AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.

Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES

LES PREDEFINIS DE JWR
Vous aimez avoir des liens importants dès votre arrivée
et vous souhaitez que votre personnage puisse accomplir de
grandes choses sur JWR? Pourquoi ne pas opter pour un de nos prédéfinis?
Ils sont cools, et vous apporteront une aisance en jeu à ne pas négliger!
Pour les voir de plus près:
Liste des prédéfinis


 :: Archives des Rps Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I'm safe, up high

Invité
Mer 26 Oct - 23:26
Invité

ft maksim calaghan

area 3 - les plaines


   
   
   
the quiet scares me 'cause it screams the truth
,never wants to be alone
Vêtue de ses éternelles baskets dorées -sa marque de fabrique, elles ont la fâcheuse manie de crisser sur les sols carrelés des laboratoires, mais elle a toujours refusé d'en changer- l'espagnole s'avance sous le vestige d'un panneau indiquant Meeting Point. Seuls les deux e ont réellement survécu, et là où la peinture n'est pas complètement effacée, la nature a repris ses droits et une plante ressemblant vaguement à du liseron cache le reste des lettres. Mais aux alentours, il n'y a rien d'autre qui puisse ressembler, de près ou de loin, à un panneau de point de rencontre. Alors, serrant ses dossiers sous son bras, Keaweaheulu s'apprête à patienter quelques minutes, celles qu'elle avait gardées de marge.

Depuis son arrivée à Jurassic World, elle avait passé son temps enfermée dans son laboratoire, à séquencer des dizaines de génomes et à chercher la faille notable dans chacune de ses recombinaisons. Alors que ses recherches étaient au point mort, elle s'était rapprochée de ses supérieurs afin d'aller sur le terrain, même si elle était plus que pas rassurée à l'idée de mettre les pieds dehors, avec des Raptors et des T-Rex toujours en liberté quelque part sur l'île.
Et elle se retrouvait là, à attendre l'une des vétérinaires afin de pouvoir s'approcher -de loin- d'un Ankylosaure. Les connaissances de la vétérinaire l'aideraient très certainement à résoudre son problème, et à la ramener rapidement entre les 4 murs blancs mais bien plus sécurisés que... ça.

Tandis qu'elle pianote nerveusement sur la couverture cartonnée de son dossier -vilaine habitude qu'elle n'a jamais réussi à faire changer- elle voit s'avancer une fine silhouette vers elle. En tournant légèrement la tête pour observer les environs, elle remarque rapidement qu'elle est seule, et qu'il y a donc une très forte probabilité pour que la fameuse silhouette soit venue pour elle. Au moins, elle n'aura presque pas attendu. C'est bien un truc de femmes, de réussir à arriver en avance aux rendez-vous. D'autant qu'elle se souvienne, elle n'a jamais réussi à obtenir de ses collègues masculins d'arriver tous à l'heure aux réunions. Alors ne parlons même pas d'arriver en avance.

La petite espagnole fais quelques pas pour se rapprocher de l'inconnue, et s'arrête devant elle avec un léger sourire, toujours pas super-rassurée de se savoir dans cet environnement plutôt hostile.
Bonjour, vous devez le docteur Calaghan, la vétérinaire ? Je suis Keaweaheulu Alvaro, mais on m'appelle plutôt Kiwi, c'est nettement plus facile à prononcer.
Ramenant tous ses dossiers sous son bras gauche, Keaweaheulu tend sa main droite vers la brune inconnue, espérant fortement qu'elle ne s'est pas trompée de personne, au risque de réellement paraître complètement perdue...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 29 Oct - 22:19
Invité
I'm safe, up high
Je n’étais pas spécialement en retard mais pas non plus spécialement en avance. J’avais rendez-vous dans les plaines pour jouer la baby-sitter à une jeune femme de l’équipe des scientifiques, une inséminatrice d’après ce que je me souvenais. Mon supérieur m’avait prévenu qu’elle tenait à approcher un Ankylosaure et étant donné que ce dinosaure était sous mes soins, c’était à moi de m’y coller. Tout en étant dans mon bureau, je me demandais bien ce qui pouvait prendre à une scientifique de vouloir aller sur le terrain. D’après le peu que je savais des scientifiques, ils préféraient de loin rester dans leur petit labo aseptisé que de venir trainer sur le terrain avec le menu fretin. Oui, j’avais une bien piètre image des scientifiques mais en même temps, c’était de leur faute si le premier parc avait été détruit pour un dinosaure. Ils ne nous auraient pas créés l’Indominus Rex, j’étais persuadé que le premier parc serait encore debout. Mais il fallait faire preuve de solidarité entre les différents services d’après mon chef alors autant y aller et faire semblant d’être aimable. Ce dernier point, c’était mon chef qui l’avait ajouté car il me connaissait bien maintenant et il se  souvenait parfaitement bien que je n’étais pas la plus sociable de ses vétérinaires. J’avais eu envie de lui demander pourquoi c’était toujours à moi que l’on collait les petits nouveaux dans les pattes mais je n’eus pas le temps de lui poser la question qu’il était déjà loin. Je soupirais avant de me lever pour prendre mon matériel de protection et me diriger vers ma jeep, direction les plaines.

Une fois arrivée non loin de l’ancien point de rencontre, j’aperçus de suite une jeune femme et en conclus que ce devait être la jeune femme qui avait demandé à ce que je l’accompagne trouver son ankylosaure. Alors que j’avançais vers elle, elle finit par combler l’écart entre nous avant de se présenter. Elle avait un nom à rallonge que je ne retenu simplement pas, trop compliqué pour moi. Je restais assez sévère dans mes expressions de visage, esquissant à peine un sourire à l’évocation de son surnom. C’était certes plus court que son prénom mais j’allais me contenter de l’appeler mademoiselle Alvaro. Et si je pouvais ne pas parler, ce serait encore mieux pour moi. Je lui fis un signe de tête pour lui dire de me suivre jusqu’à ce que l’on trouve le dinosaure qu’elle voulait. Les ankylosaures étaient des animaux dangereux à qui il fallait éviter de se frotter. Mais avec quelqu’un qui les connaissait, un accident n’était pas censé arriver. On arriva rapidement près d’un troupeau de ces gros dinosaures et je fis signe à la jeune femme de se stopper pour éviter qu’elle ne soit repéré et potentiellement la cible d’une charge. « Bon, dites-moi, vous leur voulez quoi aux Ankylosaures, Mademoiselle Alvaro… » Parce que bon, c’était bien beau de la conduire jusqu’à eux mais je ne savais pas ce qu’elle voulait faire avec un pareil dinosaure. J’espérais juste qu’elle ne voudrait pas les approcher.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 31 Oct - 12:01
Invité

ft maksim calaghan

area 3 - les plaines


   
   
   
the quiet scares me 'cause it screams the truth
,never wants to be alone
Visiblement, la vétérinaire était tout aussi amicale que Keaweaheulu était courageuse... Mais l'espagnole ne connaissait que trop bien la réputation des scientifiques sur le parc. D'après les dires de beaucoup, c'était la faute des gens en blouse blanche, créateurs de l'Indominus, si Jurassic World avait été entièrement détruit quelques années plus tôt.
Dans l'opinion de la jeune scientifique, c'était surtout l'incapacité des techniciens de construire une enceinte capable de retenir pareille bestiole. Ou celle des dirigeants, qui n'avaient pas freiné les ardeurs des généticiens lorsqu'ils avaient mélangé un nombre exponentiel de génomes pour obtenir leur dinosaure OGM. Mais certainement pas des petites gens qui, comme elle, n'avaient à effectuer qu'une maigre partie du travail.

Mais elle n'allait certainement pas s'amuser à confronter son point de vue avec celui de la brune devant elle. Alors elle la suit sans un mot, davantage attentive à ce qui l'entoure et qui lui semble tellement hostile qu'à son interlocutrice de la matinée. Elles parviennent vite en vue d'un petit troupeau d'une quinzaine d'individus, et aussitôt que la vétérinaire lui fait signe de s'arrêter, Kiwi se stoppe net. Les pieds bien ancrés dans le sol, elle ne compte certainement pas bouger, et encore moins s'en approcher.

Lorsque la vétérinaire lui demande la raison de sa venue ici, elle sort de son dossier une feuille remplie de graphiques, pour la plupart incompréhensibles, mais qui a le mérite de montrer un camembert plutôt explicite.
Les ankylosaures ne se sont pas adaptés au climat, et jusqu'ici moins de 10% des œufs pondus dans le parc éclosent. Pour l'instant, le seul moyen que nous ayons de faire pérenniser la population, c'est de récupérer les œufs pour les faire éclore en couveuse.
Elle sort de sa pochette une tablette ultra-fine et, posant délicatement son dossier à terre en faisant bien attention à ne faire aucun mouvement brusque, elle commence à prendre des photos. Puis, concentrée, elle trace des traits de partout afin de parvenir à déterminer la taille moyenne de ces animaux, avant de se tourner à nouveau vers son accompagnatrice.
Notre but est de faire en sorte que les grands herbivores régulent leur population par eux-mêmes. Donc nous devons trouver un moyen de faire éclore leurs œufs en milieu naturel.
Elle compare les données calculées avec sa tablette à celles présentes sur ses fiches, et fronce les sourcils devant les différences plutôt notables qu'elle a obtenu. Ses cours de mathématiques sont bien trop loin pour qu'elle puisse trouver la source de son erreur, heureusement pour elle ce sera certainement un charmant laborantin junior qui s'occupera de corriger son micmac une fois qu'elle sera revenue au laboratoire.
Vous étudiez les ankylosaures depuis longtemps ? Est-ce que vous savez s'ils recherchent plus l'ombre que le soleil ? Nous pensons que c'est un problème de température qui empêche les œufs de se développer correctement...
Bien décidée à prouver que les scientifiques n'ont pas tous comme but de créer des machines de guerre, la jeune espagnole combat sa timidité en se concentrant sur son travail, seule chose capable de la rendre aussi bavarde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 31 Oct - 16:58
Invité
I'm safe, up high
Je me fichais bien de qui avait fauté dans la création de l’Indominus parce que tout ce que je voyais, c’était les morts qui avaient été causé par l’animal et par les conséquences qui avaient découlées de son évasion de son enclos. La jeune scientifique ne devait donc pas se sentir viser par mon animosité et ma froideur car je réagissais toujours ainsi quand il s’agissait de personnes que je ne connaissais pas. Elle ne devait pas connaître la réputation que je me trainais parce qu’elle était certainement nouvelle à Jurassic World. Mais j’imaginais déjà la tête que ses collègues allaient faire quand elle leur dirait qu’elle avait bossé avec le docteur Calaghan. Les scientifiques me voyaient comme un dragon, j’étais encore plus froide que ça. Un dragon crache du feu, je crachais plutôt des pics de glace. Mais elle allait certainement s’en rendre compte par elle-même, comme la plus part de ceux qui jugeaient sans connaître. Mais j’allais me contenter d’une relation professionnelle avec la jeune femme présente à mes côtés. Mais attention, si je découvrais que les scientifiques avaient à nouveau l’idée de créer un dinosaure, compter sur moi pour que je leur mette des bâtons dans les roues. Hors de question qu’un nouveau drame arrive à Jurassic World alors même que le parc n’était toujours pas ouvert. En tout cas, j’étais bien curieuse de savoir pourquoi je me retrouvais à emmener une blouse blanche sur le terrain alors que ce genre de personne préférait de loin leurs éprouvettes et autres tubes à essais. Je la vis alors sortir une feuille avec un graphisme tout bonnement incompréhensible pour la profane que j’étais. Je préférais de loin le terrain que le travail de bureau et autres statistiques. Elle m’expliqua alors que les œufs d’Ankylosaures étaient très peu à éclore. Je la regardais alors sortir une tablette pour prendre des photos alors que je jetais un nouveau regard en direction des dinosaures, espérant qu’ils ne remarqueraient pas notre manège. Elle me posa alors des questions sur les dinosaures et je m’adossais à un arbre près de moi tout en continuant à surveiller le troupeau, guettant tout signe pouvant laisser sous-entendre que nous étions repérés. « J’étudie les Ankylosaures depuis bien des années même si l’on en parle pas aux cours dans les grandes vétérinaires. Apparemment, les dinosaures sont censés être éteints même si ceux que l’on voit devant nous sont bel et bien vivants. Tout ce que je sais, je l’ai appris par mes recherches. Les Ankylosaures vivent en nomades mais on les retrouvait souvent dans la forêt, comme c’est le cas maintenant. Mais on retrouve des traces de nidations dans la plaine, loin de tout abri des arbres. » Ce comportement n’était toujours pas expliqué mais j’espérais que la jeune femme allait pouvoir trouver ce qu’elle cherchait dans ce que je lui avais annoncé. Je ne savais pas comment les scientifiques allaient pouvoir gérer ce problème d’éclosion et surtout le résoudre. Parce que bon, j’avais beau ne pas être forte en maths, je m’y connaissais quand même un petit peu et chez moi, 10% ça ne faisait pas beaucoup. « Vous avez une idée de comment gérer ce problème? » Non parce que bon, tous ce qui touchait les dinosaures m’intéressaient alors autant que je pose la question. Et quel que soit la réponse, je serais satisfaite.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 5 Nov - 22:15
Invité

ft maksim calaghan

area 3 - les plaines


   
   
   
the quiet scares me 'cause it screams the truth
,never wants to be alone
Les grosses bestioles au loin ne lui inspiraient que vaguement confiance. En plus, la vétérinaire ne les quitte pas des yeux, ce qui n'est pas prêt de rassurer la vraie pétocharde que Keaweaheulu est. Parfois, elle se demande réellement ce qui a pu l'amener sur cette île, où la mort est clairement à chaque coin de rue. Que ce soient les Raptors ou les T-Rex, aucun animal n'est vraiment retenu dans son enceinte, et tout ceci a de quoi faire faire des cauchemars à nombre de gens même plus courageux qu'elle.
Sauf que sur l'île, elle est aussi loin de tout ce qu'elle a cherché à fuir. Et c'est très certainement la seule et unique raison de sa présence ici. Personne ne pensera jamais à venir la chercher au milieu des dinosaures.

La scientifique note tout ce que lui dit la vétérinaire sur sa tablette, et ouvre une image de la carte topographique sur laquelle travaillent les botanistes du labo. Elle regarde quelques instants autour d'elle, détermine sa position, et fais un cercle rouge sur les plaines, avant de tendre l'écran vers sa compagne de fortune.
Du coup, s'ils veulent couver, ils restent grosso-modo dans cette zone ? Est-ce que vous savez si une autre espèce est susceptible de se sédentariser à cet endroit, où si les ankylosaures sont suffisamment territorialistes pour réussir à s'implanter seuls ?
Elle lève la tête vers le troupeau, qui visiblement se moque bien de leur présence. Les deux jeunes femmes sont suffisamment éloignées pour que les animaux ne les aient pas remarquées. De ce qu'elle aperçoit, aucune femelle ne couve, ce qui correspond à la récolte des œufs de la veille, comme on l'appelle. D'ici quelques semaines, des bébés ankylosaures nés en couveuse pourront rejoindre en toute sécurité le troupeau.
Mais histoire de ne pas aller chercher les œufs dans tous le Parc tous les 4 matins, il fallait trouver une solution. Et jouer à la chasse du jour de Pâques n'en était pas une, bien que Keaweaheulu ne doutait pas un instant que les enfants visiteurs apprécieraient cette nouvelle activité.

Elle replace nerveusement une mèche de ses longs cheveux auburn derrière son oreille, avant d'ouvrir une énième application sur sa tablette magique. S'affichent alors des dizaines de séquences d'ADN, et elle commence machinalement à en supprimer certaines, qui s'avèrent fausses d'après les récents dires de la vétérinaire.
Je crois que les techniciens veulent réussir à "chauffer" le sol sous les nids, un peu à la manière de sources d'eau chaudes juste sous la surface. Moi, je voudrais aussi essayer de modifier le génome des prochains ankylosaures de façon à augmenter l'épaisseur de la coquille de leur œuf, afin que l'embryon soit moins sujet aux changements de température. Vous auriez une idée d'un animal dont la coquille est connue pour sa résistance, vous qui êtes vétérinaire ?
L'espagnole tenait à prendre des pincettes, car elle savait que beaucoup de gens ne voulaient pas que l'on touche au génome des dinosaures du Parc. Son objectif à elle était simplement d'en modifier quelques bases azotées, et c'est d'ailleurs tout ce qu'elle était habilitée à faire en ce moment. Elle faisait ce métier de biogénéticienne pour réparer les erreurs du génome et optimiser ce dernier, par pour jouer au petit chimiste ou au savant fou.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 13 Nov - 11:13
Invité
I'm safe, up high
Je ne cessais de regarder les dinosaures qui se trouvaient non loin de nous pour éviter tout accident à la jeune scientifique qui se trouvait à mes côtés. Après tout, elle donnait l’impression de ne pas être totalement à l’aise avec les gros animaux qui se trouvaient à quelques centaines de mètres de notre position, ce que je pouvais aisément comprendre. Mademoiselle Alvaro ne devait pas voir souvent de dinosaures dans son laboratoire aseptisé et les Ankylosaures étaient réellement très impressionnants quand on n’était pas habitué à en voir. Mais les dinosaures n’étaient absolument pas dérangés par nous et vaquaient à leurs occupations habituelles. Je baissais la tête vers la jeune femme quand elle reprit la parole. Je jetais un rapide coup d’œil aux Ankylosaures avant de répondre à la jeune femme qui regardait maintenant une carte topographique de la zone. « En effet, ils restent plus ou moins dans les parages au moment de la nidation. Après, les Ankylosaures cohabitent très bien avec d’autres espèces de végétivores même si ces dernières évitent de trop s’approcher d’eux. » On retrouvait facilement d’autres dinosaures à leurs côtés, ce qui pouvaient laisser présager que les dinosaures en face de nous n’étaient pas aussi territoriaux que ce à quoi nous pouvions nous attendre. Je reportais rapidement mon regard sur un des mâles du troupeau qui venait de lever la tête pour regarder dans notre direction. Le vent avait tourné et notre odeur avait dû venir jusqu’à eux et nous avions été repéré. J’espérais que la jeune scientifique allait rapidement avoir fini car si nous tardions trop, le troupeau pourrait tout à fait décider de charger pour éloigner les intrus. Elle reprit la parole après avoir ouvert une énième application de sa tablette, me faisant lever les yeux au ciel en souriant légèrement. J’avais dans l’idée que ce genre de chose pouvaient être faites au lao et non en pleine nature comme c’était le cas actuellement. « Il faudra dire aux techniciens que leur idée aurait pu être bonne mais on ne sait jamais où ils vont faire leur nid alors à moins de faire cela sur toutes les plaines et la forêt… Je pense plutôt que votre idée est la meilleure. Pour ce qui est de l’œuf, vous avez pensé à l’œuf d’Autruche? C’est certainement l’œuf le plus résistant du règne animal. » Je me souvenais de mon enfance dans la réserve où mes parents travaillaient et nous avions des autruches. Leurs œufs étaient gros mais la coquille était très résistante. En tout cas, cela m’avait coûté de reconnaître que modifier le génome des animaux était une bien meilleure idée que celle des techniciens. Après tout, il allait être très coûteux de faire chauffer le sol état donné que nous étions en pleine nature, à ciel découvert. Je reportais rapidement mon regard sur l’Ankylosaure qui ne cessait de nous regarder. Il commençait à devenir légèrement menaçant et je commençais moi-même à devenir nerveuse. D’autres dinosaures c’étaient arrêtés de paître pour nous regarder. Mais pour l’instant, aucun ne donnait l’impression d’être dérangé par notre présence.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Jeu 1 Déc - 19:04
Invité

ft maksim calaghan

area 3 - les plaines


   
   
   
the quiet scares me 'cause it screams the truth
,never wants to be alone
Et en plus, ils cohabitaient avec d'autres dinosaures. Encore heureux, l'espagnole ne parvenait à distinguer aucune autre espèce dans les environs. Bien qu'après réflexion, cela puisse également signifier que les autres animaux étaient encore en liberté complète sur l'île, et que par conséquent rien ni personne n'était capable de prévoir leur arrivée...
Pendant un instant, Kiwi se surprend à espérer que pleiiiiin d'autres dinos viennent les rejoindre. Qu'au moins elle puisse être rassurée sur sa propre sécurité. Histoire de ne devoir surveiller qu'un seul endroit à la fois.

Mais visiblement, le Parc et la bonne consistance des enclos, ça faisait encore deux. Il ne lui restait plus qu'à espérer que chacun de ces charmants ankylosaures était correctement pucé et répertorié sur un écran géant quelque part du côté des quartiers de la sécurité....
Alors qu'elle prend des notes dans un langage abrégé que seule elle peut comprendre, la vétérinaire se retourne pour surveiller un individu de grande taille. Enfin. Plus grand que le reste de ses congénères. Qui sont déjà grands. Rien de très rassurant, au demeurant.

Elle entoure le génome de l'autruche, ayant prévu le coup. Au milieu de dizaines d'autres espèces d'oiseaux, il est vrai. L'expert en ornithologie, c'est son voisin de labo, pas elle. Mais en ce moment, les inséminateurs ne croulent pas sous le travail. Mine de rien, pas mal de dinosaures sont encore planqués quelque part dans la nature, et la quasi-totalité des précédentes recherches a été détruite par les anciens laborantins, visiblement très peu enclins à vouloir expliquer la catastrophe de l'InDominus.
Je vais voir alors. Reste juste à éviter de leur faire apparaître des plumes... Je ne suis pas certaine que ça serait du meilleur effet sur leur tête.
Elle esquisse un sourire. Non, elle compte juste endurcir cette satanée coquille, pas transformer les Ankylosaures en chars pour le carnaval de Rio.
Au pire, elle confiera le travail à Drew. C'est lui le généticien des dinosaures. Elle, elle a davantage travaillé sur les génome humain. A la limite celui de souris. Mais des reptiles disparus après la crise KT, jamais.

Elle range ses feuilles et désigne les dinosaures du doigt, pas rassurée pour deux sous. A vue de nez, ça doit peser plusieurs centaines de kilos, ces machins. Et se faire rouler dessus par un 4x4 n'est pas inscrit à l'ordre du jour. Et ne le sera certainement jamais.
C'est agressif, ces bestioles ? Ou simplement curieux ?
La deuxième option serait la bienvenue. Mais elle a un vrai mauvais pressentiment. Même s'ils sont loin, elle peut bien se rendre compte que leurs écailles ressemblent davantage à une carapace. Genre presque à une armure. Au cas où un humain trop curieux viendrait les embêter avec une tablette tactile ultra-fine émettrice d'ondes désagréables...
Sursautant lorsque l'imposant mâle fait un mouvement, elle se baisse doucement pour ramasser ses affaires, ayant bien retenu qu'à un endroit dans le contrat il y avait marqué "Pas de mouvement brusque".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Ven 2 Déc - 21:24
Invité
I'm safe, up high
Je gardais toujours un œil sur les Ankylosaures au loin qui semblaient soudain bien plus intéressés par notre présence que par l’idée de manger tranquillement la douce herbe de la forêt. La scientifique continuait à prendre ses notes et j’aurais bien aimé qu’un membre de la sécurité soit parmi nous, ne serais ce que pour surveiller les dinosaures pendant que je discutais avec cette dernière. Mais voilà, je n’aimais pas bosser avec trop de personnes sur le dos et déjà deux personnes près des animaux, c’était déjà bien. J’avais peur que si l’on avait été trois, les Ankylosaures nous auraient pris pour une menace et auraient très certainement chargé. Hors, me faire marcher dessus par un dinosaure de plusieurs tonnes n’était pas à l’ordre du jour. Détournant mon regard des dinosaures un instant, je restais le visage fermé quant à la blague de la jeune femme. Les bidouillages scientifiques, ce n’était pas mon truc et je manquais cruellement de sens de l’humour. C’était un fait, plusieurs personnes avaient essayé de m’enseigner l’art de rire et de faire rire, ils avaient tous lamentablement échoué, mes parents les premiers. Je ne comprenais que très rarement l’humour ou le second degré. Alors que je reportais mon regard sur les animaux non loin de nous, la jeune femme me demanda alors si les Ankylosaures étaient d’un naturel menaçant ou juste curieux. Je pris le temps de la réflexion car après tout, ce n’était pas une question facile. « Les Ankylosaures peuvent être menaçants si l’on s’approche trop près de leur nid. Mais en règle générale et vu la distance à laquelle nous nous trouvons, ils sont plutôt curieux de savoir ce que nous faisons ici. Cela fait deux ans qu’ils ne sont plus habitués à la présence humaine… » Comme je les enviais. Deux années rien qu’entre eux. J’avais dû supporter l’espèce humaine pendant tellement longtemps, depuis ma naissance, que je rêvais juste de partir vivre en Hermite. Les humains ne m’avaient apporté que des ennuis depuis que je les côtoyais. Bon, j’avais certes quelques amis… J’en avais trois, c’était déjà un gros effort me concernant. Je me débrouillais très bien toute seule, je n’avais pas besoin de l’aide de quelqu’un pour régenter ma vie. Je n’étais pas porté sur les sentiments, mes parents m’ayant appris à me débrouiller toute seule plutôt que de compter sur eux. Je revins à la réalité en entendant un mouvement du côté des dinosaures. L’un d’entre eux commençait calmement à se diriger vers nous et la scientifique n’en menait pas large. Pour la première fois depuis que j’étais sorti de mon lit ce matin, j’esquissais un semblant de sourire en voyant la scientifique ranger ses affaires, le tout dans le calme. Elle semblait avoir retenu qu’il ne fallait pas faire de geste brusque avec les dinosaures. « On va reculer tranquillement. Il ne faut jamais quitter un dinosaure en mouvement, surtout s’il fait quatre tonnes. » Je commençais donc doucement à reculer, reportant mon regard sur les dinosaures. Ils c’étaient tous plus ou moins mis en route dans notre direction mais ils n’étaient en rien menaçant. Juste curieux.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 3 Déc - 19:48
Invité

ft maksim calaghan

area 3 - les plaines


   
   
   
the quiet scares me 'cause it screams the truth
,never wants to be alone
Sa piètre tentative d'humour tombe à plat, bien évidemment. L'espagnole n'a que peu confiance en son sens de l'humour, certes. Elle n'a pas eu une enfance lui permettant de développer une capacité impressionnante à faire des blagues, d'abord. Puis, dans le milieu scientifique, on ne rit que rarement. On préfère de loin tenter de trouver des solutions concrètes aux problèmes que l'on nous pose. Pas le temps de s'amuser à blaguer sur les capacités exceptionnelles de mutation du dernier virus à la mode. A peine le temps de s'en remettre qu'il a déjà tué plusieurs personnes quelque part sur la planète.
Mais quand même. Elle s'était attendue à un peu plus de réaction. Mais depuis le début de cette petite visite improvisée chez les Ankylosaures, Keaweaheulu a bien remarqué que la vétérinaire n'est pas un exemple de joie de vivre. Et l'espagnole est elle-même très mal placée pour lui faire la morale.

Elle hoche sagement la tête. C'est vrai. Du point de vue des humains, ces animaux sont considérés comme de véritables animaux de foire. Mais du point de vue des reptiles, ce sont plutôt les humains qui sont intéressants à regarder. Un animal sans écailles, avec de longs poils sur la tête et recouvert d'une étrange carapace colorée, c'est certain que ça doit jaser, en langage Ankylosaurien.
Et vous n'avez pas peur qu'ils ne se réadaptent pas à la captivité et à la présence humaine ? Deux ans, c'est long, surtout quand on a jouit de sa liberté pendant tout ce temps...
Cela n'est bien évidemment plus du ressort de la scientifique. Mais tout de même, elle pense que la question mérite d'être posée. Histoire que le Parc n'ait pas à composer une nouvelle fois avec une horde d'animaux sauvages et potentiellement dangereux en furie... Parce que cette fois, plus personne ne voudra en entendre parler. Pas même une riche héritière n'ayant nulle part où investir tout l'argent que son défunt père a eu l'amabilité de lui léguer.

Lorsque la vétérinaire lui indique de reculer prudemment, elle s'exécute. De un parce que la jeune femme semble plutôt coriace et a l'air d'avoir l'habitude qu'on lui obéisse. De deux, parce que les dinosaures semblent avoir envie de faire connaissance. Et que, bien loin du 4x4 que Keaweaheulu s'était imaginé, ils pèsent plusieurs tonnes. Des immeubles, mais sur roulettes en fait.
4 tonnes, vraiment ? Mais comment un herbivore peut attendre une taille si importante ?
Question épineuse. Par définition, un herbivore ne parvient à utiliser qu'une infime partie de ce qu'il mange pour produire sa propre matière organique, la matière végétale étant impossible à digérer, sauf par quelque micro-organismes symbiotes, qui bien souvent élisent domicile dans l'estomac des grands herbivores.
Mais là, c'étaient des micro-organismes vachement efficace pour pouvoir donner un animal de plusieurs tonnes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 5 Déc - 21:04
Invité
I'm safe, up high
Si la jeune scientifique doutait de son humour, je savais que le mien était complètement à côté de la plaque, faisant des blagues où personnes ne riaient. J’avais un humour de vétérinaire, à faire des comparaisons que moi seule comprenait. Ça m’était venu avec ma formation parce qu’avant, je n’avais pratiquement aucun sens de l’humour. Je n’avais pas été élevé dans une maison drôle même si elle avait été aimante. J’avais acquis le sens de l’humour de mon père: inexistant, au grand désespoir de ma mère. Peut-être pour cela qu’elle avait fini par aller voir ailleurs, après trente ans de mariage et un enfant. Je sortis de mes souvenirs quand la jeune scientifique reprit la parole, me parlant des dinosaures et de la captivité. « Vous savez, les Ankylosaures sont présents pour les girosphères et la balade en canoë. Ils ne sont donc pas parquer comme pourrait l’être le T-Rex ou les Ptéranodons. » Ils n’étaient donc pas réellement en captivité, juste que lorsque le parc serait rouvert, les dinosaures n’auront plus les même parcours. Mais ces derniers semblaient néanmoins très curieux de nous rencontrer et je n’avais pas spécialement envie de me retrouver entourer par une horde entière d’animaux qui pesaient chacun les 4 tonnes. Cela parut d’ailleurs impressionner la jeune femme à mes côtés, m’arrachant un bref sourire. « Ils mangent et ne font pas de sport. Le même problème que pour les humains. Même si eux ne sont pas obèses comme peuvent l’être certains de nos congénères. » Je continuais à reculer et les dinosaures semblaient avoir compris que nous n’aimions pas l’idée qu’ils s’approchent car celui qui semblait être le dominant fit demi-tour, entrainant toute la horde avec lui. Je souris en les regardant repartir avant de reposer un visage strict sur la jeune femme. J’avais tendance à être plus gentille avec les animaux qu’avec mes propres congénères. « Vous avez toutes vos notes et on peut partir ou vous avez encore besoin de quelques choses? Des questions peut-être? » Même si l’idée de m’appesantir ici ne me plaisait guère, la jeune femme n’en avait peut-être pas encore terminé avec les Ankylosaures et qu’elle avait d’autres questions. Si c’était le cas, je continuerais à la guider et à répondre à ses questions. Mais si on pouvait le faire en retournant sagement à la jeep, je prenais également.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Mer 7 Déc - 20:38
Invité

ft maksim calaghan

area 3 - les plaines


   
   
   
the quiet scares me 'cause it screams the truth
,never wants to be alone
Effectivement, ils étaient parmi les mieux lotis sur le Parc. Avec un peu de chance, s'ils avaient pour habitude de stationner dans cette zone, ils ne verraient même pas la différence lorsque les techniciens auraient terminé de réparer la totalité de l'immense enclos qui leur servirait d'habitat "naturel", si tant est qu'on puisse appeler une île des milliers d'années après leur disparition.
Mais pour les autres... Kiwi se demande un instant s'il ne vaudrait pas mieux en miniaturiser quelques uns. Pour leur offrir un peu mieux qu'un "grand" enclos. Ou alors tenter de mettre la main sur le gène de la captivité, qu'on retrouvait chez certaines espèces, notamment les chats ou les chiens, habitués aux espaces clos dans lesquels les drôles d'humains aiment à s'enfermer.

A son grand soulagement, elle voit les dinosaures faire demi-tour. Pour un peu, elle en aurait sauté de joie. Mais elle se contente de lâcher un soupir bien sonore. Elle ne se sent pas entièrement en sécurité. Mais c'est déjà, ça, ils s'éloignent. Elle aura plus de temps pour les voir venir. Ce qui est non négligeable.
Quand la vétérinaire évoque la possibilité d'avoir des ankylosaures obèses, la scientifique ne peut s'empêcher d'écarquiller de grands yeux.
Des ankylosaures obèses, manquerait plus que ça... 6-7 tonnes de muscles et des pics. Charmante perspective.
Il ne lui restait plus qu'à proposer aux ingénieurs de mettre au point un tapis de cours pour maintenir ces dinosaures en forme. Et à engager un coach sportif, tant qu'à faire.
Lorsque la vétérinaire propose de rentrer, la jeune brune se fend d'un léger sourire.
C'est bon, les comportementalistes et d'autres scientifiques auront certainement suffisamment d'informations. Quant à moi, je devrais réussir à faire quelque chose de tout ça... Et on peut profiter du trajet de retour pour que je vous pose mes dernières questions.
Sous-entendu : emmenez-moi partout, mais loin de ces bébêtes trop grosses. En plus, elle disait vrai : de charmants jeunes scientifiques allaient se régaler à analyser l'espacement moyen entre individus, et les comportementalistes pourraient certainement déduire la hiérarchie exacte dans le troupeau. Quand à elle, elle allait pouvoir évaluer le poids moyen, et la température corporelle de ces reptiles, afin de tenter de résoudre leur problème de maternité. Au moins, elle ne manquerait pas de travail pendant les prochaines semaines. Elle allait avoir besoin d'au moins ça pour se remettre de sa rencontre avec les mastodontes des plaines...

Toujours à reculons - comme la vétérinaire lui avait dit - elle se dirige vers la voiture, garée un peu plus loin. N'empêche, il allait vraiment falloir qu'elle ne tarde pas à regarder où elle posait les pieds, ou elle allait finir par se retrouver les quatre fers en l'air. Et bien qu'elle n'ait pas forcément un égo très dimensionné, elle avait un semblant d'amour-propre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Lun 19 Déc - 21:24
Invité
I'm safe, up high
Même si les Ankylosaures ne faisaient pas vraiment d’exercice, ils avaient un métabolisme fait pour assimiler leurs aliments de telles sortes à ne pas avoir de problèmes avec leur poids. Mais il ne fallait jamais oublier qu’ils n’étaient pas habitués aux temps modernes et que le moindre problème pourrait être tragique pour cette espèce censée être éteinte. Je proposais alors à la jeune scientifique de rentrer sauf si elle avait encore des questions et sa réponse me fit sourire intérieurement. Elle donnait l’impression de n’avoir qu’une envie, se retrouver partout, n’importe où tant que ce n’était pas près des dinosaures. Je hochais simplement la tête concernant la possibilité que je réponde à ses questions avant de faire demi-tour pour rejoindre la jeep qui nous attendait sagement. Je ne pus retenir un petit rire quand je la vis continuer à marcher à reculons. « Vous savez, vous pouvez marcher normalement. Les Ankylosaures ne nous suivent pas. » Mais si elle tenait vraiment à garder un œil sur les animaux et de risquer de se retrouver à tomber lourdement sur le dos, c’était elle qui voyait. Une fois sortie de la forêt, je pris le temps de regarder l’île, laissant mon regard au loin, où l’on pouvait apercevoir un troupeau de Galliminus qui courait tranquillement dans les plaines. Je me surpris alors à avoir un peu le mal du pays, de mon Afrique du Sud natale et de la réserve où j’avais grandi. Mon oncle avait repris la gestion de la réserve à la mort de mes parents mais je n’y étais pas retourné depuis leur enterrement. Je soupirais en secouant la tête avant de reprendre ma marche jusqu’à la jeep. Je me tournais alors vers la jeune femme. « Vous avez un chauffeur qui passe vous prendre ou vous avez besoin que je vous ramène. » J’ignorais comment elle était parvenu jusqu’aux plaines et je ne pouvais pas la laisser là, toute seule et encore moins la laisser rentrer à pieds jusqu’au laboratoire. J’étais responsable d’elle de par mon rang et il était hors de question qu’elle ne se fasse croquer.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Sam 7 Jan - 18:14
Invité

ft maksim calaghan

area 3 - les plaines


   
   
   
the quiet scares me 'cause it screams the truth
,never wants to be alone
Si elle avait effectivement eu l'air ridicule, elle avait au moins réussi à faire rire la vétérinaire. Et vu que cette fameuse brune semblait assez difficile à dérider, Kiwi considérait cela comme un exploit. Même si elle aurait préféré que ce ne soit pas son incompétence notoire qui amuse ainsi la galerie. Mais bon. On ne pouvait pas tout avoir.
Après un dernier regard sur le groupe de dinosaures, effectivement à nouveau plus intéressés par l'herbe fraîche que par les deux étranges humaines au loin, l'espagnole reprit sa marche dans le bon sens. Avec un petit sourire pour Maksim également. Si elle avait réussi à briser un tant soit peu la glace et à obtenir une compagne moins froide que dix minutes auparavant, elle allait tout faire pour conserver ce léger terrain d'entente.

Arrivées devant la Jeep de la vétérinaire, cette dernière demanda à la scientifique comment elle comptait rentrer au laboratoire. Un membre de la sécurité l'avait amenée un peu plus tôt en allant faire sa ronde, et on lui avait dit d'appeler pour qu'on vienne la chercher. N'ayant jamais passé le permis à New York, elle n'avait pas pensé en avoir besoin pour créer des bébés dinosaures depuis un laboratoire à la pointe de la technologie. Les véhicules sans chauffeur n'existaient pas plus sur l'île que dans la vie réelle, et Kiwi en était presque déçue.
Elle consulta l'heure sur sa tablette. Tout compte fait, elles n'avaient pas passé tant que temps que ça auprès des Ankylosaures. C'était bien entendu pour le plus bonheur de la scientifique trouillarde qu'était Kiwi, mais cela la gênait de déranger quelqu'un aussi peu de temps après qu'elle ait déjà alpagué un autre pauvre jeune homme.

Et tant qu'à faire, elle n'aurait pas à attendre toute seule en pleine forêt, avec un troupeau d'herbivores de plusieurs tonnes à seulement quelques centaines de mètres d'elle. Elle risquait, au mieux, une crise cardiaque au moindre bruit. Autant réduire les risques. Elle tenait un minimum à sa vie, aussi peu importante soit-elle.
Cela ne vous dérange vraiment pas de me raccompagner ? Cela m'évite d'embêter quelqu'un qui devrait faire l'aller-retour juste pour moi...
Elle assortit sa demande d'un charmant sourire, histoire de faire passer la pilule. Après tout, c'était la vétérinaire elle-même qui lui avait proposé, ça ne devrait pas la déranger tant que ça...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Dim 8 Jan - 18:02
Invité
I'm safe, up high
Je n’avais pas pu m’empêcher de rire légèrement en voyant que la jeune scientifique continuait à marcher à reculons parce qu’il fallait avouer que c’était assez amusant de la regarder faire. Mais pour sa sécurité, il valait mieux qu’elle regarde où elle mettait les pieds pour éviter de se retrouver à trébucher en arrière et tomber lourdement, au risque de se faire mal. Et comme je n’avais pas spécialement envie de jouer les infirmières aussi près d’un troupeau d’Ankylosaures qui pouvaient se révéler pour le moins curieux, il valait mieux pour elle qu’elle ne tombe pas. Elle se remit alors en marche normal et me gratifia d’un petit sourire auquel je répondis par un simple petit hochement de tête. Ainsi, je pouvais me concentrer sur ma propre marche et non plus sur celle de la jeune femme à mes côtés. Arrivée près de la jeep, je lui demandais alors si elle avait besoin d’être raccompagné ou si on venait la chercher. Je ne savais pas comment elle était venue jusqu’à notre point de rendez-vous et si je pouvais éviter de la laisser toute seule dans les plaines, je prenais. Elle était sous ma responsabilité et j’aurais eu de gros ennuis en la laissant toute seule, à la merci du premier dinosaure carnivore passant dans le coin. Je secouais alors la tête quand elle me demanda si cela ne me dérangeait pas. « Si c’était le cas, jamais je ne l’aurais proposé. » Je n’étais pas du genre à parler de faire quelque chose alors que je n’en avais pas envie. Me plier aux quatre volontés de quelqu’un n’était pas dans mes habitudes. Je déverrouillais alors la jeep pour nous permettre de monter toutes les deux. Allumant le moteur, je laissais à ma jeune camarade le temps de monter et de boucler sa ceinture avant de partir sur les chapeaux de roue en direction du laboratoire. J’étais une excellente conductrice sur ce genre de terrain, mon père m’ayant appris à conduire sur les pistes de la réserve dès que j’avais eu mon permis.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance :: Archives des Rps-
Sauter vers: