AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.

Jurassic World Renaissance met à disposition deux places de modérateurs!
Si vous aimez le forum et que vous vous sentez prêts à nous rejoindre dans cette aventure
n'attendez plus et rendez vous dans
ce sujet pour en savoir plus!

JE VEUX ETRE MODERATEUR DE JWR!
Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:

PETITES ANNONCES
CLAIRE DEARING
Vous aimez les liens spéciaux, qui permettent d'apporter des
situations uniques et pleines de surprises dans vos RPS?
Pourquoi ne pas vous laisser tenter par un beau barbu au
caractère peu habituel? Le jeu du chat et de la souris a
commencé, à vous de courir plus vite!
Attrape moi si tu peux!


 ::  :: Area 1 - LE VILLAGE ET LE PORT :: Le poste de secours Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Demoiselle en détresse cherche héros • Asling & Laura

avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 127
✗ JGolds : 7692

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Avr - 15:07



Demoiselle en détresse chercher héros

A vouloir trop bien faire, on finit par se blesser. A l’instant où son pied glissa, ce fut comme si la voix de son père avait résonné dans sa tête. Plusieurs fois, quand elle était plus jeune, il lui avait répété cette maxime, lui soulignant alors que bien faire, c’est bien, mais qu’il ne faut jamais dépasser ses propres capacités. Or, en essayant de venir en aide à une équipe de travailleurs, la jeune femme était sortie de ses sentiers battus. S’essayant au maniement d’une pelle pour améliorer les fondation d’un enclos presque réhabilité, elle avait malencontreusement glissé et s’était étalée de tout son long sur le sol sous les rires retenus de tous ses employés. Elle n’était pas d’une maladresse renommée mais son angoisse quant à l’idée de mal faire l’avait rendue peu attentive à ses propres mouvements et avait provoqué cette finalité aussi prévisible que peu sympathique. Face contre terre, elle poussa un long soupir avant de ressentir une vive douleur dans la main gauche. En tombant, la pulpe de sa main s’était entaillée contre un fil de fer qui n’avait pas encore été scellé dans le bloc, provoquant un saignement modéré et pourtant impressionnant aux yeux de la jeune femme qui cilla longuement en espérant ne pas bêtement perdre connaissance. Se relevant avec l’aide d’un employé présent, il jeta un œil à sa peau déchirée avant de lui signaler qu’elle devrait mieux se rendre au centre de secours afin qu’un médecin ou un infirmier inspecte cela au mieux. Elle soupira mais opina du chef avant de se mettre en route, s’emparant du petit foulard de soie qu’elle portait autour du cou pour panser temporairement la blessure.

Si Claire apprenait pareil incident, il y avait fort à parier qu’elle allait lui en toucher deux mots, connaissant autant le mode de vie passé de la jeune femme que son besoin incontrôlable de se sentir utile dans un endroit aussi dangereux. Plusieurs fois, elle lui avait conseiller de ne pas se joindre à certaines missions risquées pour ne pas dire complétement dangereuses afin d’épargner tout ceci à la jeune Laura. Et pourtant, cette dernière continuait encore et encore à se mêler de ce qui ne la regardait pas forcément plutôt que de rester dans la salle de contrôle à admirer l’avancée des réparations et de la récupération des individus. Marchant d’un air penaud, la jeune Indienne soupira de nouveau avant de pester contre elle-même et son inaptitude bien trop évidente à gérer ce que son père lui avait légué. Et dire que moins de deux ans auparavant, elle vivait simplement une vie de jolie jeune femme mannequin et fiancée à un de ces photographes qui avait fait d’elle une muse. Ce temps ne lui manquait pas mais il ne faisait que lui rappeler qu’elle n’était pas faite le moins du monde pour ce nouveau rôle de propriétaire d’un parc d’attraction à haut risque.

Entrant dans le bâtiment, elle parla rapidement avec une jeune femme à l’accueil pour lui expliquer les raisons de sa venue. Celle-ci l’orienta alors vers une pièce vide dans laquelle elle devrait attendre la venue d’un médecin ou infirmier qui voudrait bien l’ausculter avant de prendre soin d’elle. Alors, assise sur le lit d’hôpital, elle attendit en silence, vérifiant son téléphone portable de sa main droite de temps à autres. Pour une fois, Laura était presque méconnaissable, ayant troqué les tenues chic et les escarpins vertigineux pour un simple jean T-Shirt et des baskets qui lui étaient bien plus utile pour les travaux manuels. Envoyant rapidement un SMS à Wesner pour lui raconter cette dernière mésaventure, elle leva la tête vers un jeune homme qui venait de faire son apparition, la forçant à ranger son appareil. Elle lui adressa un sourire un peu gêné avant d’entamer la discussion. « Bonjour… J’ai rencontré un petit incident sur le chantier de l’enclos des tricératops… » Sans blague ? La jeune femme de l’accueil avait déjà certainement transmis les informations nécessaire au jeune homme et il était bien ridicule de vouloir se justifier dans un cas pareil, non ? En attendant, elle tendit légèrement sa main gauche bandée d'une pièce de choix de chez Hermès dans la direction du jeune homme.

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/01/2017
✗ Appels a l'aide : 199
✗ JGolds : 8352

✗ Age du personnage : 30 ans
✗ Métier : Infirmier
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 21 Avr - 21:57

Jouer au héro













« Breckenridge. Il y a une patiente pour toi, chambre 5. Il s’agit d’une patiente un peu spéciale, m’enfin tu verras par toi-même ! »

Le jeune homme tendit la main afin d’attraper la feuille de soin, que lui tendait son collègue, avec un hochement de tête. Il retint de justesse le soupire qui menaçait de s’échapper de ses lèvres et qui traduisait parfaitement ses pensées actuelles : aucun patient n’est spécial ou plus important qu’un autre.
Peu désireux de faire cas de cette patiente « spéciale » il jeta un coup d’œil à ce qu’il y avait été écrit. Le nom de la personne tiqua dans sa tête mais il n’arriva pas à replacer d’où il la connaissait, il espérait simplement qu’il n’avait pas couché avec elle…

De ce qu’il pouvait en lire, l’opération était bénigne : un fil de fer qui s’était enfoncé dans la palme de la main et qui nécessiterait peut-être un ou deux points de suture. Il restait plus qu’à espérer que la demoiselle soit à jour dans ses vaccins.  
Il s’avança vers la porte de la chambre et toqua rapidement avant d’entrouvrir l’entrée. La jeune femme sourit et rangea son téléphone alors qu’Asling s’avançait dans la pièce.

« Bonjour Mme. Masrani.
Bonjour… J’ai rencontré un petit incident sur le chantier de l’enclos des tricératops…
-C'est ce qu'il m'a semblé comprendre. »


Le jeune infirmier sourit en pensant aux tricératops. Ca aurait pu être largement plus grave en présence de ses dinosaures, là n’était pas la question. Il s’avança vers la demoiselle après avoir posé la feuille de soin sur la table et prit la main de la jeune femme dans la sienne. Le toucher était doux, et le tissu semblait être un tissu de choix. Il reconnut la marque de qualité mais ne dit rien.

« Vous me permettez ? »

Délicatement il défit le nœud du bandage afin de voir la plaie. Le sang avait collé à quelques endroits mais il prit patience et essaya d’enlever le tissu avec le plus de douceur dont un homme était capable. Finalement il regarda la blessure. Cette dernière était un peu profonde mais nullement large. Afin de s’assurer qu’elle ne s’infecte pas, Asling préférait y mettre un point de suture.

« Bon je préfère tout de même suturer même si le fil de fer ne s’est pas trop enfoncé. Vous avez eu de la chance, ça aurait pu toucher un nerf ou autre. Je vais juste vous faire un point mais d’abord il va falloir que j’endorme votre main. Vous n’avez pas peur des piqûres ? »




Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 127
✗ JGolds : 7692

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Avr - 10:06



Demoiselle en détresse chercher héros

Elle eut un sourire gêné. Celui de la petite fille riche qui a encore fait une bêtise sans qu’elle puisse réellement en mesurer l’étendue. Comme lorsqu’elle était jeune et que son grand père lui pardonnait tout avec aisance d’un simple sourire émanant de sa bouille d’ange. Le jeune infirmier s’approcha d’elle et, doucement, s’empara de sa main avec douceur. Elle se laissa faire, se rappelant soudainement que ses ongles manucurés ne collaient certainement pas avec le modèle de la jeune exploratrice qui voulait venir en aide à ses employés en mettant la main à la pâte. Quand il lui demanda si il pouvait enlever le foulard qu’elle avait mis sur sa peau abimée, elle hocha simplement la tête, son regard noir tombant sur la zone blessée qu’il découvrait avec le plus de délicatesse possible.

Le sang avait séché, s’accrochant au tissu noble et lisse, tiraillant la peau lorsqu’il s’agissait de le retirer et provoquant une grimace de dégout autant que de douleur de la jeune femme qui, redécouvrait sa blessure d’un autre œil. Le sang frais, elle avait pu l’observer sans trop de mal mais l’aspect de la blessure, maintenant, était peu ragotant et semblait impressionnant. Elle cilla un moment, détournant instinctivement les yeux et prenant une profonde respiration afin de ne pas tourner de l’œil. C’aurait été un comble, si, en plus de se blesser d’une manière ridicule, elle venait à s’évanouir dans la salle de soin. Elle allait rapidement devenir la risée de tout le parc, à ce rythme.

Elle prit une autre respiration profonde quand le jeune homme releva le regard vers elle, lui permettant ainsi de se concentrer sur quelque chose d’autre le temps d’un instant. Visiblement, il avait l’air assez confiant et rassuré vis-à-vis de l’état de sa main, ce qui eut pour effet de faire soupirer la jeune femme d’un soulagement sans précédent. En revanche, quand il mentionna la suture, elle dut pâlir – et pourtant, sa carnation de peau ne permettait que peu ce genre d’exploit. Il lui expliqua qu’il valait mieux faire un point pour assurer la cicatrisation et elle déglutit avec difficulté quand il lui parla de piqûre. « Non. Enfin, pas d’ordinaire… Par contre, si vous pouviez me parler d’autre chose pendant que vous jouez à la couturière, je crois que ça m’arrangerait beaucoup… »[b] Elle eut un petit sourire, essayant de masquer sa trouille et son malaise derrière un masque de charme. Où était la jeune femme pleine d’assurance ? Certainement restée sur le terrain où elle était malencontreusement tombée. Il était dur d’admettre pour elle qu’elle avait échoué à son échelle quand son propre père avait failli à sa mission. Une héritière digne de ce nom, dirons-nous.

Elle poussa un soupir, plissant les yeux en direction du badge du jeune homme sur lequel son identité se trouvait. Elle reposa son regard foncé sur lui avec un sourire qui se voulait le plus aimable possible au vu des circonstances. [b]« Eh bien, monsieur Asling… Pourquoi avoir choisi de venir travailler à Jurassic World ? »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/01/2017
✗ Appels a l'aide : 199
✗ JGolds : 8352

✗ Age du personnage : 30 ans
✗ Métier : Infirmier
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 1 Mai - 14:08

Jouer au héro













Alors qu’il enlevait le tissu de la main de la jeune femme, il entendit son souffle devenir un peu plus important. Il jeta un coup d’œil et s’aperçu de la pâleur évidente de son visage. Ses yeux roulèrent doucement avant de se poser sur les murs blancs de l’infirmerie. L’infirmier ferma son visage, un peu inquiet. La jeune femme semblait être assez fragile, il faudrait la traiter avec compassion et douceur, c’était certain.

Lorsqu’elle le qualifia de couturière, le jeune homme sourit, visiblement amusé. Il reposa doucement la main de la femme et lança doucement.


« Pour un « couturier » c’est un comble, je ne sais même pas raccommoder un bouton. »

Il se leva du siège sur lequel il s’était assis afin d’inspecter la blessure et tourna le dos à la demoiselle afin de commencer à préparer le matériel. Dans l’armoire en face de lui se trouvait l’ensemble des injections. Il prit ce dont il avait besoin avant de récupérer une petite aiguille. Alors qu’il retournait vers la patiente, il entendit sa demande.
« Eh bien, monsieur Asling… Pourquoi avoir choisi de venir travailler à Jurassic World ? »
L’irlandais sourit doucement. Il n’avait aucune envie de confier qu’il avait fui les pays occidentaux pour ne pas être mis en examen pour la mort d’une de ses patientes. Non son passé ne le concernait que lui et il ne souhaitait l’engager avec une inconnue.


« Et bien. On peut croire que je suis un hermite qui avait besoin de s’exiler sur une île loin du monde ? »

Il s’était assis sur son siège et avait préparé l’injection pour Mme Masrani. Un sourire avait pris ses lèvres alors qu’il plaisantait sur ses raisons ici sur lîle. Cependant, il ne releva pas, et ne donna jamais ses vraies motivations, au contraire, il relança la conversation sur elle.


« Et vous ? Que faites-vous par ici au milieu des dinosaures ? »





Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 127
✗ JGolds : 7692

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Juin - 0:30



Demoiselle en détresse chercher héros

Elle appréciait le jeune homme, tant par sa gentillesse que par la sympathie qu’il lui inspirait. Pourtant, quand il ne manqua pas de lui souligner qu’il ne savait pas raccommoder un bouton alors qu’il allait devoir faire un travail digne de Yves-Saint Laurent sur sa main, son sourire s’effaça un bref instant avant de laisser l’hilarité la gagner doucement, essayant de ne pas trop penser à tout cela. Il se leva, lui tournant le dos et elle déglutit avec difficulté, essayant de penser à bien des choses qui pouvaient lui causer du souci mais surtout pas à ce qu’il allait devoir faire dans quelques instants.

Elle lui posa une question alors qu’il préparait le matériel qui lui serait nécessaire dans le bon déroulement de la suture à venir. Elle eut un sourire, essayant de se rappeler si elle avait fait passer un entretien à ce jeune homme qui ne lui était pas suffisamment familier pour qu’elle puisse l’attester. Il lui répondit alors en éludant la question, ce qui réveilla la curiosité de la jeune femme qui haussa un sourcil interrogatif, son regard perçant essayant de plonger dans le sien pour mieux comprendre ce qu’il pouvait entendre par ermite. Il n’avait rien de tel, plutôt beau jeune homme et visiblement possédant un diplôme conséquent pour exercer dans le centre de soin. Pourtant, bien consciente que c’était lui qui allait tenir l’aiguille en main, elle ne releva pas, notant pourtant son nom dans sa mémoire pour vérifier d’elle-même la base de données de ses employées afin d’en savoir plus.

Puis, dans un habile maniement de langue, il lui retourna la question, la forçant à baisser le regard. Oui, que faisait une jeune femme comme elle ici, dans un milieu aussi hostile, quand on savait que la jeune femme ne faisait que se préoccuper de la paire de chaussure qu’elle devrait appareiller avec sa tenue le lendemain ? Elle poussa un long soupir avant de relever ses yeux noirs vers lui. « Eh bien… Disons que j’essaie de sauver le seul héritage pour lequel mon père semblait accorder une valeur plus importante qu’au reste… » A lui d’en déduire les choses, elle n’allait pas simplement lui jeter à la figure qu’elle était celle qui posait sa signature en bas de sa fiche de paye, non ? Elle rougit doucement, cependant, toujours un peu gênée de ce statut qu’elle ne pensait pas mériter et pour lequel, pourtant, elle accordait une grande valeur et se battait un peu plus chaque jour. Finalement, le voyant approcher avec une seringue, elle prit une profonde inspiration, avant de fermer les paupières. « Allez-y… Je suis prête. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/01/2017
✗ Appels a l'aide : 199
✗ JGolds : 8352

✗ Age du personnage : 30 ans
✗ Métier : Infirmier
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Juin - 13:12

Jouer au héro













Si lui-même avait lâché une réponse énigmatique, celle de la jeune femme l’était tout autant. Elle avait baissé ses prunelles pour les remonter finalement sur le jeune homme qui avait maintenu le regard. Puis le contact s’était rompu, tout naturellement et l’environnement propice aux confidences avait lui aussi disparu.

Elle ferma les yeux et indiqua à l’infirmier, qui avait terminé de remplir la seringue, qu’elle était prête. Il sourit, amusé par son comportement quelque peu puéril à ses yeux mais qui faisait son charme et surtout qu’il avait en habitude. Les filles sont tellement des chochottes parfois. Son esprit se dirigea vers Lance qui venait souvent occuper les murs de l’infirmerie. Lui était un dur à cuire, un vrai !

En essayant d’être le plus doux possible, il piqua la main de la jeune femme et envoya le produit. Ce dernier n’était pas agréable, Asling le savait mais il ne faisait pas mal. Cela donnait plus l’impression de sentir le liquide jouer dans les veines. Afin de changer les idées de la jeune femme et parce qu’il fallait quelques minutes pour que le produit fasse effet, l’irlandais reprit la discussion là où ils l’avaient laissé, tout en disposant sur le plan de travail ses instruments.


« Et votre père faisait quoi comme métier pour que vous vous retrouviez ici ? »





Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 127
✗ JGolds : 7692

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Sep - 19:33



Demoiselle en détresse chercher héros

Avant de débarquer à Jurassic World, Laura exerçait un métier qui n’avait rien à voir avec l’actuel. Le mannequinat était fait de faux semblant et de ce côté superficiel qui ne lui manquait nullement. Mais surtout, cela l’avait rendue plus forte qu’elle ne l’aurait cru. Auparavant, ce genre de blessure lui aurait fait tourner de l’œil avant de demander dix fois si elle porterait une affreuse cicatrice qui pourrait menacer sa carrière. Aujourd’hui, elle se demandait seulement si elle pourrait toujours utiliser sa main pour mieux venir en aide à ceux qui se battaient pour ce rêve que son père avait voulu créer. Pourtant, elle ne pouvait pas non plus se prétendre brave et regarder le jeune homme lui triturer la main dans tous les sens sans rien ressentir. Elle n’était toujours pas à l’aise avec les méthodes employées par la médecine aujourd’hui et préféra détourner les yeux plutôt que de défaillir faiblement. Sentant l’aiguille entrer sous sa peau, elle serra les dents, retenant une grimace qui aurait traduit son dégout pour la chose et la faible douleur qu’elle ressentait. L’instant ne dura pas et la sensation qu’il laissa dans la main de la jeune femme était dérangeante.

Pourtant, si tous les éléments étaient rassemblés pour que Lara se sentent terriblement mal, le jeune infirmier eut la sympathie de détourner son attention avec une phrase… Qui provoqua chez elle une grande hilarité. Essayant de ne pas bouger sa main blessée, elle rit sans retenue comme si le jeune homme venait tout simplement de lui sortir la blague de l’année, voire même, du siècle. Ce ne fut que lorsqu’elle comprit qu’il ne plaisantait visiblement pas qu’elle sentit un profond malaise l’envahir. « Attendez… Vous… » La suite de la phrase aurait été « Vous n’avez aucune idée de qui je suis ? » mais elle la retint, se questionnant alors plutôt sur les raisons de ce manque de réactivité de la part d’un de ses employés. A la différence de son père, Laura n’était pas du genre à placarder sa tête partout – bien qu’elle ait servi à l’époque dans les campagnes de publicité pour vendre le parc. Déglutissant un peu difficilement, elle s’humecta les lèvres avant de sentir le rouge monter sur ses joues tannées. « Hum… Pardon… C’est juste que ce n’est pas souvent que… je vis ce genre de situation… » Peut être fallait-il offrir au jeune homme plus de réponses encore ? « Mon père était Simon Masrani… Vous savez, l’homme à qui on doit ce… Désastre. » Elle rit jaune un court instant, n’aimant pas aborder ce sujet. Son père avait donné sa vie pour le par cet ce n’était pas honorer sa mémoire que de médire de lui de la sorte.

Elle poussa un léger soupir avant de sourire timidement. « Je… Je pensais que vous m’aviez reconnue, pardonnez-moi et mon narcissisme visiblement plus grand que je ne le pensais… »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/01/2017
✗ Appels a l'aide : 199
✗ JGolds : 8352

✗ Age du personnage : 30 ans
✗ Métier : Infirmier
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 28 Sep - 19:26

Jouer au héro













Heureusement, l’infirmier n’avait pas encore commencé son travail, il vit la main de la jeune femme trembler alors qu’un rire cristallin s’échappait de ses lèvres tant dis que sa poitrine se soulevait avec force. Il leva les yeux de la blessure pour plonger ses prunelles claires dans celles de sa patiente tout en arquant un sourcil d’incompréhension. En effet, il avait pas eu l’impression que sa question ne soit celle provoquant le rire hilare.

Ses yeux rencontrèrent enfin ceux d’Asling, la coupant court dans son rire. Elle devint alors rouge et balbutia, cherchant ses mots. Les lèvres du jeune homme prirent un doux un sourire afin de l’inciter à continuer dans sa lancée et à s’exprimer. Elle déglutit et se passa sensuellement la langue sur les lèvres. Patiemment, l’infirmier attendait qu’elle ait retrouvé ses esprits pour lui répondre.

Lorsqu’elle lui donne son nom de famille, l’irlandais ne réagit pas plus. Il ne s’était pas plus intéressé que ça à la personne qui l’avait embauché et ce n’est que lorsqu’elle lui expliqua qui il était, plus ou moins, que le jeune homme comprit et se reprit rapidement et professionnellement.

« Toutes mes excuses Madame Masrani. Je n’avais nullement connaissance de votre parenté. »

Doucement la jeune femme se confondit en excuses et il secoua négativement la tête.

« Votre nom était inscrit sur votre dossier, je n’ai simplement pas fait le rapprochement. Veuillez m’excuser. »

Il essaya de sourire mais un froid était comme jeté. Il s’agissait de la fille de la personne qui lui versait son salaire. Toute blague un peu malsaine était désormais à proscrire et Asling était devenu aussi professionnel qu’il pouvait l’être, la froideur de son métier était revenue.
L’infirmier releva les yeux sur la jeune femme tout en tapotant délicatement avec son doigt sur la paume de main de la demoiselle. Ce geste aurait presque pu être sensuel si la jeune femme l’avait senti et si elle n’avait pas été la fille de cet homme.

« Normalement, vous ne devriez plus rien sentir. Sentez-vous mon doigt ? Si ce n’est pas le cas je vais pouvoir commencer à vous recoudre, si vous êtes prête. »





Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 127
✗ JGolds : 7692

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 14 Oct - 11:42



Demoiselle en détresse cherche héros

« Vous n’avez pas besoin d’être excusé, Asling. » Elle avait prononcé ces mots sur un ton doux. Le voir lui demander pardon pour ne pas avoir su la reconnaître était plus gênant encore que d’avoir cru qu’il lui posait la question pour se montrer drôle. Pourtant, c’était le comportement qu’avait tous ceux qu’elle côtoyait lorsqu’elle passait de Laura à Mademoiselle Masrani. Elle avait toujours cette sensation de voler un respect qu’elle ne méritait pas, d’être mise sur un piédestal trop haut pour elle. Sa position exigeait d’être respectée, pas elle.

Pourtant, l’ambiance dans la pièce s’était refroidie. La discussion polie qu’ils avaient encore un court instant auparavant s’était tue pour ne laisser place qu’au silence. Un silence perturbant et qui mettait plus mal à l’aise encore la jeune femme. Il fut pourtant rompu quand le jeune homme revint à son devoir, lui demandant si elle sentait le passage de son doigt sur sa main. Une caresse qui lui était insensible, ne se rappelant à elle que lorsqu’il fit glisser son doigt contre sa peau. « Là, non, mais ici, oui. »Elle lui montra les deux zones indiquées et il était alors nécessaire d’attendre un peu plus longtemps que le produit achève son parcours. Une attente de nouveau ponctuée par un silence lourd. Etait-ce sa révélation qui avait ainsi amené une tempête glacée sur eux ? Avait-il alors réalisé qu’elle était la propriétaire de ce parc, l’héritière de Masrani Corporation et celle qui avait lutté pour relancer cette attraction en l’honneur et la mémoire de son défunt père ? En somme : avait-il compris qu’elle était la personne qui avait accepté son embauche et qui signait ses fiches de paye à la fin de chaque mois ?

Laura soupira avant de relever ses yeux noirs vers le jeune homme. « Asling ? » Elle attendit de capter son attention. Peut-être espérait-il qu’elle lui signale qu’elle ne sentait maintenant plus la zone de sa main indiquée plus tôt. Mais non. « S’il vous plaît, faites comme si je n’étais que Laura… Je suis lasse d’être continuellement appelée mademoiselle Masrani, le tout appuyé par des courbettes parce que les gens pensent que j’ai raison sur tout étant donné que ce parc est à moi et que c’est moi qui le finance… Je ne suis toujours pas habituée à cela et… Non, je crois que je ne m’y habituerais jamais. » Elle rit doucement avant de reprendre d’un ton plus doux. « S’il vous plaît… Dites-vous seulement que je suis une patiente comme une autre… Si ce n’est que je suis deux fois plus maladroite pour m’être blessée ainsi en ne faisant pas grand-chose. » Un peu d’humour pouvait-il désamorcer la situation ? Elle l’espérait. Venant caresser délicatement sa peau là où elle était encore sensible, elle constata que le produit avait finalement fait effet, hochant la tête pourle signifier à l’infirmier. « Et si vous m’expliquiez plutôt…. Pourquoi avez-vous eu besoin de venir jouer à l’ermite sur cette île ? »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/01/2017
✗ Appels a l'aide : 199
✗ JGolds : 8352

✗ Age du personnage : 30 ans
✗ Métier : Infirmier
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Oct - 17:01

Jouer au héro













Le silence fut rompu lorsque l’infirmier demanda à sa patiente si elle avait encore mal. Cette dernière pointa les zones et il hocha la tête, le produit demanderait encore un peu de temps pour faire effet. Cela semblaient des minutes de torture pour le jeune homme qui se sentait de plus en plus inconfortable aux côtés de Laura, sachant son erreur. Elle le lui avait pardonné mais il y avait quelque chose… Le fait qu’elle soit sa supérieure peut être.

« Asling »

Le jeune homme releva les yeux de la blessure lorsqu’il entendit son prénom s’élever dans les airs. Avant qu’il n’ait le temps de demander ce dont il s’agissait, la jeune femme s’exprimait avec douceur, la voix teintée de déception.
Elle lui expliqua combien la vie au parc était compliquée alors qu’elle était mise sur un piédestal et qu’elle n’aimait pas ça. Il pouvait la comprendre, lui-même avait changé de comportement lorsqu’il avait compris qui elle était. Il sourit alors qu’elle riait doucement. Il la comprenait tellement bien, il appuya les prochains mots d’un petit clin d’œil.

« Bien sûr Laura. Sens-tu encore quelque chose ? »

Elle nia de la tête et il avança les outils, prêt à commencer. La jeune femme décida alors de détourner son attention en lui parlant. Il sourit à la question. En fait, il n’avait pas réellement eu le choix, il avait eu besoin de fuir et s’était l’endroit le plus expatrié qu’il aurait pu trouver. Bien entendu il ne pouvait pas donner cette raison à la grande patronne, alors il répondit d’un ton humoristique.

« Et bien le salaire était plus alléchant que sur le continent mais tu dois en savoir quelque chose n’est-ce pas ? »

Il s’affairait tout en parlant et rigolant. Ses yeux ne se détachaient de son travail qu’à de rare occasion, lorsqu’il voulait souligner un point ou voir la réaction de la jeune femme. Il avançait si bien que ce serait très vite terminé, il le savait.

« Non plus sérieusement, j’avais aucune attache et je me suis dis que ce serait sympa de voir du pays. Et vous ? Pas trop dépaysée ? »





Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 127
✗ JGolds : 7692

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 18 Nov - 23:11



Demoiselle en détresse cherche héros

Dans un sourire elle acheva cette histoire, satisfaite de voir que l’on pouvait également la considérer comme une personne normale et pas uniquement comme la fille de Simon Masrani, ancien propriétaire du parc. Tandis qu’il commença à s’attaquer à sa main, elle posa ses yeux noirs sur son visage, essayant d’oublier l’espace d’un instant le fait qu’il devait être en train de planter une aiguille dans sa chair pour y glisser un fil avant de retendre sa peau afin de fermer la plaie. Et merde. Sans voir la chose, le simple fait d’y penser lui filait des vertiges et, prenant une profonde respiration, elle préféra dévier le sujet, à nouveau, réorientant la discussion sur lui.

L’entendre lui parler de salaire alléchant la fit doucement rire. Personne n’ignorait ici que, si la paye était si bonne, c’est que la prime de risque était très élevée. A l’origine, personne ne semblait vouloir se lancer dans ce projet fou de retourner sur une île peuplée de dangereuse créatures supposées disparues, revenues à la vie uniquement pour satisfaire un vieux fou avec des idées aussi cinglées que lui. Et pourtant, quand elle avait mentionné cet aspect, cette prime, bien des gens s’étaient montrés convaincus par l’appât du gain. Alors plaisanter à ce sujet était un moyen de détendre le fait que tous, ici, étaient en danger permanent. Un danger qui la rendait, elle, seule responsable. « Si je m’en sors sans une balafre immense, j’vous augmente, promis. » Elle rit un peu plus, pourtant très sérieuse au fond d’elle.

Finalement, il lui expliqua qu’il n’avait pas trop d’attaches et que venir ici était une nouvelle aventure qui lui plaisait bien. Elle sourit avec tendresse car elle aurait tant voulu que les choses se passent ainsi pour elle. D’ailleurs, quand il lui retourna la question, son regard sembla partir dans le vague, ne regardant rien et pourtant demeurant fixe. « Dépaysée… Je crois bien que je le suis totalement… Je n’ai pas été élevée pour évoluer dans ce genre de milieu hostile… Regardez, il suffit que j’essaie de mettre la main à la pâte pour manquer de m’en couper une ! » Ses yeux se reposèrent sur sa blessure, réprimant un frisson et déglutissant avec difficulté devant le sang séché qui recouvrait sa peau hâlée. Préférant songer à autre chose, elle observa de nouveau Asling. « Ne le répétez pas, mais il y a des jours où je me demande si essayer de relancer ce parc n’est pas la pire erreur de ma vie… J’avais tout ce que je souhaitais aux Etats-Unis… J’avais une carrière, certes, dans un métier des plus superficiel… Mais mon nom commençait à être connu dans le milieu. J’avais un fiancé, une future vie… je crois bien avoir tout plaqué pour relancer le rêve de mon père. Quelle folie… » Elle soupira longuement, essayant de ne pas s’apitoyer sur son sort sans pour autant y arriver.

Elle eut un petit sourire gêné à l’égard du jeune homme. « Je vous prie de m’excuser… Les lamentations d’une pauvre petite fille riche sont souvent les pires… Je crois juste que je réalise doucement que je ne suis pas à la hauteur de cette tâche et il m’arrive de vouloir que mon père soit là, à mes côtés, pour me guider… Et garder les yeux sur la volière brisée ne le ramènera malheureusement pas. »

© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [Résolu] Jeune sack en détresse cherche aide.
» demoiselle en détresse
» Cherche prêtre disci pour 2v2 !
» Cherche tresse en 0,08 mm ....
» Recherche maître ou maîtresse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: Area 1 - LE VILLAGE ET LE PORT :: Le poste de secours-
Sauter vers: