continuant de lui exposer sa théorie. « Tu t’es dit que t’allais lui promettre monts et merveilles alors que très clairement escalader ce truc va juste me bousiller les mains ! » Elle le regarde en levant un peu les sourcils face à son constat. Elle soupire. « T’as de la chance que c’est toi, un autre je l’aurais envoyé chier, t’en a bien conscience j’espère ! » Cette fois-ci elle le pointe du doigt comme si elle voulait encore lui faire une prise de conscience.  « Rassure moi que t’as des gants dans ta voiture au moins ? » Ouais parce que bon, ce genre de câble, une fois arrivé en haut c’était les paumes en compotes assuré !
     
code by bat'phanie


couleur : #A52A2A
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 7 Fév - 13:51
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/01/2018
✗ Appels a l'aide : 567
✗ JGolds : 2797

✗ Age du personnage : 23 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : Comptable
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Fév - 15:39
ROANNA
Quand travail rime avec plaisir
Elle n’en dit pas plus. De toute façon elle n’a rien à ajouter. Parce que même si elle le trouve effectivement beau et avec un certain charme. Elle ne le laisse jamais bien longtemps dans cette suffisance qu’il peut avoir. Cette certitude qu’il a avec les filles. Mais ça, pour elle. C’est encore une fois parce qu’à ses yeux le physique seul ne suffit pas. Il a beau être très plaisant à regarder. S’il n’était pas ce qu’il était dans son ensemble. Elle n’est pas sûre qu’elle serait autant attachée à lui. Mais peut-être que cela lui rendrait aussi service ? Que si elle ne l’aimait pas autant, elle n’éprouverait pas cette sensation étrange qui lui broie les entrailles chaque fois qu’elle le voit avec l’une de ses conquêtes d’un soir. Mais il ne lui doit rien et s’est bien pour cela qu’elle n’en a jamais rien dit à personne. Ils ne sont qu’ami, même si les meilleurs ! Elle sait qu’un jour, il rencontrera celle qui le fera changer et qui le lui arrachera. Même si l’île ! Elle mettra juste plus de temps à arriver que si cela avait été sur le continent.

La suite du programme n’était pas vraiment pour lui déplaire. Pouvoir aider Roan était un plaisir pour elle, mais sur cette île, chaque fois qu’il était question de couper le courant quelques parts, c’était le risque d’un grand danger… Elle se demandait si elle pouvait se fier à son application. Même si dans les explications du jeune homme, lui semblait avoir une confiance presque aveugle. Elle ne l’avait jamais testé personnellement, alors elle ne pouvait pas être rassurée à 90% car oui, il n’y avait jamais de 100%. Et ça c’est Claire et Owen qui le lui avait enseigné ! Mais très vite, grâce au vent elle avait compris l’entour loupe ! La bâche au-dessus de leur tête avait claqué, faisant lever le nez à la jeune femme pour visualiser la provenance du bruit. « Et quel honneur, j’en suis émue. » Elle posait sa main sur le haut de sa poitrine par-dessus le tissu de sa veste, miment les battements de cils et l’émotion d’une miss nouvellement couronnée. Perdant pourtant la mimique en une fraction de seconde et le frappant de son poing sur son bras. Non dans le but de lui faire mal, de toute façon elle n’y avait pas mis assez de force pour cela et puis de toute façon il était déjà en train de se marrer. Elle avait d’ailleurs de nouveau envie de le frapper lorsqu’il avait mimé l’oublier des gants lorsqu’elle lui en faisait la référence. Mais elle s’était simplement pincé les lèvres tout en le suivant jusqu’au coffre de la jeep où elle découvrait qu’effectivement il était équipé pour de l’escalade. Pas que pour cela d’ailleurs, mais c’était une sacrée surprise. Elle ne savait pas qu’ils avaient de tel équipement sur l’île même si en y réfléchissant bien, c’était tout de même logique. « Et avec tout ça ils ont même pas fait installer un vrai mur d’escalade… c’pas faute de leur en faire la demande en plus ! » Pendant qu’elle regardait ce dont elle pouvait bien avoir besoin, Roan retournait à l’avant pour faire elle ne savait quoi. Elle grimaçait en voyant les casques de sécurité, une petite voix lui soufflant qu’elle n’en avait pas besoin, mais que la sécurité voudrait que … Elle essayait plusieurs paires de gants avant d’en trouver une qui lui allait plus ou moins. C’est qu’elle que l’on voyait qu’il travaillait surtout avec des hommes, tout était beaucoup trop grand pour elle… De toute façon elle verrait lorsqu’elle commencerait à grimper, s’ils la dérangeaient dans ses mouvements et surtout dans la sécurité de ses prises, elle les abandonnerait en court de route, même si elle allait surement s’écorcher les mains sur les câbles.


Elle fourre la boule que forme les gants dans la poche de sa veste et revient devant la clôture, imprimant son plan mental de grimpe. Elle faisait toujours cela avant de commencer à grimper quelque part. Cela permettait d’optimiser ses mouvements une fois en action. Elle échauffait ses articulations à l’aide de petit et grand mouvement pour ne pas se faire mal sous l’effort. Car mine de rien, l’espacement entre chaque câble pouvait paraitre mince dans une vue d’ensemble, mais une fois de prêt, ce n’était pas la même histoire. Surtout du haut de ses un mètre soixante-cinq… Clairement il allait avoir plus de facilité qu’elle a atteindre le câble du dessus. Elle sursaute lorsqu’il vient passer ses bras autour d’elle, trop concentrée elle ne l’a pas entendu se rapprocher. Elle laisse allait sa tête jusqu’à toucher l’épaule de Roan. Sa main qui vient se poser sur celles du jeune homme, alors qu’elle ne cesse de regarder la bête de fer comme il vient de l’appeler. Elle soupire à nouveau et s’apprêtait à tourner la tête et déposer un baiser sur sa joue lorsqu’il la libère et lui donne quelques claques sur les fesses pour la motiver à y aller, allant même jusqu’à la pousser d’une main dans son dos. Mais sa motivation était d’une bien courte durée puisqu’il l’avait stoppé dans son mouvement en voyant qu’elle n’avait pas pris de casque et il se m’était alors à la réprimander. « Mais ça va me gêner plus qu'autre chose … déjà que les gants sont trop grand ! » Dit-elle en désignant le coffre de la jeep en levant la main dans cette direction. Voyant qu’il insistait elle croisait les bras sous sa poitrine. « Trouve m’en un à ma taille si tu veux que je monte là-haut avec ! » Et ni une ni deux il lui avait pris le poignet pour l’entrainer jusqu’à son coffre. Il allait devoir se débrouiller tout seul, puisqu’elle avait de nouveau croisé les bras.

     
code by bat'phanie


couleur : #A52A2A
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 7 Fév - 17:28
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/01/2018
✗ Appels a l'aide : 567
✗ JGolds : 2797

✗ Age du personnage : 23 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : Comptable
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 7 Fév - 21:35
ROANNA
Quand travail rime avec plaisir
Elle pourrait presque rire s’il n’avait pas pris un ton aussi autoritaire. Mais elle savait quand il ne valait mieux pas tenter le diable et c’était surement l’un de ses moments. Pas qu’elle avait complètement négligé sa sécurité. C’est justement en y pensant qu’elle n’avait pas pris ce qui lui semblait n’être qu’artifice. Elle avait envie de lui dire qu’avoir un casque ou non à la hauteur de ces câbles,  si elle devait chuter elle aurait surement des dégâts. Certes il réduirait surement les dommages, mais encore fallait-il qu’il soit parfaitement ajusté pour cela ! Mais puisqu’il voulait qu’elle mette absolument un casque, elle se laissait trainer par lui jusqu’au coffre. De là, sans un mot elle le fixait tandis qu’il cherchait l’objet. Elle savait qu’il n’avait pas tort sur ce coup-là. Et surement que si Claire avait été là, elle lui aurait aussi ordonné de s’équiper avec des genouillères, des coudières et qu’elle l’aurait encombré avec un harnais et des cordes qui n’allaient servir à rien. Pour la bonne raison qu’une corde servait à assurer une personne, mais si cette personne devait grimper aussi, elle n’était plus qu’aucune utilité. Et très franchement à quoi pouvait-elle bien l’attacher mise à part le rang tout en haut ? Mais pour pouvoir faire cela. Il fallait que quelqu’un monte en premier sans assurage ! Quoi que… Il fallait qu’elle s’ôte d’un doute en regardant à nouveau le matériel qu’il avait à disposition. Mais en attendant Roan était en train de lui visser un casque sur la tête, essayant de l’ajuster au mieux. Elle s’était détendue lorsqu’elle avait senti la chaleur des doigts du jeune homme sous son menton quand il avait fixé le mousqueton d’attache. Puis quand il avait resserré la têtière sur les côtés. Elle lève alors les yeux au ciel lorsqu’il lui dit que ça lui va à merveille. Est-ce qu’il est en train de se moquer d’elle ? Qu’il n’essaie même pas sinon il va prendre chère ! Peut-être pas maintenant, ni même aujourd’hui, mais la mémoire de Johanna imprègne encore parfaitement. Et c’est bien le genre de choses qu’elle serait capable de ne pas oublier. Encore une fois elle se laisse faire lorsqu’il la secoue d’avant en arrière pour vérifier que le casque suit parfaitement les mouvements de sa tête. Elle lève une nouvelle fois au ciel. « Tu m’as pris pour un prunier ? J’crois que c’est bon le test est concluant ! Si tu continues j’aurais tellement le mal de mer qu’il servira définitivement à rien et tu vas devoir aller là-haut seul. » Elle avait posé ses deux mains sur les avant-bras de Roan pour stopper le mouvement.

Lorsqu’il la lâchait elle s’était tournée vers l’intérieur du coffre pour vérifier ce qu’elle avait pensé juste avant d’être secouée comme un vieux tapis que l’on dépoussière par la fenêtre. Elle inspectait la longueur des cordes qu’il avait à disposition. Elles semblaient toutes beaucoup trop longues, s’ils venaient à glisser, certes la corde les empêcherait de s’écraser au sol, mais c’était le coup du lapin assuré. « T’as pas de la corde plus courte que ça ? » Demande-t-elle en lui montrant l’une des cordes enroulée sur elle-même. « Non parce que même si on peut pas faire d’assurage, au moins ou pourrait avoir une corde qui nous relis au câble au-dessus de nous. » Demanda-t-elle encore en tournant la tête vers lui tandis qu’elle cherche à récupérer 4 mousquetons de sécurités. « T’a un couteau là-dedans ? » Elle tourne la tête vers lui quelques secondes avant de reprendre sa recherche. « Je suppose que c’est le tient celui-ci ? » Elle pointe le plus large des deux, pas qu’il soit gros, c’est juste qu’il correspond plus à sa morphologie que l’autre qui est plus resserré au niveau de la taille est des cuisses. « Met-le ! » C’est clairement un ordre. Mais elle en fait tout autant avec le plus petit des deux en espérant qu’elle arrive à l’ajuster sur elle, bien que ce genre de choses était clairement plus standards qu’un casque. Elle resserrait les sangles autour de son corps. Elle prend finalement le couteau qu’il lui a sortie de sa poche. « Va falloir que tu demandes à tes supérieurs une nouvelle corde et tu pourras leur dire que t’es pote avec la nana d’la compta donc tu sais qu’ils ont le budget pour ça. » Tout en parlant elle mesure la corde à l’aide de son avant-bras. Elle connait sa taille, c’est donc un vieux réflexes pour elle. Elle met une mesure de plus pour avoir du moue et coupe la corde à l’aide de la lame. « Tend ton bras. » Elle mesure son avant-bras par rapport au sien pour s’assurer qu’elle ne lui fera pas une corde trop courte. Et même s’il y a une différence elle visualise ce qu’elle doit mettre en plus. C’est comme les chiffres lorsqu’elle est au boulot. C’est comme si les choses se calculaient juste-là devant ses yeux. Elle lui faisait alors une corde à sa taille et une fois qu’elle avait les deux, elle s’était mise à faire un nœud à huit aux deux extrémités  de chaque corde y plaçant un mousqueton à chaque fois. Lorsque s’était prêt elle l’attirait à elle en tirant sur son harnais, lui fixant sa corde là où elle devait être. « T’as pas de doute à avoir sur mes nœuds, c’est des nœuds à huit, plus tu tires dessus, plus il se serra, après j’espère que c’est des mousquetons de qualité qu’ils te fournissent. » Elle levait une nouvelle fois les yeux vers son visage en se mordant un peu la lèvre inférieure. Peut-être bien qu’elle essayait de lui mettre un petit coup de pression.

Elle le relâchait avant s’attacher son propre mousqueton à son harnais. Elle lui rendait son couteau, on ne savait jamais, peut-être que si ça tournait mal il faudrait couper les cordes, c’était mieux de l’avoir dans une poche plutôt que de le laisser dans la jeep..  Elle le contournait pour s’approcher du grillage. Cette fois-ci elle était prête pour monter. Elle plaçait son mousqueton libre sur son épaule le temps de tirer les gants de sa poche pour les enfiler. Johanna reprenait son mousqueton et venait poser ses mains sur le premier câble, juste à côté d’un des poteaux pour pouvoir s’en servir d’aide.

     
code by bat'phanie


couleur : #A52A2A
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 7 Fév - 23:57
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/01/2018
✗ Appels a l'aide : 567
✗ JGolds : 2797

✗ Age du personnage : 23 ans
✗ Localisation : Isla Nublar
✗ Métier : Comptable
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Fév - 18:12
ROANNA
Quand travail rime avec plaisir
Ce n’est pas totalement son élément. Mais d’un seul coup, ça en a pris la dimension !  Elle se revoit des années plus tôt lorsqu’elle avait commencé à avoir une bonne maitrise de la grimpe et qu’elle avait voulu aller toujours plus loin dans son apprentissage. Son professeur d’escalade lui avait alors donné des brochures sur des excursions qu’il faisait plusieurs fois par an, dans des paysage superbes où il appartenait la grimpe en milieu naturel aux participants. Elle pourrait presque ressentir à nouveau la joie qu’elle avait eue lorsque sa mère avait dit oui en lui promettant que son père ne s’y opposerait pas non plus.  Ce stage en pleine nature avait été au-delà de ses espérances et elle avait appris une tonne de choses en un temps si réduis que même son professeur était impressionné. Mais elle était ainsi Johanna… Elle fonctionnait par passion ! Elle avait besoin de ce sentiment juste-là qui faisait battre son cœur à mille à l’heure pour avancer, progresser et même se lever chaque matin. Ici, sur l’île. Ce qui lui donnait cette impulsion ce n’était pas que l’île, pas que Roan. C’était le savant mélange des deux, couplé à l’aventure et a cette vie au jour le jour. Parce que c’était aussi de cela dont elle avait besoin. Ce lever chaque matin en se disant que cette journée serait différente de la veille. Et si en tant que comptable cela pouvait être difficile à croire, mais elle y arrivait ! Et ce grâce à Roan et cette famille qui s’était soudé. Parce que c’était ainsi qu’elle voyait tous les employés de l’île. Ils étaient une grande famille. Ils n’en avaient pas choisi les membres, mais ils étaient tous animés dans un même but et cela fonctionnait. Parce que grâce a eu tous, ils avançaient et reprenaient le contrôle du parc un peu plus à chaque fois. Et rien que ça, à ses yeux c’était beau.

A ce moment-là elle se rend compte que ça lui manque. Que c’est surement bien la seule chose qui lui manque réellement du continent ! Parce qu’il n’a pas été difficile de se passer du reste. Même si elle pense souvent à sa mère et qu’elle culpabilise de ne pas retourner la voir à cause de son père. Mais elle sait aussi se passer d’elle. C’est surtout cette honte de justement ne pas avoir besoin d’elle qui la fait culpabiliser de se tenir à distance. Étant enfant unique, elle n’a que Johanna et le verbe avoir est surement beaucoup trop fort dans ce cas de figure… Elle lève le nez de son activité lorsqu’il l’appel chef. Un sourire presque timide vient étirer le coin de sa lèvre avant qu’elle ne détourne les yeux pour se reconcentrer. Mais ça ne lui déplait pas qu’il se laisse faire de cette façon. Ça lui donne confiance en elle, de savoir qu’il croit suffisamment en elle pour ne pas interférer. Et si elle était si sérieusement concentrée à faire ses nœuds, c’était parce qu’elle savait parfaitement qu’ils pourraient les sauver si cela tournait mal. Elle ne voulait même pas l’imaginé une fraction de seconde, d’avoir un accident de Roan sur la conscience. Lui faire du mal par sa faute, était au-dessus de ses force… Elle avait beau être jeune et souvent suivre ses pulsions parfois -souvent- inconsciente. Elle savait aussi faire preuve de maturité. Elle savait aussi voir le danger, peut-être parfois après quelques minutes comme ici. Ou tout simplement trouver une meilleure solution en prenant un peu plus le temps de réfléchir.

Maintenant qu’ils sont équipés tous les deux, il est temps de passer à la partie la plus fun de cette excursion improvisée pour elle. Car il semble avoir plus ou moins tout prévu. C’est dans ces moments-là qu’elle peut avoir peur quant au fait qu’il la connait peut-être un peu trop bien. Mais pouvait-elle le blâmer pour ça ? Parce qu’en y réfléchissant bien… Elle le suivrait jusqu’à l’autre bout du monde s’il le lui demandait ! Alors l’accompagner pour une intervention, la réponse était d’une logique imparable. Elle s’approchait de nouveau de la clôture, la regardant de nouveau jusqu’en haut. Elle ne lui faisait pas vraiment peur. Peu de choses lui faisait peur. Elle n’était pas sans peur, bien évidemment, mais cette muraille de fer était loin d’être la chose qui lui faisait le plus peur. C’est alors qu’une fois qu’elle avait glissé ses gents sur ses mains, elle avait repris son mousqueton pour venir agripper la première rangée de câble. Elle avait commencé à lever un pied pour débuter son ascension lorsque la voix de Roan lui avait proposé d’y aller ensemble. Un immense sourire ravi avait alors envahis le visage de la jolie brune. « Ensemble ! » Avait-elle soufflé entre ses dents avant d’amorcer sa montée. Le câble tanguait sous leur poids à tous les deux et elle se dit que tout là-haut il n’allait pas falloir beaucoup bouger pour éviter qu’ils se déséquilibrent l’un et l’autre ! Elle attrapait son mousqueton et tendait le bras pour aller l’accrocher au câble au-dessus d’elle afin d’assurer sa sécurité. Johanna grimpait câble après câble, sans jamais cesser de jeter quelques regards à Roan pour s’assurer qu’il s’en sortait. « Rassure-moi quand même. » Commençait-elle pour rompre le silence, bien que la nature s’exprimait à leur place. « T’es jamais seul pour ce genre d’intervention ? » C’est alors qu’elle se rendait compte qu’elle n’avait jamais réellement pris conscience de ce qu’était réellement son travail. Et ça lui plaisait d’entrer un peu plus encore dans son monde à lui. « Vous avez pas des camions nacelles pour ça ? » Elle prenait vraiment son temps entre chaque câble, le temps que celui-ci se stabilise le temps que le deuxième monte dessus, qu’il se stabilise à nouveau pour pouvoir passer au suivant. Et ainsi de suite… Et au fur et à mesure qu’ils montaient, le paysage se découvrait peu à peu sous leurs yeux. Et même si les étoiles commençaient déjà à s’installer dans ses yeux, elle voulait attendre d’être tout en haut avant de prononcer le moindre mot. Surtout que pour le moment, il fallait qu’elle garde toute son énergie pour tirer sur ses bras pour se hisser sur le câble suivant. C’est là qu’elle se rendait compte qu’elle ne pratiquait plus assez, elle trouvait qu’elle avait perdue … Peut-être que refaire une cession intensive d’escalade à son prochain, retour sur le continent serait une motivation suffisante pour la faire rentrer le temps que quelques jours ?

     
code by bat'phanie


couleur : #A52A2A
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ven 9 Fév - 18:17
Invité
What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: AREA 4 - LA FORET-
Sauter vers: