AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.


Jurassic World Renaissance met à disposition deux places de modérateurs!
Si vous aimez le forum et que vous vous sentez prêts à nous rejoindre dans cette aventure
n'attendez plus et rendez vous dans
ce sujet pour en savoir plus!

JE VEUX ETRE MODERATEUR DE JWR!


Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:

PETITES ANNONCES

EMMA RYDER
Tu aimes les demoiselles au grand coeur, qui sont très attachées à leur travail,
qui ont une grande famille et qui ont plein de liens sympas ?
Alors viens par ici. On a plein de bons donuts chez les Ryder.
Tu ne seras pas déçu.
Adopte une fille aînée

KEAWEAHEULU L. ALVARO
Envie d'un scénario qui roxe du poney rose ? Un homme à succès,
riche et qui a tout pour lui, y compris une ex-fiancée qui l'attend
de pied ferme avec la bonne intention de lui refaire le nez ?
Alors tu as trouvé ton bonheur !
ADOPTE UN EX-FIANCE

CLAIRE DEARING
Vous aimez les liens spéciaux, qui permettent d'apporter des
situations uniques et pleines de surprises dans vos RPS?
Pourquoi ne pas vous laisser tenter par un beau barbu au
caractère peu habituel? Le jeu du chat et de la souris a
commencé, à vous de courir plus vite!
Attrape moi si tu peux!

KEAWEAHEULU L. ALVARO
Fille d'artistes, elle a étonné tout le monde en embrassant une glorieuse carrière scientifique. Elle a étudié
dans une prestigieuse université américaine et a fait ses armes dans un fameux
laboratoire pharmaceutique... Belle, jeune et intelligente, elle a tout pour elle !
Elle risque de rapidement tomber sur sa meilleure amie,
mystérieusement disparue il y a quelques mois, les labos sont pas
bien grands. Envie de règlements de compte et d'un lien d'amitié-pour-la-vie ? C'est par ici !
Come to the scientific side, we have cookies


 ::  :: AREA 4 - LA FORET Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tell me who's scared now | LANCE

avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 16/10/2016
✗ Appels a l'aide : 313
✗ JGolds : 15778

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Métier : Inséminatrice
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Déc - 18:54

ft Lance Booker

area 4 - La forêt


 
 
 
hauting the ghost of me, hanging out in this world
,like a dragon to his gold
C'était une Keaweaheulu furibonde qui patientait devant le grand portail qui sécurisait la zone 6, où elle avait l'habitude de travailler. Et une espagnole transie de peur, véritablement incertaine de réussir à passer la journée. Armée de sa légendaire patience, elle frappait rapidement du pied, ses escarpins vernis faisant un réel boucan sur le sol bétonné de cette route immense et si peu fréquentée.
A peine dix minutes plus tôt, on lui avait annoncé qu'elle partait en mission sur le terrain. Des éclats d’œufs de dinosaures avaient été aperçus par quelqu'un la veille, et un scientifique avait été dépêché sur place pour aller les récupérer. Manque de bol, le-dit scientifique semblait malade, ou tout du moins aux abonnés absents, et on s'était tourné d'un commun accord vers l'inséminatrice. Après tout, les œufs, c'était son affaire.

Malgré tout, la robe marinière qu'elle avait enfilée le matin même et ses talons lui semblaient bien peu appropriés à la mission. Certes, elle avait une parfaite maîtrise de ses jambes, même perchée sur 10 bons centimètres. Mais peut-être pas au point de pouvoir semer un dinosaure si l'occasion se présentait. Elle avait bien pensé à obtenir une dispense auprès d’Éloïse, mais la directrice lui avait déjà suffisamment accordé de faveurs au cours des derniers jours. Malgré sa frayeur, la brunette voulait montrer qu'elle méritait sa place, affinités ou pas avec sa supérieure.
Encore heureux, on lui avait attribué un garde du corps. Ou un membre de la sécurité chargé de l'amener à bon port et de la ramener au laboratoire en un seul morceau avant la tombée de la nuit. Ce qui, s'il continuait à accumuler du retard, allait s'avérer de plus en plus compliqué. Mais encore heureux, elle ne serait pas seule. De toutes façons, elle n'avait pas son permis ; même avec toute la bonne volonté du monde, Kiwi n'aurait pas pu aller à la chasse aux œufs de Pâques toute seule.

A ses pieds gisait une mallette couleur acier contenant tout un attirail digne de la police scientifique. L'espagnole lui jetait de temps en temps un regard mauvais, comme si la pauvre valisette était responsable de tous ses maux. C'était idiot d'en vouloir ainsi à une paire de gants en latex et une dizaine de petits sachets à cacheter, mais de temps en temps la scientifique avait besoin de trouver un coupable. Coupable autre qu'elle, sa peur incompréhensible et sa capacité particulière à fuir ses problèmes. La valisette ferait l'affaire, pour une fois.
Un bruit de moteur permit à Kiwi de darder son regard presque noir vers une Jeep qui arrivait dans sa direction. A croire que les dirigeants du parc avaient eu un prix de groupe, c'était les seuls véhicules qu'elle avait vu s'aventurer sur les routes parfois cabossés du Parc. Encore heureux, elle n'avait pas pour habitude d'être malade en voiture.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 26/12/2016
✗ Appels a l'aide : 89
✗ JGolds : 3850

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Equipe de combat
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 30 Déc - 20:51






Baby sitter. C'était ce que ce genre de mission lui donnait l'impression d'être. Sous prétexte qu'il y en a une qui doit aller se fourrer dans le pétrin au milieu des bois, il se devait de l'escorter afin qu'il ne lui arrive rien. En soi, c'était normal et c'était son rôle. Mais à ce moment là, autant envoyé directement quelqu'un de qualifié pour aller faire ce qu'il y avait à faire. Si ce n'était que chercher des coquilles d'oeufs de ces maudits reptiles, il ne fallait pas avoir un bac+8 pour cela. Juste une bonne arme et des bonnes jambes. Enfin, il ne pouvait rien contre les ordres après tout et ce n'était pas comme s'il avait mieux à faire non plus. Une balade en forêt peuplé de dinosaure en liberté, eh bah, rien de tel quand on ne sait pas quoi faire de sa chair fraîche !

Sous le soleil déjà haut dans le ciel qui donnait tout sauf l'impression d'être en décembre, le jeune homme, une cigarette au bec, entreprit de se préparer pour cette mission, à savoir le plein d'essence, le plein de munition et une assurance que son fidèle sniper fonctionnait à la perfection. Bien évidemment qu'il fonctionnait. Lance le chouchoutait comme un jouet. On ne pouvait trouver arme mieux entretenue que celle-ci sur cette île ! Lance s'empara également deux talkie-walkie, l'un accroché à sa ceinture de cuir, l'autre qu'il donnera à celle qu'il devait escorter. Après une dernière vérification, Lance écrasa sa clope à terre et prit le volant d'une des jeep du parc, son sniper toujours à porter de main au cas où.

Quittant les garages, il se dirigea vers le portail de l'aire 6 où il pouvait rapidement voir une silhouette l'attendre. Oui, elle avait probablement attendu longtemps, mais ce n'était pas le genre de Lance de se presser comme un citron s'il n'y avait pas d'urgence. Il n'avait vu aucune urgence dans la mission d'aller chercher des bouts de coquille en tout cas. Il y aura, dans cette forêt, probablement des événements qui nécessiteront bien plus de jugeote que le départ en jeep. D'un premier coup d'oeil, l'homme se disait que cette femme n'était déjà pas accoutré de la meilleure des façons pour aller gambader en forêt et c'était là, selon lui, tout le problème des femmes ! Il s'arrêta finalement brutalement devant elle et, par la fenêtre baissée, s'exclama :

- Allez monte ! On a pas que ça à faire.

Et il attendit dans une patience inattendue que la scientifique s’exécute, parfaitement conscient de son manque de vouvoiement, chose dont il usait jamais, et de politesse, dont il n'avait cure la plupart du temps. Une fois la jeune scientifique en place à ses côtés, ou derrière selon son choix, Lance démarra à nouveau la jeep et prit directement le sentier menant dans la forêt tropicale de l'île.


_________________




Vidéo de Lance:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 16/10/2016
✗ Appels a l'aide : 313
✗ JGolds : 15778

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Métier : Inséminatrice
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Déc - 0:14

ft Lance Booker

area 4 - La forêt


 
 
 
hauting the ghost of me, hanging out in this world
,like a dragon to his gold
En voyant la Jeep approcher, la scientifique s'était penchée pour récupérer sa précieuse mallette. La voiture s'arrêta juste à côté d'elle, et Kiwi put découvrir le conducteur de l'habitacle. Un brun ténébreux - dans le sens colorimétrique du terme, jamais la jeune femme ne se serait permis un jugement de valeur sur la beauté d'un homme autre que Jeremy - qui en à peine quelques mots réussit à irriter au plus haut point la demoiselle. Timide mais farouche, elle avait travaillé toute sa vie dans un monde presque exclusivement masculin. Cela faisait bien longtemps qu'elle ne s'était pas laissée marcher sur les pieds. Et elle ne comptait pas découvrir aujourd'hui quel effet cela faisait.

Elle monta rapidement dans la voiture, claquant la portière et attachant rapidement sa ceinture. Elle était prudente ; un accident était une façon particulièrement idiote de mourir. Pour son frère qui n'avait pas pu vivre, elle se devait d'éviter les risques inutiles. Le regard rendu ébène sous l'effet de la colère qui la consumait, elle ne daigna pas même regarder son interlocuteur lorsqu'elle s'adressa à lui.
Chez les gens civilisés, on dit "Bonjour". Enchantée. Je suis Keaweaheulu Leonor.
Son accent était à couper au couteau, elle n'avait aucune envie de faire un quelconque effort. Et il se débrouillerait sans son surnom, pour une fois elle ne voyait pas du tout l'utilité de faciliter la tâche de l'homme assis à ses côtés, qu'elle avait d'ores et déjà catégorisé dans la catégorie "détestables". Ce n'était pas parce qu'il était plein de muscles et habilité à tirer sur tout ce qui bougeait qu'il valait mieux qu'elle au point de la traiter comme un chien. Il avait envie d'être désagréable, il trouverait rapidement une véritable peste à la place de la scientifique joyeuse et volubile que son compagnon faisait habituellement resurgir chez elle.
Elle sortit une feuille de son épais dossier qu'elle transportait avec elle et la plaqua sur le tableau de bord entre eux deux. Une série de chiffres ; des coordonnées GPS, qu'on avait eu l'intelligence de lui donner histoire qu'elle n'arpente par la forêt pendant des heures. Toujours fixée sur la route, ignorant superbement l'homme à ses côtés, elle ne put s'empêcher de lui lancer une seconde pique, sous couvert d'assistance.
Ce sont les coordonnées. A moins que vous ne préfériez vous référer aux étoiles ou aux traces fraîches dans la boue... Après tout, si on ne vous apprend pas la politesse dans l'équipe de sécurité, peut-être que vous ne savez pas non plus faire fonctionner un GPS...
Un instant, elle pensa même à intégrer une série folklorique de mots espagnols, mais dans le doute elle s'abstint. Après tout, on était au Costa Rica, en pleine Amérique Latine, ici les natifs comprenaient facilement ce qui était la langue maternelle de la brune. Tant qu'à faire, elle n'avait pas particulièrement envie de servir de test à l'homme pour vérifier que son arme ne s'était pas enrayée.
Pourtant, elle n'était pas prête de digérer l'attitude tout sauf engageante de celui qu'on lui avait clairement imposé pour cette "mission" dont elle n'avait pas voulu non plus. De surcroît, elle était connue pour son cruel manque de patience et sa forte tendance à être rancunière. Elle n'allait pas oublier le brun de sitôt...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 26/12/2016
✗ Appels a l'aide : 89
✗ JGolds : 3850

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Equipe de combat
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Déc - 1:10







Lance n'était pas du genre à juger sur les apparences. C'était une chose que l'on pouvait aisément apprendre en vivant sur l'île. Il suffisait de voir qui dominait le parc pour qu'il sache que les femmes ici n'étaient pas là pour faire le ménage et la lessive comme sur le continent. De même que Lance n'avait pas ce côté macho de la plupart des hommes envers les femmes et n'avait pas les yeux qui tournaient sur eux-même chaque fois qu'il croisait un joli minois. Tous ces styles de la gente féminine le plongeait dans l'indifférence la plus total. L'égalité des sexes, on pouvait dire qu'il la prônait comme il se devait, c'était par ailleurs pour cela qu'il était capable de traiter les femmes aussi mal qu'il pouvait traiter les hommes. Pas de favoritisme voyons.

La jeune femme, que Lance ne connaissait ni d'Adam ni d'Eve, monta rapidement dans le véhicule. Elle prit au moins le soin d'attacher sa ceinture, c'était une bonne chose. Pas forcément parce que la voiture risquait à tout moment un égard, mais vu l'état de certaines routes, une simple bosse de travers était capable de vous faire bondir la tête contre le plafond. Il faudrait songer à les refaire avant la réouverture du parc...Sitôt la scientifique visiblement prête, Lance démarra rapidement la jeep et s'éloigna des zones habitables et sécurisées du parc. C'était partie pour un petit tour dans les terres sauvages et hostiles de l'île.

Chez les gens civilisés, on dit "Bonjour". Enchantée. Je suis Keaweaheulu Leonor, répliqua la jeune femme au fort accent.

Accent qui ne passa pas inaperçu pour le jeune homme, mais que ce dernier se décida à ne pas prendre en compte. Cette femme n'était, après tout, pas la seule étrangère membre du personnel de cette île. Il jeta un bref regard à cette dernière tandis qu'elle semblait contenir une haine qu'il ignora tout comme le reste. Son attention se reporta très rapidement sur la route, bien qu'il restait tout ouïe. Elle semblait déjà lui vouer une haine sans fin. C'était encore un point que Lance n'allait pas commenter car elle n'était pas la première et ne sera pas la dernière. Il se savait détestable mais n'avait pas un poils l'intention de changer ses manières pour autant. Il se refusait de s'amuser à être quelqu'un qu'il n'était pas juste pour se faire bien voir. Il en avait que faire, de se faire bien voir.

- Lance Booker, répondit brièvement l'homme sans lâcher la route des yeux, et si mes manières ne te plaisent pas, t'as qu'à te dire que je ne suis pas une personne civilisée, ça te facilitera la tâche.

Elle pourrait même le traiter de tous les noms dont elle aurait envie. Sûr qu'elle aurait probablement raison et Lance, conscient de sa personnalité, ne lui donnerait même pas tort. Gardant la main au volant, il n'interrompit son regard sur la route qu'une fraction de seconde lorsqu'il entendit le bruit strident du papier agité, jusqu'à ce que la jeune femme ne pose ce qu'elle avait sortit devant son nez, ou plutôt à côté.

Ce sont les coordonnées. A moins que vous ne préfériez vous référer aux étoiles ou aux traces fraîches dans la boue... Après tout, si on ne vous apprend pas la politesse dans l'équipe de sécurité, peut-être que vous ne savez pas non plus faire fonctionner un GPS...lâcha la scientifique visiblement frustrée.

Mais cette frustration passait une fois de plus au dessus des intérêts de l'homme qui observa l'attirail de la femme avec plus d'attention avant d'utiliser le GPS de la jeep dans lequel il entrait les coordonnées. La scientifique n'avait pas réellement tort non plus sur ce fait. Bien que le jeune homme sache se servir du GPS, ce qui serait malheureux pour quelqu'un de son poste, la technologie en général n'était pas vraiment son fort.

- Et moi je suis persuadé que si tu es capable de l'ouvrir, tu es également capable de la fermer, répondit l'homme durant la manœuvre sur le ton de la conversation comme s'il lui demandait le temps qu'il faisait.

Il accéléra d'avantage l'allure de la voiture une fois l'appareil en route et distinguant clairement le point de destination sur la petite carte qui s'était affichée. C'était vraiment paumé au milieu de nulle part...





_________________




Vidéo de Lance:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 16/10/2016
✗ Appels a l'aide : 313
✗ JGolds : 15778

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Métier : Inséminatrice
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Déc - 17:31

ft Lance Booker

area 4 - La forêt


 
 
 
hauting the ghost of me, hanging out in this world
,like a dragon to his gold
Au moins son protecteur imposé n'était pas dupe sur son caractère d'ours. Ou d'homme des cavernes. Sa remarque eut au moins le mérite de faire rire légèrement la jeune femme. Kiwi risquait de le prendre au mot. Et elle comptait bien continuer à lui faire comprendre qu'une telle attitude la hérissait au plus haut point. La prochaine étape, c'était de lui demander s'il mangeait avec des couverts. Parce qu'entre hommes non civilisés, on devait croquer dans le morceau de viande à pleines dents sans connaître l'usage de la fourchette et du couteau. Et mine de rien, ça collait plutôt bien avec l'image que ce fameux Lance renvoyait.

Après lui avoir fourni de quoi arriver à destination avant le lendemain et s'être murée dans son silence, il le brisa pour lui faire clairement comprendre que lui non plus n'appréciait pas l'attitude de sa passagère. Sauf que l'espagnole en question s'en moquait comme de sa première chaussette. Elle n'avait jamais rien à voir avec les membres de la sécurité. Leur charmante mission terminée, elle ne verrait certainement plus jamais le visage de l'insupportable brun, noyé dans la fourmilière qu'était Jurassic World. Et vu qu'ils semblaient sur le point de s'étriper mutuellement, c'était mieux pour leur survie à eux.
J'ai la sale habitude de m'adapter à mon interlocuteur. Vous n'être pas une "personne civilisée", je n'en suis pas plus une. Donc vous faire plaisir en me taisant ne risque pas de m'effleurer l'esprit, navrée du dérangement.
Elle se concentra sur la carte du GPS qui les guidait à travers la véritable forêt vierge qu'était redevenu le Parc abandonné. Elle sortit de son épais dossier sa tablette, faisant défiler sur l'écran les toutes dernières images aériennes, plus à jour que l'ordinateur central de la Jeep, pour suivre un minimum ce qui se passait devant elle. Certes, elle avait un sens de l'orientation qui laissait à désirer. Mais elle pouvait au moins essayer.
Ce que ni le GPS ni les dernières photographies satellites ne montraient, c'était une route pour atteindre les précieux éclats de coquille. Les hommes qui faisaient leurs rondes seuls avaient souvent accès à des deux-roues, bien plus pratiques pour se déplacer dans la forêt dense et humide à souhait. Elle désigna d'un doigt sur l'écran la route qui faisait une épingle avant de repartir à l'opposé de l'endroit où ils étaient sensés se rendre.
Je supposes qu'il n'y a aucun moyen d'amener la Jeep jusqu'au bout ?
Si c'était vraiment le cas, cette après-midi était réellement l'une des plus pitoyables qu'elle s'apprêtait à vivre depuis un bon bout de temps. Entre un ours mal léché pour accompagnateur et une marche forcée dans un environnement carrément hostile, elle allait avoir besoin d'au moins une semaine de travail de laboratoire pour s'en remettre... Pourtant, elle n'avait rien contre le changement. Sauf quand ça rimait avec risquer sa vie et prise de bec avec un inconnu désagréable...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 26/12/2016
✗ Appels a l'aide : 89
✗ JGolds : 3850

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Equipe de combat
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 31 Déc - 18:58







Lance ignorait si le rire, ou du moins le pouffement qu'il venait d'entendre était une moquerie supplémentaire de la scientifique ou si ça remarque avait vraiment eut un effet comique sur elle. La deuxième option serait étonnante car lui même n'avait pas dit cela pour amuser la galerie. Il y avait bien longtemps que le jeune homme se moquait bien de ce que les gens pensaient de lui, que ce soit en bien ou en mal d'ailleurs. Mais il était évident, au vu du ton employé par la chercheuse, qu'elle voyait rouge en ce qui le concernait. Après lui avoir indiqué les coordonnées, un long silence prit place dans le véhicule, ce qui n'était pas pour déplaire à Lance au final. A quoi bon passer tout le trajet à s'envoyer des piques ? Là n'était pas son but ni son plaisir, loin de là.

J'ai la sale habitude de m'adapter à mon interlocuteur. Vous n'être pas une "personne civilisée", je n'en suis pas plus une. Donc vous faire plaisir en me taisant ne risque pas de m'effleurer l'esprit, navrée du dérangement, rétorqua la jeune femme aux dures paroles de son désigné protecteur.

- Me faire plaisir ça risque pas, fit le jeune homme qui aurait bien aimer savoir lui-même se taire également, même si tu la bouclais. J'ai bien compris que cette situation te plaît pas plus qu'à moi et on est pas obligé de se parler il me semble non ?

Il soupira, quelque peu irrité, le regard toujours braqué sur la route cabossée qui secouait l'engin pourtant prévu pour tous les terrains. Lance aurait pu se plaindre de devoir effectué cette mission avec une femme qui avait la langue aussi bien pendue que la sienne, mais cela ne changera rien au fait que, avec une femme plus sympathique, la mission aurait tout été aussi ennuyeuse et inutile pour lui.

Au fur et à mesure que le véhicule s'enfonçait dans la forêt tropicale, les arbres se resserraient autour de lui. Les bois devenaient plus denses, plus sombres. On ne parvenait plus à rien distinguer d'autre que des arbres et des buissons. Les fougères recouvraient le reste du décor, le soleil passait péniblement au travers des feuillages de cette jungle luxuriante et le sentier de terre, peu à peu, disparaissait sous la mousse verdoyante. A cela s'ajoutait parfois un tronc d'arbre renversé qui nécessité de passer sur le côté du pseud-sentier pour poursuivre la route, ou la vue d'énormes rochers qui se dressaient au milieu de la forêt, recouvert de mousses et de racines. Les lianes qui pendaient dans les branches frôlaient parfois le toit de la jeep qui poursuivait sa route au coeur de la jungle de plus en plus sauvage et vierge.

Au bout d'un moment, la scientifique, jusque là silencieuse, colla son doigt fin sur l'écran du GPS, attirant un bref instant le regard de Lance sur le dit-écran, avant qu'il ne braque à nouveau ses prunelles sur le chemin encore présent.

Je supposes qu'il n'y a aucun moyen d'amener la Jeep jusqu'au bout ? demanda alors la jeune femme.

Lance jeta un ultime et rapide regard sur le GPS.

- On continuera à pieds, répondit-il sans lâcher la route des yeux, une main sur le volant, l'autre sur le levier de vitesse.

Il connaissait très bien la forêt, tout comme la majorité de l'île au final, ce qui était assez normal pour quelqu'un qui devait travailler à la survie dans ce genre de milieu. Cela ne le dérangeait absolument pas de se balader sans toit sur la tête dans cette contrée inhospitalière. Evidemment, cela faisait courir plus de risque, raison pour laquelle il trouvait d'ailleurs cette mission dénuée de sens. Après encore un petit instant de traversée, Lance stoppa la jeep. Il en était arrivé à un point où les arbres étaient trop proches pour laisser passer la moindre voiture. La végétation était trop importante et même s'il essayait de trouver un autre passage, il y aurait trop de risque de coincer le véhicule dans les racines et les lianes.

- On descend là, annonça t-il alors en ouvrant la portière.

Il récupéra son sniper qu'il colla à son épaule grâce à la bandoulière, ainsi que le GPS portatif, et quitta la voiture avant de faire le tour de la jeep pour rejoindre la scientifique, invitée silencieusement à en faire de même.

- Allons-y,
lança t-il, dépêchons-nous de trouver ces maudits oeufs et de repartir.

Il décrocha ensuite le talkie-walkie qu'il avait à la ceinture et le tendit à la femme.

- Prends ça, on sait jamais.




_________________




Vidéo de Lance:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 16/10/2016
✗ Appels a l'aide : 313
✗ JGolds : 15778

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Métier : Inséminatrice
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 1 Jan - 17:08

ft Lance Booker

area 4 - La forêt


 
 
 
hauting the ghost of me, hanging out in this world
,like a dragon to his gold
Plutôt mourir que l'avouer à haute voix, mais pour une fois l'espagnole était d'accord avec Lance. L'un comme l'autre se supporteraient bien mieux s'ils pouvait s'ignorer royalement. Cela éviterait les dommages collatéraux. Et plus ils restaient silencieux, moins ils avaient de chances d'attirer un dinosaure sauvage vers eux. Mine de rien, éviter les dinosaures était plus important que continuer à s'engueuler pour faire mumuse. Kiwi comptait bien rentrer à la maison avec deux bras et deux jambes le soir. C'était quand même nettement plus pratique pour vivre d'avoir ses 4 membres moteurs.

Ils cheminèrent donc encore un certain moment en silence. La route n'avait plus rien d'une route, et il semblait que même le terme de piste ne puisse s'accorder. Ornières sur ornières, la voiture pourtant connue pour ses suspensions à toute épreuve avançait en cahotant violemment. L'espagnole fut même tentée de demander à son charmant chauffeur de ralentir un peu la cadence, mais puisqu'ils semblaient avoir trouvé un terrain d'entente en s'ignorant superbement, elle ne tenait pas à recommencer à se battre.
Cependant, la route préoccupa rapidement la jeune brune, et lorsqu'elle s'en enquit auprès de son accompagnateurs, ses doutes furent confirmés. L'île était encore trop sauvage pour qu'on puisse se déplacer d'un point A à un point B les pieds au sec pendant tout le trajet. Au temps pour elle. Ce n'étaient pas quelques troncs d'arbres et des fougères hautes comme deux fois sa taille qui allaient l'arrêter. Parole de Kiwi.

Bientôt, Lance arrêta la voiture et lui demanda de descendre. Elle se délesta de son épais dossier, récupéra uniquement sa tablette et sa mallette de médecin légiste avant de mettre pied à terre et de fermer la porte du véhicule d'un coup d'épaule bien placé. D'où l'avantage d'être petite ; elle était à la hauteur de nombre d'objets du quotidien. L'homme la rejoignit et lui tendit un Talkie-Walkie. Elle jeta un regard étonné à l'engin. Vu comme elle était capable de crier fort lorsqu'elle avait peur, Lance la retrouverait facilement même sans ça. Mais bon. Elle l'accrocha à la ceinture qui entourait sa taille et se mit en marche derrière lui, prenant quand même la peine de lui préciser ce qu'ils cherchaient réellement.
Si vous cherchez un œuf, vous n'allez pas trouver grand-chose ici. Et ce serait mieux qu'on en trouve pas un entier, je ne tiens pas à faire connaissance avec la mère. Pas plus que vous, je suppose. On cherche juste des éclats. Des petits bouts. Des miettes.
Elle disait ça autant pour mettre les points sur les i que pour se rassurer elle. On lui avait demandé de ramasser les vestiges d'un œuf, rien dans la mission ne prévoyait une rencontre avec une maman saurienne énervée de voir qu'on s'approchait un peu trop de son nid ou de sa progéniture. Bien que la vue du sniper nonchalamment posé sur l'épaule de son accompagnateur la rassure un peu, elle n'en arrêtait pas moins de jeter de fréquents regards tout autour d'elle alors qu'ils cheminaient vers leur point d'intérêt. On n'était jamais mieux servi que par soi-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 26/12/2016
✗ Appels a l'aide : 89
✗ JGolds : 3850

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Equipe de combat
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 2 Jan - 0:19







Le sol n'était que légèrement boueux. Il avait plu un peu la nuit dernière et cela n'avait pas eut le temps de bien sécher. Pour Lance, qui portait des bottines adaptées, cela ne lui posait aucun problème, mais il se doutait que pour Kiwi, les talons, ce n'était pas l'idéal. Enfin, avec un peu de chance, elle ne les usera que pour la marche dans la forêt et non pas une course pleine de rebondissement et sûr qu'elle aussi espérait grandement ce genre de scénario facile. Rien n'était généralement facile lorsqu'on s'aventurait au delà de l'aire sécurisée du parc. S'imaginant tous les scénarios possibles qui pourraient arriver aujourd'hui, Lance offrit à Kiwi le deuxième talkie-walkie. Mais à vrai dire, ils pourraient se faire une virer sur la plage pour ramasser des coquillages, il en aurait fait de même. Selon lui, on était jamais trop prudent. Quitte à avoir des appareils pour, autant s'en procurer. Ils n'étaient pas de trop.

Mais Lance, le bras contenant l'objet tendu vers la jeune fille, se rendit compte du temps que prenait cette dernière pour s'en saisir. Il l'observa. Elle tenait une tête comme si elle n'avait jamais vu ce truc de sa vie, ce dont il avait peine à croire. L'homme regarda l'appareil et la scientifique à tour de rôle, intrigué :

- Ne me dis pas que tu sais pas t'en servir ? demanda t-il au bout d'un moment.

Dans le pire des cas, à la limite, c'était assez facile à expliquer. Il suffisait d'appuyer sur un bouton pour l'allumer et appuyer sur un autre pour parler dedans. On ne pouvait faire plus simple. D'ailleurs, cette simplicité, c'était sûrement pour que les moins érudit puissent comprendre le truc très aisément, une affaire toujours intéressante quand l'enjeu de l'utilisation de ce machin était la survie. Résignée, la jeune femme récupéra tout de même l'objet et s'attacha à sa ceinture comme Lance jadis. On faisait des progrès en technologie, les talkie-walkie étaient à chaque nouveau modèle plus léger et plus efficace. Sur ce, Lance emboîta le pas, laissant là la jeep à l'abandon, pénétrant désormais dans la zone la plus dense de la forêt tropicale.

Si vous cherchez un œuf, vous n'allez pas trouver grand-chose ici. Et ce serait mieux qu'on en trouve pas un entier, je ne tiens pas à faire connaissance avec la mère. Pas plus que vous, je suppose. On cherche juste des éclats. Des petits bouts. Des miettes.

- Ouais bah ça revient au même, maugréa l'homme, quoi que plus chiant à dénicher. Quelle idée aussi d'aller se paumer dans les bois pour chercher des miettes de coquille sérieusement...A croire que certains n'ont rien de mieux à foutre.

Lance gardait ses yeux attentif à tous signes qui dénonceraient une présence non désirée. Son regard passait sur les arbres, jusqu'au sol, capable de repérer d'éventuelles traces de passages. Avec son expérience, il pouvait aisément interpréter une griffure sur une écorce, une branche brisée, des empruntes dans la terre, ou un passage dans la végétation. Mais son attention se portait aussi sur l'écran de son GPS portable. Ils étaient désormais tout proche de leur destination. Mais un GPS n'indiquait pas tout non plus. La zone de recherche indiqué par l'appareil devait encore faire l'objet d'une fouille plus approfondit, en particulier pour chercher de petits éléments. D'ailleurs, les deux protagonistes finirent par arriver sur le point présenter par l'appareil. Lance jeta un coup d'oeil aux alentours, rien de flagrant au premier regard, si ce n'était qu'un petit espace légèrement plus déboisé.

- On y est, signala t-il en rangeant le GPS dans sa poche.

Scrutant le paysage répété des bois, l'homme glissa son regard un peu partout en avançant à pas calculés sans être lent. Jaugeant le sol, il le caressa d'un coup de bottine comme pour déblayer quelque chose d'invisible.

- Y'a bien une sale bête qui est passée dans le coin, commenta t-il, mais c'était il y a plusieurs heures au moins.



_________________




Vidéo de Lance:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 16/10/2016
✗ Appels a l'aide : 313
✗ JGolds : 15778

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Métier : Inséminatrice
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 7 Jan - 16:16

ft Lance Booker

area 4 - La forêt


 
 
 
hauting the ghost of me, hanging out in this world
,like a dragon to his gold
Bien évidemment, Lance ne loupa pas le regard mi-figue mi-raison qu'elle lança au talkie. Il s'étonna un instant de l'éventualité qu'elle ne sache pas s'en servir. Allons bon. Quand on faisait de longues années d'études pour tripoter des génomes microscopiques, on savait appuyer sur un bouton. L'appareil était sommaire, loin de ceux qu'on pouvait voir dans les séries américaines, bardés d'écrans et de technologie. Tout juste si le plus gros bouton ne clignotait pas pour lui dire "Vas-y, appuie sur moi, je suis un bouton magique !". Elle le rassura brièvement. Quoiqu'elle se doutait bien que s'il avait été seulement inquiet, ce sentiment ne devait pas avoir habité l'homme pendant plus d'un dixième de seconde.
On appuie. On parle. J'ose juste espérer que l'on n'en vienne pas à de telles extrémités.
Alors qu'ils commençaient leur marche, la jeune espagnole assurait ses pas avec l'habitude d'années d'expérience perchée sur 10 centimètres de talons. Elle visait les pierres, et tout ce qui ressemblait de près ou de loin à autre chose que de la mousse. Elle parvenait relativement bien à tenir la distance. Et n'avait rien à envier à de bonnes baskets. Presque rien.
Bien évidemment, il remarqua à haute voix l'inutilité de leur mission. Plutôt mourir que l'avouer, mais elle était plutôt d'accord avec lui. Il suffisait de capturer à nouveau tous les dinosaures, et ensuite leur subtiliser discrètement les œufs. Mais visiblement, certains esprits brillants avaient réfléchi différemment. Pour un peu, c'était un de ces grands esprits brillants qui s'était décommandé et avait forcé Kiwi à mettre les pieds si loin de la zone sécurisée. Parfois, les hommes feraient mieux de moins réfléchir. Les femmes ne s'en porteraient que mieux.

Une clairière plus tard, Lance stoppa le petit GPS pour lui annoncer qu'ils y étaient. La brune fronça légèrement les sourcils. Allons bon. Une clairière sauvage à fouiller, pleine de mousse, troncs et lianes qui couvraient plus ou moins la totalité du sol. Ils n'étaient pas sortis de l'auberge, comme aurait dit sa chère mère.
Et quand son protecteur lui annonça qu'un dinosaure était passé par là, elle maîtrisa avec peine le tremblement de ses mains, les accrochant à la poignée de la mallette comme si sa vie en dépendait. Allons bon. Ils se baladaient dans les bois, mais le loup risquait d'avoir des dents autrement plus longues que dans les contes pour enfant.
Et... Vous arrivez à déterminer combien de temps à l'avance qu'un dinosaure approche ?
Pour s'occuper autant l'esprit que les jambes, elle avança, fourrageant dans les herbes hautes du bout de sa chaussure quand elle ne parvenait pas à voir le sol. Bien évidemment, cet endroit avait tous les défauts de la forêt tropicale. Trop humide, elle sentait déjà sa tignasse s'alourdir chaque minute, se gorgeant de l'eau ambiante. Posant un instant la valise au sol, elle tenta de la relever avec un crayon qu'elle avait trouvé dedans. Son chignon improvisé tenant plus ou moins honorablement, elle reprit sa marche, fouillant systématiquement les endroits très touffus, qui auraient pu servir de nid à une maman dinosaure esseulée.
Et, bien que ce soit le travail de Lance, elle ne pouvait s'empêcher de relever régulièrement la tête au moindre bruit. Même sans un brin de vent, une forêt bien vivante était des plus bruyantes, surtout pour une scientifique paniquée à l'idée de finir en casse-croûte de dinosaure...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 26/12/2016
✗ Appels a l'aide : 89
✗ JGolds : 3850

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Equipe de combat
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Jan - 22:08







On appuie. On parle. J'ose juste espérer que l'on n'en vienne pas à de telles extrémités
, répondit finalement la jeune scientifique sur la question que soulevait Lance au sujet de ses capacités à se servir du communicateur.

Bien, elle n'était pas déjà pas débile à ce point, c'était plutôt rassurant. Mais autre chose désormais vint surprendre -bien qu'il ne le montrait guère- le jeune homme. Venait-elle, à l'instant, de signaler qu'elle espérait ne pas avoir à s'en servir ? Soulignant assurément qu'il s'agirait là qu'un usage extrême ? Bon sang, elle ne devait pas avoir beaucoup d'expérience sur le terrain ! A nouveau, il haussa les sourcils, laissant la jeune femme s'emparer de l'appareil qu'il désigna du doigt.

- Ca ? De telles extrémités ? lança t-il avec un rictus sarcastique à peine visible, on peut aisément tombées sur des situations bien pires où tu regrettera sûrement de ne pas simplement avoir à utiliser ceci pour t'en sortir.

Ca ne devrait pourtant pas être si étonnant de la part de chercheur qui ne sortaient jamais le bout de leur nez de leur laboratoire. Lance s'était plus ou moins attendu à ce genre de réflexion et de sentiment d'insécurité qui pourrait animer les blouses blanches en dehors de leur terrain de travail. Il ne moquait nullement de la crainte que pouvait ressentir Kiwi en ce moment même. Lui même pouvait comprendre qu'on pouvait avoir peur dans un tel endroit. Il s'était juste amusé de ses mots. Nul ne savait ce qui les attendait désormais...

La marche commença, jusqu'à ce que la jeep qui avait conduit ici les deux protagonistes ne disparaisse derrière la végétation. A l'aise et aux aguets, Lance s'enfonçait sans grande difficulté dans la forêt, un oeil sur le GPS, un autre un peu partout, calculant ses pas pour éviter de marcher malencontreusement sur une branche qui risquerait de faire trop de bruit en cassant. Il ne faisait pas vraiment attention à la scientifique qui suivait derrière. Il l'entendait maintenir la cadence et ça lui suffisait, non sans ne pas garder sa langue dans sa poche pour lui faire accessoirement savoir le fond de ses pensées concernant cette mission. Se faire embaucher dans l'unité de combat pour chercher des bouts de coquilles dans la forêt, s'en était presque humiliant. C'était une stupide perte de temps et une prise de risque inutile, tarif à deux personnes qui plus est.

Finalement, le duo arriva dans une petite clairière vierge et visiblement dénuée de toute présence indésirable. Lance restait néanmoins sur ses gardes, parce qu'avec les écailleux, on était jamais trop prudent ! En plus, le jeune homme venait de remarquer qu'un dinosaure avait fait son bonhomme de chemin dans les parages, il y a néanmoins un petit bout de temps déjà. En fait, il pensait que cette dernière précision pourrait rassurer celle qui l'accompagnait. L'effet n'était pas très concluant lorsqu'il entendit celle-ci lui demander :

Et... Vous arrivez à déterminer combien de temps à l'avance qu'un dinosaure approche ?

Lance fit volte-face vers elle. Il ne serait que mentir que de dire que le jeune homme ne s'amusait pas de ce qu'il voyait en ce moment même. Il semblerait que la chercheuse ait vu sa belle répartie se taire, étouffée par la peur qu'inspirait cet endroit. Cela dit, Lance conserva au mieux cette minime satisfaction. Il n'était pas sadique non plus, il pensait juste que la situation aura au moins le privilège de lui clouer le bec même si, avouons-le, c'était un peu le sale caractère de Lance qui avait lancé la première pierre. Cela dit, malgré ce très, trèèèès léger étirement du coin de la lèvre qui signifiait ce ressenti, cela ne dura que quelques secondes avant qu'il ne prenne la question plus au sérieux. Il récupéra alors son sniper, histoire de l'avoir en main au cas où, et reprit la marche en s'aventurant d'avantage dans la petite clairière.

- Je donne pas beaucoup de chance de survie à celui qui ne sait pas le faire, répliqua-il alors.

Ou qui n'était pas accompagné par quelqu'un qui savait le faire. Après, selon l'animal en question, et surtout sa taille, le temps d'avance était très variable. Un t-rex n'était pas aussi discret qu'un compsognathus et certains dinosaures comme les raptors étaient également très doués autant dans la discrétion que dans l'art du camouflage. Néanmoins, ce genre de bestiole affectionnaient les hautes herbes avant tout, il y avait fort heureusement peu de chance de finir sous les griffes énormes de ces créatures. Le jeune homme laissa avant tout le soin à la chercheuse de s'occuper de sa mission : trouver des bouts de coquilles. Lui concentrait avant tout son attention sur les bois environnants, son arme à la main, faisant le tour de la clairière, formant un large cercle autour de la jeune fille, le regard parcourant tout ce qu'il pouvait voir, autant devant son nez qu'au plus loin derrière les arbres. Bien qu'il ne s'y connaissait pas énormément en dinosaure, il avait néanmoins connaissance des monstres encore échappés du parc et certains ne donnaient vraiment pas envie du tout de faire leur connaissance.





_________________




Vidéo de Lance:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 16/10/2016
✗ Appels a l'aide : 313
✗ JGolds : 15778

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Métier : Inséminatrice
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 22 Mar - 18:48

ft Lance Booker

area 4 - La forêt


 
 
 
hauting the ghost of me, hanging out in this world
,like a dragon to his gold
C'était assez définitif : l'espagnole avait véritablement du mal à supporter l'homme-soldat qui devait l'accompagner. Outre ses remarques à l'ironie tout juste camouflée, ses petits sourires en coin, se moquant régulièrement d'elle et de sa peur indicible des dinosaures, parvenaient à énerver au plus haut point la scientifique. Certes, elle n'était pas faite pour le travail de terrain, et ? Elle aurait bien aimé le voir faire une analyse sanguine ou un électrophorèse, le Lance. Avec sa carrure impressionnante et ses mains de rugbyman, il n'arriverait certainement à rien. Tout comme elle dans la jungle.
Résistant cependant à l'idée de lui en faire la remarque, elle encaissa. Elle n'était pas grande gueule, ou en tous cas ne l'était plus depuis de nombreuses années. Le machisme ambiant des milieux de laborantins l'avait vaccinée contre ce type d'énergumène.

Alors qu'il soulignait le fait que savoir prévoir l'arrivée d'un dinosaure était le B.A.-BA de la marche dans la jungle, elle redressa vivement la tête de la souche qu'elle était en train d'inspecter. Ses yeux lançaient des éclairs, tant elle avait eu l'impression de recevoir une insulte.
Dans ce cas, vos prières vont rapidement être exaucées, je ne vais pas faire long feu.
Sans s'étendre davantage sur son incapacité à survivre dans pareil milieu si hostile, la jeune espagnole tourna vivement les talons, au sens propre comme au sens figuré. Après un demi-tour parfaitement contrôlé, elle reprit son exploration méticuleuse des fourrés. Les herbes, humides, mouillaient ses mollets sur lesquels perlaient à présent une multitude de petites gouttes d'eau. Son chignon improvisé lui tirait sur la nuque, à présent qu'il s'était gorgé d'eau comme une éponge. Si ses joutes verbales avec Lance ne l'épuisaient pas à la fin de la journée, le mal de crâne qui s'annonçait s'en chargerait.
Oui, elle regrettait amèrement de ne pas avoir trouvé quelqu'un d'autre pour cette tâche. Elle n'allait définitivement rien tirer de cette balade champêtre.

Cheminant en silence, son œil fut soudain attiré par des éclats calcaires posés au sol. Elle se pencha délicatement, manœuvrant savamment pour que sa jupe ne la gène pas mais continue à cacher ce qui devait l'être. Du bout des doigts, elle écarta les fougères, faisant voleter les spores oranges du végétal autour d'elle. Allons bon, elle allait en plus ressembler à un tableau de Picasso, peinturlurée de la sorte.
J'aurais au moins été porteuse d'une bonne nouvelle aujourd'hui : j'ai trouvé les coquilles.
Cette phrase était destinée autant qu'à elle-même qu'au soldat qui l'accompagnait. Il n'aurait pas à surveiller les environs beaucoup plus longtemps, certainement pour leur plus grand bonheur à tous les deux.
Kiwi déposa la mallette d'acier au sol, pour en sortir une paire de gants et des sachets stériles, dans lesquels elle commença à entreposer soigneusement les éclats de coquille. Elle procédait avec toute la délicatesse possible, souhaitant par-dessus-tout conserver la forme initiale de chaque éclat. Si elle en cassait des morceaux, elle allait avoir du mal à reconstituer l’œuf entier.

Mais sa cueillette fut bientôt perturbée par un tronc d'arbre, plutôt massif, qui était tombé pile sur le nid. Elle tenta - en vain, bien évidemment - de le pousser d'un coup d'épaule. Après avoir ramassé tous les bouts de coquille autour, elle continuait à en distinguer certains, bloqués sous l'arbre mort. Sur un soupir sonore, elle se décidé à demander de l'aide à son accompagnateur forcé. Après tout, ses muscles ne devaient pas servir qu'à faire joli.
Je pense que je vais avoir besoin d'un peu d'aide...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 26/12/2016
✗ Appels a l'aide : 89
✗ JGolds : 3850

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Equipe de combat
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 23 Mar - 21:45







Il ne plaisait pas et il le savait très bien. Il n'était pas sur cette île pour plaire. Il y était pour sauver des vies, rien de plus. Il y gagnait sa vie également mais c'était plus un bonus pour lui désormais. L'époque où il considérait ce qu'il faisait comme un métier était révolue depuis longtemps. Il n'avait plus qu'un but en tête désormais : éviter un nouveau carnage. Evidemment, le plus simple aurait été de fermer définitivement ce maudit parc. Mais il ne pouvait aller à l'encontre de Claire hélas. Si ça ne tenait qu'à lui, il y a longtemps qu'il aurait éliminé tous les dinosaures de cet endroit. Alors qu'il se fasse haïr ou non par Kiwi n'avait pas grande importance à ses yeux. Il n'avait pas du tout l'intention de changer de personnalité simplement pour se faire bien voir ou être apprécier. Mais la scientifique n'aima pas du tout la dernière réplique de son soi-disant protecteur, au point d'interrompre ce qu'elle était en train de faire pour le fusiller du regard.

Dans ce cas, vos prières vont rapidement être exaucées, je ne vais pas faire long feu, lança t-elle aussitôt.

Lance, qui avait déjà fait quelques pas pour inspecter les alentours, s'arrêta pour jeter un œil par-dessus son épaule en direction de la demoiselle.

- Mes prières ? répéta t-il, tu penses que j'espère te voir dévorée ?

Il ne le montrait pas, mais au fond de lui, il se sentit un peu vexé d'une telle remarque. Quelle ingratitude ! C'était quand même lui qui risquait sa vie en attendant pour assurer qu'elle rentre au laboratoire en un seul morceau.

- J'hallucine...S'il n'y a que ça, je peux faire encore plus simple en t'abandonnant ici, répliqua-t-il finalement, démontrant légèrement son ressenti.

Il s'était évité un sarcasme cette fois-ci, jouant sur une ironie loin de servir de plaisanterie. Loin était dans ses pensées de désirer la mort de quelqu'un. Il s'éloigna alors d'elle pour continuer malgré tout ce qu'il était en train de faire, à savoir délimiter son périmètre de sécurité, furetant du regard la moindre parcelle de végétation, son arme bien en évidence et prête à servir au quart de tour. S'approchant un arbre dont le tronc portait d'imposantes marques, l'homme passa ses doigts sur les stries ainsi tracée dans l'écorce, signalant visiblement un passage d'une bonne grosse bête.

J'aurais au moins été porteuse d'une bonne nouvelle aujourd'hui : j'ai trouvé les coquilles.

Formidable, se disait l'américain. Peut-être bien que la mission finirait avant le début des ennuis. Il espérait que la scientifique se hâte un peu pour ramasser ce qu'elle devait, mais après un bref coup d'œil vers elle, il se rendit compte à quel point elle prenait de grandes précautions pour le faire. Ah ces chercheurs et leur doigté si précieux !

- Tu peux te grouiller ? lança t-il finalement sans reposer de regard sur elle, toujours aux aguets, l'œil avisé et l'oreille tendue.

A vrai dire, la patience, ce n'était pas vraiment son point fort.

Je pense que je vais avoir besoin d'un peu d'aide...

- Quoi encore ? soupira l'homme en abaissant son arme d'un air las, tu veux de l'aide pour ramasser tes bouts d'œufs ?

Il fit demi-tour pour rejoindre sa protégée qui se trouvait à moitié cachée par un énorme tronc d'arbre au milieu de la clairière. Il n'y a qu'en arrivant près d'elle qu'il se rendit finalement compte de ce dont elle voulait parler : libérer le reste des morceaux de coquilles coincés sous l'arbre. Il jeta un bref regard à la scientifique, conscient qu'il avait parlé trop vite cette fois-ci. Finalement, il rabattit son sniper sur son épaule avant de se coller au tronc qu'il poussa de toutes ses forces pour le faire rouler sur le côté. Il veilla bien à ce qu'il y ai ce mouvement de rotation, car simplement le faire glisser sur le sol n'aiderait en rien étant donné que les coquilles sous lui allaient glisser également. Les biceps du jeune homme se raidirent, gonflèrent, sous l'effort. Ce tronc, ce n'était pas une brindille ! Pas étonnant que les œufs soient en miettes maintenant. Mais au bout d'un moment, l'arbre céda à la force de Lance et se décala à son bon désir. Il ne s'arrêta qu'une fois le nid bien dégagé, laissant découvrir le triste spectacle d'une multitude de petits morceaux de coquilles.

- Bon sang, fit l'homme accoudé au tronc pour récupérer, et comment ça se fait qu'ils pondent des œufs ces bestioles ? Je croyais qu'il n'y avait que des femelles dans ce maudit parc.




_________________




Vidéo de Lance:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 16/10/2016
✗ Appels a l'aide : 313
✗ JGolds : 15778

✗ Age du personnage : 24 ans
✗ Métier : Inséminatrice
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Mar - 16:50

ft Lance Booker

area 4 - La forêt


 
 
 
hauting the ghost of me, hanging out in this world
,like a dragon to his gold
L’idée que Lance puisse l’abandonner ici, livrée à elle-même, la fit doucement sourire. Mais bien sûr. Elle ne donnait pas cher de son boulot, s’il faisait vraiment ça. Et même de sa liberté, lorsqu’on apprendrait ce qu’il avait fait. Homicide plus ou moins volontaire, il défraierait très vraisemblablement la chronique : « L’homme sans cœur qui abandonne une jeune femme au beau milieu d’un repaire de dinosaures sanguinaires ». Cela ferait du plus bel effet. Et, juste avec ce geste, il réussirait à foutre littéralement toute sa vie en l’air.
A moins qu’il n’en ait cure, ce qui était également une possibilité. Kiwi ne savait rien de lui - et ne souhaitait rien savoir, d’ailleurs - mais elle avait bien compris qu’il n’accordait pas d’importance à grand-chose. La preuve : il ne comprenait pas le but de cette mission, à part ramasser des éclats de coquille. La vérité, c’était qu’avec de simples morceaux, les scientifiques allaient pouvoir retrouver l’espèce, déterminer sa signature thermique, et très certainement la retrouver rapidement. Un dinosaure en moins dans la nature, c’était un danger de moins auquel devait se frotter l’équipe de sécurité. En soit, la généticienne allait protéger la vie de Lance aussi sûrement qu’il protégeait la sienne aujourd’hui.

De plus, l’idée de mourir, seule et abandonnée au beau milieu d’une jungle équatoriale, la répugnait véritablement. Cela attristerait Jeremy, à coup sûr. Et quelques-uns de ses amis. Et sa mère, qui avait assez enterré d’un enfant. Se laisser distancer par l’antipathique soldat n’était donc pas une option. Au cas où, elle relevait régulièrement la tête vers lui. Au cas où il chercherait à s’éloigner discrètement, sait-on jamais.
Malgré le virulent empressement de Lance, l’espagnole n’accéléra pas la cadence pour ramasser les coquilles. Elle faisait aussi rapidement que possible, bien évidemment, plus vite elle sortirait de cette jungle et mieux elle se porterait. Mais elle n’allait pas détruire ces précieuses reliques pour les beaux yeux d’un accompagnateur lunatique.

Il vint l’aider à soulever le tronc, d’abord de mauvaise grâce, bien évidemment. Mais, ayant visiblement compris que pousser de pareilles charges n’était pas dans les capacités de la scientifique et de ses talons, il s’attela à pousser la charge, qui ne résista pas longtemps. Même avec les troncs d’arbre, il avait le dernier mot, c’en était usant à la longue.
Alors que la brune se penchait pour continuer sa cueillette entre les herbes mouillées, elle entendit Lance se plaindre à haute voix de la capacité qu’avaient les dinosaures de l’île à se reproduire. Il n’avait pas tort ; les programmes Jurassic World avaient toujours privilégié la création de femelles, justement pour éviter qu’ils se reproduisent tous seuls.
Vous saviez que chez les pucerons, l’espèce est presque essentiellement constituée de femelles ? Elles se reproduisent par parthénogenèse, elles n’ont pas besoin de mâles. Pour autant que je saches, mes prédécesseurs auraient très bien pu mélanger les T-Rex avec des pucerons, ils ont fait pire…
Malheureusement, une grande partie des documents et des informations sur les spécimens passés avaient disparu lors de la dernière catastrophe du Parc. Et peu de scientifiques qui travaillaient aujourd’hui dans les laboratoires avaient participé au développement du précédent Parc. Les informations dont ils disposaient étaient très limités, et des morceaux de coquille tels que ceux qu’elle s’employait à ramasser étaient précieux pour rattraper ce retard.
Pourriez-vous regarder aux alentours si la mère n’a pas laissé d’autres traces de son passage ? Des écailles, un bout de griffe, ou des plumes si c’est une espèce primitive.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 26/12/2016
✗ Appels a l'aide : 89
✗ JGolds : 3850

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Equipe de combat
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Mar - 22:08







L'idée que Lance puisse l'abandonner ici...N'était même pas envisageable pour ce dernier. Il pouvait proférer cette menace autant qu'il le voulait, il ne parviendrait jamais à la mettre à exécution et pas parce qu'il risquait la prison ou la chaise électrique. Ce n'était rien pour lui. Rien n'était désormais pire qu'un mort de plus sur la conscience. Les mots avaient dépassé sa pensée, comme c'était souvent le cas d'ailleurs. Un vrai sadique aurait déjà agit, laisser Kiwi en plan et faire passer ça pour un accident. Evidemment, Lance ne savait pas du tout à quoi allait servir le ramassage de ces coquilles, et pour dire, il s'en moquait bien. C'était des trucs de scientifiques qu'il ne pourrait pas comprendre. Il était parfaitement conscient de son ignorance dans les trucs un peu trop complexe pour son cerveau limité, sans être stupide pour autant. Ce n'était pas pour rien qu'il avait raté l'école, quitte à se retrouver à moitié analphabète. Il avait survécu dans ce monde rien qu'en travaillant sa détermination et sa force physique. Kiwi était, visiblement, tout le contraire. Enfin, il ne pouvait que supposer puisqu'il ne savait rien d'elle mais la voyant scientifique, il imaginait déjà des études réussites et peu d'expérience dans le domaine de la cruauté du monde. C'était un gros cliché, mais il ne pouvait que se contenter de ça, faute d'en savoir d'avantage. Il ne se risquera pas de lui poser des questions sur ce domaine tel un reporter en mission. Ce n'était certainement pas son genre. Selon lui, la vie d'une personne ne regardait qu'elle. Il avait un certain respect pour préserver l'intimité d'autrui et le sien en premier. Après avoir dégagé le nid du tronc d'arbre, Lance observa un instant la scientifique se remettre en quête des bouts de coquille avant de lâcher sa remarque néanmoins pertinente sur la reproduction non désirée des dinosaures qu'il haïssait tant.

Vous saviez que chez les pucerons, l’espèce est presque essentiellement constituée de femelles ? Elles se reproduisent par parthénogenèse, elles n’ont pas besoin de mâles. Pour autant que je saches, mes prédécesseurs auraient très bien pu mélanger les T-Rex avec des pucerons, ils ont fait pire…

Lance haussa les sourcils. Il n'avait pas la moindre idée de ce dont elle parlait. Parthénogenèse. A vos souhaits. L'ennui avec les chercheurs, c'était que la plupart du temps, ils ne se rendaient pas compte à quel point ils étaient parfois dur à comprendre. Pour eux, il y avait des mots scientifiques évident, que le commun des mortels ne connaissait absolument pas. Mais bon, il avait saisit la suite de l'explication, qui répondit à moitié à sa question au final.

- Non, savais pas, soupira t-il un peu las.

Comment pouvait-il le savoir d'ailleurs ? Pas une fois dans sa vie, il n'avait approché la branche scientifique et entendre Kiwi en parlait ne lui faisait pas regretter cette ignorance. Ca avait l'air barbant à souhait. Il se redressa finalement, s'écartant du tronc, tandis que Kiwi lui demanda :

Pourriez-vous regarder aux alentours si la mère n’a pas laissé d’autres traces de son passage ? Des écailles, un bout de griffe, ou des plumes si c’est une espèce primitive.

- A vrai dire, répondit Lance, il y a des marques de passages par là bas -il désigna l'endroit où les arbres avaient été éraflé- et la bestiole qui est passé par là est d'une taille considérable avec de quoi faire des traces à une telle hauteur, probablement un stégosaure.

Cela dit, rien ne prouvait que c'était la mère des oeufs en question. Peut-être que l'animal était juste passé par hasard. Sur ce, l'homme retourna inspecté les lieux pour voir s'il ne débusquait pas d'autres traces de passage d'un quelconque dinosaure, autre que le premier repéré.





_________________




Vidéo de Lance:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» (maya) "I'm scared of what you'll say so I'm hiding (...)"
» New Contest: Halloween Nabz,the rabbit that makes you scared
» Barbarians of the Scared Lands - 23/03/2013
» Pinball Arcade : scared stiff
» [ESTIM] flippers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: AREA 4 - LA FORET-
Sauter vers: