AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.

Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES

LES PREDEFINIS DE JWR
Vous aimez avoir des liens importants dès votre arrivée
et vous souhaitez que votre personnage puisse accomplir de
grandes choses sur JWR? Pourquoi ne pas opter pour un de nos prédéfinis?
Ils sont cools, et vous apporteront une aisance en jeu à ne pas négliger!
Pour les voir de plus près:
Liste des prédéfinis


 :: Archives des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Thinking out loud | JEREMY

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Déc - 21:15



La famille, ce n'était pas vraiment un thème que Jeremy connaissait. En fait, comme toute relation humaine, ça sombrait dans le domaine du flou avec lui. Fils unique, il ne savait pas ce que c'était que d'avoir une fratrie et il n'eut aucun camarade dans sa vie capable de lui faire comprendre ce qu'était un frère. Ses parents l'ignoraient tout autant que le monde l'ignore maintenant. Ils s'occupaient de lui, certes, mais sans plus. A vrai dire, peut-être même étaient-ils las d'avoir un enfant. Un enfant qui travaillait mal au départ en plus. La douance de Jeremy découverte, les choses avaient changé mais l'enfant, à ce stade, avait déjà compris que ce n'était que par intêret qu'il était désiré. Lorsqu'il fut placé chez sa tante, une femme aimante mais qui n'avait pris Jeremy que par générosité, le jeune surdoué avait d'or et déjà commencé à s'isoler de lui-même. Lorsqu'il prit son envol, il ne revit plus personne et personne non plus ne chercha à le contacter. Pour Jeremy, la famille était le passé. Un souvenir d'enfance, qui n'avait plus de raison d'être une fois adulte. Un simple cercle d'entourage pour aider aux premiers moments de sa vie jusqu'à ce qu'on puisse se débrouiller par soi-même. Un peu comme chez les animaux en fin de compte. Après, elle devenait une parfaite inconnue.

J'ai passé ces 6 dernières années aux Etats-Unis. J'avais peut-être un peu perdu l'habitude, mais il est certain que je préfère nettement ce climat.

Jeremy sourit. Malgré le fait que la jeune femme ai passé autant de temps aux Etats-Unis, elle n'avait pas perdu d'un poils son appartenance espagnole. On reconnaissait très bien d'ailleurs cette origine en elle. Elle était fière et c'était un trait caractéristique des habitants de la péninsule ibérique. Bien que l'île ne représentait pas le climat de l'Europe du sud, elle s'en approchait plus que les quatre saisons de l'Amérique du Nord. Pour Jeremy, le climat des grandes villes ne lui manquait pas mais il pourrait parfaitement s'y réadapté s'il devait y retourner. Ce qui n'était pas prêt d'arriver car il adorait la vie sur cette île, quand bien même elle était infesté de dinosaures ! Il avait peut-être un peu trop confiance dans les structures sécurisées.

Je vois très bien. Je n'ai toujours connu que ma mère.

- Qu'en était-il de votre père ? demanda le jeune homme.

Soudain, le cri d'un dinosaure retentit quelque part. Jusque là, rien de très surprenant ici. En revanche, ce à quoi Jeremy ne s'attendit pas fut le brusque mouvement de panique de sa collègue qui poussa un hurlement aigue tout en le bousculant en s'écartant brusquement sur le côté.

- Mademoiselle Alvaro...euh, Kiwi ?! s'étonna le jeune homme en parvenant néanmoins à garder son équilibre malgré les deux pas de travers à cause de la collision avec la jeune femme qu'il eut le reflexe de soutenir malgré tout au cas où cette dernière chuterait dans sa crise d'angoisse.

Il redressa ses lunettes sur son nez, ce qui, pour une fois, fut un peu nécessaire à cause du choc provoqué involontairement par la scientifique. Celle-ci se redressa, le regard fuyant et probablement honteuse de ce qui venait de se passer tandis que Jeremy l'observait avec une pointe d’inquiétude.

- Tout va bien ? demanda t-il.

Très vite, les yeux du jeune homme se baissèrent au niveau de la main de sa collègue, au moment même où cette dernière tenta de calmer vainement ses clonies, ce qui accentua quelque peu son inquiétude.

- Vous tremblez...? constata t-il avant de redresser ses prunelles sur elle.

Lo siento... Je ne supporte pas ces animaux, ils sont bien trop effrayants pour moi.

Jeremy considéra un instant sa collègue avant de répondre :

- Dans l'enceinte sécurisée, il ne peut rien vous arriver, assura t-il.

Il marqua une pause durant laquelle il cogita un instant, avant de lui demander :

- Si je peux me permettre Kiwi...Pourquoi ? Pourquoi travaillez-vous sur cette île malgré la peur visiblement inéluctable que vous inspirent les dinosaures ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 10 Déc - 17:21
Invité

ft jeremy strange

area 6 - restricted area


   
   
   
your soul could never grow old, it's evergreen
,thinking out loud
Lorsque Jeremy lui posa une question sur son père, la jeune femme eut un rire rauque. Profond. Et surtout amer. Cet homme n'était rien pour elle. S'il avait été un jour un bon père, la totalité de ses bonnes actions avaient disparues de la mémoire de la jeune fille lorsqu'il avait déserté la maison. Bien malgré elle, pourtant rarement violente, elle ne put retenir le mépris qui l'envahissait à chaque fois qu'elle parlait de son géniteur. Mépris qui se ressentit jusque dans sa voix.
Il est parti de la maison, j'avais à peine 2 ans. Il a du considérer qu'une femme et deux jumeaux, c'était finalement trop de responsabilités pour lui. A mes yeux, il était simplement lâche.
Elle avait plus souffert de l'absence de son père qu'elle ne voulait bien le croire. Ou le laisser croire. Mais elle ne s'était jamais abaissée à regretter la figure paternelle. Sa mère et son frère avaient amplement suffit à son épanouissement.

Lorsque le cri retentit et qu'elle se laissa aller à la panique, Jeremy tenta de la stabiliser, histoire d'éviter qu'ils ne se retrouvent tous les deux les 4 fers en l'air. Elle se rattrapa tant bien que mal, et parvint à se stabiliser malgré ses jambes flageolantes. Elle était très très très peu fière d'elle. Et lorsqu'elle aperçut son compagnon de marche redresser ses lunettes, qui s'étaient inclinés à un angle peu appréciable pour la vision, ses joues prirent une couleur rouge pivoine.
Dire qu'elle avait honte aurait été un doux euphémisme. Elle en tremblait, et le scientifique, qui n'avait visiblement pas ses yeux dans sa poche, l'avait bien remarqué. Afin de couper court à toute discussion, elle fit passer ses deux mains derrière son dos. Plus de preuve, plus d'accusation.

Il tenta de la rassurer en lui rappelant qu'ils étaient suffisamment près des hôtels pour se trouver dans la zone sécurisée, surveillée 24 heures sur 24. Mais, aux yeux de l'espagnole, une montagne de plusieurs tonnes de muscles, de griffes et de dents n'avait cure de quelques caméras, et d'un ou deux murs de béton. Au fond, elle se mettait presque à penser que si les dinosaures s'étaient éteints, c'était pour une raison précise. Sans les dinosaures, l'Homme avait pu naître. Avec les dinosaures, l'Homme était amené à disparaître. C'était aussi simple que ça.
Et, en vivant sur cette île, Kiwi aurait le privilège de faire partie des premiers hommes qui devraient se battre et perdre contre les géants reptiliens. Mais elle n'arrivait pas à s'en sentir fière.

Lorsque Jeremy lui demanda ce qu'elle était venue faire ici, elle n'eut pas la force de lui répondre immédiatement. Au bout d'une ou deux minutes sans entendre le moindre grondement de dinosaure, elle parvint enfin à calmer le tremblement intempestif de ses mains, et réussit même à maîtriser sa voix. Presque intégralement.
Je... Je connaissais Eloïse depuis plusieurs années. Elle m'a offert ce travail. Je n'ai pas pu refuser. Je pensais... que je m'y habituerais.
C'était vrai, en soit. Même si cela sonnait comme un énorme mensonge par omission pour elle. Et ça la rendait tout sauf fière. Elle-même avait insisté pour que Jeremy ne lui cache pas ce qu'il souhaitait lui dire. Et à présent, c'était elle qui cherchait une porte de sortie en déblatérant des banalités lorsqu'il lui posait une question un tant soit peu gênante.
Elle fit un pas, puis deux. Bouger lui permettait d'évacuer la tension qui s'était installée dans chacun de ses muscles. Elle lâcha un rire qui sonna affreusement faux.
Mais il faut croire que je suis bien que chochotte que ce que je pensais...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Déc - 18:53



Le rire étrange qu'eut la jeune femme sonna mal dans les oreilles du jeune scientifique. Ce rire au ton hypocrite, haineux, ça n'allait pas du tout au visage poupin et innocent de sa collègue. C'était presque effrayant de la savoir capable de mépris de ce genre. Il regretta aussitôt d'avoir abordé le sujet. Il sentait bien que ça passait mal en travers de la gorge de Kiwi et aurait peut-être préféré qu'elle ne réponde pas. Pas avec ce ton méprisant, vengeur, même si le jeune homme voulait vraiment savoir de quoi il retournait en vérité. De ce fait, il garda le silence durant la réponse de la jeune femme.

Il est parti de la maison, j'avais à peine 2 ans. Il a du considérer qu'une femme et deux jumeaux, c'était finalement trop de responsabilités pour lui. A mes yeux, il était simplement lâche.

Elle n'avait donc vécu qu'avec un seul parent et un frère.

- Cette séparation est un point commun que nous partageons, un peu près, répondit-il très simplement comme si le propre divorce de ses parents ne lui faisait ni chaud ni froid.

Et c'était vrai. Jeremy avait grandi entre deux parents séparés. Pour lui, il n'y avait rien de plus normal que ça. Mais contrairement à Kiwi, il avait toujours connu les deux. Ils vivaient simplement séparément. De toute manière ça ne changeait rien pour eux qui n'avaient d'yeux que pour leur propre intérêt. Il n'était pas difficile de savoir pourquoi ce couple n'avait pas abouti. Rien ne l'atteignait quand il s'agissait de famille. Peut-être que les choses auraient pu être différente s'il avait grandi dans une famille unie, aimante, bien entouré. Là oui, il aurait connu le contact des autres, le partage avec une fratrie, l'amour des parents, bref, le genre de bonheur que tout enfant devrait connaître et que la majorité en général connaît afin de pouvoir s'épanouir dans la vie. Jeremy n'avait pas eu cela et par conséquent, ne s'était pas ouvert comme une fleur. Au contraire, il avait bâti une coquille autour de lui. Mais pour Kiwi, qui semblait très proche de sa mère, avait dû avoir cet amour inconditionnel, bien qu'elle devait subir un poids dans son coeur à cause de son père. Pour Jeremy, haïr ses parents était presque aussi inconcevable que de devoir les aimer.

Lorsque la scientifique perdit ses moyens suite au cri d'un saurien, Jeremy tenta tant bien que mal de la garder sur ses jambes. Il pu ainsi se rendre compte à quel point cette femme n'était pas dans son élément sur cette île. Jusque là, il ne s'en était jamais aperçu. Il ne pensait pas que Kiwi cachait en elle tant de crainte vis à vis des dinosaures. Ce n'était pas ce à quoi on pensait tout de suite en rencontrant quelqu'un en charge d'en créer. Bien que Kiwi avait tenté de cacher cette peur, notamment en planquant ses mains parcouru de tremblement dans son dos, le scientifique n'était pas dupe et Kiwi était soudainement devenu à ses yeux un phénomène inexplicable. Désireux de trouver une réponse adéquate à cela, l'homme lui demanda directement ce qu'elle faisait ici puisqu'elle n'y était pas à l'aise. Il resta patient face au silence de sa camarade mais ne la lâchait pas du regard, même quand celle-ci reprit doucement la marche d'un pas mal assuré.

Je... Je connaissais Eloïse depuis plusieurs années. Elle m'a offert ce travail. Je n'ai pas pu refuser. Je pensais... que je m'y habituerais.

Un nouveau rire sans joie crispa le visage de la scientifique tandis que Jeremy lui emboîta lentement le pas, loin d'être rassuré de ses explications.

Mais il faut croire que je suis bien que chochotte que ce que je pensais...ajouta la jeune femme.

- Mais Kiwi ce n'est pas...ce n'est pas...Ce n'est pas bien, s'inquiéta l'homme, c'est...Vous vivez dans la peur et l'angoisse et vous...Vous-Vous allez, enfin le stress constant, ce n'est pas bien pour vous, votre physiologie, et votre psychologie, et, et euh...



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 10 Déc - 19:23
Invité

ft jeremy strange

area 6 - restricted area


   
   
   
your soul could never grow old, it's evergreen
,thinking out loud
Les gens divorçaient de plus en plus. Sa propre mère n'avait jamais demandé effectivement le divorce, pour la simple et bonne raison que son mari s'était volatilisé dans la nature. Elle avait bien évidemment essayé de le chercher... Mais elle n'avait jamais réussi à retrouver sa trace. Et elle s'était débrouillée toute seule avec ses enfants. Avec la maladie incurable de son fils. Avec le départ de son unique fille.
Finalement, les hommes, c'était plutôt surfait. Aujourd'hui, même les femmes n'en avaient plus besoin. Un rendez-vous dans un hôpital, et hop, un bébé ! Ils n'avaient plus à s'en occuper après, ce qui de toutes façons était monnaie commune chez eux.
Et cela ne dérangeait pas le moins du monde la jeune femme d'avoir de telles pensées près de Jeremy. Parce que, assez étrangement, le scientifique n'était pas un homme à ses yeux. Il était tellement différent. Tellement... Pas comme les hommes. Quoiqu'elle n'irait pas remettre en cause son caryotype XY. Mais il avait un caractère tellement opposé qu'il était une vraie exception. Dans le bon sens du terme.

Il la suivit quand elle se remit à marcher pour se remettre de ses émotions. Elle se doutait qu'il n'avait pas été dupe quant à la raison de sa venue sur Isla Nublar. Mais au moins, il avait la décence de ne pas la traiter de menteuse immédiatement. Il était beaucoup trop gentil. Pas plus tard que quelques dizaines de minutes auparavant, elle l'avait harcelé pour qu'il lui révèle le fond de sa pensée avec sa question. Il aurait eu largement le droit de faire de même avec elle.
Mais non. Avec toute la délicatesse qui caractérisait cet homme, il ne lui faisait pas remarquer son énorme mensonge. Mais Kiwi se doutait bien qu'il était loin de s'en moquer. Et elle se promit intérieurement de lui dire la vérité, un jour.

Mais pour l'instant, personne ne savait. Elle était trop bien cachée, sur cette île presque déserte, ou en tout cas bien loin de l'affluence qu'elle avait connu à New York. Elle n'avait parlé à personne de ses fiançailles tombées à l'eau. Il n'y avait que son médecin qui était au courant pour sa grossesse extra-utérine qui lui avait fait perdre un bébé.
Personne ne savait. Ses secrets étaient profondément enfouis, et il faudrait une sacrée obstination pour aller les déterrer. Mais elle se doutait bien que le scientifique en serait capable. S'il ne la rejetait pas à cause de ses mensonges. Ce qu'il aurait également le droit de faire.

Lorsqu'il lui fit la morale, elle lui retourna un léger sourire attendri. Tout ce qu'il disait semblait naturel. Il semblait réellement se préoccuper d'elle. Et ça faisait chaud au cœur de l'espagnole, de voir qu'elle n'était plus entièrement transparente.
Honnêtement, je ne manquerais à personne s'il m'arrivait quoi que ce soit. Et je ne désespère pas de réussir à dompter ma peur. Cela fait partie de ma formation scientifique : toujours trouver la solution au problème, toujours persévérer même si l'espoir semble bien loin.
Dans son précédent laboratoire, elle avait tenté de trouver un remède pour guérir le cancer. Elle savait exactement de quoi elle parlait en mentionnant un espoir trop lointain pour être décelé par la plupart des gens...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Déc - 19:45



Jeremy pouvait paraître très naïf, ce n'était le plus souvent qu'une impression. On parvenait difficilement à lui cacher des choses, mais il le faisait rarement remarqué. C'était même plus encore qu'il pouvait carrément devenir paranoïaque, assuré des cachotteries des autres. En ce qui concernait la jeune fille, le scientifique décelait son désir de couvrir la vérité, tout comme lui juste avant lorsqu'elle avait voulu lui tirer les vers du nez. Et elle avait réussit. Mais Jeremy n'était pas de sa trempe. Il savait qu'elle mentait mais se refusait à lui en faire part, se laissant volontairement duper à ses yeux. Il avait bien trop de sympathie et de respect pour elle qu'il n'oserait jamais insisté comme elle l'avait fait pour lui. Pourtant, il aurait tout de même bien aimé qu'elle ne lui cache rien. Manquerait-elle de confiance en lui pour garder ainsi les raisons de sa présence ici secrètes ? Pourtant, le jeune homme avait tout fait pour qu'elle sache qu'il était de son côté, prêt à l'aider, prêt à tout pour elle. Elle n'avait, selon lui, aucune raison de lui mentir. Il en était intérieurement attristé, mais il transforma cela en inquiétude pour elle car il se faisait réellement du soucis pour elle et s'en voudrait vraiment qu'elle ai une tonne d'ulcère dans l'estomac. Curieusement, elle se mit aussitôt à sourire.

Honnêtement, je ne manquerais à personne s'il m'arrivait quoi que ce soit. Et je ne désespère pas de réussir à dompter ma peur. Cela fait partie de ma formation scientifique : toujours trouver la solution au problème, toujours persévérer même si l'espoir semble bien loin.

Mais les paroles de la jeune femme étaient loin d'être satisfaisantes pour le scientifique qui fut avant tout choqué de la première phrase.

- Vous ne devriez pas divulguer pareilles ignominies...répondit-il nerveusement d'une voix étranglée, je suis persuadé que votre perte causera un tort sentimental à beaucoup de monde...

Le jeune homme continuait à marcher au côté de sa collègue, quelque peu dérangé de la tournure de la conversation qui avait plutôt si bien démarré. Maintenant, il y régnait une atmosphère un peu plus sombre, alimenté par le pessimisme temporaire de la jeune femme. Mais Jeremy tenta d'y remédier calmement :

- Quand à votre désir de combattre vos frayeurs, ajouta t-il en usant de son tic sur ses lunettes, je doute nullement de votre réussite. Avec le temps, je suppose, tout peut se faire.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 10 Déc - 21:56
Invité

ft jeremy strange

area 6 - restricted area


   
   
   
your soul could never grow old, it's evergreen
,thinking out loud
Elle était tout à fait consciente qu'elle avait tué l'ambiance de leur soirée. Tout ça à cause d'une saleté de dinosaure mélomane, finalement. Et cela rendait la situation encore plus déplorable aux yeux de l'espagnole. Il allait vraiment falloir qu'elle s'améliore. Sinon, sa peur pourrait rapidement remonter aux oreilles de l'administration, vu l'ambiance morose et compétitrice qui régnait au sein du laboratoire actuellement. Et elle n'avait pas envie de voir son contrat se terminer sans préavis sous prétexte qu'elle perdait ses moyens face à un animal qu'elle était sensée, dans le cadre de son métier, littéralement créer.

Elle avait repris sa vitesse de croisière, ses talons troublant le silence qui s'installait entre leurs répliques. Silence qui aurait appréciable s'il n'était pas aussi lourd de sous-entendus. Kiwi avait l'impression d'avoir une réelle chape de plomb sur les épaules. Elle sentait même poindre une certaine fatigue musculaire; elle aurait certainement des courbatures le lendemain. Pour qu'elle se souvienne encore une fois du mensonge honteux qu'elle avait réussi à proférer. Histoire que ça lui serve de leçon, à elle, la jeune femme d'habitude si franche.

La remarque de Jeremy faillit presque lui arracher une petite larme. Non, personne ne la regretterait. Sa mère avait déjà perdu son fils, et l'espagnole savait bien qu'une partie de son instinct maternel était partie avec Ipo. Elle avait coupé les ponts à tous ceux qui avaient accompagné les jours de son passé.
Mais elle s'arrêta un instant, en profitant pour regarder son interlocuteur droit dans les yeux, un sourire discret accroché à ses lèvres.
A vous, par exemple ?
Elle retrouvait peu à peu sa bonne humeur, la présence de Jeremy agissant comme une éponge à pensées moroses. Toute femme qu'elle était, Keaweaheulu était capable de souffler le chaud et le froid en même temps. Et passé son moment de peur, elle était tout à fait encline à continuer une charmante conversation, en non moins charmante compagnie.
Il l'encouragea ensuite, certain qu'il était de ses super-pouvoirs de persuasion envers sa petite personne. Sur ce point, elle était nettement plus sceptique que lui, par contre. Mais elle ne souhaitait pas le contredire. Il était tellement plus agréable de se croire forte et invincible à travers le regard des autres...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Déc - 23:39



A vous, par exemple ?

La jeune femme s'était arrêté. Jeremy avait continué un pas ou deux avant d'en faire de même et de pivoter vers elle. La réponse était d'une évidence sans borne. Cette femme était la seule avec qui il avait réellement réussi à sympathiser. Une collègue hors du commun. Une personne unique. Pour lui, c'était très clair : il serait véritablement malheureux s'il devait lui arriver quelque chose. Même cette simple question de la part de Kiwi le mettait dans l'embarras. Il faut dire que la scientifique avait ce don de le perturber à partir de rien. Il savait pertinemment pourquoi elle le mettait mal à l'aise. Elle était bien la seule au monde à correctement le traiter. Elle était étonnante, et particulière.

- Euh...Eh bien...commença le jeune homme sans parvenir à détacher son regard des yeux de la scientifique, o-oui, à moi, par exemple.

Il étira un petit sourire timide pour répondre à celui de la jeune fille avant de regarder à nouveau devant lui pour reprendre doucement la route. Il n'était pas trop dérangé par le fait que Kiwi sous estimait l'importance de sa vie pour autrui, car il en était tout autant pour le scientifique qui était persuadé n'avoir de valeur pour personne en dehors de ses capacités au travail. Il avait tracé un trait sur la famille depuis des années et n'avait jamais eu d'amis. Alors lui ? Qui le regretterait ? Il jeta un bref coup d'oeil à la femme à ses côtés. Et elle ? Pensait-elle la même chose que lui à son égard ? Les deux scientifiques s'étaient-ils liés au point d'être capable de se regretter si un devait disparaître ? Voilà de biens sombres pensées que Jeremy souhaiterait ne pas garder à l'esprit en vérité. Il était bien tenté de renvoyer la question à sa collègue pour savoir s'il comptait un petit peu pour elle. Mais n'en trouva pas l'audace. Il aimerait savoir ce qu'elle pensait de lui et surtout, la comprendre. Il voudrait comprendre cette différence en elle. Il voulait par dessus tout savoir pourquoi elle se comportait si bien avec lui. Pourquoi elle n'était pas comme les autres ?

Enfin, il y avait néanmoins une bonne chose à ceci. Il semblerait que la bonne ambiance de tout à l'heure soit revenue. Kiwi avait réparé cette erreur. Jeremy ne pouvait qu'espérer qu'un dinosaure n'allait pas hurler tous les deux mètres sinon ils n'étaient pas prêt de rentrer ! Les peurs de Kiwi ne le dérangeait pas vraiment à vrai dire. Ca lui donnait un côté adorable et frêle qu'elle n'offrait pas d'ordinaire. Mais cela faisait que peu de temps qu'il apprenait vraiment à la connaître. Il n'avait peut-être pas encore tout vu de sa personnalité. Jusqu'à présent, il n'avait toujours vu en elle que la scientifique cachée dans son laboratoire et n'avait jamais eu d'occasion de parler réellement avec elle jusqu'à la semaine dernière. Et lorsqu'il avait pris le courage d'aller lui adresser la parole, il ne s'attendait pas à se retrouver ce soir, toujours avec elle, en balade dans le parc. Tout était aller plus loin que ses espérances et ce n'était pas pour lui déplaire.





_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 11 Déc - 13:48
Invité

ft jeremy strange

area 6 - restricted area


   
   
   
your soul could never grow old, it's evergreen
,thinking out loud
Elle s'était bien doutée que le scientifique ne lui répondrait pas avec la même assurance que lorsqu'il lui donnait le poids exact du kiwi. Après tout, dès lors qu'elle s'éloignait du purement factuel, elle avait bien remarqué qu'elle mettait Jeremy en difficulté. C'était normal, après tout ; il réfléchissait plus vite et certaines zones de son cerveau étaient hypertrophiées, mais la nature avait toujours réussi à faire un parfait balancement entre les êtres. Et tout ce qui avait attrait aux émotions n'était pas développé comme c'était le cas chez les gens normaux. Finalement, c'était plutôt amusant de penser qu'en matière de psychologie, c'était l'espagnole la plus douée des deux. Cette pensée arracha un discret sourire à Kiwi, alors qu'elle observait son interlocuteur s'arrêter, puis se retourner vers elle.

Elle n'avait par contre pas anticipé le fait qu'il soutiendrait son regard. Et il étonna la jeune femme, dans le bon sens du terme. Elle répondit à son sourire timide par un franc sourire jusqu'aux oreilles, véritablement heureuse. Il se retourna bien vite, reprenant sa marche. Profitant du fait qu'il ne pouvait pas la voir -à moins qu'il n'ait des lunettes avec la fonction miroir-espion, ce dont elle doutait cependant- elle leva les yeux vers le ciel. Allons bon. Il fuyait, maintenant ?
Elle le laissa faire quelques pas, avant de le rattraper en trottinant, chose rendue plutôt périlleuse sur ses talons, mais dont elle avait désormais l'habitude. Elle se cala à son pas, se plaçant sur sa droite. Sans crier gare, elle posa un baiser sonore sur sa joue.
Merci.
La remarque de Jeremy lui avait définitivement fait retrouver le sourire pour le restant de la soirée. Oublié, le dinosaure trop bruyant. Cela faisait déjà trop longtemps que personne ne lui avait manifesté son intérêt. Et encore moins un semblant d'affection. Le jeune homme pouvait profiter là de toute la joie de Kiwi qui, comme toute femme se respectant, aimait se sentir appréciée. Et tout bien réfléchi, il n'y avait pas que les femmes qui aiment se sentir appréciées. Elle était certaine que le scientifique, si souvent rejeté, devait apprécier ce genre d'attentions tout autant qu'elle.
Elle continua à marcher à ses côtés quelques instants, regardant droit devant elle. Le bruit régulier de leurs pas avait quelque chose d'extraordinairement apaisant dans le silence de la nuit. Silence qu'elle se décida pourtant à rompre une énième fois. C'était une femme après tout. Elle avait physiquement besoin de parler.
Votre perte me causerait un grand tort sentimental à moi aussi. Puisque vous n'osez pas me le demander.
Elle mit un air de connivence dans sa phrase. Elle s'était bien doutée que le jeune homme aurait voulu lui demander, à elle aussi, s'il avait une quelconque valeur sentimentale aux yeux de l'espagnole. Pourquoi il n'avait pas osé, la question restait encore en suspens. Peut-être était-ce simplement de la timidité. Ou peut-être qu'il avait vu, en lui retournant sa question sur sa famille, que ce sujet était délicat. Il aurait été normal qu'il hésite à lui poser des questions un tant soit peu personnelles, maintenant qu'il avait vu à quel point elle était capable de se braquer pour un rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Déc - 14:58



Jeremy se voulait avant tout sincère avec la jeune femme. Alors oui, bien qu'en proie à sa timidité légendaire, il pu néanmoins lui affirmé avec un minimum de certitude qu'il tenait à elle et n'aimerait en aucun cas qu'il lui arrive quoi que ce soit. Enfin, il n'avait pas autant détaillé mais supposait que la scientifique comprenait l'essentiel. Il ne pouvait que souhaiter qu'il ne lui arrive jamais rien. Elle ne semblait pas être une battante, pas plus que lui au final, alors tout était risque à prendre lorsqu'elle quittait la zone sécurisée de l'île. Si toutefois, elle était amenée à le faire. Une fois chose dite, le jeune homme reprit sa marche qu'il ralentit immédiatement en entendant les pas de la scientifique derrière lui. Il ne voulait pas non plus qu'elle lui court après la pauvre !

Soudain, Kiwi déposa un baiser sur la joue du jeune homme accompagné d'un "merci" sincère. Jeremy s'arrêta à nouveau et écarquilla les yeux derrière ses lunettes. Pourquoi avait-elle fait ça ? Il ne répondit pas rien, totalement décontenancé. A vrai dire, Jeremy cherchait dans son esprit une quelconque réponse scientifique et complexe pour tenter de décrypter ce soudain élan d'affection à son égard. Mais il n'y avait pas de réponse concrète pour ces choses là. Le scientifique demeura un temps silencieux et immobile, également mal à l'aise, mais au fond avec un peu de baume au coeur, tandis que son espiègle collègue avait reprit sa petite marche sur le son de ses talons. Derrière son dos, le jeune homme toucha doucement l'endroit où le baiser avait été fait, un petit sourire discret sur le visage. Il se ressaisit néanmoins et rattrapa aisément la jeune fille avec ses pas plus rapides et plus grands qu'il réduisit sitôt à nouveau près d'elle. La soirée se poursuivit dans une béatitude étrange. La nuit ne paraissait plus oppressante pour Kiwi et aucun dinosaure ne semblait être capable de l'effrayer à nouveau tant elle respirait une joie nouvelle. Il en était de même pour Jeremy qui appréciait tout autant cette marche silencieuse dans l'obscurité du parc.

Votre perte me causerait un grand tort sentimental à moi aussi. Puisque vous n'osez pas me le demander.

A nouveau, Jeremy fut étonné de la lucidité de cette femme. Elle avait su deviner ses pensées ! C'était un peu honteux pour lui qu'elle se rende compte à quel point il manquait de courage pour des choses banales de la vie quotidienne. Ce n'était pourtant pas compliqué de demander quelque chose ! Il soupira discrètement. Il aurait aimé avoir plus de cran. Il y avait encore des zones floues vis à vis de lui et de Kiwi. Des choses qu'il n'arrivait pas à expliquer et il avait horreur de cette ignorance. L'ignorance pour un homme surdoué comme lui était probablement la pire honte. Que tous puissent vanter ses défauts, en général il savait se rattraper sur ses connaissances. Mais ses connaissances étaient affreusement limitées dans le domaine des relations humaines. Il aurait espérer pouvoir être en meilleures conditions ici, seul à seul avec Kiwi, hors du laboratoire. Mais même s'il avait déjà su lui dire des choses et d'autres, il restait encore en territoire inconnu.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 11 Déc - 17:06
Invité

ft jeremy strange

area 6 - restricted area


   
   
   
your soul could never grow old, it's evergreen
,thinking out loud
Elle avait visiblement troublé son collègue. Il s'était arrêté quelques instants après sa démonstration d'affection, et la jeune femme avait résisté à l'envie de se retourner. Il avait besoin d'un peu d'intimité, et n'avait fichtrement pas besoin que le regard noisette d'une espagnole ne le quitte plus. Un sourire béat s'affichait sur le visage de Kiwi, alors qu'elle continuait sa marche tranquillement, suffisamment lentement pour permettre à son collègue de la rattraper quand il le voudrait. En attendant, elle souriait à la lune, merveilleusement blanche dans le ciel libre de tout nuage. Et gardait le silence afin de ne pas influencer Jeremy.

Il la rattrapa rapidement, profitant de sa taille, plus grande que celle de Keaweaheulu, et du fait que sur ses talons, et en jupe de surcroît, la jeune femme n'allait pas se mettre à courir un marathon pour lui échapper. D'autant plus qu'elle se sentait suffisamment bien avec lui pour résister à l'envie de s'enfuir loin, comme elle l'avait fait quelques mois plus tôt.
Lorsqu'elle le rassura sur le fait que cet attachement sentimental, si tant était qu'elle pouvait le présenter comme tel, il resta encore une fois silencieux. Elle avait réussi à lui clouer le bec deux fois en quelques minutes, elle aurait presque pu en être fière ! D'ordinaire, Jeremy se rattrapait aux branches en se servant de ses incommensurables connaissances et rebondissait facilement, même lorsque la brune le cherchait un peu. Mais là, rien. Il devait cogiter. 200 fois plus vite qu'elle, d'ailleurs. Mais elle n'allait certainement pas en être jalouse.

A force de marcher - et de s'arrêter tous les 10 mètres chacun leur tour, certes - ils étaient arrivés à un embranchement. La jeune femme désigna d'abord le chemin de gauche, puis celui de droite.
L'hôtel, où bien une promenade un peu plus longue. Je vous laisse choisir.
A dire vrai, elle ne faisait pas ça simplement pour lui donner le loisir de décider de la fin de leur journée. Elle était aussi incapable de se décider elle-même. Peut-être qu'il vaudrait mieux rentrer se coucher, le Parc était réellement désert et la nuit d'un noir d'encre, signe de l'heure très tardive. Mais en même temps, ils n'avaient aucune obligation le lendemain, tant qu'ils travaillaient leur quota d'heure. Et leur balade était des plus agréables. Quoique elle comprendrait tout à fait qu'à force de tourmenter le jeune homme avec ses émotions, il voudrait arrêter la torture et rentrer dans sa chambre, réfléchir tranquillement, seul à seul avec lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Déc - 18:15



Quelle étrange soirée. Etrange, mais pas désagréable, loin de là. Jeremy ne s'était pas attendu à autant de la part de Kiwi et bien que cela le perturbait un peu, au fond, ça lui faisait tellement plaisir. Tout ce dont était capable cette femme devrait être en mesure de lui plaire et de le surprendre à la fois. A vrai dire, toutes ses paroles et tous ses faits et gestes semblaient être conçu dans l'unique but de l'étonner. Pourtant elle ne le faisait pas vraiment exprès et ça se voyait. Le point de vue qu'il avait d'elle ne sera plus jamais le même désormais. Jeremy ne savait pas pourquoi elle était aussi gentille avec lui mais peu importe, c'était atrocement agréable de se sentir aimer. En rejoignant la jeune fille qui avait reprit une lente marche, le jeune homme gardait un sourire un peu niais sur le visage bien que dans son esprit, ça bouillonnait. Il ne pourra plus s'en passer. Kiwi devra probablement s'attendre à de fréquentes visites de la part du scientifique et ce, sans raison apparente. Jeremy pouvait devenir un pot de colle quand il le voulait et là, en l’occurrence, c'était bien ce qu'il voulait : passer plus de temps avec elle. Elle l'avait, selon sa façon de penser, bien méritée. Cela n'allait pas être tellement bien vu par les autres scientifiques. On était au laboratoire pour bosser après tout, pas pour perdre du temps en bavardage inutile et flirt improbable. Mais ça, Jeremy ne l'avait pas encore en tête, jugeant le moment présent, il ne se doutait pas de ce que pourrait penser les autres.

C'est alors que les deux protagonistes s'arrêtèrent entre deux chemins. Il y avait un choix à faire. L'un des sentiers menait directement aux grands bâtiments qui servaient d'hôtel, hôtel pour les futurs touristes ainsi que l'hôtel rien que pour les employés du parc bien que certains vivaient de leur propre moyen comme Owen Grady. Et l'autre sentier se poursuivait docilement le long de la végétation tropical, demeurant sous les lueurs des lampes extérieures.

L'hôtel, où bien une promenade un peu plus longue. Je vous laisse choisir.

Jeremy jeta un bref regard à la jeune femme. L'hôtel ou un temps plus long au côté de la scientifique...Pour Jeremy, c'était presque trop facile de répondre. Bien évidemment, il apprécierait grandement poursuivre la balade en sa compagnie ! Mais le jeune homme retroussa la manche de sa veste pour jeter un oeil à sa montre. 23 h passé. Il ne serait pas très raisonnable pour les deux scientifiques de demeurer plus longtemps hors de leur chambre d'hôtel respective. Ce n'était pas une question de sécurité mais comme Jeremy l'expliquera si bien... :

- Vingt-trois heures et vingt deux minutes, je crois qu'il serait préférable pour nos organismes d'hériter d'un repos de cette longue journée pour la prochaine à venir et la poursuite de notre vagabondage contrarierait cette phase, qu'en dites-vous ? J-Je peux vous raccompagner à votre chambre d'hôtel si vous le désirez...Afin que nos échanges puissent se prolonger ?




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 11 Déc - 18:53
Invité

ft jeremy strange

area 6 - restricted area


   
   
   
your soul could never grow old, it's evergreen
,thinking out loud
Jetant un léger coup d’œil à Jeremy marchant à côté d'elle, Keaweaheulu remarqua qu'il affichait un sourire au moins aussi grand que le sien. A croire qu'ils faisaient un concours, tous les deux. Pour l'instant, ils étaient à peu près à égalité. Alors l'espagnole allait continuer à se battre. Et cela commençait par garder le sourire. Bientôt, il en deviendrait indélébile. Mais ce n'était pas pour déplaire à la jeune femme. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas affiché pareil sourire aussi longtemps.

Il regarda sa montre pour l'aider à décider. Elle n'en portait jamais, préférant les bijoux discrets et les colliers aux épais bracelets de montre. Et aujourd'hui, avec toute l'électronique dont elle était perpétuellement entourée, elle avait toujours un appareil à portée de main pour lui indiquer l'heure.
Le fait est qu'il était tard. Une heure raisonnable pour aller se coucher, malgré son envie de passer encore un peu plus de temps avec son compagnon du soir. Mais lorsqu'il lui proposa de l'accompagner, elle sentit son sourire se faire encore plus grand. Elle allait finir par se déchirer les joues. Et elle n'avait pas particulièrement envie de ressembler au Joker.
Rien ne me ferait plus plaisir !
Elle prit donc sur la gauche, apercevant au loin les lumières de l'hôtel. Peu de chambres étaient encore allumées. Elle avait la sensation grisante d'être seule au monde. Seule au monde avec Jeremy. Personne dans les environs pour venir briser leur précieuse complicité. Pas comme c'était le cas au laboratoire, comme la dernière fois qu'ils avaient été interrompus.
Peut-être la solution était-ce de se voir uniquement passé 22 heures ? Ce n'était pas la jeune femme qui aurait trouvé quelque chose à y redire. Elle appréciait leurs moments passés ensembles, quelle que soit l'heure, le lieu, et la circonstance de leur rencontre.
Alors qu'elle continuait à marcher, elle se décida à répondre à la semi-interrogation de Jeremy, qui ne lui revenait en mémoire que maintenant.
Et je vous assure que vous n'avez pas besoin d'invoquer le prétexte de continuer une conversation avec une jeune femme pour avoir l'autorisation de la raccompagner. Si celle-ci ne s'est pas enfuie avant, elle n'attend que ça.
C'était vrai, et pas uniquement pour elle. Enfin. Elle était presque certaine que ses comparses féminines étaient capables d'invoquer un faux prétexte pour quitter un rendez-vous avant la fin si celui-ci devenait trop... ennuyeux. Elle-même l'avait souvent fait, dans sa jeunesse. Que voulez-vous, son chien avait une constitution fragile, et bien souvent le dog-sitter n'était pas à la hauteur de ses espérances...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Déc - 19:23



Toujours désireux de caler la cadence de ses pas au rythme de la jeune fille, le duo de scientifique ici présent n'avançait pas très vite sur le petit sentier bon à refaire. Mais il déboucha néanmoins sur deux chemins différents et Jeremy fit son choix en jaugeant non pas sur ses désirs mais tout bonnement sur l'aspect scientifique de la chose, ou l'aspect santé, au choix. Il jugeait bon aussi pour sa collègue de regagner un doux foyer après sa frayeur de tout à l'heure et probablement la fatigue de la journée. Mais c'était sans nul doute l'autre option qu'il aurait choisi si ça ne tenait qu'à lui. Jeremy n'était pas égoïste et avait songé que c'était mieux d'agir ainsi. Il eut apparemment raison puisque le visage de la scientifique resta illuminé comme une guirlande de Noël à sa suggestion.

Rien ne me ferait plus plaisir ! lança t-elle alors tout sourire.

Soulagé d'avoir apparemment fait le bon choix, bien qu'il n'y avait ni bon ni mauvais choix à faire, le jeune homme comblé maintenait également son minois dans la jovialité tout en répondant :

- Fort bien alors ehm...Allons-y.

Les deux jeunes hommes prirent le sentier de gauche, face aux immeubles qui servaient d'hôtel. Comme le parc n'était pas encore ouvert, il n'y avait personne pour habiter ceux réservés aux touristes mais le bâtiment du personnel comportait encore quelques lumières aux fenêtres. Devant un silence évident, Kiwi se permit néanmoins une réponse tardive à Jeremy :

Et je vous assure que vous n'avez pas besoin d'invoquer le prétexte de continuer une conversation avec une jeune femme pour avoir l'autorisation de la raccompagner. Si celle-ci ne s'est pas enfuie avant, elle n'attend que ça.

Jeremy tourna un regard vers elle tout en continuant de marcher, n'étant pas certain d'avoir bien compris ce qu'elle avait voulu dire par là.

- Je euh...Je ne cherchais nullement un prétexte pour cela ! contesta t-il maladroitement.

Mince alors, se disait-il. Où était son erreur ? Il y avait quelque chose qu'il avait mal calculé ? Normalement, ça se faisait que les hommes raccompagnent les femmes non ? Sans raison particulière normalement. Enfin, il n'était plus très sûr maintenant. Il pensait que ce serait une bonne chose qui n'aurait pas besoin de porter à débat. Il pouvait aussi la ramener dans le silence le plus complet après tout, ça lui allait très bien aussi. En réalité, il voulait juste rester encore un petit peu avec elle et faire passer ça pour quelque chose de...normal.

Les deux scientifiques arrivèrent finalement à l'hôtel. On s'y sentait déjà plus en sécurité que dehors dans la nuit noire, même si Jeremy était nullement intimidé par les dinosaures qui rôdaient à l'extérieur. Il avait foi en cet endroit fortifié et du moment qu'il ne voyait rien c'est que tout allait pour le mieux. Une vision un peu trop rationnelle et naïve de la situation. Comme il l'avait suggéré, le jeune homme suivit la jeune fille jusque devant la porte de sa chambre et il n'était pas perdu en chemin puisqu'il connaissait déjà son numéro de porte. Il connaissait toutes les chambres du personnel car il lui avait suffit d'un coup d'oeil dans le registre pour que tout s'imprime à jamais dans son esprit.

- Voilà, fit-il finalement avec le sourire, hm...eh bien...Dans l'attente de vous retrouver hâtivement demain Kiwi, je vous souhaite de poursuivre agréablement votre soirée et euh...Une bonne nuit également.




_________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 11 Déc - 19:52
Invité

ft jeremy strange

area 6 - restricted area


   
   
   
your soul could never grow old, it's evergreen
,thinking out loud
Il parut embarrassé de l'enthousiasme que la jeune femme avait mis dans sa réponse. Tant pis pour lui. Il allait falloir qu'il comprenne qu'elle commençait indéniablement à l'apprécier. Et qu'en règle générale, elle était bon public : elle se contentait de peu, et il suffisait de pas grand-chose pour la voir heureuse. Même si ces derniers temps, bien peu de gens avaient pu se vanter d'avoir réussi à lui arracher un sourire. Mais visiblement, l'innocence et la fraîcheur qui émanaient du scientifique avaient eu raison des barrières de morosité qu'elle avait érigées autour d'elle. Et elle n'était pas pressée de les reconstruire, à vrai dire. Bien qu'elle se doutait bien que, sans Jeremy dans les parages, elle redeviendrait la femme froide et terrorisée par les dinosaures qu'elle était avec les autres.
Mais Jeremy, il avait le droit à un traitement de faveur. Parce qu'il avait eu la gentillesse et la prévenance de s'intéresser à elle. Tout simplement.

Ils se dirigèrent vers l'hôtel, et il protesta, pas suffisamment fort pour que l'espagnole le prenne pour une réelle réprimande. Elle lui adressa en tout et pour tout un petit sourire. Comme d'habitude. Finalement ravie qu'il le lui ait proposé, bien qu'elle n'attendait que ça. Histoire de finir la soirée sur une énième touche positive, qui allait lui permettre de s'endormir avec le sourire.
Ils arrivèrent dans le hall, elle salua d'un signe de tête le concierge de nuit, qu'elle commençait à bien connaître, à force de rentrer à pas d'heure. Jeremy la conduisit directement devant sa chambre, sans qu'elle ait eu besoin de lui préciser le numéro exact. Allons bon, il l'avait espionnée ? Ou peut-être avait-il juste trouvé amusant de retenir tous les numéros de tous le personnel du Parc. Ce qui était une possibilité à ne pas négliger.
Parce que, pour tout avouer, la brune voyait mal le scientifique hacker les caméras de surveillance des couloirs pour vérifier vers quelle porte elle se dirigeait tous les soirs. Sinon, elle commencerait à se poser de réelles questions sur l'intégrité mentale de l'américain...

Il la laissa devant sa porte, qu'elle ouvrit en passant son badge magnétique sur le récepteur encastré dans le mur. Il la salua, en lui souhaitant une bonne nuit, et elle se retourna dans l'encadrement de la porte pour lui faire face.
A demain, mon cher. Passez également une excellente nuit. Et... merci. Pour cette soirée.
Elle en profita pour lui claquer un deuxième bisou sonore, mais sur l'autre joue cette fois-ci. Comme ça, pas de jaloux, les deux côtés de son visage auront eu le droit au même traitement, à quelques dizaines de minutes d'intervalle. Et elle était certaine que personne ne lui en tiendrait rigueur.
Elle salua le jeune homme d'un millième petit sourire, avant de rentrer définitivement dans sa chambre et de fermer la porte derrière elle, prête à aller d'une bonne nuit de sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 15/11/2016
✗ Appels a l'aide : 338
✗ JGolds : 47736

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : http://jwrenaissance.forumactif.org/t235-portable-de-jeremy-strange#5856
✗ Métier : Scientifique en charge des analyses
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Déc - 20:53



Lorsque Kiwi ouvrit la porte de sa chambre d'hôtel, Jeremy ne put s'empêcher de décaler très discrètement sa tête sur le côté pour y jeter un oeil, curieux comme pas deux qu'il était. Mais son attention se redirigea à une vitesse folle sur sa collègue lorsque celle-ci lui décocha un nouveau sourire à ses paroles.

A demain, mon cher. Passez également une excellente nuit. Et... merci. Pour cette soirée.

A nouveau, le coeur de Jeremy loupa un battement lorsque Kiwi se dressa vers lui pour lui coller un deuxième baiser. Deux baisers en si peu de temps ! Mais qu'avait-il fait de si particulier pour mériter un pareil trésor ? Il ne su que répondre, visiblement il avait déjà tout dit. Mais il resta planté devant la porte, béa, jusqu'à ce que celle-ci ne se referme sur le joli minois de la scientifique. La voilà qui venait de disparaître derrière le battant, laissant là seul un homme quelque peu déboussolé, mais Ô combien heureux. Un petit rire nerveux s'échappa de sa gorge alors qu'un large sourire satisfait se dessina sur son visage. Il joignit ses mains devant lui, ne sachant pas trop quoi d'autre en faire, jetant un dernier regard à la porte de la chambre avant de pivoter sur sa droite pour rebrousser chemin à grandes enjambées.

Il passa sur l'étage supérieur, puisque là était sa chambre à lui et y passa sa carte magnétique pour ouvrir la porte et ainsi pénétrer dans son foyer à lui. Enfin, si on pouvait appeler ça comme ça. La chambre de Jeremy n'en portait que le nom. Certes, il y avait un lit, une salle de bain, même un petit coin cuisine mais l'espace ne disposait d'aucune décoration accueillante. On pouvait, hormis les détails précédents, la prendre pour un laboratoire ou une bibliothèque. Car des ouvrages, il en avait pas mal, traitant majoritairement de la science, ainsi que quelques brics à bracs scientifiques servant apparemment d'objets quotidiens tels que des berchers en guise de verres à boire, ou des erlenmeyers en guise de mesureur. On pouvait y dénicher également des éprouvettes, des seringues, des pipettes et bien d'autres fioles, ballons et entonnoirs destiné à un usage visiblement purement ménager. Il avait même trafiquer une centrifugeuse pour qu'elle serve d'essoreuse à salade, juste pour dire. Même sa table de salon était une table d'opération dont il pouvait choisir la hauteur à l'aide d'une pédale et en faire ainsi une table basse ou une table haute.

Refermant sa porte bien à clef, le jeune homme retira et rangea sa veste. Mais son costume professionnel et sa cravate ne disparaîtrons qu'avec la venue de l'heure de la douche. Jeremy appréciait surtout le port de la cravate. Il en portait même quand il ne travaillait pas, toujours très attentif à sa propre image. Voilà une nouvelle journée qui s'achève et demain en sera une autre et ainsi de suite tout aussi joyeux s'il continuait ainsi à garder cette bonne relation qu'il avait su acquérir auprès de Keaweaheulu.








RP CLOS

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance :: Archives des Rps-
Sauter vers: