AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Suite à l'event de la prise d'otage
merci de lire l'annonce globale
pour permettre de comprendre les changements
effectués après l'event
Pour en savoir plus c'est ici:
ETAT DES LIEUX


 ::  :: AREA 5 - L'HOTEL :: Le loch Ness Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

EVENT _ Prise d'Otages à Jurassic World

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 22 Nov - 23:29
Nombre de points avant moi 2775
Mon score au dé 5x15 = 75
Nombre de points restant après moi 2700


La tension était aussi palpable que sa douleur. Julian avait du mal à garder l'esprit clair tant son corps lui soufflait en continue, à travers chaque pulsation qui se propageait dans ses veines, qu'il était mal en point.
Pourtant, il puisait dans ses réserves, motivé par l'adrénaline qui excitait ses sens et lui donnait du courage, ou plutôt de l'inconscience.
Jusqu'où pourrait-il pousser ses limites? Et sa chance ? Il avait eu la fâcheuse tendance à mettre les deux à contribution ces derniers mois. La mâchoire serrée, il observait malgré le sang et la tuméfaction de son arcade sourcilière la situation précaire dans laquelle ils se trouvaient tous.

Nicholls est sur le point de donner une nouvelle correction mais cette fois-ci, il n'en est pas la cible. Son poing se serre lorsque le géant s'approche de Jéricho et de Mora.
Powell n'est pas loin, Hill non plus, la petite vétérinaire brune l'a rejointe. Elle semble osciller entre panique et désespoir, comme sur le point d'agir de manière totalement inconsidérée.
Un peu comme ce que Mora est entrain de faire.
Sans crier gare, elle s'est saisit de l'arme de son garde et menace à présent le Régisseur en personne, arguant qu'il est temps de mettre un terme à tout ça et que..quoi ? Masrani enceinte ?

Stupéfait, il tourna automatiquement son regard vers l'intéressée. Enceinte ? Depuis quand ? Pourquoi ne l'avait-elle pas mentionné plus tôt ?
Subitement, il lui en voulut d'avoir caché pareil secret. L'entrainement quotidien qu'elle pratiquait par son biais aurait pu les mettre en danger, elle et son enfant à naître.
Il n'y avait pas que ça, il le sentait mais n'avait pas le temps d'y réfléchir plus profondément car la situation présente était bien trop critique.
Mora tentait de prendre les choses en main, mais elle était seule, face à onze hommes armés. Powell réagit immédiatement et vint lui prêter main forte.
Alors Julian comprit, c'était maintenant ou jamais.

Bob était concentré sur la scène, il venait de mettre en joue Mora, prêt à obéir aux ordres que le Régisseur donnerait. Julian profita de cette opportunité, pour tenter une clé de bras afin de le désarmer. L'arme tomba à terre dans un bruit mat et rapidement, Bob lui asséna un violent coup dans ses côtes déjà cassées pour mieux tenter de récupérer son bien. Un cri de douleur échappa à Julian, suivit d'un grognement de rage alors qu'il lui rendait la monnaie de sa pièce, en un bon coup de tête qui acheva d'ouvrir son arcade, faisant gicler un peu plus de sang.
Bob recula de quelques pas avant de tomber à genoux, légèrement sonné. Alors Julian en profita pour récupérer le fusil d'un geste las. Il se redressa, grimaçant de douleur sous l'effet de la migraine qui semblait lui broyer le cerveau. A croire qu'il devenait trop vieux pour ces conneries. Saisissant la cagoule de Bob, il la retira d'un geste vif, puis profitant de la mauvaise posture de l'homme. Il lui enfonça le bout du canon dans la bouche. Le dominant de toute sa taille, il reprit d'une voix étonnamment calme en essuyant le sang qui coulait sur son visage d'un revers de la main :

- Avec toutes vos conneries, je me sens un peu à cran tu vois... Et je déteste être à cran, parce que j'ai la gâchette plus facile, je maîtrise moins tu comprends ? Touchez encore à une seule personne dans cette pièce....et je peux t'assurer qu'il faudra plus qu'une petite cuillère pour te ramasser.

Il détourna le regard à la recherche de Laura, toujours sur cette fichue estrade. Puis ses yeux croisèrent ceux de Powell. Sa vision était légèrement trouble mais il pouvait reconnaître la conviction qu'affichait sa responsable. Il fallait encore mettre la PDG à l'abris car elle était la cible numéro un et dans l'immédiat, elle était encore à découvert. Hill était la meilleure d'entre eux en matière de tir, elle pouvait flanquer une balle entre les deux yeux d'un compsognathus à vingt mètres. Même s'il ne l'avait pas testée, il la savait au moins aussi douée. Elle pourrait couvrir Laura jusqu'à ce que celle-ci regagne Mora et Powell.

- Masrani ! Rejoignez Powell, ordonna-t-il avant de se rendre compte qu'il en oubliait la politesse, alors il précisa après coup, s'il vous plait.

Spoiler:
 

_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 09/08/2018
✗ Appels a l'aide : 233
✗ JGolds : 9624

✗ Age du personnage : 33 ans
✗ Métier : Médecin - Soldat / Médecin chef actuellement
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Nov - 21:39
Nombre de points avant moi 2700
Mon score au dé 10x8 = 80
Nombre de points restant après moi 2620


Prise d'Otages à Jurassic World




Ce n’était pas son jour. Le seul regret qu’elle avait sur le moment, c’était de n’être pas resté dans le centre de secours à chouchouter les seuls malades qui y étaient… Et merde, l’appel de subvention pour du matériel plus sophistiqué avait été l’appât pour l’attirer. Après, personne n’aurait pu prévoir un groupe de gorilles armés jusqu’aux dents venir les harceler comme le requin dans les dents de la mer ! Sérieusement, Kara suivait le mouvement sans rien faire. Il valait mieux que la doctoresse reste le plus discrète possible. Ne pas provoquer les assaillants. C’était la première règle. Ensuite, il fallait répondre à leur demande pour minimaliser les pertes. Rien ne pouvait garantir la sécurité de tout le monde ! Un massacre organisé et mettre la faute sur les dinosaures, personne ne poserait de question après les gros fiasco : le premier parc, ensuite San Diego… Et pour finir Jurassic World qui créé un monstre. À ces braves dinosaures, ils n’étaient pas aussi perfides que l’être humain. Tout était une question de survie sur Isla Nublar et Sorna. Tout ici était une sorte de mafia. Cela ne déplaisait pas à Kara. Elle avait appris à survivre et jusqu’à où cela la conduirait. C’était cela la question… Pourtant, elle maudissait la fille de Masrani pour avoir donné un faux code ! La gifle qu’elle se reçut en pleine figure… Les poings, cela lui disait long sur elle. Elle les encaissa sans se plaindre et sans se défendre. La fouille poussée par ces porcs ? Elle n’avait rien dit aussi. Ne pas les provoquer pour tenir bon… Elle retomba à genou à moitié assommée. Les salauds étaient informés. Nicholls avait choisi une technique de feinte ? Il jouait à quoi exactement. Il croyait en simulant d’être avec l’ennemi ça allait jouer ? Non, mais des personnes auraient toujours la haine contre lui. Elle suivait le mouvement. Elle luttait avec l’adrénaline pour ne pas tomber et rester consciente. Elle était la chef du service médical. Il fallait qu’elle tienne. Il fallait qu’elle soigne les blessées. C’était le plus important. Elle allait tenir bon.

Quand Masrani refusa de donner une réponse… Elle la maudissait et voulait la voir à sa place. Elle criait pour ses préférés et s’emportait pour Blake. Il allait survivre. La colère l'envahissait. Kara n'était pas clairvoyante et aveuglée par la douleur. Pourquoi elle ne donnait pas ce foutu code ! À cause d’elle, son personnel était en train de payer le prix. Quand elle vit un subordonné s’avancer vers elle à nouveau… Kara ferma les yeux prête à encaisser. Elle sentit un premier coup s’abattre sur elle. Elle se mit en boule pour se protéger. Puis les coups se multiplièrent. Elle pouvait supporter. Ça faisait mal. Elle devait lutter. Un mental. Une pensée. Seule… Elle était seule à ce moment présent. Personne ne l’attendait… Si elle devait se battre pour les gens qu’elles aimaient sur l’île. Elle était une soldate ! Elle devait tenir. Elle reçut un coup qui l’acheva à moitié dans le ventre. Elle n’avait pas la force de bouger. Elle digérait les coups. Elle était mi- inconsciente. Elle entendit plusieurs brides de conversations. Elle continuait de lutter du mieux qu’elle pouvait. La réaction des personnes était des plus surprenantes… Le coup du bluff de sa patronne la surprit. Ingrid qui tenait bon ! Kara savait qu'elle pourrait gérer la situation. Les yeux fermaient. L’esprit luttant pour rester. La doctoresse savait que Laura n’était pas enceinte. Elle aurait été au courant. Il fallait… Il fallait… Elle sentit perdre le contrôle de son corps. Les coups avaient été trop assassins pour qu’elle puisse faire quoi ce soit tout de suite. Tout devint noir. Elle était inconsciente. Elle n'avait plus la force pour lutter.

Résumé :
Kara a ramassé une gifle et quelques coups de poing sur la figure suite au faux code.
Elle reste discrète et maudit Masrani d'être celle qui prend pour sa non réponse et son faux code.
Kara reçoit une autre série de coup qui la met dans un mauvais état.
Elle lutte pour ne pas s'évanouir en étant à moitié inconsciente avant de perdre connaissance.




_________________
Les dinosaures mangent l'Homme.

La Femme hérite de la Terre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 21/09/2018
✗ Appels a l'aide : 258
✗ JGolds : 9055

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Localisation : Derrière l'oeilleton de mon fusil
✗ Métier : Agent de Sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 12:13
Nombre de points avant moi 2620
Mon score au dé 10x2 = 20
Nombre de points restant après moi 2600

La situation devenait de plus en plus confuse. J'avais bien vu le geste de Powell, mais là je n'étais clairement pas en état de me battre contre un homme. Déjà au corps à corps j'étais pas super entraînée mais en plus avec les coups reçus je ne pouvais pas me déplacer aussi vite que je l'aurais voulu. Alors même si je lui avais cassé le poignet, il lui restait son arme et son autre bras. Donc si je pouvais agir il fallait que je le fasse de manière très intelligente. La bonne blague car on pouvait pas réellement dire que j'arrivais à penser clairement et que j'arrivais à élaborer des stratégies.

En plus de ça il fallait que j'agisse vite et bien. D'un coup j'étais face à mes carences professionnelles et ça risquait d'avoir des conséquences plus ou moins dramatiques. Si je me loupais, le garde pouvait me mettre K.O voir pire en quelques secondes et si je réussissais on arriverait peut être à équilibrer les chances. Powell était arrivée à se rapprocher de la blonde bléssée et semblait même lui passer un savon...genre c'était le moment de faire ça...Mais qu'elle tire bon sang. Si on récupère des armes on va faire quoi? se regarder dans le blanc des yeux et la jouer à pierre papier ciseaux pour savoir qui tire?

Blake arriva à subtiliser l'arme de son garde non sans avoir pris d'autres coups au passage. Bwoah au point où il en était. Je pense que pour le moment il avait la médaille d'or des coups reçus. Vu la confusion qui règne encore plus suite à l'action de Blake, je décide d'agir mais vraiment dans mes limites et en mode fourbe car en face à face je fais pas le poids. Je balance un coup de pied puissant dans le service trois pièces à mon garde. J'y ai mis toutes mes forces histoire de faire bien mal et heureusement l'effet de surprise fonctionne et il se tort de douleur et se plie en deux. Parfait pour lui mettre un coup de genou dans le nez. J'attend un crac et je grimace de douleur car ça aide pas mes douleurs au ventre.

Je prends son arme et là j'entends Blake dira à Masrani de se déplacer vers la chef. Mais il est fou ou quoi? elle va se faire shooter comme une lapine. Et d'ailleurs je vois un garde lever son arme. Si je tire ..ça part en vrille, si je tire pas, Masrani est morte. Mais quel intérêt de la tuer s'ils veulent un code? Mon cerveau fonctionne à fond et j'avoue ne plus trop savoir quoi faire. Je décide de tirer avant en direction du terroriste. Je le touche à la jambe et il s'écroule au sol. De là je sais que je viens de déclencher l'enfer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 18/07/2016
✗ Appels a l'aide : 1100
✗ JGolds : 52664
Le parc
✗ Age du personnage : Aucun
✗ Métier : Le fruit de vos cauchemards
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Nov - 19:49


PRISE D'OTAGE




Tous s'étaient exécutés sous les ordres du Régisseur : Nicholls s'était avancé vers la petite blonde et son protecteur attitré et avait docilement balayé l'espace de ses poings pour atteindre sa cible. De l'autre côté du cercle, Powell avait finalement été mise à terre après avoir réquisitionné deux des gardes pour l'occasion. C'est qu'elle avait le cuir dur celle-là, mais il était plaisant de la voir finalement se courber sous l'autorité. Grande gueule, petits bras.  

Les opposants avaient été répartis par paires, pour faciliter la gestion de leurs caprices. Il faut dire que certaines ne s'étaient pas relevés. Peut-être ne le feront-ils jamais. Mais pour l'heure, il fallait avorter leurs potentielles tentatives. En parlant d'avortement, voilà que c'était la fille Masrani qui criait à la mort. Elle avait finalement craché le morceau et le chef s'était empressé de transmettre ces nouvelles informations à ses coéquipiers au-dehors. Un sourire mauvais étira les lèvres du Régisseur qui se pencha vers elle :

"Tu n'as pas perdu de temps avec Blake, il fait bon vivre sur Isla Nublar on dirait. Dommage qu'il se sente si peu concerné par la chose... Mais tu devrais plutôt me remercier et voir le bon côté des choses : Une troisième génération de Masrani vient d'être enrayée avant de perpétuer la bêtise familiale. Réjouissons-nous !" déclara-t-il avant de gratifier Masrani d'un dernier coup de pieds dans les côtes pour la faire chouiner davantage sur son futur enfant défunt.
Sur cette île, ils avaient décidément tous un problème avec la parentalité. Il n'y avait que Dockery qui ne la ramenait pas mais peut-être était-ce simplement parce qu'il manquait de courage face à ses homonymes féminines ? Ou alors que Nicholls avait cogné un peu fort sur sa caboche...

Ils n'avaient que peu de temps, car le signal qui avait percé précédemment continuait de se préciser à chaque minute. L'affaire était rondement menée, puisqu'ils avaient maintenant le code, aimablement transmis par la pétasse en cloque. D'ailleurs, le présumé père venait de se réveiller et restait sous le joug attentif de son garde.
Tandis que Nicholls cognait toujours, la petite voix de la blondasse se fit entendre. Celle qui se prénommait Mora venait de subtiliser l'arme de son tortionnaire et se retournait désormais vers le Régisseur lui-même. Il n'en fallu pas d'avantage pour que la vieille et ses acolyte se mettent en action, profitant de la faille pour tenter de redorer leurs blasons. Powell vint se placer contre Mora en tentant un chantage foireux tandis que Papounet enfonçait le fusil volé à son garde dans la bouche de celui-ci et que celle qui s'était revendiquée comme scrofuleuse craque et tire sur son ange-gardien personnel.

Putain les enfoirés ! Ils s'étaient ligués ensemble, usant de ruses diverses et variées pour parvenir à leurs fins. Aussitôt, les neuf hommes encore armés braquèrent leurs armes sur les employés restants. Fort heureusement, le Régisseur et son équipe conservaient leur supériorité numérique mais les récents évènement montraient que rien n'était jamais gagné d'avance. Aussi, ce dernier prit la parole en levant légèrement l'arme en signe de possible reddition :

"Vraiment ? Et que dirais-tu de voir le sang de ton chef couler ?" A l'appel du petit signe de tête qu'il lançait, son acolyte qui était alors en charge d'Adam Andrew et qui faisait face à Powell, tira pour l'atteindre quelque part sous le diaphragme. Profitant de l'effondrement de celle-ci, le Régisseur donna un coup de pied sur l'arme qui était tendue vers lui et assomma la petite policière bien trop bavarde d'une estocade suffisante pour la faire chanceler.
Les deux gardes jusqu'alors postés à la sortie de secours, obligatoire pour que le bâtiment reste aux normes, se ruèrent sur Blake pour le dissuader de tenter une contre-attaque envers le patron. Une autre balle surgit alors, venait-elle de la pestiférée qui avait castré l'un des hommes ? Pour toute réponse, celle-ci vit une balle la frôler et ce tir manqué fut suffisant pour la faire hésiter.

Les autres gardes assignés à Nicholls et Dockery ne furent pas en reste et sortirent de leur contemplation : à deux ils tentèrent de mettre le géant au sol et ceci fait, le canon d'un fusil se posa entre ses omoplates. Le plus petit des deux truand laissa échapper un rire et pour se sentir utile, s'amusa un instant à tourmenter le vétérinaire déjà bien amoché avant de lui décocher une balle dans le deltoïde, pour participer à la débandade générale.

"Amenez Ayoun par ici." exigea le chef. Et son ordre trouva écho.
La vétérinaire se retrouva, les mains sur la tête aux côté de Masrani toujours menacée. Après un nouveau signe de tête vers son acolyte qui s'occupait de Nicholls, ce dernier lui lança l'arme blanche qu'il lui avait confisqué et le Régisseur l'attrapa au vol. Une belle trouvaille dont Masrani et Ayoun se souviendraient longtemps. "Finalement Nicholls, t'auras été utile. Beau joujou que tu avais là." Il s'approcha de l'ex mannequin en culotte et la força à se mettre au sol, devant son employée que l'on forçait à regarder. "Tu parlais d'empreinte digitale Masrani ? Tu as bien fait de mettre le doigt sur ce détail. J'apprécie ta prévenance."
Alors, un sourire goguenard aux lèvres, il s’abaissa et coinça le poignet de la Belle sous sa chaussure pour l'empêcher de bouger. D'un geste vif il lui scinda l'index, s'emparant ainsi du Graal qui lui permettrait d'accéder à la base de données. Elle s'était débattue la riche héritière, mais sans son escorte Deluxe, ses ongles manucurés et ses cris stridents ne valaient pas un clou. "Allons, cesse de dramatiser : il t'en reste tout de même neuf autres en parfait état de marche. T'as plus qu'à remercier Nicholls de prendre autant soin de ses affaires." cria-t-il pour couvrir les hurlements de douleur.

Il se releva et enjamba Powell en lui disant : "Merci pour ton offre, mais j'ai tout ce qu'il me faut niveau garantie."
Alors, il traversa la salle jusqu'à en sortir et ses sbires prirent le même chemin en tirant dans les murs et dans le plafond pour se couvrir jusqu'à ce qu'ils aient totalement quitté les lieux.







SITUATION DES PERSONNAGES


  • Le coup de feu de Victoria a précipité les choses et les malfrats se sont sentis menacés.
  • Ingrid se fait tirer dessus. Jéricho et Victoria également et Freya se prend une violente série de coups de pieds destinés à l’assommer pour l'empêcher de nuire.
  • Julian est menacé à deux contre un. Et Dean se retrouve avec un fusil dans le dos.
  • Norah est appelée près de Laura pour la forcer à regarder le spectacle, elle qui semble le plus fragile.
  • Utilisant le couteau confisqué à Dean, Le Régisseur coupe l'index de Laura pour être en possession de l'empreinte digitale qui permettra d'ouvrir la base de données.


Attention

Laura ayant donné le code, elle a précipité la victoire des ravisseurs et de ce fait, stoppé le chrono qui était joué aux dés (il ne servait donc plus à rien de le conserver).

POUR TOUS
Pour ces tours à venir, vous pouvez réagir en conséquence mais gardez en tête que l'équipe du Régisseur est sortie de la pièce et qu'elle est maintenant hors de portée. La base de données a été forcée.

DEAD LINE

[spoiler]Nous gardons la date du 15 DÉCEMBRE MINUIT pour que vous puissiez poster entre vous à votre convenance. Ce délai passé, l'Event sera clôturé. Merci à tous pour votre participation et pour votre rigueur. Nous avons perdu une bataille, mais pas la guerre !



_________________
PNJ
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 745
✗ JGolds : 3647
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Nov - 23:01


   

   
Prise d'otages

   
Dean Nicholls

   


Putain ces enculés m’ont foutu au sol, je sens un truc dans mon dos…  L’autre con se fou de ma gueule en me collant son canon dans le dos, attends que je te croise en seul à seul, je vais te faire morfler comme jamais tu as pu souffrir.  Mon plan a été nase, merdique, rien a marché et au final j’ai juste cogné un des miens, génial…  je peux pas me permettre de m’en prendre à un d’entre eux où quoi que ce soit sinon j’ai de la chevrotine qui va me traverser assez rapidement.

Je ne peux même pas relever ma tête pour regarder les deux couillons derrière moi qu’un bruit a lieu à côté, un balle fuse sur le mec à côté de moi, putain c’est quoi ce bordel et maintenant une autre, la nana qui a voulu me plomber vient d’en prendre une dans le buffet, c’est la merde.  Allez Dean, fais quelque chose, un truc intelligent cette fois… attends !  A peine les yeux levé que je vois mon couteau traverser la salle, j’entends pas trop ce que le mec fait, ça bourdonne dans ma tête avec ce coup de feu si prêt de moi…  je ne vois rien, j’entends que très peu et le seul son qui débouche mes oreilles c’est les hurlements de Masrani, qu’est ce qu’il fait ce connard ?!  On va tous y passer !   Pourquoi elle gueule comme un goret celle la ?!    

Tout ce que je vois c’est le mec se relever avec… un doigt ?!  Mais merde c’est des cinglés ceux-la ! Il a fait ça avec mon couteau en plus…  


J’attends quelques secondes tout en fixant la nana qui a pris une balle dans le bide, va vite falloir faire quelque chose.  Je jette un oeil rapide sur l’autre à côté, il se tient l’épaule… c’est déjà ça.  Rien de grave, ça fera une belle cicatrice de GI Joe.  



Tout le monde évacue la salle avec les données.



A peine ils ont franchi la porte que je fonce en direction de la nana de la sécu qui est au sol, aucune rancune, elle a voulu me plomber mais à sa place j’en aurais fait autant tout en visant mieux…  Je regarde la blessure, c’est moche à voir et ça pisse le sang, faut vite éviter qu’elle en perde trop.  Je retire ma chemise que je met en boule et place dessus sans appuyer, je voudrais pas agrandir la blessure, surtout ici si une cote a cassé faudrait pas que je la plante dans les poumons.  

Je me tourne vers la nana qui a pété un poignet plus tôt et vient pour lui hurler mais je vois qu’elle semble blessé aussi, elle se tient le bras et je vois qu’il y a du sang… putain j’ai raté un truc on dirait.  Elle a du cran, si c’est qu’un entaille elle va continuer de grimacer… mais la j’ai besoin d’aide.   Je crie dans sa direction pour qu’elle voit bien que je lui parle, faudrait vraiment que j’apprenne leurs noms à ceux la.

“ Eh toi, ça va aller ?!  Je vais avoir besoin de toi, faut que tu trouves qui est médecin la dedans !  Secoues la petite à côté elle peut être utile. “


J’attrape mon keybar qui est à ma ceinture et l’envoie à côté du mec qui a pris une balle dans l’épaule puis je cris un peu pour le motiver.

“ Allez mon grand, je vais avoir besoin de toi, prends mes clefs dessus y’a celles de mon Kawa tout terrain qui est garé devant, recule le jusque dans l’entrée, on va transporter ceux qui en ont besoin.  On va s’occuper de toi aussi mais la on a besoin de toi ! “

Putain un vrai Glenn Tamplin en chef !   Faut qu’on se bouge ensemble pour s’en sortir tous, faut perdre personne, on en laisse aucun sur le carreau.  

“ Quelqu’un s’occupe aussi de Masrani !!! “



(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 181
✗ JGolds : 54355

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 0:24
Le jugement des autres était terrible à encaisser, mais c’était un mal nécessaire. Alors qu’elle se tordait faussement de douleur, espérant obtenir un petit traitement de faveur de la part des assaillants, elle entendit les cris désespérés de Norah qui espérait certainement qu’on lui obéisse. Mais à quoi bon tout ça ? Quand il mentionna Julian, Laura adressa au régisseur un air ouvertement désabusé. Un agent de la sécurité… Vraiment ? Pouvait-il seulement croire que Laura serait aussi naïvement tombée enceinte de Julian Blake ? Pouvait-il seulement croire que la relation qu’ils entretenaient allait au-delà de celle d’un apprenti et de son professeur ? Qui était le plus naïf, entre eux deux, finalement ? Elle allait répliquer quand il lui envoya un autre coup de pied méchamment placé, lui arrachant une nouvelle plainte, la poussant à se recroqueviller un peu plus sur elle-même, toujours sur l’estrade.

Ce fut à ce moment précis qu’une voix s’éleva. Une voix qui ne s’était pas faite entendre jusque-là. La jeune fille qui s’était pris une balle dès le début avait fini par relever son bras, certainement tenue par l’adrénaline étant donné la douleur que cela devait représenter. Visant le Régisseur, les choses s’accellérèrent quand le reste des membres de la sécurité entra en action. L’agent Powell, l’agent Blake… Ils reprirent un semblant de contrôle sur cette situation qui leur avait jusque là échappée et l’espoir revint dans l’esprit de Laura. Ils avaient une chance. Ils allaient s’en sortir. Devant l’ordre de Blake, elle se redressa, l’observant avec des yeux ronds, presque plus outrée de la familiarité avec laquelle il s’adressait à elle que de la chose en elle-même. Et pourtant, se redressant doucement, elle commença à progresser vers le bord de l’estrade, vers la chef de la sécurité qu’elle regardait avec intensité.

Et l’apocalypse. Un coup de feu se fit entendre, forçant Laura à se baisser en laissant échapper un nouveau cri de surprise. Qui ? Ou ? Quoi ? Relevant ses yeux noirs, elle remarqua que c’était l’un des leurs qui avait tiré sur un des ravisseurs. Mais… Ne venait-elle pas de mettre le feu aux poudres ? Le Régisseur parla, et le no man’s land devint un peu plus réel. Ingrid fut la première à tomber, puis le régisseur se jeta sur la blondinette tandis que Julian se faisait contrôler à nouveau. Tout se passa si vite que Laura resta là, tétanisée, incapable de bouger ou de parler. Pas même de crier. Mieux valait pour elle économiser sa voix… La jeune vétérinaire fut amenée à ses côtés et Laura sembla retrouver le sens même de la situation. « Laissez-la ! » Elle avait tenté de se redresser, de s’en prendre à lui mais, rapidement, il la contrôla, la plaquant au sol, face contre terre. Sentant le poids de l’homme sur son corps, elle se mit à se débattre comme une diablesse, sa peau découverte ne cessant plus de se révéler à chacun de ses mouvements. Il eut une réflexion, attrapant au vol un couteau, remerciant Nicholls. Nicholls qui s’était retrouvé plaqué au sol au même titre que les autres.

La chaussure lourde vint écraser son poignet, la faisant grimacer, tandis qu’elle était toujours maintenue à terre. Et alors, il eut des mots terribles. Des mots annonciateurs de l’horreur. « Je… Non ! Non, pitié ! Je ferais ce que vous voudr… » L’hystérie l’avait gagné, faisant grimper de plusieurs octaves sa voix pourtant mélodieuse. Mais elle n’eut guère le temps de finir sa phrase que ses mots devinrent cris. La douleur avait saisi sa main gauche, couperet tombant sur son index. Les larmes grimpèrent dans ses yeux tandis qu’elle prenait la mesure de ce qu’il venait de se passer. Et elle ne pouvait plus cesser de hurler. Les yeux écarquillés, sa mine n’était plus que terreur peinte, le Cri de Munch étant bien pâle en émotion devant une Laura Masrani terrassée par un ennemi qu’elle ne connaissait pas. Ses mots, elle ne les entendit pas, cherchant toujours plus à récupérer sa main quitte à se déboiter une articulation. Ses poumons ne se remplissaient d’air que pour mieux l’expulser avec violence et quand il se releva, elle put reprendre ce qu’il restait de sa main. Le sang. Vision terrible à laquelle elle fut confrontée. Il n’y avait plus qu’elle et ce moignon, ce doigt manquant. Il n’y avait plus qu’elle est sa peur. Elle et sa mort. Le reste devint invisible. Elle ne vit pas les terroristes partir et ses cris ne cessaient plus de pleuvoir tandis qu’elle se débattait avec cette partie d’elle-même mutilée.

_________________
This is my legacy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 14/03/2018
✗ Appels a l'aide : 413
✗ JGolds : 6616

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Métier : Agent d'intervention
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 10:26
Ils pouvaient s'en sortir, tous autant qu'ils étaient. L'espoir n'avait jamais été aussi brillant de toute la soirée. Powell et Mora avaient repris le contrôle, lui-même était en bonne posture malgré son état général mal en point. Julian comptait sur l'adrénaline et ses dernières forces pour tenter de renverser la vapeur. Sa confiance en lui s'était accrue de manière exponentielle, poussée par les hormones d'excitation.
Il ne se rendait pas compte de la perte de sensibilité de ses membres, de son visage de plus en plus pâle pour ne pas dire livide. Au fond de lui, une intuition lui soufflait que quelque chose clochait, mais il l'ignorait volontairement. S'il y avait bien une chose qu'il avait appris durant ses missions à l'Armée, c'était ça : tant qu'on respirait encore, alors on pouvait agir.

Voyant Laura commencer à se déplacer en direction de Powell, Julian se sentit soulagé. Elle pouvait le faire si elle gardait son calme. Il savait qu'elle en était capable après ces mois d'exercices. Ce fut cependant sans compter sur un coup de feu qui retentit, arrachant de nouveaux cris de frayeur. Hill avait ouvert les hostilités et Julian, stupéfait chercha du regard qui avait bougé, qui était à terre, qui avait fait les frais de ce tir meurtrier. Bob en profita pour attraper le canon du fusil et sentant la tension, l'agent d'intervention tenta de le dissuader d'un regard menaçant. L'autre sourit malgré sa situation, comme s'il savait qu'il avait gagné d'avance. La gâchette sous le doigt de Julian ne bougea pas.
Pouvait-il tuer de sang-froid un homme ? Il ne l'avait jamais fait. Même en mission terrain, les tirs n'avaient été que défensifs parce qu'il n'était pas un meurtrier. Il répondait simplement lorsqu'on l'attaquait.
Alors peut-être cette faiblesse aurait raison de lui en cette soirée, peut-être qu'il aurait mieux valu qu'il tire sans se poser de question, comme le bon soldat qu'il avait été. Mais tout promesse qu'il avait faite à Bob, ne justifiait pas un tel acte.

C'est alors que les deux hommes postés à la porte de sortie se ruèrent sur lui pour le désarmer. Un nouveau à la tête le sonna à moitié et il les regarda, dans le flou, lui retirer l'arme de ses doigts mous.
Il retrouva le contact du sol rêche mais ne le sentait plus. Ses oreilles bourdonnaient et chaque nouveau tir résonnait dans son esprit, bien qu'il ne soit plus en mesure d'y réagir. Aucune parole sensée ne l'atteignait, il voyait bien les personnes parler mais était incapable de comprendre ce qui se disait. Powell s'effondra, suivi peu de temps après par Mora.
On attrapa la vétérinaire qu'on plaça à côté de Laura, puis d'un geste vif et malgré les cris et la vigueur de la jeune femme, le régisseur lui coupa le doigt.
Le chaos régnait en maître, chacun trop centré sur soi-même pour sa propre survie. Les terroristes avaient réussi ce qu'ils faisaient de mieux, ils avaient brisé la cohésion et à présent, ils avaient pris la fuite.

Dans ce capharnaüm, Julian se força à un ultime effort. Il était trop loin de Powell et des autres, la distance lui semblait infranchissable. Mais à quelques mètres, juste devant, il y avait l'estrade et une Laura Masrani hurlant sur son doigt mutilé.
En se traînant au sol, il franchit la distance qui les séparait et s'installa assis, dos appuyé contre le montant de bois.

Là, il tourna sa tête vers l'Indienne et tenta de tendre sa main vers elle pour essayer peut-être de l'apaiser. Il l'appela par son prénom, plusieurs fois de sa voix quasi éteinte. Mais comme dans la jungle, elle ne sembla pas y réagir. Le choc devait être trop grand ou bien, sa voix ne portait plus. L'avait-elle seulement entendu ? Tout lui semblait si loin comme s'il s'éloignait de la scène.
Sa vision se fondait dans l'obscurité. Il ferma les yeux un moment, juste pour se reposer, juste pour regagner les quelques forces pour lui dire qu'il était désolé, juste pour être capable de saisir un des téléphones encore dans la pièce pour appeler les secours et la sécurité.
Mais à mesure que les ténèbres l'enveloppaient et que le froid l'engourdissait, il devait bien se rendre à l'évidence. C'en était fini pour lui.



_________________
Julian's theme

Les monstres et les fantômes existent.
Ils vivent à l'intérieur de nous et parfois... ils gagnent
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 10/03/2018
✗ Appels a l'aide : 97
✗ JGolds : 18128

✗ Age du personnage : 28
✗ Localisation : quelque part avec les petites bestioles
✗ Métier : Vétérinaire
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Nov - 14:08
Prise d'otages
Novembre 2018
La situation dégénère encore... Moi qui pensais qu'elle avait atteint un niveau critique bien plus que suffisant, c'est à croire que nos bourreaux ont envie de toujours plus de cris et plus de sang. Debout, après avoir crier, hurler qu'on arrête de frapper Laura, je m'attend à me prendre un retour... Une balle, une gifle, un coup... Mon corps tout entier se tend et se crispe en attendant que le couperet tombe, ce qui ne tarde pas. Un des tarés vient se placer derrière moi et me flanque un coup bien placé dans les côtes. J'ai le souffle coupé et je dois faire un effort surhumain pour ne pas m'écrouler au sol... C'est donc ça que les soldats, les prisonniers ressentent pendant la guerre... cette peur qui noue l'estomac et ce goût de fer dans la bouche... Cruel destin... moi qui est fuit l'Israël pour fuir la guerre voilà qu'aujourd'hui, elle me rattrape.

Heureusement pour moi, il ne décide pas de me tirer une balle dans la jambe ou ailleurs... Un peu plus loin, j'aperçois Nicholls qui continue de s'acharner sur Dockery et je sens la colère monter en moi. Ok ce mec, je ne le porte pas dans mon coeur mais est-ce que c'est pour autant une raison de le laisser se faire frapper par un mec qui se prend pour un grand seigneur. Je suis à deux doigts de lui sauter dessus pour lui en coller une et le faire arrêter mais je suis stoppée dans mon élan. La situation change complètement et le vent semble tourner dans la salle de réunion. Un coup de feu se fait entendre et une masse s'écroule. Un des mecs vient de se prendre une balle et vu la mare de sang, je doute qu'il ne se réveille. Mais malheureusement, cette fenêtre ne reste pas ouverte bien longtemps puisque lorsqu'un nouveau coup de feu est tiré, je me rend compte que quelqu'un d'autre est blessé. Powell est au sol, blessée par balle et Mora est assommée par un des gars. Je sursaute quand un énième coup de feu est tiré. Je ne sais pas d'où ça vient ni qui a tiré, ni si quelqu'un a de nouveau était touché. Ce dont je suis sûre par contre, c'est que si rien n'est fait on va clairement tous y passer qu'ils aient le code ou pas... A l'aide de mon bras j'essaye de soutenir mes côtes cassées mais à chaque inspiration et expiration, je sens une douleur lancinante venir me saisir.

Nicholls est asséné de coup par un des mecs et un autre tire une balle sur Dockery. Les larmes me montent aux yeux et plus les minutes passent, plus j'ai du mal à supporter tout ces cris et tout ce sang... Les yeux grand ouvert, emplis de larmes, je fixe le second vétérinaire à présent au sol... Ce n'est que lorsque j'entend qu'on prononce mon nom que je reviens sur terre. Il me faut quelques secondes pour comprendre que la suite des événements me concerne directement. Une sensation que je connais assez bien vient s'emparer une nouvelle fois de moi alors que je sens le canon d'une arme planté dans mes reins. Je déglutis et je lève doucement les mains pour aller les poser sur la tête. Sans ménagement, on me pousse pour que j'avance plus vite et en quelques secondes, je me retrouve au niveau de Laura qui, elle aussi, est toujours braquée par une arme.

Le chef siffle un autre mec qui attrape un couteau à la ceinture de Nicholls et vient lui lancer en suivant. Le boss l'attrape sans hésitation et s'approche dangereusement de Laura avec. Le souffle coupé, celui qui me braque me force à regarder ce qu'il va se passer et je sais d'avance que ça ne va pas être très joli. Un cri déchirant se fait entendre et en baissant les yeux je remarque du sang qui pulse de la main de Laura. Je ne met pas longtemps avant de comprendre ce que ce fumier vient de faire. Les hurlements de la jeune femme sont déchirants et je dois me faire violence pour réprimer un haut le coeur. Moi qui suis en temps normal habituée à la vue du sang, là, j'en ai ma claque.

Heureusement, maintenant qu'ils ont ce qu'il faut, nos bourreaux finissent par quitter les lieux, nous laissant ainsi sans surveillance à baigner dans le sang des uns et des autres. Je jette un rapide coup d'oeil autour de moi... beaucoup de blessés plus ou moins légers et par je ne sais quel miracle on est tous en train de respirer...

Laura, près de moi, est en état de choc. Elle ne crie plus mais rien qu'à la voir, on devine facilement qu'elle est ailleurs. Sans attendre et les mains tremblantes, je me met à genoux devant elle. Je déchire un pan de ma chemise pour venir lui entoure soigneusement le doigt avant de serrer fermement... Il faut vite stopper l'hémorragie, mais avant, un truc me démange.

Les poings serrés, le pas décidé, je me lève. Je suis pleine de colère et j'en ai oublié la douleur à mes côtes. Je m'approche de Nicholls et je lui tapote sur l'épaule pour qu'il se tourne dans ma direction. Une fois chose faite, c'est mon plus beau crochet du droit qui va s'écraser contre son visage.

- Espèce de connard... Ne.. prononcez... plus... jamais... le mot... ensemble !

Ce mec ose dire qu'on va s'en tirer tous ensemble alors qu'il a tout naturellement cogné sur ses collègues. Je le fixe le regard noir, j'ai mal aux côtes et au poignet parce que je ne sais pas frapper mais bizarrement, je me sens légèrement soulagée. Sans un autre mot pour lui, je retourne vers Laura et Blake et c'est tout naturellement que je la serre dans mes bras.

- Respire Laura... ça va aller...

Je la serre un peu plus fort contre moi avant de porter mon attention sur Blake. Je m'adresse une nouvelle fois à Laura.

- Il va falloir que tu m'aides, j'ai besoin de toi... il a besoin de toi...

code by FRIMELDA

_________________


Un rêve sans étoiles est un rêve oublié.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 745
✗ JGolds : 3647
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Nov - 15:49


   

   
Prise d'otages

   
Dean Nicholls

   


Alors que je viens de donner quelques directives mais sur un ton sympathique, mon plan échoué me revient en pleine gueule en même temps que le point d’une des gonzesses.  Elle n’a pas la droite la plus dévastatrice mais suffisante pour me détourner de ce que je faisais.   J’entends ses mots, qui sont dur mais que je ne peux que comprendre, j’ai attendu la bonne ouverture mais je n’ai pas eu l’occasion pour faire quelque chose de safe pour tous..

J’hésites à lui hurler dessus mais je ne peux finalement que comprendre ce qu’elle dit, ce qu’elle me reproche et nul doute que ce ne sera pas la dernière.  Pourquoi je suis venu à cette putain de réunion, c’est quand je veux me la jouer comme tout le monde que ça me retombe sur la gueule.   C’est alors sans gueuler et d’un ton assez compréhensif que je réponds à celle qui venait de m’asséner un coup de poing pendant qu’elle s’occupait de Masrani.

“ Eh, euh.. je connais pas ton nom.  Je comprend ce que tu veux dire et je vous expliquerais après ce que j’ai en tête mais pour l’instant l’important c’est de sortir tout le monde de cette merde.  J’ai vu qu’il y avait un téléphone dans le hall, l’un d’entre nous devrait appeler les secours, on est pas des surhommes à nous seul on arrivera pas à les sortir de la.”

Bon j'ai plutôt fini ma phrase avec un air miteux mais je suis pas le mieux placer pour donner des ordres, ce que je veux c'est aider les blessés pour le coup. Je retire légèrement mon T-Shirt de la blessé qui est à mes genou pour voir le saignement et je m'aperçois que celui-ci ne se stop pas.  J’ai alors un geste que je ne me ressemble pas et qui m’est pas arrivé depuis longtemps, je passe ma main dans ses cheveux pour la rassurer et je lui dis tout en la fixant.

“ Allez, accroches toi, tiens le coup ! “

Cette vision, c’est moche, je l’ai vu par le passé sur les champs de bataille et je n’ai pas envie de revoir ça.  Ici ce n’est pas la guerre, il n’y a pas a perdre d’hommes… je peux lire la douleur dans son regard et ça fait mal au coeur, il faut clairement que je fasse quelque chose pour ça.

Je pensais être entouré de boulets mais je me rend compte que tout le monde a du cran, en m'enfermant dans ma bulle je n'ai même pas fait attention à qui m’entourait.  Je me retrouves dans une situation où je dois sauver la vie de personne dont je ne connais même pas le nom alors que je bosse avec depuis X temps...  J'ai toujours pensé que l'humain était con à ne penser qu'a lui, à être égoïste et insupportable mais en me protégeant de ce genre de cons, en me mettant loin d'eux c'est exactement ce que je suis devenu.  

Elle avait raison Natalya, j'ai tout foutu en l'air en m'isolant et c'est parti pour continuer si je ne me reprend pas. C'est toujours dans les moments difficile qu'on pense à ceux qu'on aime et la, je me rend compte que ouais, j'ai merdé de A à Z.  Je veux mes montagnes, je veux mon Montana, la ou je suis bien, protégé et surtout je veux ma femme, fin mon ex.


(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 21/09/2018
✗ Appels a l'aide : 258
✗ JGolds : 9055

✗ Age du personnage : 29 ans
✗ Localisation : Derrière l'oeilleton de mon fusil
✗ Métier : Agent de Sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Déc - 15:32
Je savais avant même d'appuyer sur la gâchette que mon tir qu'il soit réussit ou pas d'ailleurs allait mettre le feu aux poudres. Mais je n'avais pas eu le choix, le garde avait déjà levé son arme pour tirer sur Masrani. Alors concrètement en tant qu' individu qu'elle meure je m'en foutais mais c'était la boss du parc, donc sans elle pas de dinos et de boulot. Donc j'avais tiré. Bien sur je ne loupais pas mon tir et la balle atterrit dans le genou du garde qui s'effondra.

La suite fut un beau bordel de tirs, de cris etc. J'avais vu Julian face à son garde, l'arme pointée sur le terroriste qui n'avait pas tiré. Je ne le jugeais pas mais par contre je savais que si les positions avaient été inversées Julian serait déjà mort avec une balle logée dans son corps, le gars n'aurais pas hésité. Je me replaçais pour continuer les tirs chirurgicaux quand je vis Powell se faire tirer dessus et j'entendis aussi une détonation puis je ressentis une violente brûlure au bras. Je lâchais l'arme qui tombait au sol.

C'est à cet instant que j'entendis des cris à faire exploser tout ce qui était vitré dans l'hotel. Je relevais les yeux et je vis le big boss des terroristes couper un doigt à Masrani. Je tentais de reprendre mon arme pour lui tirer dessus mais je ne pouvais pas et avec mon autre bras j'était beaucoup moins efficace. Le doigt fut vite coupé, travail bien fait ils partirent comme ils étaient arrivés. J'en croyais pas mes yeux , ils avaient agit tellement vite que personne n'avait bougé. C'était presque surréaliste mais pas le temps de réfléchir il fallait aider les blessés les plus graves en appelant les secours ou donner les premiers soins si certains en étaient capables.

Julian était au sol , Msarani hurlait et la brune pereuse était allée vers elle. Powell avait pris une belle, la blonde ben avait toujours sa balle dans l'épaule ou le bras. Mais quel désastre. Crâne d'oeuf sembla m'appeler et me donner un ordre? il avait vu la vierge lui? Mais pas le temps de réagir que la brune lui fila une droite. Bien joué . Mais il avait raison on devait réveiller Kara, elle ne pouvait pas rester dans les pommes alors qu'on avait besoin d'elle.

Je m'approchais et me mis à genou à coté d'elle. En bougeant je vis ma main pleine de sang...pfff j'étais bonne pour aller à l'infirmerie et je détestais ça. Manquait plus que des piqûres pour vraiment me gâcher la journée. Kara semblait vraiment dans les pommes mais là on avait besoin d'elle,

"Kara, debout, allez."


Punaise comment on réveillait quelqu'un? J'avais pas un sceau d'eau froide à lui balancer, et j'allais pas la jouer prince à réveiller la belle aux bois dormant. J'entendis crane d'oeuf parler de déplacer les blessés? hein? mais non surtout pas.

" Vous ne déplacez personne, appelez les secours."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 12/04/2017
✗ Appels a l'aide : 181
✗ JGolds : 54355

✗ Age du personnage : 28 ans
✗ Localisation : En plein coeur de Jurassic World
✗ Métier : Propriétaire de Jurassic World, Digne fille de son père
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 23:22
Laura… Murmure inaudible qu’elle ne percevait qu’à peine à travers ses hurlements. Elle se débattait avec le néant, avec elle-même, avec ce corps en peine qu’elle n’avait plus même dans son entièreté. Il l’avait mutilée, il l’avait attaquée dans sa chair. Elle n’avait plus que cela en tête, ses yeux sortant presque de leur orbite pour mieux se focaliser sur ce flux sanguin qui remplaçait son index parfait. La douleur était horrible, indescriptible. Laura n’était plus qu’une pelote de nerfs qui menaçait d’imploser, causant un bug généralisé de son système nerveux, l’empêchant de penser plus. Le monde s’était alors arrêté de tourner et ne reprit que lorsque Norah s’approcha d’elle, tendant une main invasive vers celle, endolorie et meurtrie de la PDG qui, dans un premier temps, se débattit, giflant le vide, battant les airs avec rage, lâchant des cris de détresse autant que de rage. Ses yeux humides laissaient échapper des flots de larmes. Finalement, la jeune vétérinaire obtint la possibilité de la toucher, de l’approcher. Rapidement, sans que l’adrénaline dans l’organisme de Laura ne puisse l’en empêcher, elle dissimula à ses yeux l’horreur, bandant sa main dans… Un linge. Mais la douleur persistait autant que le traumatisme. Elle cessa pourtant de hurler à gorge déployée, entrant alors en hyper ventilation.

Elle baignait dans son propre sang, le T-Shirt que Julian lui avait prêté quelques instants plus tôt ayant été imbibé de la substance pourpre. Le geste, autrefois plaisant venait de se noyer dans l’hémoglobine. Sa respiration sifflante montrait aux autres sa panique. Les coups reçus dans le ventre ne valaient plus rien devant la douleur lancinante de cette main brisée. Reprends le contrôle. Elle gifla cette petite voix d’une nouvelle pensée terrorisée qui tendait à déplorer à nouveau la perte de cette extrémité si précieuse. Défigurée. Elle l’était pour de vrai, différente non par choix mais par fatalité. Norah s’était éloignée d’elle, sans qu’elle ne comprenne pourquoi. Les sons étaient étouffés, comme si quelqu’un s’était amusé à calfeutrer ses oreilles. Juste cette respiration sifflante et les battements de son cœur qui cognait sa poitrine, menaçant presque d’en sortir.

Norah revint vers elle, la tenant dans ses bras. Des ordres semblaient fuser de partout. C’était normalement à elle de les donner. Mais elle en était incapable. Respire. Elle avait envie de dire à la jeune vétérinaire qu’elle ne pouvait pas. Qu’elle n’y arrivait pas. Elle n’était plus qu’un animal apeuré et blessé qui était acculé. Son corps se tendait un peu plus, provoquant une série de tremblements incontrôlables. Elle ne sut comment mais une part d’elle parvint à éclaircir la situation. Powell était à taire, Nicholls s’occupant de faire pression sur sa blessure. Nicholls. Sa haine se réorienta instantanément vers lui, facilitant la concentration et le tri de ses émotions. Allez, Laura…. Mora, à terre. Le docteur Anderson semblait au tapis. Et Julian… Julian était là, non loin d’elles. Il a besoin de toi. Ses yeux étaient clos. Il s’était évanoui. Pourquoi ? Ce qui ressemblait à un hématome sous sa peau en disait long. Les coups avaient dû faire bien plus de dégâts qu’elle n’aurait pu l’imaginer. « No… N… Norah… O-o-occupe toi de… De lui… » Sa voix était tremblante. Les secours. Oui. Il leur fallait des secours. Maintenant. Telle une feuille, vacillant sur ses jambes débarrassées de ses chaussures, elle s’avança vers l’endroit où toutes leurs affaires avaient été entreposées. Rapidement, elle mit la main sur son téléphone. Ses doigts pianotèrent sur l’écran tactile et la ligne fut établie avec le centre de contrôle. « Ici Laura Masrani. Envoyez-nous… Des équipes médicales à l’hôtel. Plusieurs agents à terre… Je… » Ses yeux s’emplirent de larmes à nouveau tandis qu’ils se posaient sur le chaos qu’elle avait provoqué en partie. « Par pitié, on a besoin d’aide… Des hommes armés et dangereux sont sur l’île. En direction du laboratoire. Faites tout ce qui sera nécessaire pour les neutraliser… Mais pitié, rapatriez les hélicoptères sur l’hôtel, maintenant. » Elle voulait aider. Mais tout ce qu’elle pouvait faire, c’était garder sa main endolorie contre sa poitrine, espérant que le chaos prenne fin.

_________________
This is my legacy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/10/2017
✗ Appels a l'aide : 618
✗ JGolds : 49848

✗ Age du personnage : 43 ans
✗ Localisation : En mission
✗ Métier : Chef de la sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 3 Déc - 0:55

• Plus d'un an après l'arrivée d'Ingrid sur l'île •
Prise d'otages à Jurassic World
avec les participants de l'Event

------------

Je les analysais tous un par un, par le biais du canon dirigé contre eux.
Comment avait-on pu en arriver là ? J'avais beau passer en revue les membres du personnel, je ne pouvais concevoir que l'un d'entre eux -même Nicholls- fusse la taupe. Peut-être suis-je aveugle ou que ma confiance est trop aisément acquise. Le silence était oppressant et n'était interrompu que par les gémissements des blessés.
Je sentais les battements de mon cœur résonner dans ma poitrine, en attente du verdict qui découlerait de mon chantage. Si elle était acceptée, Masrani ne serait pas seule entre leurs mains et j'espérais lui être utile. Et nous pourrions peut-être permettre une éventuelle échappatoire puisqu'on allait nous amener au-dehors.

En pleine réflexion, je crispais mes mains sur l'arme lorsqu'un coup de feu partit. Je n'y étais pour rien, Mora non plus. Tournant la tête, je vis le garde de Victoria basculer en se tenant la rotule. Puis tout ne fut que chaos sans nom. La voix du Régisseur s'éleva et avant d'avoir correctement assimilé la menace qui m'était destinée, j'entendis un nouveau tir.

Puis, la douleur. Sans précédent.
Je me courbais sous le coup avant de m'effondrer au sol dans un cri de douleur, la main instinctivement posée sur la balle qui s'était logée entre mes côtes. Jamais encore, on ne m'avait tiré dessus : même lorsque je travaillais à New-York. Choquée, je tentais de me relever et me tourner vers Mora qui venait de chuter elle aussi. En vain. Terrassée par la souffrance, je restais à terre, positionnée en chien de fusil.
D'autres coups furent tirés mais les cibles n'étaient plus dans mon champ de vision. Puis un hurlement, long et strident traversa la pièce. A l'oreille, je l'identifiais comme étant celui de Masrani mais là encore, je ne pouvais qu'émettre des conjonctures sur ce qu'ils avaient bien pu lui faire. J'avais la tête dans un étau et toutes pensée logique était annihilée par la brûlure grandissante qui émanait de mon flanc droit.
Sous mes doigts, je sentais le sang s'écouler le long de ma chemise blanche et souiller la moquette sous moi sans que je ne puisse rien y faire.
Je serrais les dents pour taire les plaintes qui menaçaient de s'élever tandis que mon cerveau acheminait péniblement les informations pour en déduire une suite logique. Au loin, je distinguais les silhouettes des malfrats qui s'éloignaient, après que le Régisseur m'eut enjambé en tenant victorieusement le..doigt de Masrani ? Espèce d'ordure ! Il allait s'en servir pour accéder aux données génétiques ! Je pris une inspiration pour réagir mais le regrettais aussitôt car une douleur lancinante me traversa et je fermais les yeux un bref instant jusqu'à ce qu'elle passe.

Lorsque je les rouvris, une silhouette se tenait à mes côtés et je murmurais un faible "oh non pas vous..." lorsque je reconnus Nicholls. Il faut dire que j'avais la rancune tenace mais devant l'urgence de la situation je ne protestais pas davantage. Qu'il tente de se racheter une conduite était déjà un bon début. Il avait enlevé sa chemise et l'avait placé sur l'impact dans l'espoir d'arrêter l’hémorragie.
Il parlait, Masrani criait, certains accouraient je ne parvenais pas à faire le tri de toutes ces informations simultanées. Respirer m'était devenu difficile et je priais pour que la balle n'ait pas terminé sa course là où elle n'aurait pas dû.
Je sentis que l'on me touchait les cheveux, geste étant accompagné de paroles encourageantes. Je ne pensais pas Nicholls capable de cela mais cela eut le mérite de me faire obéir.

Je grelottais. Visiblement la tentative de l'homme ne se déroulait pas comme prévu. Alors, la panique s'empara finalement de moi lorsque l'idée de ne pas sortir d'ici m'effleura.Qu'allait-il donc advenir de Marry ? Je pris la chemise roulée en boule encore dans la main de Nicholls et la replaçais sur la blessure. J'étais trop fatiguée pour le faire moi-même et exercer une pression conséquente. D'autant plus que je ne savais pas si la balle était restée intacte ou si elle avait éclaté sous l'impact. Il fallait donc envisager l'éventualité qu'on ne puisse la retirer. Alors il fallait continuer.

Tant pour m'éviter de sombrer que pour cesser de m'inquiéter, j'articulais à mi-voix, forçant le garde-chasse à se rapprocher :
• “Qu'en...est-il d...des autres ?” Il fallait qu'il continue de me parler,peut importe, pour que je reste éveillée.
J'avais senti Mora tomber, et entendais Masrani qui hurlait encore mais...et le reste des employés ?

CODE BY ÐVÆLING




_________________
Merci pour ces cadeaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 745
✗ JGolds : 3647
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Déc - 21:28


   

   
Prise d'otages

   
Dean Nicholls

   


Ca commence à s’activer autour de nous, tout commence à prendre forme, d’un côté j’entends Masrani se mettre à parler mais la douleur est audible rien qu'à sa voix.  Je suis toujours à genou, devant la gonzesse qui pisse le sang. Je presse toujours légèrement sur la plaie pour ne pas que le sang s’écoule mais je n’ose pas forcer au cas où la balle a fait des dégâts à l’intérieur.

Une voix se fait entendre dans tout ça, c’est la grande gamelle qui vient m’ordonner de ne déplacer personne.  Elle a pas compris que je parlais des blessés léger mais je ne vais pas la contredire,  je ne suis clairement pas en position de la ramener et il y a plus important avec la nana qui pisse le sang devant moi.

Je tourne la tête pour voir ce qu’il se passe et la petite Masrani essaye de s’activer, putain elle pisse le sang et elle arrive encore à essayer de bouger ses troupes… Elle est quand même courageuse, il faut que quelqu’un l’aide mais je ne peux pas être partout.  Je l’entends appeler les secours, merde… elle aurait pu m’envoyer le téléphone je l’aurais fait moi même, qu’elle se pose la gamine.  J’entends que des secours vont arriver, c’est génial mais faut que Masrani comme la nana blessée par balle tienne le coup.  Je la sens limite grelottante..

Je la regarde mais je ne sais pas quoi faire, vraiment. Je jette un oeil à droite, un oeil à gauche… rien ne pourrait venir la couvrir, rien ne traîne… en même temps c’est une salle de réunion mais bon.  Je l’entends me dire quelques mots, elle me demande des nouvelles des autres.. mais merde, qu’elle pense à elle, c’est elle qui est en train de claquer.  Bon, je vais tenter de la rassurer sans trop lui mentir..

“ Ecoutes,  de ce que j’ai entendu les secours sont en route donc il faut que tu t’accroches.  Tu n’es pas la seule blessée mais il faut que tu penses à toi, ils sont tous parti, on est en sécurité donc tiens le coup. Parles moi un peu de toi, comment tu t’appelles ?! “  

Bon, ça à l’air d’être quelqu’un d’important vu la prise de position qu’elle a eu mais j’avoue que son nom m’est inconnu, encore une preuve que je devrais peut être plus m’inquiéter des personnes ici que simplement faire ma vie dans mon coin.  C’est quand même le moment de se remettre en question mon petit Dean.

“ Allez, parle moi, t’as un truc de prévu pour tes vacances ?! Tu pars ou ?! “

J'essaye de l'occuper, de parler pour ne pas qu'elle sombre, j'ai peur qu'elle s'endorme. L'ambiance est pesante et je me penche un peu plus prêt d'elle pour lui éviter d'avoir à forcer sur sa voix. De la même façon, cela me permet de voir le rythme de sa respiration, ça me donnera une idée de sa blessure où si un poumon est touché je sais pas... je crois qu'il faut faire ça. Putain j'aurais pas du m'arrêter à la saison 1 d'Urgences.

(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 05/10/2017
✗ Appels a l'aide : 618
✗ JGolds : 49848

✗ Age du personnage : 43 ans
✗ Localisation : En mission
✗ Métier : Chef de la sécurité
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 1:25

• Plus d'un an après l'arrivée d'Ingrid sur l'île •
Prise d'otages à Jurassic World
avec les participants de l'Event

------------

Docilement, il s'était exécuté lorsque j'avais remis la chemise déjà trempée de sang sur la plaie. Je sentais ma main trembler sur le linge : de peur, de froid.
Les yeux mi-clos, j'entre-aperçu des allers et venues mais j'étais bien incapable s'en saisir le sens. Tout de même, il me sembla reconnaître la voix de Victoria qui s'adressait à Nicholls. Au moins, elle allait bien...c'était d'ailleurs la question que j'avais posé et à laquelle mon protecteur me répondit.

• "...En route..." répétais-je dans un murmure, comme un écho. Il essayait de me rassurer, de me dire que j'allais bientôt être tirée d'affaire. Le croire était tentant. “Je m'appelle Ingrid...resp...onsable de la sécurité.” articulais-je en fermant brièvement les yeux. Il était somme toute assez incroyable qu'il eut à me le demander. D'une manière générale, ma réputation -pas toujours des plus engageante- me précédait. Un vulgaire touriste. Serviable. Mais touriste quand-même.“Sans doute bientôt..plus responsable...de...rien.” fis-je dans un frisson. Il avait beau me dire que tout allait bientôt rentrer dans l'ordre, les secondes semblaient devenir des heures. Et malheureusement, je ne disposais certes pas d'autant de délai. Et quand bien-même je verrai le lendemain se lever, Masrani me mettrai sans doute dehors. Je n'avais pas tenu mes promesses. Tous ces blessés...


J'avais de plus en plus froid et je me sentais sombrer par intermittence. Ses paroles, un bruit, me faisaient refaire surface. Je ne devais pas m'écouter. Oh...c'était si difficile. Nicholls me demanda alors quels étaient mes projets pour les vacances. De ma carrière, je n'avais jamais pris de vacances, et j'y songeais encore moins devant la somme de travail astronomique qui m'attendait ici chaque jour. Cependant :
• “J'ai promis à Marry...de visiter...Paris. Le Louvre, Mon...martre. Quand.. Quand le parc serait f..fini.” Mon discours était haché et j'espérais qu'il fusse tout de même cohérent. Marry aimerait le Louvre, toutes ces peintures, ces sculptures et ces galeries entièrement dédiées à l'Art avec un grand A. C'était ce qu'elle rêvait de faire, les beaux-arts et moi en bonne mère indigne, je le lui avais refusé en l’enfermant dans un bureau à longueur de journée.
Elle n'était sans doute pas heureuse avec moi. Mes yeux s'embuèrent devant cette terrible constatation et j'eu un spasme. Suivi d'une grimace de douleur. Respirer, encore. encore...

CODE BY ÐVÆLING




_________________
Merci pour ces cadeaux :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 745
✗ JGolds : 3647
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 11:50


   

   
Prise d'otages

   
Dean Nicholls

   


Franchement la situation me cassait les couilles, de base je ne devais pas être la et j’ai tout le monde sur le dos.  Je me retrouve à essayer de sauver une nana qui a voulu me cartoucher la gueule et dont je ne connais même pas le nom.   Je ne la laisserais pas mourir c’est un fait, sans même parler du fait d’être bien vu après ce plan foiré juste qu’il s’agit d’une vie humaine et que dans ce cas, je me dois d’être la pour elle. Je continue à refaire une pression légère sur la plaie en regardant autour pour la couvrir.

- En route… en route… en route…

Bon, elle est enregistre le message la nana, c’est déjà bon signe. Elle n’est pas dans les vapes même si elle semble tellement gelée que l’echo des montagnes enneigées résonne dans sa voix.   La gonzesse me donne son nom, Ingrid, responsable de sécurité,  ouais je crois que j’ai entendu parler d’elle, ça me dit quelque chose ce poste, elle moins.   Elle a du mal à tenir le regard et faut pas qu’elle s’endorme sinon ce sera pour de bon, c’est la merde, faut pas qu’elle me claque dans les pattes.

- Sans doute bientôt… plus responsable.. de... rien..

Merde, c’est pas le moment de jouer la dépressive, faut s’accrocher.  Ah la faiblesse chez les gens, qu’est ce que ça m’emmerde, c’est pas le moment d’avoir ce genre de pensée non, il faut clairement s’accrocher.  Je ne daigne même pas lui répondre à cette connerie car elle s’en sortira, je le sais, elle n’a pas le choix, je l’ai prise en charge. Je la vois grelottante la nana, putain j’ai rien pour la réchauffer.   J’analyse autour de moi, ça s’active entre eux, le groupe est soudé… bon après je suis surement le seul intrus, le seul à n’en connaître aucun de tous à part Masrani.   Je vois qu’elle met du temps à répondre, elle perd clairement le nord petit à petit.  

Elle me parle de Paris et d’une certaine Marry, tiens ça me dit un truc aussi… bon elle a une mioche apparemment.  Punaise mais vouloir aller à Paris, franchement.  Capital d’un pays à la con de buveur de vin, quand on boit du vin c’est qu’on est pas assez un bonhomme pour boire un vrai alcool comme le bourbon..  où qu’on est une gonzesse.  C’est bien un pays de gonzesse tiens, ça leur va bien tiens, c’est pas eux d’ailleurs qui viennent d'autoriser les tarlouzes à se marier ?!  Bah ça va de paire avec leur jus de raisin tiens… puis se faire chier dans un musée..  Bon, sa vie ne m'intéresse pas vraiment mais il faut qu’elle parle pour rester éveillée, qu’elle me parle de ce qui doit être sa chiarde.

Je lève les yeux une nouvelle fois pour trouver de quoi la couvrir mais rien, quedale..   Tin puis il fait sombre dans cette pièce à la con avec ces putains de rideaux en velours. Mais.. putain elle est à l’idée !  J’attrape la main de la nana de la sécu, Ingrid je crois, que je pose sur ma chemise puis me lève d’un coup en lui donnant un nouvel ordre sur un ton pourtant assez doux.  

- Parle moi de Marry tiens, c’est qui ?!  Ta fille ?!

Pendant que je posais cette question, j’attrapais ce rideau de velours sur lequel je tirais fort pour qu’il s’arrache en amont.  Nul doute que Masrani aurait gueulé en temps normal… fin elle gueule déjà la mais pas pour la même chose et pas de la même façon.  D’ailleurs je jette un œil sur elle, je vois qu’elle a du monde autour d’elle, c’est plutôt une bonne chose, je peux rester concentré sur la nana qui a pris une balle dans le buffet.  Le budget décoration du parc venait de prendre surement cent dollars de plus avec ce rideau déchiré mais il fallait de quoi couvrir la gonzesse. Je l’arrache une nouvelle fois en deux et pose une première partie sur ses jambes pour lui tenir chaud et une haute sur le haut du corps, au dessus de sa blessure jusqu'à ses épaules.  Tout en lui apposant cette couverture de fortune, je l’écoutais me raconter sa vie.  Pour ce qui est des rideaux, j’avoues que je m’étonne d’ avoir réfléchis a la possibilité de poussière sur ces rideaux, ce qui aurait pu causer une infection.  Bon, l'expérience de la vie fait qu’on apprend, sur le front de la guerre on avait pas tout le matos qu’il fallait et on a pu remarquer qu’un rien pouvait infecter une blessure..  Je préfère éviter ça.  

Je me remet à genou à côté d’elle tout en reprenant la pression sur sa plaie, me demandant quand est ce que les secours vont arriver mais tout en écoutant l’agent de sécurité me parler d’elle comme elle peut, avec sa voix tremblotante..   Pour m’entrainer à écouter quelque chose long, ennuyant et sans intérêt, je n’aurais pas dû m’arrêter au premier épisode d’Inspecteur Derrick.


(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  SuivantVoir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» [CR] EPT Prise d'otages à Loyada
» Jurassic World !
» Jurassic World
» World event
» Grand prix trial Utrecht by The Wonder World (side-event pptq)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: AREA 5 - L'HOTEL :: Le loch Ness-
Sauter vers: