AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Suite à l'event de la prise d'otage
merci de lire l'annonce globale
pour permettre de comprendre les changements
effectués après l'event
Pour en savoir plus c'est ici:
ETAT DES LIEUX


 ::  :: AREA 5 - L'HOTEL :: Le loch Ness :: Les chambres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Up in the air • Julian & Laura

avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 181
✗ JGolds : 54355

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Déc - 23:49
Info:
 

L’hôtel. Y arriver relevait presque d’un périple aussi intense que les douze travaux menés par Hercule. Perchée sur le dos de Julian Blake, la PDG de Masrani Global Corporation était dans un état qui aurait fait jouir des paparazzis. Après tout, ne cherchaient-ils pas toujours les scandales, ces rapaces ? Pourtant, ici, sur Isla Nublar, la jeune femme n’avait à craindre les ragots colportés par de tels oiseaux de mauvais augure. Les seuls qui pourraient se moquer d’elle étaient ses employés mais… Oseraient-ils seulement le faire ? L’heure n’était pas à se questionner sur ce genre de chose, mais plutôt d’atteindre sa résidence, tout en haut de cet immeuble soudainement colossal.

Entre le action ou vérité lancé avec Julian et le Bière Pong qui venait couler dans ses veines, il devenait difficile pour elle de garder une quelconque lucidité, répondant plus à ses questions machinalement, agissant suivant des instincts qu’elle faisait habituellement taire. La partie relancée, elle lui avait posé cette fameuse question suivie de celle qui correspondait à ses demandes. Heureux ou normal. Elle fronça les sourcils, manquant cruellement de pragmatique avec le degré d’alcool dans son sang. « Bah, les deux… » Elle avait répondu sur un ton penaud, presqu’empli d’une certaine incompréhension devant sa question. Il s’était arrêté net, cherchant à capter son regard avant de lui demander si cela ne dépendait pas du point de vue. Elle fronça les sourcils avant de faire légèrement la moue. « Du mien, vous serez toujours merveilleusement normal… Quant à votre bonheur… Vous n’avez pas répondu à la question ! » Elle lui asséna une petite tape sur l’épaule, comme pour lui faire comprendre qu’il ne saurait s’y dérober.

Ils entrèrent dans le hall de l’hôtel aux allures d’apocalypse zombie au vu de l’heure tardive. Cette pensée la fit frémir doucement et ils s’arrêtèrent devant les ascenseurs. Vous n’êtes pas seule Laura. Cette phrase vacillait entre vérité et mensonge à chaque seconde. Elle n’avait plus la moindre famille. Son grand-père, sa mère… Puis son père. Tous avaient embrassé la mort, la laissant les étreindre pour mieux abandonner parmi les vivants le trésor de leur réussite, leur plus bel héritage. Alors, elle avait beau trouver des épaules sur lesquelles s’appuyer, aucune d’elle ne partageait son sang, aucune d’elle n’avait cette fusion que les Masrani avaient pu partager jadis. Pour toute réponse, elle eut un sourire triste, retrouvant le sol malgré elle, tanguant de nouveau dangereusement, se raccrochant au mur où elle appuya sur le bouton pour appeler l’ascenseur.

Ce dernier ne se fit pas attendre longtemps et dans une sonnette, les portes s’ouvrirent, permettant à Laura d’entrer, suivie de près par Julian. « Allez, venez… J’vous ai promis un verre ! » Puis, n’y tenant plus, ces quelques pas lui rappelant son inconfort. Elle s’appuya contre la paroi de l’élévateur pour retirer une première botte dans un équilibre instable. Puis la seconde. Les portes se refermèrent et elle ricana, un nouveau souvenir se rappelant à elle. « Au College, il nous ait arrivé de faire une soirée dans un ascenseur comme celui-ci. On sautait tellement sur place que l’appareil s’est finalement bloqué entre deux étages et on a juste fini par boire assis dans l’ascenseur en attendant qu’on nous décoince… A la fin, chacun a eu un nombre d’heures de colles inversement proportionnel au montant que nos parents avaient mis sur notre chèque d’admission… J’vous laisse deviner combien de temps j’ai passé sur le banc des punis… » Pouffant à nouveau, elle représenta une bulle avec sa main, tel un indice finement donné au jeune homme.

_________________
This is my legacy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 12:07
Les deux...sérieusement ? Il n'était ni normal, ni particulièrement heureux, même si l'alcool dans son sang tentait à le faire mentir.
Comparé à elle cependant, il se rapprochait du commun des mortels à n'en pas douter et il comprenait ces propos même s'il les trouvaient particulièrement injustes, voire cruels.
Du haut de son podium d'argent et de pouvoir, elle semblait bien loin de la vie quotidienne d'une personne comme lui. Qu'avait-elle dit déjà le concernant ? Qu'il était aussi beau qu'ingrat ? ingrat vis à vis de qui ? D'elle ? Elle croyait réellement qu'il aurait dû être reconnaissant de devoir servir de coach physique à Laura Masrani ?
N'avait-il pas suffisamment donné pour le parc ? Il y risquait sa vie au quotidien, que voulait-elle de plus ? Qu'il lui baise les pieds en lui disant merci ?

Cette vision biaisé le contrariait légèrement, aussi, comme elle lui tapotait l'épaule dans l'attente de sa réponse, il lui offrit un sourire effronté.

- Je vous dirais ça demain matin...lança-t-il sur le ton de la confidence.

Devant l'ascenseur, elle ne répondit rien et se contenta d'appuyer sur le bouton d'appel. Rapidement, ce dernier se présenta dans un bruit de sonnette lorsque les portes s'ouvrirent, larges, prêtes à les engloutir.
Laura entra et il la suivit sans savoir si cela avait un quelconque lien avec la promesse d'un nouveau verre. Il doutait fortement qu'elle aurait de la bière, l'imaginant aisément boire du champagne avec ses amies de la haute société. Entre riches, on voulait ce qui se faisait de mieux n'est-ce pas ? Et qui avaitil de mieux que le champagne pour eux, bu du bout des lèvres entre personnes au portefeuille aussi plein que leur coeur était vide ?

Les portes se refermèrent sur eux. Laura s'appuyait sur le mur pour retirer ses bottes, lui s'était adossé contre la parois à côté, bras croisés sur sa poitrine. Il réfléchissait, enfin essayait. Un monde les séparait, un univers même peut-être. Alors pourquoi s'abaissait-elle a terminer une soirée à boire avec un pauvre type comme lui ? Était-ce pour se moquer ? Pour mieux le ridiculiser après ? Ou bien encore lui rappeler qu'il lui devait du bon temps et qu'il pouvait jeter son ingratitude aux orties ?
Le rire de Laura lui parvint à nouveau, avant qu'elle ne se lance dans le récit d'un souvenir du College. Ces propos confirmèrent ses pensées. Un univers tout entier les séparait, lui qui n'avait pas fait de grandes études et qui s'était engagé dans l'armée après le décès de sa mère, et même s'il avait pu, jamais il n'aurait fait parti du cercle fermé de ceux qui étaient nés avec une cuillère en argent dans la bouche.

Il se sentit diminué, humilié qu'elle soit si contente de n'avoir pas eu d'heure de colle grâce à l'argent de son père, d'avoir flotté au dessus de toute le monde et même du système éducatif. Le complexe du pauvre le rabaissait sans qu'il ne puisse lutter. Alors il eut envie de lui prouver qu'il valait quelque chose, quitte à faire voler en éclat ses valeurs et ses interdits.
Décroisant ses bras, il s'avança vers elle d'un air sérieux et s’appuya sur la paroi juste au dessus de son épaule. Bien qu'elle soit grande de taille, il la dominait aisément. Plantant son regard dans le sien et ployant véritablement vers son visage, ce fut son tour de lui révéler un souvenir d'une voix basse.

- C'est marrant... le dernier souvenir que je possède concernant un ascenseur est une furieuse partie de jambes en l'air en attendant le dépanneur et le plus drôle dans tout ça, c'est que je n'ai même pas eu besoin de payer !

Il aurait pu sceller ses paroles d'un baiser volé juste pour lui montrer qu'on ne pouvait pas tout contrôler avec l'argent. Après tout, ils étaient si proches physiquement à ce moment là que c'en était indécent, mais les portes s'ouvrirent à nouveau dans un bruit de sonnette et Julian se redressa tandis qu'un sourire moqueur s'imprimait de nouveau sur ses lèvres.

- Nous sommes arrivés à votre forteresse, Princesse. Après vous...


Alors d'un geste du bras, il s'inclina volontairement comme un courtisan d'un autre siècle. Quelque part au fond de lui, il savait qu'elle avait éveillé avec ses propos autant qu'avec l'alcool, une facette de sa personnalité qu'il s'évertuait à tenir à distance sur l'île : Celle du connard insensible qui prenait ce qu'il voulait sans même se soucier du lendemain.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 181
✗ JGolds : 54355

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 23:50
Demain matin. Comme si cette nuit pouvait avoir un lendemain. Elle était bien trop mal pour envisager cette possibilité. Dans quel état serait-elle seulement ? N’y pense pas. Faire abstraction du pire pour se concentrer sur le meilleur. N’était-ce pas le but même de cette soirée ? C’était en tout cas dans cette optique là qu’elle monta dans l’ascenseur. Se déchausser lui fit le plus grand bien et se remémorer les souvenirs d’une vie envolée autant que volée était autrement plaisante. L’argent avait résolu bon nombre de ses problèmes quand la seule chose qui l’obsédait était de faire scandale, de faire fléchir ce père absent, le pousser à s’intéresser à elle. Ce genre d’histoire n’était qu’une parmi beaucoup trop et elle n’en avait pas honte, bien qu’elle sût pertinemment qu’il n’y avait aucune gloire à récolter de ce genre de procédé. Comme elle aurait préféré être punie comme tous les autres. Comme elle aurait préféré aller dans une école classique comme la grande majorité du monde. Mais non. Laura avait eu droit à traitement de faveur sur traitement de faveur, devant paraître devant tous, devant supporter ses pairs qui, pour la plupart étaient les pires des requins. Combien de jeunes hommes s’étaient vanté, à l’époque, d’avoir su tirer une épingle plus forte dans un jeu biaisé ? L’honneur n’est que scandale étouffé dans les mondes de paillettes et Laura ne dérogeait pas à cette règle, sexualisant son statut social autant que d’autres l’auraient fait à sa place.

Le souvenir, lui était léger pourtant et bien que sa voix fût emplie d’ironie, elle sentit que Julian ne la prit pas de cette manière. Il décroisa les bras alors qu’elle relevait les yeux sur elle, s’avançant trop rapidement pour qu’elle puisse envisager ne serait-ce que de le repousser. D’un geste ferme, il plaqua sa paume au-dessus de son épaule, bloquant son corps du sien. Ses pupilles se relevèrent pour trouver les siennes, une lueur étrange et illisible pour elle gravée dedans. Il était là, tout contre elle, la dominant de sa hauteur. Et il lui raconta comment il avait pu s’envoyer en l’air dans un ascenseur avec… Attendez, quoi ? Julian Blake s’est déjà payé des filles ? Il l’attaquait sur son terrain, venant pointer cette richesse abondante qui justifiait à Laura sa réputation de neige quand la sienne semblait soudainement bien noire, irrécupérable. Déglutissant avec difficulté, Laura ne bougea pas, le laissant là, contre elle, le dos plaqué contre la paroi de l’ascenseur, la poitrine étrangement proche du torse du jeune homme.

Sauvée par le gong. La tension palpable entre eux deux redescendit avec la sonnerie de l’élévateur qui annonçait l’arrivée à l’étage. Julian s’écarta d’elle, lui permettant de baisser les yeux, reprenant son souffle. S’inclinant dans une révérence grotesque, la gratifiant d’un surnom qui ne lui plut guère, même dans son état. Princesse. « Fermez-la. » Et elle sortit de la boîte métallique sans même se préoccuper de ramasser ses chaussures qui passeraient certainement la nuit à monter… Et descendre. Au moins, certaines feraient des va-et-vients… « Et ramenez-vous ! J’n’ai qu’une parole ! Si je dis que e vous offre un verre, je le fais. » Et là, elle ne tolérerai aucun refus. S’avançant en zigzaguant dans le couloir, elle finit par mettre la main sur la poignée de la porte. Et soudain, elle se rappela de l’autre facteur qui les avait amenés ici. « Je choisis action, monsieur Blake ! » Se plaquant dos à la porte de sa suite, elle glissa alors ses mains dans ses poches à la recherche de son badge magnétique.

_________________
This is my legacy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Déc - 10:57
Fermez la.
Julian ricana ouvertement tandis qu'elle passait devant lui sans un regard. Il ignorait ce qu'il lui avait tant déplu, l'anecdote ou le surnom ?
L'anecdote n'avait eu pour but que de la provoquer sur sa richesse qu'elle mettait en avant, comme un dû égoïste et injuste. Lui n'avait jamais eu besoin d'argent pour passer du bon temps, ni même pour esquiver des sanctions. Et des sanctions, il en avait connu dans l'Armée, au début du moins. Après il avait fait mine de s'être calmé. La seule conviction qu'il possédait en temps normal, c'était que l'argent contribuait au bonheur, mais aux yeux de Laura, il lui semblait plutôt que l'argent était le bonheur. Cette attitude qu'il jugeait détestable et qui lui donnait encore de la provoquer toujours plus, d'agir comme l'enfoiré juste pour la faire souffrir.
Après tout, elle avait exigé qu'il l’entraîne pour faire elle-seule savait quoi. De son poste, il devait ajouter coach personnel pour Mademoiselle et juste fermer sa gueule voire même l'en remercier.

Le surnom allait en ce sens, juste pour se moquer de ses attitudes altières et il se demanda si elle le considérait comme un gueux, prompt à lui manger dans la main.
Toutes ses émotions se contredisaient au fond de lui. L'alcool aidant, il oscillait entre la désirer réellement et s'amuser avec elle, dans l'espérance peut-être d'une souffrance quelconque.

Attrapant les bottes abandonnées, il sortit de l'ascenseur un sourire moqueur imprimé sur les lèvres.
Puis, tout comme elle, il zig-zagua jusqu'à la porte de l'appartement de Mademoiselle.
Elle se faisait pas chier avec son étage pour elle seule. Qu'elle vienne lui parler de solitude après ça, alors qu'elle refusait d'avoir des voisins ?

D'un ton plus agressif, elle lui ordonna de la rejoindre et son sourire s'élargit. Il la préférait comme ça, une fois le masque tombé, une fois qu'elle disait ce qu'elle pensait.
Elle y tenait à son verre, espérait-elle s'endormir plus vite ? A moins qu'elle ne souhaite se mettre la tête à l'envers pour mieux se laisser aller dans les bras d'un quasi inconnu ?
Saisirait-il cette opportunité ?
Une part de lui en avait vraiment envie. Franchement, qui hésiterait autant ? Se taper la boss ? La riche ? Une femme au physique diablement sexy ? Seul un homosexuel pouvait refuser ça, et lui ne l'était clairement pas.
Mais en même temps et malgré les vapeur d'alcool...il songeait encore au "demain" et aux conséquences que cet acte pourrait avoir.

Elle le tira de ses pensées en lui faisant part de son nouveau choix dans le jeu. Action. Provocation tandis que dos à la porte elle lui faisait face. Cherchant sa carte d'accès dans sa poche, lui ne voyait que ce corps plaqué contre la porte dont il pourrait aisément disposer.
Mais tout ceci n'était qu'un jeu n'est-ce pas ? Un jeu auquel il se devait de jouer, un jeu dont le gain allait au delà de la simple coucherie de soirée, un jeu durant lequel pour gagner, il fallait être le dernier à céder.

Très sûr de lui, il ricana de plus belle avant de lui répondre en haussant un sourcil :

- J'ai déjà une action à vous faire faire. Vous en redemandez ? A croire que vous êtes joueuse...


Amusé, il se pencha en avant vers elle et frôlant sa joue de ses cheveux, vint lui murmurer dans le creux de l'oreille après avoir humé le parfum de sa peau :

- Ouvrez la porte.

Alors il partit dans un grand fou rire en se redressant. L'action du siècle à n'en pas douter mais au moins, il était certain qu'il ne serait pas le premier à céder à la tentation d'embraser ses sens. Même si son corps le lui réclamait.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 181
✗ JGolds : 54355

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Déc - 13:00
Vous en redemandez ? Oh, que oui. Croyait-il réellement qu’elle était si aisément comblée ? Pensait-il qu’elle se contentait d’aussi peu ? Qu’importait le nombre d’actions qu’il pourrait avoir en stock, elle savait qu’il finirait par les mettre en place, poussant le jeu à son apogée, provoquant le début d’une chute inévitable. Laura était ainsi, à jouer jusqu’à ce qu’il n’y at plus de point de non-retour, à tenter le diable pour mieux le devenir. L’alcool ne faisait que rehausser cet aspect de sa personnalité, repoussant ceux qui faisaient d’elle une jeune femme respectable et appréciée. Princesse. Elle n’aimait pas le sobriquet autant qu’il lui collait pourtant mieux à la peau quand elle se mettait dans de tels états, ses penchants et travers revenant au galop car ayant été bien imprégnés dans sa chair au cour d’une adolescence explosive.

Son regard vaseux s’était braqué sur Julian. Il avait récupéré ses chaussures, s’avançant de manière compliquée vers elle. Elle avait envie de rire. De rire à s’en étouffer. Parce que plus rien n’avait d’importance. Parce qu’il n’y avait plus le moindre contrôle à avoir. Là, maintenant, tout de suite, elle pouvait tout envoyer en l’air autant qu’elle le désirait parce qu’elle ne penserait pas aux conséquences. Elle ne devrait que les affronter demain. Dos à la porte, elle eut un sourire en coin. « Joueuse ? Je déteste perdre, monsieur Blake… Et c’est vous qui avez lancé ce jeu… »

Alors il s’approcha d’elle, retrouvant son corps. Après l’avoir bloquée contre ce mur d’ascenseur, il venait de la coincer contre sa porte. Instinctivement, elle ferma les paupières, le laissant faire, se laissant faire. Doucement, il murmura à son oreille… Et elle le rejoignit dans son éclat de rire. Sérieux ? N’y avait-il pas action plus facile que ça ? Il avait reculé, hilare et, heureusement pour elle, son corps était maintenu par la porte sans quoi, elle serait probablement tombée à terre. « Comme il vous plaira, mon cher ! » Secouant légèrement le badge entre ses doigts, elle finit par le glisser dans la serrure spécifique des chambres d’hôtel et tourner la poignée pour mieux pousser la porte. « Abracadabr… AAAAH ! » Faisant un bon en arrière, Laura alla même jusqu’à se placer derrière Julian, regardant l’intérieur de l’appartement comme si elle venait de croiser Satan en personne. « Quelque chose a bougé ! Avec des yeux brillants ! »

_________________
This is my legacy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Déc - 15:37
Julian ne se souvenait déjà plus qu'il était à l’initiative du jeu. L'alcool avait parlé pour lui comme il parlait encore à travers le moindre éclat de rire, le moindre murmure prononcé et le moindre geste qu'en temps normal, il n'aurait jamais osé envers elle.
Force était de constater, qu'une sorte de jeu de séduction un peu malsaine était entrain de se mettre en place. Il prenait plaisir à la frôler, à la provoquer, en somme, à jouer.
C'était un de ses mauvais côtés. Avec les femmes, il ne savait pas s'arrêter, cherchant toujours plus, souhaitant se lancer lui-même des défis sur sa capacité à séduire, parfois même, sans conclure. Juste pour le jeu, juste pour le charme.

Laura semblait dans un état pire que le sien et leurs rires se mêlèrent à nouveau. L'alcool les mettait sur la même longueur d'ondes. Elle aussi semblait joueuse, pire que ça, elle détestait perdre et il cherchait déjà comment retourner cette information à son avantage.
Agitant le badge d'accès comme une liasse de billet, elle se retourna et ouvrit la porte avant de pousser un hurlement.
Machinalement, elle fit un bond en arrière et vint se placer derrière lui qui observait a scène à la limite du fou rire.
Quelle mouche la piquait ?
Elle lui indiqua alors que quelque chose avait bougé, avec des yeux brillants.
Jaugeant le danger, Julian avança dans la pièce, la botte de Laura toujours dans une main, comme une arme prête à pourfendre la créature qui les observait dans l'ombre. Talon en avant, à aucun moment Julian ne songea qu'ils étaient au dixième étage et que la porte était fermée avant leur arrivé. S'il avait pris le temps d'y réfléchir, il se serait rendu compte que l'horrible monstre était là avant que Laura ne quitte son appartement. Il eut pourtant le sentiment de décuver en une fraction de seconde, son coeur s'activant immédiatement sous le coup de l'émotion, chassant les molécules d'alcool pour mieux les remplacer par une sécrétion d'adrénaline, propre au danger.

Alors, il poussa l'interrupteur du bout des doigts et lorsque la lumière apparut, la créature émit un son :
- Meow ?

Julian demeura interloqué en découvrant le chat qui lui faisait face.
Il battit des cils deux ou trois fois puis se tourna vers Laura et lança :

- Un chat ? Vous aviez oublié que vous aviez un chat ?

Et sur ses propos, il éclata d'un nouveau rire qui manqua de le faire tomber à la renverse. Les larmes aux yeux, il avait un mal fou à apaiser l'éclat qui le secouait violemment. Lâchant les bottes au sol, il ne se calma véritablement qu'à partir du moment où ses yeux se mirent à balayer la pièce.
Clairement, ils n'étaient pas logés à la même enseigne et malgré lui, un "wow" lui échappa. Son appartement à lui semblait tellement triste à côté et surtout si impersonnel. Il n'avait aucune décoration, rien qui ne laissait présager que l'endroit était habité en dehors de quelques vêtements qu'il laissait parfois traîner.



_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 181
✗ JGolds : 54355

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Déc - 14:47
Elle avait sauté hors d’atteinte du danger. Enfin, sauté… Tout était relatif vu l’équilibre franchement instable de la jeune femme. Seule sa peur était capable de la tenir debout à présent. Murmurant son trouble à Julian, elle sentit le jeune homme se tendre devant elle. Et pourtant, il ne se défila pas. Et pourtant, il fit face à ce danger, tel un héros venant sauver sa demoiselle en détresse. Et en détresse, elle l’était vraiment, ses pensées biaisées par l’alcool, ses sens étouffés par l’éthanol. S’avançant prudemment, Julian finit par appuyer sur l’interrupteur. Meow. Elle sentit sons sang faire un tour avant de comprendre. Là, non loin de la porte, l’Angora blanc s’avançait vers eux en miaulant. Il y eut un temps d’arrêt et Julian se retourna vers elle. Mais oui, elle avait oublié l’existence de Pankh. Pendant plusieurs secondes. Minutes… Heures ? Il explosa de rire et elle leva les yeux au ciel, s’avancçant vers l’animal qui prit la fuite. « Mais arrêtez, vous lui faites peur ! » En effet, le chat s’échappa dans le loft, espérant trouver une cachette loin de ces sinistres humains et leur état dérangé.

Refermant la porte derrière elle, elle eut un léger sourire quand elle entendit l’exclamation de stupeur de Julian Blake. « C’est pas grand-chose… » Et elle se rendit compte après coup que ces mots là ne la rendraient pas plus appréciable, au contraire. « Enfin je veux dire… Oh puis merde… » Pourquoi devait elle s’excuser d’être ainsi ? D’avoir cette chance ? De pouvoir jouir de ce luxe qu’elle appréciait même si elle savait qu’elle pouvait être simple au milieu d’un décor plus relevé. S’avançant vers la cuisine, elle jeta à terre le chapeau de pirate qu’elle portait ainsi que la ceinture qui tenait son épée. Elle rangerait tout ça demain… Ou après-demain… Ou elle engagerait quelqu’un pour le faire ? Se dirigeant vers la cuisine ouverte, elle ouvrit le frigo. « Qu’est-ce qui pourrait faire plaisir à monsieur Julian Blake ? » Elle sourit en coin, jetant un œil au bar, se saisissant de tomates cerise pour mieux en croquer une. « Ah, et c’est à vous de choisir ! »

_________________
This is my legacy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 7 Déc - 21:51
Le rire de Julian le secouait toujours violemment, tellement en réalité que le pauvre matou finit par avoir peur. Du son du rire, de la voix de Laura ou du pied menaçant qui n'arrivait pas à rester en place tellement l'agent tanguait en se tenant le ventre de rire, nul n'aurait pu le dire. Quoiqu'il en fut, la boule de poil blanche s'évapora dans la pièce, comme si elle n'avait jamais été là.
Mieux valait pour lui en effet, qu'il regagne un endroit plus sûr. Qui savait ce dont étaient capables, deux humains bêtement éméchés ?
Les petits yeux luisants n'étaient pas partis loin, caché, il observait depuis sa planque l'étrange jeu qui se déroulait entre sa maîtresse et ce parfait inconnu.

Laura referma la porte, balançant par la même occasion une affirmation peut-être insignifiante à ses yeux, mais qui ne faisait encore qu’accroître la différence sociale entre eux deux. Pas grand chose...c'était plus grand que ce dans quoi Julian avait grandi. Plus luxueux aussi.
Il se contenta de regarder en faisant un tour sur lui même, pas trop vite, mieux valait ne rien risquer.
La tête lui tournait déjà atrocement et il savait déjà que le lendemain matin serait compliqué, voire douloureux. Peut-être même les deux.
Le juron imprévisible de Laura le fit rire de nouveau et il lâcha l'affaire tout à fait. Après tout, ils étaient ivre et cela lui donnait l'opportunité de passer une fin de soirée dans un appartement somptueux. Il n'allait pas s'en priver.
De la vue que la jeune femme lui offrait non plus. Elle jeta chapeau et ceinture à terre et il eu l'affront de se demander si elle allait continuer, un vague sourire en coin affiché sur ses lèvres.

Il se laissa alors tomber mollement sur le canapé, refoulant un soupir de contentement en s'enfonçant dans un confort surhumain. Putain jamais il n'arriverait à se relever de là c'était certain.
Face à son réfrigérateur, Laura demanda ce qui pourrait lui faire plaisir. Oh il avait ben quantité de suggestions à lui proposer, mais se garda bien d'en prononcer aucune.
Alors elle le relança sur leur jeu.

- Ce que Mademoiselle Masrani voudra bien me servir.

S'affalant un peu plus, il écarta les bras pour venir les poser sur le dossier du canapé.

- Je ne suis pas certain d'être en mesure de réaliser quantité d'action dans mon état, alors je choisis vérité, juste pour m'économiser et réfléchir à vos prochaines actions.

Et sur ses paroles, il lui offrit un sourire moqueur.

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [CR] Julian (S&T n°266)
» Julian Alaphilippe (12 sous 2016 ; 16 sous 2017)
» [RP] Entre Lyon et Vienne : Givors
» VOTE du Jeu des 7 Familles jusqu'au 8 novembre!
» So, nice to meet you finally. -Cudy&Julian-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: AREA 5 - L'HOTEL :: Le loch Ness :: Les chambres-
Sauter vers: