AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.

Jurassic World Renaissance met à disposition deux places de modérateurs!
Si vous aimez le forum et que vous vous sentez prêts à nous rejoindre dans cette aventure
n'attendez plus et rendez vous dans
ce sujet pour en savoir plus!

JE VEUX ETRE MODERATEUR DE JWR!
Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:

PETITES ANNONCES
CLAIRE DEARING
Vous aimez les liens spéciaux, qui permettent d'apporter des
situations uniques et pleines de surprises dans vos RPS?
Pourquoi ne pas vous laisser tenter par un beau barbu au
caractère peu habituel? Le jeu du chat et de la souris a
commencé, à vous de courir plus vite!
Attrape moi si tu peux!


 :: Archives des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gonna swing | JEREMY

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Invité
Mar 20 Déc - 19:01
Invité

ft jeremy strange

area 5 - les hôtels


   
   
   
'ringing my door bell, i fell the love
,i'm gonna swing
C'était assez amusant, et surtout paradoxal, que Jeremy pense que tout cela leur était arrivé et qu'il pas eu le loisir de choisir. Il semblait diriger parfaitement le moindre aspect de sa vie, comme en témoignaient aussi bien sa tenue impeccable que son intérieur parfaitement ordonné. Il avait une certaine raison du destin que ne partageait pas sa jeune compagne. Elle détestait l'idée qu'elle n'ait pas choisi Jeremy. Il lui convenait parfaitement, et elle lui avait laissé sa chance. Mais si leur rencontre était effectivement le fruit du hasard, l'évolution de leur relation n'était à imputer qu'à leurs actes successifs depuis qu'ils s'étaient rencontrés. Rien de plus.
Elle hocha la tête pour acquiescer à ce qu'il venait de dire. Bien évidemment qu'il avait toute sa confiance. Et depuis un sacré bout de temps, même s'il ne s'en était pas immédiatement rendu compte.
Vous avez entièrement la mienne, mon cher. Et vous l'avez eue avant notre premier baiser, pour tout vous avouer. Peut-être même est-ce grâce aux bonbons.
Elle n'en savait trop rien, mais elle avait effectivement l'impression d'avoir toujours fait confiance à Jeremy. Elle était incapable de dire quand ou comment, mais c'était arrivé, pour reprendre l'expression de son compagnon. Qui, cette fois-ci, s'accordait parfaitement avec ce qu'elle souhaitait exprimer.
Il ne sembla pas plus troublé que ça qu'elle le renverse sur le canapé, et elle l'observa redresser ses lunettes avec tendresse. Elle s'imprégnait de son sourire. Bien qu'elle soit piètre dessinatrice, elle était à présent certaine de pouvoir se souvenir de chacun de ses traits. Pour la première fois depuis des mois, elle avait de fortes chances de se souvenir de ses rêves, surtout s'il apparaissait dedans...
Elle s'installa, s'asseyant à califourchon sur les cuisses de Jeremy pour ne pas l'écraser à un endroit stratégique, comme le ventre ou la cage thoracique. Répondant à ce qui était plus devenu un tic plus qu'une douleur, elle se frotta légèrement l'abdomen, avant d'utiliser sa main pour caresser tendrement le torse de son compagnon à travers la chemise blanche. Elle traçait d'invisibles lignes du bout du doigt, dessinant des formes complexes qu'elle seule pouvait comprendre. Elle plongea son regard dans celui de Jeremy et poussa un soupir sonore.
Je m'étais pourtant jurée de ne plus ja-mais tomber sous le charme d'un collègue... Vous faites disparaître toutes mes bonnes résolutions de façon exponentielle.
Mais elle n'était pas le moins du monde dérangée par cela. Au contraire. Elle lâchait prise et se sentait plus libre. Advienne que pourra, pour une fois dans sa vie elle avait l'occasion de vivre au jour le jour sans décider à l'avance de quoi serait fait son lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 315
✗ JGolds : 13356

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Déc - 20:11




Vous avez entièrement la mienne, mon cher. Et vous l'avez eue avant notre premier baiser, pour tout vous avouer. Peut-être même est-ce grâce aux bonbons.

Jeremy sourit amusé. Ah oui les fameux bonbons ! Avait-il réellement réussit à avoir Kiwi dans ses bras grâce à eux ? Il ne pourrait jamais oublier ce jour où il avait pris la décision de se lancer. Enfin, il ne pouvait pas oublier tout court. Mais en y repensant, il devait se rendre à l'évidence que, malgré sa timidité légendaire et son trac omniprésent face à l'évolution de sa relation avec Kiwi outre l'immense plaisir que cela lui apportait, c'était grâce à cette unique décision audacieuse qu'il avait pu gagner tout cela. Peut-être que Kiwi aurait fait le premier pas un jour ou l'autre, ou pas du tout, il n'en savait rien. Il ne se rendait compte que d'une chose, il avait provoqué tout ça. Peut-être que Kiwi n'aurait jamais pu le connaître autrement qu'en banal collègue si les choses avaient tournés différemment.

- J'ose imaginer que vous avez terminé le coffret depuis longtemps,
répondit le jeune homme avec une pointe d'humour dans la voix.

Connaissant l'attirance de Kiwi pour le sucre, se souvenant comment elle avait dérobé déjà des bonbons alors qu'il venait de lui apporter la boîte, il était convaincu que cette même boîte avait, durant le temps qui séparait les deux jours, été vidée, jetée, triée et recyclée et peut-être même déjà revendue. En ce qui concernait la confiance, ce n'était une surprise pour personne étant donné la facilité avec laquelle le jeune homme donnait sa confiance aux autres. Il avait été un nombre incalculable de fois déçu par autrui suite à cela, mais n'en tirait jamais aucune leçon et poursuivait inlassablement.

Couché sur le dos, bien que confortable sur le divan, Jeremy maintenant son regard fasciné sur la jeune femme qui se tenait sur lui, remarquant le soin de cette dernière à s'installer là où elle ne risquait pas de faire mal ou d'incommoder. Il l'observa avec curiosité alors qu'elle se passa une main sur le ventre durant un court laps de temps. Il en fut intrigué, tandis qu'elle dessina des figures invisibles sur son poitrail du bout des doigts. Il reposa son regard sur Kiwi en entendant son soupire.

Je m'étais pourtant jurée de ne plus ja-mais tomber sous le charme d'un collègue... Vous faites disparaître toutes mes bonnes résolutions de façon exponentielle.

- Vraiment ? répondit le jeune homme, j'ignorais que vous vous étiez lié jadis avec un collègue.

Cela dit, il s'était un peu douté que la jeune fille ait déjà eut un compagnon dans sa vie. Cela se voyait à son comportement et bien que le scientifique n'avait pas beaucoup de connaissance dans ce domaine, il avait bien remarqué que Kiwi avait plus d'aisance, plus d'assurance dans ce genre de relation que lui. Cela ne pouvait pas être sa première fois en ce moment même.





_________________


Vidéo de Jeremy:
 

Voix de Jeremy Wink:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mar 20 Déc - 21:02
Invité

ft jeremy strange

area 5 - les hôtels


   
   
   
'ringing my door bell, i fell the love
,i'm gonna swing
Elle adorait la fluidité de leurs échanges, tellement différente de la gêne qui avait parfois existé entre eux. Comme quoi, quelques baisers et deux ou trois mots doux pouvaient régler nombre de problèmes. L'humanité ferait mieux de s'en inspirer. Des fois que cela permette aussi de régler les conflits internationaux, le monde des Bisounours.
Elle eut un sourire coupable. Oui, elle avait fini la boîte. Et compensé par beaaaaaucoup de piscine, histoire de ne pas culpabiliser. C'était une chose que de se gaver de sucrerie, c'en était une autre de l'avouer à un homme qui nous attirait. Puis en plus, elle s'était assise littéralement sur lui. Qu'il n'aille pas se mettre en tête qu'elle était trop lourde.

Il semblait apprécier ses caresses, ou du moins elles ne le troublait plus trop. Elle le sentait détendu. Il ne se crispait pas sous ses doigts, aussi continua-t-elle son curieux manège, effleurant son torse à travers sa chemise. Elle aimait bien sa manie de se mettre en chemise : le tissu était fin, elle parvenait presque à en faire abstraction.
Elle remarqua bien son air interrogateur lorsqu'elle se frotta le ventre, mais elle décida de ne pas relever. Après tout, peut-être lui en parlerait-elle, peut-être pas... Elle avait surtout peur qu'il prenne son histoire comme une invitation à s'engager et faire un bébé. Ce qui, pour l'instant, n'était pas son intention. Même si elle ne devait pas tarder pour trouver l'homme de sa vie, son unique ovaire resté tout seul ne lui permettrait pas d'attendre encore 10 ans pour fonder une famille.

Il sembla intrigué de son passé sentimental. Elle avait effectivement eu l'occasion de connaître l'amour avant lui. Mais elle comptait bien tout oublier de cette précédente histoire, et comptait sur Jeremy pour l'aider à le faire.
Mon patron, pour être exacte. Du coup, avec vous, je ne réitère pas vraiment la même histoire finalement...
Elle n'avait pas honte ; après tout, c'était le-dit patron qui était venue la chercher et pas l'inverse. Elle avait juste honte de s'être faite mener en bateau pendant toutes ses années, et de n'avoir découvert le pot aux roses que trop tard. Elle n'avait eu personne pour l'aider à surmonter la perte de son bébé. Tout comme elle n'avait eu personne pour surmonter sa rupture, vu qu'elle s'était lâchement enfuie.
Elle s'était débrouillée toute seule, comme une grande. Et c'était certainement de cela qu'elle était le plus fière. Ne souhaitant pas s’appesantir sur ses déboires passés, elle souhaita tout de même apporter une précision à Jeremy. Elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle lui avait sciemment caché la vérité ou pire, menti.
Nous étions fiancés. Mais ne vous inquiétez pas, je n'attends pas autant de vous. Pas tout de suite.
C'était dans la fin de la phrase que résidait tout ce qui importait le plus à la jeune femme. Malgré tout, elle souhaitait que leur relation dure. Pour longtemps. Et elle se promit intérieurement de tout faire pour que ce soit le cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 315
✗ JGolds : 13356

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Déc - 21:33




Le sourire de Kiwi répondit à Jeremy au sujet des bonbons. Le jeune homme le comprit aisément. Elle avait l'air un peu coupable de ce fait. Mais elle n'avait pas à l'être. Jeremy était ravi d'avoir pu lui faire plaisir. Il lui rendit son sourire pour qu'elle comprenne qu'elle n'avait pas à en avoir honte et certainement pas devant lui. Il était bien le dernier être vivant sur terre capable de lui faire un reproche. Et encore. S'il lui avait offert des bonbons, c'était bien pour qu'elle les mange, et peu lui importait qu'elle s'acharne sur la boîte comme une droguée en manque. Jeremy ne notait pas les faits et gestes étranges des gens, puisque lui même était un original dans son genre. C'était les traits normaux d'autrui qu'il considérait avec difficulté. Quelle ambiguïté. Tout ça pour dire que Kiwi aurait pu réellement se jeter sur la boîte qu'il n'en aurait pas été tellement surprit. Pour peu qu'il en retenait, le poids de Kiwi sur sa personne n'était en rien un fardeau, ni même un simple dérangement. Elle avait encore beaucoup à avaler pour prétendre réellement l'écraser.

Jeremy se laissait aisément aux caresses de la jeune femme, s'habituant, minute après minute, à ces doux mouvements qui lui étaient destinés. Il s'adaptait. Il y prenait plaisir. Son seuil de tolérance au contact humain était sorti du zéro absolu et grimpait agréablement, lui offrant de plus en plus d'aise face à Kiwi. Il sentait d'ailleurs cette variation et félicitait intérieurement son cerveau de baisser la pression face à cela, pour le remplacer par une bonne bouffée d'allégresse. Il apprit de la bouche de Kiwi le fait que cette dernière avait eut une relation avec un collègue à elle. A croire que c'était innée chez elle de sortir avec des collègues.

Mon patron, pour être exacte. Du coup, avec vous, je ne réitère pas vraiment la même histoire finalement...

Le jeune homme fronça légèrement les sourcils, décalant un peu sa tête sur le rebord du canapé, sans quitter Kiwi des yeux, avide d'en savoir d'avantage, et ce, dans le seul but de satisfaire sa curiosité. Chose qu'il n'eut pas besoin de demander puisque la scientifique poursuivit :

Nous étions fiancés. Mais ne vous inquiétez pas, je n'attends pas autant de vous. Pas tout de suite.

Une fois encore, les plans d'avenir avaient du mal à se schématiser dans l'esprit du surdoué, trop habitué à vivre le moment présent. Lui fiancé à Kiwi ? C'était encore trop loin pour qu'il s'en soucis, ni même pour qu'il y pense à vrai dire. S'il était toujours avec elle le lendemain, il continuera à être le plus heureux du monde, c'est tout ce qui lui importait. Remettant sa tête à sa position initiale, c'est à dire mieux en face du visage de sa belle, le jeune homme lui demanda d'un naturel profond :

- Que s'est-il passé ?




_________________


Vidéo de Jeremy:
 

Voix de Jeremy Wink:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mar 20 Déc - 22:34
Invité

ft jeremy strange

area 5 - les hôtels


   
   
   
'ringing my door bell, i fell the love
,i'm gonna swing
Elle avait lancé le bâton pour se faire battre en même temps. Bien évidemment que Jeremy souhaitait en savoir plus, et elle ne pouvait pas lui en vouloir de cette curiosité, puisque c'était un trait de caractère qu'il partageait avec elle. En même temps, elle avait fait vœu de franchise quelques dizaines de minutes plus tôt. Cette excès de curiosité de la part de son compagnon la confortait un peu plus dans cette décision. Bien évidemment, ses yeux rivés sur elle et le sentiment que ses caresses lui plaisaient n'y étaient pour rien. Absolument pour rien.
Elle poussa un soupir sonore. Elle n'aimait pas remuer son douloureux passé. Et mine de rien, ça la gênait de parler d'un autre homme à... son nouvel homme. Elle avait fuit le continent américain, elle était à présent débarrassée du fiancé, et elle n'avait pas du tout envie de le rameuter en pensant à lui. Elle se décida pourtant à écourter son histoire pour pouvoir le rassurer.
J'ai toujours travaillé sur un traitement pour le cancer. Il a utilisé une partie de mes découvertes pour une application à la chirurgie esthétique. Ça n'a fait qu'augmenter son immense fortune. Et détruire le fruit de longues années de travail.
Elle arrêta un instant ses caresses pour remonter sa robe, se souciant peu de montrer ses sous-vêtements, elle qui passait des heures en maillot de bain. La cicatrice barrant son flanc gauche était d'autant plus visible qu'elle avait une peau laiteuse. Elle mettrait plusieurs années à se débarrasser de la boursouflure peu esthétique. Et encore plusieurs autres pour réussir à oublier cet épisode de sa vie.
Je l'ai quitté en lui cachant ma grossesse. Mais quelques jours après, j'ai été admise d'urgence à l'hôpital. Grossesse extra-utérine. On a du m'ablater une trompe.
Elle laissa sa robe retomber sur ses cuisses, là où elle aurait dû rester si Kiwi s'était contentée de prendre le thé en charmante compagnie et avait voulu prendre un cours accéléré d'herboristerie avec Jeremy. Malheureusement - ou heureusement ? - pour elle, ses désirs en avaient décidé autrement. Désireuse de trouver un peu de réconfort, elle s'allongea sur le côté, enfouissant son nez dans l'épaule de son homme. Elle respira profondément. Un mélange de lessive et de l'odeur caractéristique qu'elle retrouvait sur la peau tendre de son cou. Exactement de quoi l'apaiser immédiatement. Afin de dédramatiser la situation - après tout si elle avait voulu un public éploré elle aurait écrit un roman à l'eau de rose se terminant mal - elle trouva une dernière anecdote à livrer à Jeremy.
Et je vous trouve... sexy sans vos lunettes. Comme ça, vous savez tout sur mes vices cachés.
Elle était plutôt fière d'avoir opté pour la cachette de la chemise. Elle se voyait très mal lui avouer ça les yeux dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 315
✗ JGolds : 13356

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 20 Déc - 23:43




Jeremy ne se rendait pas compte de la gêne occasionnée. La curiosité faisait partie intégrante de son caractère, le tout mêlé à son incompréhension d'autrui. Autant dire qu'il pouvait aisément manquer de tact sans s'en rendre compte. De toute façon, il était persuadé que rien de ce que pourra lui raconter Kiwi ne risquerait de changer les sentiments qu'il avait pour elle. Une fois encore ne sera pas de trop : Jeremy ne voyait que le présent qui s'offrait à lui. Il n'y avait pas d'avenir, mais il n'y avait pas non plus de passé. Le passé de Kiwi, c'était vraiment pour assouvir sa soif de savoir qu'il désirait l'obtenir, rien de plus, rien de moins. Quoi que pour lui, il voyait tout comme un plus.

Mais quand la jeune femme poussa un long soupire bien distinct, l'homme commença à regretter d'avoir poser cette question. Cela dit, il n'en dit mot et scrutait avec une profonde attention le visage de sa bien-aimée, craignant de voir les lignes fines de son minois se crisper d'une quelconque souffrance aux pensées de son passé. Il n'y décela rien de tout ça. Alors ses prunelles s'enfoncèrent d'avantage dans le regard de Kiwi, comme s'il cherchait à y sonder son âme, toujours en quête d'une âme éventuellement soucieuse ou triste.

J'ai toujours travaillé sur un traitement pour le cancer. Il a utilisé une partie de mes découvertes pour une application à la chirurgie esthétique. Ça n'a fait qu'augmenter son immense fortune. Et détruire le fruit de longues années de travail.

Jeremy n'était pas surprit d'apprendre l'ancien travail de Kiwi. Il se doutait bien qu'une scientifique, restait une scientifique, tout comme lui qui avait jadis travaillé dans un grand centre de recherche. Attentif, l'homme ne lâchait pas sa collègue des yeux, toujours en alerte sur la moindre de ses expressions, mais tout ouïe aussi sur ce qu'elle racontait. C'est alors que la scientifique releva soudainement sa robe. Jeremy aurait pu s'en surprendre de la voir en petite tenue, il était même à deux doigts de dire quelque chose sur la question, embarrassé. Mais son regard heurta tout à coup une cicatrice sur le flanc de Kiwi qui le focalisa directement dessus, délaissant immédiatement cet embarras, le figeant dans son élan.

Je l'ai quitté en lui cachant ma grossesse. Mais quelques jours après, j'ai été admise d'urgence à l'hôpital. Grossesse extra-utérine. On a du m'ablater une trompe.

Jeremy déglutit. S'il avait su que le passé de Kiwi cachait ce genre de chose, il se serait abstenu de lui en demander les détails. Atterré par le récit et ce qu'il avait en face des yeux -même si d'ordinaire, une cicatrice était loin de lui faire cet effet là- le jeune homme dressa un regard peiné vers Kiwi lorsque celle-ci remit sa robe en place. La femme se coucha par la suite à moitié sur le scientifique, enfouissant son visage contre lui. Jeremy n'y voyait plus grand chose de ce beau minois qui se fondait dans sa chemise mais il en observait le peu restant toujours aussi navré. Il dévia un temps son regard dans la chambre, cherchant quoi répondre à tout cela, pétri de regret.

- C-C'est...Je...Ce qui vous ai arrivé est...essaya t-il avant de lâcher un soupire.

Il marqua une pause, relativement courte, avant de reposer les yeux sur le chignon de la scientifique, serrant le poingt, même pas capable de réconforter sa belle.

- C'est pas vrai quel ringard, je crois que j'ai brisé l'ambiance, lâcha t-il subitement au final, mille excuses.

Même si Kiwi pouvait nier qu'elle était malheureuse en ce moment même, l'homme aurait peine à le croire. Lui qui n'oubliait jamais rien, il se doutait que ce genre d'événement pouvaient rester éternellement dans une mémoire de statut normale. De plus, perdre un bébé, pour une femme, ça devait être atroce. Il ne pouvait, encore une fois, que le deviner cela dit. Mais il savait Kiwi sensible, du moins, à ce qu'il avait pu voir depuis le temps qu'il la connaissait. Elle avait de grandes forces en elle, pouvait faire preuve d'un incroyable courage comme d'une couardise incontrôlable. Les épreuves qu'elle avait surmonté dans son passé faisait d'elle quelqu'un d'encore plus fort à ses yeux.

Jeremy décida de laisser un moment de répit à Kiwi pour qu'elle puisse se remettre de cette histoire. Il resta silencieux et immobile tandis que contre son cou soufflait la respiration de la jeune femme. De temps en temps, l'homme se permit un regard vers elle, comme pour voir s'il y avait du changement dans cette torpeur, quelque peu inquiet de la bien-aisance mental de Kiwi en ce moment même. Le silence qui vint faire suite fut relaxant. Jeremy veillait à ce que Kiwi soit la première à en ressentir les effets. Plus d'une fois il avait voulu ouvrir la bouche, mais à chaque fois il se résigna à cette absence de son.

Et je vous trouve... sexy sans vos lunettes. Comme ça, vous savez tout sur mes vices cachés, marmonna soudain la petite voix de Kiwi, toujours cachée dans les plis de la chemise de l'homme.

Jeremy posa aussitôt son regard sur elle. Il était rassuré de la voir aborder à nouveau ce genre de sujet à la fois humoristique et flatteur. Par réflexe suite à l'évocation de ses précieux verres, le jeune laborantin les redressa une nouvelle fois de son tic habituel avec une certaine fierté en lui. Il y tenait vraiment à ses lunettes car elles avaient toujours été son image à lui, ce visage binoclard qu'il voyait dans les miroirs depuis toujours, c'était le sien à lui. Il n'avait jamais eu aucun complexe à porter des lunettes. Et il n'avait pas vraiment le choix non plus, sinon il n'y voyait plus très clair.

- J'en conclus que vous n'en avez pas énormément, commenta t-il en reprenant son sourire qui, cette fois, se voulait réconfortant.




_________________


Vidéo de Jeremy:
 

Voix de Jeremy Wink:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 21 Déc - 0:25
Invité

ft jeremy strange

area 5 - les hôtels


   
   
   
'ringing my door bell, i fell the love
,i'm gonna swing
Elle avait surmonté la maladie de son frère, grâce à sa propension à toujours voir le verre à moitié plein. Au fil des années, cette tendance s'était légèrement inversée, mais Kiwi n'avait jamais baissé les bras. Et actuellement, elle sentait que la présence de Jeremy pourrait lui être bénéfique. Elle était déjà plus espiègle et plus joyeuse lorsqu'elle se trouvait non loin de lui, tout un panel de qualités dont la scientifique n'avait pas fait preuve depuis longtemps. L'innocence de l'homme-enfant qu'il était réveillait à son tour la jeune fille joueuse et bavarde qu'elle avait été. Petit à petit, elle sentait qu'elle était en train de changer. Et de changer en bien. Une sorte de déclic avait eu lieu, l'autorisant à ouvrir la boîte de Pandore pour en sortir les avantages et y laisser tous les inconvénients.

Son but n'avait pas été de peiner son compagnon. Simplement de lui avouer la vérité. Après tout, ils s'apprêtaient à passer beaucoup de temps ensembles. Elle avait gardé la bague de fiançailles, rangée quelque part dans un tiroir. Elle n'avait pas eu le courage de s'en débarrasser avant. Mais elle rêvait de plus en plus de la jeter à la mer, loin d'elle, dans cette mer d'azur qui était son élément. Un jour, elle parviendrait à le faire. Et avec Jeremy à ses côtés, elle était certaine que ce jour arriverait plus vite que prévu.
Mais elle sentait bien que cette énumération de malheurs avait peiné son homme. Alors qu'elle était partie chercher refuge sur son épaule, il tenta en vain de chercher ses mots, avant de lancer ce qui devait être l'équivalent d'un juron dans le langage Jeremyen. Elle eut un petit rire devant le désarroi dont il semblait habité. Avant de le rassurer d'un baiser dans le cou, juste à la base du col de sa chemise, et d'une ou deux phrases rassurantes.
Vous êtes en droit de tout savoir de moi. Même le moins gai.
Puis elle reprit sa position de petite fille, planquée, loin du monde et de tout ce qui n'était pas Jeremy. La respiration apaisée, elle profitait du silence revigorant que son collègue lui offrait. C'était peut-être aussi cela qui lui plaisait chez lui : sa capacité à savoir placer des silences opportuns. Il la laissait reprendre ses esprits à son rythme. Il lui laissait le choix de quand elle déciderait de s'ouvrir à nouveau à lui.
Elle retrouva peu à peu son esprit vif, et s'amusa à continuer à le complimenter outrageusement. Elle le sentit se tourner vers elle et elle ouvrit les yeux pour pouvoir le regarder elle aussi. Elle eut un deuxième petit rire étouffé suite à la réflexion de Jeremy. Oh si. Elle en avait encore plein. Mais pas aussi graves que le fait de le trouver sexy sans lunettes.

Le réflexe qu'il eut de redresser ses lunettes lorsqu'elle évoqua cette partie de son physique attendrit l'espagnole au plus haut point, lui créant un sourire dégoulinant de... sentiments. Divers et variés. Mais complètement transi d'affection pour ce charmant porteur de lunettes. Elle ferma à nouveau les yeux et chercha à tâtons la main de son homme. Une fois son trésor trouvé, elle la serra dans la sienne, ravie de ce contact, pourtant simple, mais rassérénant au plus haut point.
J'en ai toujours plus que vous... Car vous me semblez dépourvu de tout vice, mon chéri...
Sa langue avait fourché, et avait visiblement refusé de l'appeler "Mon cher" comme elle avait tenté d'en prendre l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 315
✗ JGolds : 13356

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Déc - 1:07




Le rire de la jeune fille devant l'air décontenancé de l'homme attira à nouveau l'attention de ce dernier alors qu'il s'insultait lui-même, si on pouvait dire ça comme ça. En vérité, il y avait très peu de chance que Jeremy sorte un jour une réelle insulte. Même les injures restaient tirées dans un langage soutenu, poli, sans excès et en général, il s'en servait plus sur lui même que sur les autres. D'ailleurs, quand il s'en servait pour désigner autrui, ce n'était jamais en face de la personne concerné. Jeremy exprimait extrêmement peu sa colère. La plupart du temps, il se contentait de fuir la source de son mal-être, bouillonnant intérieurement, et ne lâchant qu'un mot ou deux pour désigner de façon pessimiste cette même source. Le plus souvent, la colère de Jeremy était mêlé de tristesse. Cela dépendait des situations. Il n'était pas impossible qu'il soit réellement énervé, mais les cas restaient très rares. Si un jour l'homme devait sortir de ses gonds, c'était que la situation était vraiment grave.

Pour ce cas là, Jeremy n'était ni triste, ni en colère finalement. Il avait juste des regrets et se sentait stupide. La honte, ça le poussait aussi à se disgracier lui-même. Au moins ça en faisait rire une. Mais rien de tel que ce rire cristallin pour soulager la conscience de l'homme a qui il fut octroyé un nouveau baiser dans le cou. Jusque là, c'était surtout -voir uniquement- Kiwi qui se permettait de telles démonstrations d'affection et d'amour. Jeremy n'en avait toujours pas le réflexe. Il se promit intérieurement de faire des efforts à l'avenir. De toute façon, ça devrait arriver tout naturellement, autant que le baiser qu'il avait eu le cran de prendre de lui même tout à l'heure.

Vous êtes en droit de tout savoir de moi. Même le moins gai.

Jeremy hocha nerveusement la tête.

- Même si vous le concevez...
répondit-il, je tolère difficilement que vous ayez de la peine pour quoi que ce soit et...Je suppose que me raconter tout ceci vous a un minimum plongé dans l'inconfort. Est-ce le cas ?

Tout ce qui touchait à Kiwi désormais était susceptible de l'inquiéter, ou de lui plaire, évidemment. Le jeune scientifique était une personne de nature très attentionné. Même envers ceux qui ne l'aiment pas, alors pour Kiwi, il était aux petits soins constamment. Le moindre malaise discernable sur le visage de la jeune femme serait immédiatement repéré par l'homme. Lorsque Kiwi parla de vices, après un long, imposant et fort agréable silence, elle se mit à rire une nouvelle fois aux paroles de l'homme. A croire que tout ce qu'il disait était amusant pour elle. Enfin, il préférait ça plutôt que de la rendre malheureuse en lui forçant à faire resurgir le passé. Kiwi riait de plus en plus, il en avait l'impression. Elle n'était pas de nature si joviale au départ de leur relation. Elle semblait s'ouvrir comme une fleur au fur et à mesure que le temps passait entre les deux. Elle paraissait plus épanoui, plus joyeuse, plus relâchée, de la même manière que Jeremy s'ouvrait prudemment aux contacts humains.

Après avoir touché une énième fois à ses lunettes, le jeune homme tourna un sourire à Kiwi, qui le contemplait comme s'il était une glace à la guimauve. Il garda les yeux sur elle lorsqu'elle ferma à nouveau les siens, toujours souriant, agrandissant même un peu plus ce sourire d'ailleurs car il ne trouva rien de plus passionnant à regarder que le minois de Kiwi avec les yeux clos, si serein. Son attention se dévia néanmoins lorsqu'il sentit la main de la jeune fille se promener sur lui, visiblement à la recherche de quelque chose. C'est alors qu'elle lui prit la main. Jeremy sentit aussitôt la délicatesse de ses doigts fins, de cette peau lisse et sans défaut qui pressa sa main d'une douce étreinte.

J'en ai toujours plus que vous... Car vous me semblez dépourvu de tout vice, mon chéri...

Il aurait pu s'en vanter. Si son cerveau n'avait pas tilter sur ce nouveau surnom affectueux qu'il n'avait, jusque là, entendu que dans les films. Et encore, il regardait rarement de films. Les seules fois où il allumait sa télévision, c'était pour les informations ou des documentaires à la limite, voir des jeux télévisés qui se savait capable de gagner très facilement.

- V...Vous n'en avez pas pour moi,
répondit-il doucement, vous représentez la personnification de la perfection à mes yeux.




_________________


Vidéo de Jeremy:
 

Voix de Jeremy Wink:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 21 Déc - 1:40
Invité

ft jeremy strange

area 5 - les hôtels


   
   
   
'ringing my door bell, i fell the love
,i'm gonna swing
Elle ne se formalisait pas du fait que Jeremy ne soit pas très démonstratif. Il était de nature timide, et ne savait strictement pas comment se débrouiller avec les femmes ; il était donc tout pardonné. Puis il acceptait les baisers et les caresses de Kiwi sans broncher, y montrant même une sorte de satisfaction. Cela suffisait à la jeune femme. Il était là, c'était le plus important.
Il semblait réellement effrayé à l'idée de la peiner. Pourtant, il n'avait ni volé ses recherches ni poussé ce fœtus un peu trop loin de l'utérus, et il n'était en rien responsable de ses précédents. Evidemment, les ressasser plongeait l'espagnole dans un savant mélange de mélancolie et de tristesse - après tout elle avait aimé son ex-fiancé et s'était extasiée de la petite vie qui grandissait en elle - mais elle n'en souffrait pas. Elle était, pour ainsi dire, habituée.
Quoi qu'il advienne, vous êtes capable d'éloigner la peine mieux que quiconque. Et si pour me consoler vous usez de vos fantastiques baisers, je pourrais même prendre plaisir à être peinée de temps en temps !
L'idée était bonne : faire semblant d'être triste pour être consolée par son homme. Elle doutait cependant que le-dit homme morde longtemps à l'hameçon, il avait déjà un sens aigu de la vérité et arrivait souvent à savoir lorsque Kiwi mentait. Mais elle pouvait toujours essayer. Tout ce qui donnait des bisous et des câlins était bon à prendre, surtout pour la grande romantique qu'elle était.
Elle attrapa la main de son compagnon, et commença petit à petit à la caresser du bout du pouce. C'était simple, mais indéniablement agréable pour elle. Et certainement pour lui aussi, vu qu'il lui laissait volontiers sa main en otage.
Elle rosit légèrement. C'était fou cette capacité qu'il avait à ne voir que la bonté, que ce soit chez elle ou chez n'importe qui. Même le pire défaut se transformait aisément en la plus précieuse des vertus pour Jeremy. Il avait en lui une gentillesse hors du commun, que même des années de brimades à cause de sa douance n'avaient pas entachée. Il était encore pur et innocent, dans tous les sens du terme. Ignorant de la cruauté même de certains êtres humains.

Elle glissa sa deuxième main dans ses cheveux pour enlever le crayon qu'elle avait coincé dedans pour tenter de se coiffer. Avec tous leurs câlins, la pseudo-coiffure avait été mise à mal, et elle sentit sa chevelure presque sèche se répandre autour d'elle en boucles folles. Elle ouvrit un œil pour jeter le crayon sur la table basse, qu'elle réussit à viser correctement, lui attirant un sourire victorieux. Elle n'avait pas tout perdu de ses années de basket, quand même !
Elle profita de ne plus avoir ses cheveux entravés pour se blottir plus confortablement contre son homme, se servant de l'épaule de Jeremy comme un oreiller chauffant, ni plus ni moins. Le silence s'était réinstallé entre eux deux et petit à petit, à mesure qu'elle s'endormait, elle sentait que ses tendres caresses sur la main de Jeremy se faisaient plus lentes, plus rares...
Rarement un tel sentiment de plénitude l'avait habitée.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 315
✗ JGolds : 13356

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Déc - 12:33




Quoi qu'il advienne, vous êtes capable d'éloigner la peine mieux que quiconque. Et si pour me consoler vous usez de vos fantastiques baisers, je pourrais même prendre plaisir à être peinée de temps en temps !

Prendre plaisir à être peinée, c'était si contradictoire cette phrase que Jeremy ne pu contenir un sourire amusé avant d'en faire la remarque :

- Ce n'est pas logique, déclara t-il amusé.

Il put à nouveau constater avec une réelle facilité le fait que Kiwi était pourvu d'un humour qu'elle n'avait pas peur d'user. Pour l'homme, l'humour était quelque chose d'important et une qualité non négligeable de sa compagne, même si lui-même ne l'utilisait pas énormément, du moins pas volontairement car il n'avait pas l'air d'avoir besoin de faire preuve d'humour pour amuser la jeune femme. Si elle n'était pas ici, en tant que bien aimée, contre lui, il aurait sans doute pris les nombreux rires qu'elle avait pour de la moquerie, comme beaucoup en usaient au laboratoire. Néanmoins, il avait parfaitement saisi ce que Kiwi avait en tête à ce moment-là. Le regard penché vers la scientifique, il tira un peu sur la nuque, avançant sa tête vers la sienne, le sourire aux lèvres qu'il déposa sur celles de sa dulcinée. A nouveau, il parcouru dans la tendresse la plus extrême la bouche de sa compagne, s'enivrant de son goût et de sa texture dans un délicat baiser, fermant les yeux au passage pour mieux ressentir au fond de lui les effets bénéfique du plaisir ainsi accordé.

- Aies-je acquis une victoire sur votre mélancolie ?
susurra t-il à sa belle avec le sourire.

A nouveau, Jeremy parvint à rendre Kiwi quelque peu pivoine. Au début, il pouvait mettre ça sur le compte qu'ils n'étaient pas forcément proches et qu'elle avait dès lors droit à une batterie de compliment de la part de l'inconnu qu'il était. Mais là, même malgré l'avancée de leur relation, le scientifique pouvait être fier de constater qu'il parvenait à refaire le même effet. Il pouvait presque s'en vanter. Lui-même avec sa grande timidité ne rougissait pas énormément au final. Chez lui, ce genre d'embarras émotionnel se traduisait plus par ses lèvres pincées, des mains qui s'entortillaient entre elles, des sourires béats ou encore des regards fuyants.

Après quoi, Kiwi se décoiffa, libérant sa chevelure de l'emprise du chignon. Ses cheveux étaient quasiment secs, sauf peut-être par endroit, condensé par le chignon qui n'avait pas permis à l'air ambiant de sécher tout ça. Jeremy la regarda faire et son visage suivit la trajectoire du crayon qui atterrit sur la table basse juste à côté. Il roula un peu dessus avant de se stopper, permettant à Kiwi de réussir son coup. Il retourna un sourire à la jeune femme qu'il trouvait magnifique avec ou sans chignon. Elle pouvait s'adonner à toutes les coiffures possibles et imaginables qu'elle resterait splendide à ses yeux.

Elle l'était tout autant lorsqu'elle cacha ses prunelles à nouveau derrière ses paupières. Le jeune homme pouvait rester des heures à la dévorer ainsi du regard. Petit à petit, il sentit de plus en plus le corps de la jeune fille s'abandonner complétement, au relâchement le plus total, cessant même cette petite caresse du pouce qu'elle lui faisait depuis quelques minutes à la main. Devant sa respiration plus lente, le jeune homme attendri se refusa à faire le moindre geste de peur de la déranger. Il pouvait comprendre sa fatigue. Il était plus de minuit. Sa position actuelle était loin de le déranger. Il était tellement bien affalé sur ce canapé, avec Kiwi lovée contre lui.

Mais même s'il lui semblait que la Terre s'était arrêtée de tourner, que le temps s'était stoppé, cela ne restait qu'une impression. Car sur une pendule accroché à un mur de la pièce, les aiguilles continuaient leur lente ronde, chiffre par chiffre. Jeremy ne voulait pas réveiller Kiwi, bien qu'il se disait qu'elle serait peut-être mieux dans sa chambre. Mais doucement à son tour, il ne pouvait garder les yeux ouverts bien longtemps et sombra presque aussi facilement qu'elle. Ce n'était pas difficile pour un cerveau en permanence au travail de quitter la journée. Jeremy n'avait jamais été insomniaque de toute sa jeune vie. Il avait, au contrait, un sommeil aisé et très profond. Peut-être un peu trop car s'il pouvait se vanter en journée d'avoir la mémoire d'un disque dur, la nuit lui paraissait vide d'animation car il avait la sensation de ne pas rêver. En réalité, comme tout être humain, et même être vivant, il rêvait. En revanche, il ne s'en souvenait jamais le lendemain. C'était bien la seule chose que son esprit oubliait, et oubliait à chaque fois sans faillir, peut-être trop surchargé par tout le reste.



_________________


Vidéo de Jeremy:
 

Voix de Jeremy Wink:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 21 Déc - 15:30
Invité

ft jeremy strange

area 5 - les hôtels


   
   
   
'ringing my door bell, i fell the love
,i'm gonna swing
Bien évidemment que Kiwi n'était pas logique, c'était une femme. Elle n'aimait rien de plus que la demi-mesure et les paradoxes. Bien que cela ne lui soit pas spécifique, elle avait bien conscience que chez elle c'était particulièrement exacerbé. Mais cela ferait du bien à l'esprit cartésien de Jeremy de fréquenter un peu d'illogique. Tout n'était pas noir ou tout blanc, et le moins que l'on pouvait dire, c'était qu'avec l'espagnole, il allait clairement en voir de toutes les couleurs.
Lorsqu'il l'embrassa, elle lui rendit avec passion son baiser, oublieuse du monde autour d'elle. Elle se permit un grand sourire presque gêné lorsqu'il lui demande si son baiser avait eu l'effet escompté. La réponse était bien évidemment oui, et bien plus encore !
Vous l'avez même terrassée...
Se blottissant confortablement contre lui, elle sentit clairement le sommeil venir à elle. Mais elle n'eut ni la force ni le courage de se lever pour regagner ses pénates. Elle était confortablement installée, et elle s'endormit sans même s'en rendre compte, sombrant rapidement dans un sommeil profond et réparateur.

Elle se réveilla en douceur, habitée par une agréable sensation de chaleur. Tout d'abord étonnée - elle ne se souvenait pas avoir sorti sa couette de son placard pourtant - elle reprit rapidement ses esprits en sentant qu'une seconde la berçait. Ce n'était pas la sienne, elle était bien trop lente, et la jeune femme savait que malgré sa petite taille, elle respirait rapidement, signe qu'elle ne remplissait que peu ses poumons. Ce qu'elle entendait c'était une respiration profonde, paisible. Et elle se permit un sourire ravi lorsqu'elle se souvint qu'elle s'était endormie contre son compagnon.
Les lumières étaient encore allumées, signe qu'il s'était endormi près d'elle sans se relever. Cela étonnait la brunette, mais la ravissait en même temps. Elle jeta un coup d’œil à l'horloge. 2h 35 du matin. Comme d'habitude, elle avait un sommeil entrecoupé de brèves périodes d'éveil. Pourtant, elle avait l'impression d'avoir goûté à un vrai sommeil réparateur, même s'il n'avait que peu duré.

Elle se redressa tout en douceur et posa sa tête sur sa main, le coude appuyé sur le canapé. Jeremy étant endormi, elle avait là toute l'occasion de le reluquer sans qu'il n'en soit gêné. Il avait gardé ses lunettes, un signe supplémentaire pour la jeune femme ; il n'avait pas voulu la réveiller et avait souhaité rester avec elle. Un sourire doux s'étendait sur son visage. Observer ainsi son homme endormi lui procurait un réel sentiment de bonheur. De plénitude.
Mais elle ne pouvait se permettre de rester. Le canapé n'était déjà pas bien large, et elle connaissait sa propension à bouger pendant la nuit. Jeremy ne tarderait pas à se retrouver par terre si elle dormait avec lui sur un divan aussi exigu. Avec toute la délicatesse et la lenteur dont elle était capable, elle se leva, escalada son homme et se retrouva debout sans qu'aucun changement notable ne soit intervenu dans le rythme de la respiration du scientifique. Avec un peu de chance, elle ne l'avait pas réveillé.

Elle jeta un œil autour d'elle, et s'empara de la couverture qui couvrait le fauteuil. Elle la déposa tendrement sur Jeremy pour lui faire un drap de fortune, et prit toutes les précautions possibles et inimaginables pour lui ôter ses lunettes. L'opération réussie, elle se surprit à le dévorer des yeux encore de longues minutes, en silence.
Puis, enfin, elle se leva, lui laissa son crayon en otage bien en évidence sur la table de nuit, et s'éclipsa sur la pointe des pieds. En sortant, elle pensa à éteindre les lumières pour permettre à son homme endormi d'avoir un sommeil convenable, sans agression lumineuse.
Elle passa la porte sans un bruit, la referma tout aussi délicatement, et se dirigea lentement vers sa propre chambre, regrettant déjà d'avoir quitté son cher et tendre si rapidement...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 315
✗ JGolds : 13356

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 21 Déc - 15:44
RP CLOS

_________________


Vidéo de Jeremy:
 

Voix de Jeremy Wink:
 



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Présentation de la petite dernière : Let's Swing
» Le rêve européen de Jeremy Rifkin
» [Paris By night] Abel - personnage de Jeremy
» Diablo Swing Orchestra
» Cor de chasse - Left Swing

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance :: Archives des Rps-
Sauter vers: