AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Jurassic World Renaissance a ouvert ses portes le 28/09/2016
et nous sommes heureux de vous accueillir sur ce forum!
Plein de personnages en libre service vous
attendent afin de commencer cette belle aventure,
n'hésitez pas à aller les voir.


Vous avez envie de poster une petite annonce dans cette barre
de recherche pour vous donner plus de chances de
trouver votre bonheur?
N'hésitez pas à le demander!
Pour en savoir plus c'est ici:
PETITES ANNONCES


 ::  :: AREA 3 - LES PLAINES :: Attraction - Les Girosphères Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elle pourrait m'expliquer, mais ça prendrait des plombes [Billie G. Wolfgang]

avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 705
✗ JGolds : 13520
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Sep - 15:34



   
La pêche aux
informations

   
Dean Nicholls

   

Mon Dieu quel dégoût cette journée d'hier, supporter une chieuse dans le pire endroit du parc.  Cette zone de captivité avec de si petit enclos c'est pas mon délire du tout, pire, ça me débecte. J'ai besoin de nature, de liberté aujourd'hui et je pense que le grand enclos aux Gyrosphères peut être une bonne chose, je vais faire un tour en Mule Pro-FXR voir si tout se passe bien pour les bêtes. Une douche rapide, on range le sac de couchage... pas le temps de me morfondre sur mon appartement à la con, aujourd'hui c'est positif et liberté.  Je passe par l’entrepôt, j'ai quelques outils à prendre et on y va pour une journée au calme, seul et dans un espace plus libre.  

Je prends les clefs de mon véhicule, mon fusil tranquillisant accompagné de ses fléchettes ainsi que la clef de mon vestiaire qui était accroché au mur... J'ouvre le frigo, un pack de bieres. Ça servira pour la tranquillité ça. Je me rend directement aux palettiers réservés aux animaliers où je mets sur le caisson du véhicule deux cordages solides, un pistolet d'alarme, une pelle, une petite hachette et, tiens, ça peut servir ça, une bâche de camouflage.  Je vérifie sur mon UTV que le treuil est bien en place et que le crochet soit fixé comme il faut.


Niquel tout marche bien, maintenant il y a mon vestiaire au bout, on va prendre aucun risque car c'est des herbivores mais loin d'être les plus calme. J'ouvre donc mon vestiaire et prend ma veste, ça ressemble à un gilet pare balle mais je vais pouvoir y accrocher ce dont j'ai besoin..  Hop, Grenade Flash, Grenade répulsive, deux flairs, ça peut toujours servir.  

Tout le temps de la route je pense à ce petit Tricératops d'hier, pauvre bête, rien de sauvage, le truc c'est un chat maintenant quoi.  Pour ça que je veux rejoindre ce grand enclos type Safari pour la journée, voir les bêtes " libres " et faire leur vie...  Pas envie qu'on me mange des graines dans la main, merde !  Rhoo c'est magnifique, j'arrive tout juste sur l'attraction qu'au loin il y a déjà un Apatosaure qui a la tête qui dépasse derrière les arbres...  Je sens que je vais aimer cette journée. Mon objectif du jour c'est simple, je vais voir comment vont les dinosaures mais surtout je veux voir les Tricératops à l'état sauvage histoire de me purifier de ma journée d'hier avec l'autre chieuse.

Tiens, il y a déjà l'agent sur l'attraction... J'ai quand même plus de respect pour un mec comme lui que l'autre zouave d'hier, il est pas la pour dénaturaliser les bêtes. Ca a l'air d'un un nouveau, je vais me présenter à lui, carte du personnel en main.

" Hey mec, salut moi c'est Nicholls, je suis animalier ici ! "

" Bonjour monsieur, oui bien sur ?! Je peux faire quelque chose pour vous ?! "


" Ouaip, je vais avoir besoin que t'ouvres la porte principale car je vais passer une partie de la journée dans l'enclos voir si tout va bien.  Je te fais signe dans quelques minutes mec ! "

" Pas de problème Monsieur Nicholls "



Je regarde un coup à droite, un coup à gauche... Tiens, elle a l'air dans ses paperasses celle-la, petite brune, un peu moins dans la trentaine. Je monte pour jeter mon gobelet de café et serrer la main au gars qui gère l'attraction mais en passant dans le dos de la demoiselle, je vois un papier à en-tête " Jurassic World " , tiens elle est de la maison.   Bref, je fais pas trop attention et je monte les quelques marches jusqu’à l'attraction, dit bonjour à l'employé qui va m'ouvrir la porte et jette un oeil à nouveau sur la jeune femme.  Ca ressemble à un dessin génétique, où je sais pas quelle merde dans le genre...   Oh putain, c'est peut être une des scientifiques du parc !  Elle tombe bien la ratte de laboratoire, j'ai quelques questions.   Je resdescends en disant au gars d'attendre et me dirige vers la membre du personnel tout en serrant mon gilet avec tout l'armement dessus.

" Hmm, ça bosse dans la paperasse et le blanc des labo' ? "

Bon, pas trop de tact mais avec un petit sourire ça devrait passer, comment on fait un sourire déjà ?!
(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/08/2018
✗ Appels a l'aide : 36
✗ JGolds : 4802

✗ Age du personnage : 29 ans.
✗ Métier : scientifique (généticienne).
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Sep - 16:18
Elle pourrait m'expliquer, mais ça prendrait des plombes
Ft. Dean Nicholls

I’m not doing this because I want to beat someone, because I hate someone, or because I want to blame someone. I do what I do because it’s right! And above all, it’s kind! It’s just that… Just kind.

Je ne sais pas depuis combien de temps elle est là, Billie. Je me rappelle vaguement qu'elle a eu du mal à trouver le chemin vers le laboratoire — Non pas qu'elle est encore capable de se perdre après avoir esquissé la route tous les jours depuis son arrivée, hein. Je crois que c'est plus dans sa tête que ça a bloqué. Il y a sûrement déjà une forme d'ennui qui se balade dans ses veines ; il faut dire que ce n'est pas forcément très amusant de passer ses journées enfermée dans un laboratoire tout propre et lisse dont les lumières vous aveuglent en permanence. Les odeurs aussi y sont différentes et dérangeantes.
Du coup, à l'aube ses pieds ont refusé de marcher vers le laboratoire. Ils ont comme développé une conscience propre avec les années, repoussant ses volontés logiques pour subvenir aux besoins de son âme atrophiée. Là, son besoin c'est l'air ambiant. C'est les odeurs et la chaleur humide qui glisse sur sa peau à la façon d'une cape huileuse. Avec l'aurore, donc, elle s'est casée devant le parc aux grands herbivores. Elle a monté les marches, s'est installée là où se tiennent normalement les employés qui s'occupent de faire tourner la bécane et a savouré la morsure du vent matinal sur sa chair mise à nue. Elle ne s'est pas beaucoup habillée, Billie. Elle voulait goûter à la brise au maximum, sans aucune blouse blanche pour faire barrage. Elle y est restée une heure -plus ou moins- avant que l'employé ne se pointe. Elle a décampé aussi rapidement que le permettent ses talons hauts et sa jupe crayon, avant de s'arrêter un peu plus loin. Elle s'est assise dans l'herbe et a commencé à arracher et tirer sur les petits brins. Elle a toujours été du genre nerveuse — Elle a toujours été de ces personnes qui ont besoin qu'on leur foute quelque chose dans les mains, sinon ils détruisent et laminent tout ce qu'ils trouvent. Il n'y a que manipuler qui l'apaise.

Manipuler et réfléchir, aussi.

Une fois son carré de pelouse soigneusement épilé, ses phalanges cherchent un autre élément du décor à défoncer. Elles ne trouvent rien. Ses yeux sondent les alentours. Le parc est étrangement calme quand il est tôt ; ça ne ressemble ni au campus, ni à la ville. Il n'y a personne à épier - sauf le garçon qui gère les bulles, mais il ne faut pas plus d'une dizaine de minutes pour en faire le tour - et ses pensées bourdonnent. Elle récupère son petit cahier à croquis et un crayon au cul tout rongé. Des lignes apparaissent dans les minutes qui suivent, et ses yeux plissés tombent dans le vague. Elle ne voit plus réellement ce qu'elle couche sur le papier, c'est devenu automatique. Aujourd'hui, je reconnais le schéma soigné et précis d'une méiose — C'est un truc qu'on étudie brièvement au lycée mais que tout le monde oublie dans la foulée. Pas Billie. Billie, elle, ça l'a toujours marqué.

— Hmm, ça bosse dans la paperasse et le blanc des labo ?

Elle sursaute violemment, ma sœur. Ses billes s'ouvrent en grand et se lèvent vers la bouche d'où s'est échappée la voix. C'est un homme qui a davantage de gènes en commun avec une armoire à glace qu'avec un humain lambda. Elle le regarde un moment sans cracher le plus petit mot mais peint un sourire gêné sur ses propres lèvres avant de hocher la tête. Elle prend le temps de l'étudier, lui et ses couches de vêtements qu'on ne trouve que sur le dos des militaires — du moins, à sa connaissance. Elle avise l'équipement et l'attirail dont les noms lui échappent évidemment. La seule chose dont elle peut se douter, c'est qu'il se prépare à une mission d'envergure.
Son cœur se réveille à l'idée qu'il puisse se jeter à corps perdu dans une journée qui implique une forêt, des dinosaures sauvages et du danger. Il va vraiment faire quelque chose comme ça ? La pensée lui plaît beaucoup, à Billie. Si son corps n'avait pas été si délicat et si frêle, ce n'est sans doute pas dans la génétique que ma sœur rôderait. Elle serait là-bas, dans les enclos, à risquer sa petite vie tous les jours.

Elle se redresse prestement et se campe bien droite sur ses pieds nus - elle s'est débarrassée de ses escarpins car ils restent très limités en terme de confort - pour mieux tendre une main légèrement tremblante.

— Je suis Billie, une généticienne. Vous vous apprêtez à aller sur le terrain ?

On sent l'excitation glisser dans le ton doux et fluet de sa voix. Elle se demande ce qu'il peut bien préparer et ce qu'il a à faire de si risqué pour avoir un costume pareil.


©crack in time


Billie — #3699CF
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 705
✗ JGolds : 13520
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Sep - 10:46



   
La pêche aux
informations

   
Dean Nicholls

   

Punaise direct après ma phrase je vois la gosse sursauter..  J'ai pas été brutal et je pensais pas avoir parler fort, bon, je dois pas me rendre compte.  Je la regarde la tête au pieds et je me rend compte de la connerie que j'ai en tête, j'avais pas fait gaffe à sa tenue. Je vais me retrouver avec une gonzesse en tailleur et escarpin dans un enclos, génial..   Je vois qu'elle a retiré ses godasses, en plus elle a pas l'air d'être à l'aise dedans, ça va être pratique.    

Bon, je fais quoi, je lui proposer de la ramener chez elle pour qu'elle se change ?!  Punaise ça va prendre des plombes, à la base je suis la pour retrouver des bêtes libres...  Bon, après nul doute que ça va bien me servir, je compte pas rester sur une île où des conneries comme leur Indominus va se retrouver. Soit je prend mon fusil et je vais l'allumer moi même dans l'enclos, soit je me casse puis j'en informe le gouvernement.   Je suis pas la pour me faire becter par une saloperie comme ça, c'est beaucoup trop intelligent pour rester enfermé dans un enclos.   Bon, sinon pour sa tenue il y a une autre solution, je sais qu'a chaque attraction il y a une remise avec quelques fringues en stock dont des godasses....   Ce qu’il n' faut pas faire pour éviter au personnel de perdre trop de temps sur leurs attractions.

Le temps de me poser 50 questions que je vois la jeune femme me tendre la main, toute hésitante, je lui sers une poignée de main vigoureuse pour la mettre en confiance, si on va dans l'enclos elle aura besoin d'être rassuré, faut que je lui montre que je suis la pour ça.

"  Je suis Billie, une généticienne. Vous vous apprêtez à aller sur le terrain ? "

Punaise, génial elle est généticienne, c'est pile ce qu'il me faut.

" Salut, Dean Nicholls, animalier, garde chasse et surtout vieux briscard du Parc !  Oui, après une journée de merde hier, loin de ma liberté j'ai qu'une envie c'est de voir ces petites bêtes courir dans la prairie.  Je m'organise une petite matinée, voir journée au milieu de la nature.


Bon, je sais pas si elle est fut' fut' la gamine car vu ma tenue, c'est sur que je m'y rendais m'enfin bon, c'est rien.  Avec un peu de chance ce sera une bavarde.  

" Et toi ?!  Pas de travail aujourd'hui ?!   J'ai une place dans mon véhicule et faire connaissance dans un tel univers ne pourra être qu'agréable. "

Sans même attendre la réponse, je vais lui forcer légèrement la main en demandant directement au chargé de l'attraction si il a pas une tenue un peu plus adapté dans la réserve du personnel.  Généralement dedans il y a pour la taille de plusieurs employés et comme des nanas bossent aussi sur celle-ci...  

" Eh, excuse moi ! Dans ta remise t'as pas une bonne paire de chaussure et un pull où un T-Shirt, quelque chose de confortable à la taille de mademoiselle Billie ici présente ?! "


Je me retourne vers la jeune femme en attendant que le mec fouine dans sa remise,  je vais être galant et lui proposer de la ramener à ses appartements si besoin.

" Billie, si tu veux au pire je te ramène chez toi chercher une tenue si il faut, ça me dérange pas. "

Putain, je viens passer une journée tranquille, je me retrouve avec une gonzesse mode pin up qui va me traîner dans les pattes.  C'est pour la bonne cause mais ma journée liberté va en prendre un coup.. Bon, je ne l'ai pas laissé parler, qu'elle me réponde quand même...
(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/08/2018
✗ Appels a l'aide : 36
✗ JGolds : 4802

✗ Age du personnage : 29 ans.
✗ Métier : scientifique (généticienne).
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Sep - 18:07
Elle pourrait m'expliquer, mais ça prendrait des plombes
Ft. Dean Nicholls

I’m not doing this because I want to beat someone, because I hate someone, or because I want to blame someone. I do what I do because it’s right! And above all, it’s kind! It’s just that… Just kind.

Billie, souvent, on a peur de la casser. Je pense que c’est à cause de ses membres grêles et de sa peau couleur porcelaine ; ses yeux sont livides et presque toujours paumés dans le vide ; j’imagine que ça a une influence sur les gestes qu’on lui destine. On se montre plus délicat, on se contrôle en ayant dans la tête la vision d’horreur de son corps tout abîmé — C’est une image difficile à soutenir, je crois. Du moins, c’est sûrement ce qu’éprouvent les gens normaux quand ils la croisent et savent qu’ils vont devoir l’aborder d’une façon ou d’une autre.
L’énergumène, lui, ne paraît pas connaître les mots « douceur » et « mesure » ; il serre ses phalanges comme un piège de chasseur se referme sur le cou d’un renard. Une pression de plus et le craquement de ses os nous informera qu’il les a dessoudé. Ils commenceront alors à pendouiller mollement et elle ne pourra plus faire ce pour quoi elle est née. Par chance, il s’arrête de les écraser et relâche même son emprise sur Billie qui ne bouge pas d’un cil. Débute dès lors une débâcle de paroles qui ne veulent pas stopper leur course. Il se présente - même si son nom lui échappe aussitôt car noyé dans la masse d’informations divulguées brutalement - et l’embarque dans la foulée. Elle n’a pas son mot à dire, Billie. Elle n’essaye même pas d’ouvrir la bouche pour refuser, d’ailleurs.

Parce qu’elle n’en a pas la plus petite envie.
Aller là-bas, ça lui plaît. Elle veut même se dépêcher un peu, mais il lui impose des étapes « nécessaires » avant de sauter dans le grand bain. Elle se fiche allègrement des règles de sécurité, Billie. Elle irait toute nue avec une pancarte « Je suis une jeune pousse très fraîche. Mangez-moi ! » dans le dos, si la chose s’avérait nécessaire.
Elle hausse simplement les épaules pour rejeter sa proposition, avant de glisser un regard reconnaissant au bonhomme surexcité.

— Pas la peine de rentrer pour ça. Si il a quelque chose sous la main, je prends ! Les Apatosaures n’iront pas se plaindre à la direction si je débarque avec des vêtements trop grands, de toute façon.

Elle se penche et récupère ses chaussures restées à ses pieds. Elle ne les aime pas. Elle ne les a jamais aimé ; elles sont jolies, hein, mais elles sont similaires à des entraves pour Billie. Des chaînes dorées qui ont des semelles rouges très révélatrices sur la provenance de ses pompes. Je me rappelle la moue dégoûtée qui a frôlé ses lèvres quand je lui ai donné la boîte en répétant que c’était là un trésor convoité par toutes les jeunes femmes de son âge. C’est la même chose pour le tailleur, probablement — Elle l’enfile uniquement car c’est son seul moyen d’apparaître sérieuse et disciplinée aux yeux de ses pairs. Le gosse de son âge - celui qui garde l’attraction, là - déboule à nouveau dans son champ de vision. Il adresse un signe à Billie qui s’empresse de le rejoindre en jetant à la dérobée un « Je reviens ! » enjoué. Elle s’engouffre dans le débarras où des outils côtoient des vêtements et des objets oubliés ; elle se demande d’où ils viennent tous, vu que le public n’est pas admis pour le moment. Elle chasse à la va-vite les pensées parasites et étudie les affaires laissées à sa disposition. Le garçon détale sans demander son reste, demeurant sans doute de l’autre côté de la porte, ou près du fameux Dean-armoire-à-glace. Ses doigts experts se débarrassent de la jupe étriquée et de la camisole en soie coincée dedans, ses chaussures rejoignent le tas dans un mouvement nonchalant. Elle enfile le haut donné et découvre avec un sourire ravi qu’il est de deux tailles trop grand ; c’est quelque chose que ma sœur adore : se promener dans des vêtements d’homme où elle se perd un peu. Il y a le mot « STAFF » noté en noir et en gras sur la face du-devant, et « Jurassic World » dans le dos. Le pantalon se grouille de recouvrir la peau de ses jambes — Là, c’est déjà plus cintré. Ça ressemble aux bas de yoga qu’on peut voir à la télé. C’en est même probablement un, mais là aussi c’est difficile d’expliquer pourquoi il est ici. Les chaussures de sécurité nouées à ses pieds, Billie émerge de la petite pièce exiguë et obscure pour rejoindre le plein jour. Elle rejoint l’animalier à côté de son véhicule et grimpe dedans sans plus de cérémonie. Elle ressemble presque à une petite sauvage, comme ça.

Toute contente et exaltée, sa main tapote sur le siège conducteur pour exiger qu’il prenne place - et plus vite que cela - avant de lancer des œillades intéressées à la porte qui donne accès au site. Elle s’efface dans un grincement léger, et il n’y a bientôt plus aucun obstacle pour leur barrer la route.

— Tu ne vas pas avoir d’ennuis en emmenant une personne non qualifiée ?


Elle a naturellement opté pour le « tu », ce qui n’est pas une chose habituelle chez Billie. Elle vouvoie tout le monde et tout le temps, sauf les membres de sa famille. Elle ne le remarque sans doute même pas, d’ailleurs. Ses pupilles traînent simplement sur tout ce qui s’offrent à elles ; la plaine, les bêtes qui se profilent doucement, et même les feuilles arrachées aux branches chancelantes. C’est un miracle que ses fesses soient encore posées sur son siège et pas suspendues sur le toit du véhicule pour avoir une vue plus dégagée.
Non, à l’évidence, elle a l’intention de se tenir un peu.
Un peu.

— Tu entres souvent dans les enclos, comme ça ? Tu n’as rien remarqué d’étrange dans le comportement des animaux ?

Ah… Chassez le naturel, il revient au galop. Elle repense évidemment à ses travaux, à ses occupations et à ses peurs. Si les généticiens s’occupent de créer, ils sont aussi responsables de mesurer l’impact possible et toutes les conséquences susceptibles de découler des brassages génétiques. Qui est mieux placé qu’un animalier pour déceler des anomalies ? Personne.


©crack in time


Billie — #3699CF
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 705
✗ JGolds : 13520
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Sep - 18:51



   
La pêche aux
informations

   
Dean Nicholls

   

Dans quelle mouise je me suis foutu, pourvu qu'elle ne veuille pas rentrer à son logement... Pas envie d'attendre une princesse qui va se faire belle et se pomponner pour allez draguer du Pachycephalosaurus en période de reproduction. Pareil, j'espère que c'est pas une piplette, ça devait être une journée calme dans l'enclos, seul avec les bêtes et je crois que je vais pouvoir tirer un trait dessus... Merde et j'ai que six bières dans mon pack, ça va faire léger pour ma journée.

" Pas la peine de rentrer pour ça. Si il a quelque chose sous la main, je prends ! Les Apatosaures n’iront pas se plaindre à la direction si je débarque avec des vêtements trop grands, de toute façon. "


Bon, elle semble avoir opté pour ce qu'il y a dans la remise, elle me fait plaisir cette gamine. Ca sent pas la chieuse, princesse, bimbo. Ca me laisse le temps de tout bien atteler dans le véhicule, tout est bien stable. Quand je relève les yeux, je vois la gonzesse qui sort de la petite pièce, T-Shirt trop grand à l’effigie du parc, apparemment elle n'a pas l'air pointilleuse sur la tenue, c'est même amusant à voir. J'avoue que je rigole bien en la voyant sortir, je dis même à la nana que ça a son style mais elle n'a pas du entendre. Ca me fait vraiment plaisir de pas me retrouver avec une prout-prout qui pète plus haut que son cul, elle s'en tape de son style et je la trouve motivée. A peine après avoir remercier le gosse de l'attraction qu'elle monte dans le véhicule, si ça c'est pas de l'envie de découvrir. Elle m'adresse quand même une question à laquelle je m'attendais pas.

" Tu ne vas pas avoir d’ennuis en emmenant une personne non qualifiée ? "


Merde, j'y avais même pas pensé... Bon, c'est une employée du parc, pas de risques de toute façon, au pire elle devra justifier elle même de son absence, ce sera pas mon problème. Moi ce que je veux, c'est les réponses à mes questions. Hors de question que je reste ou se trouve un de ces dinosaures batardisés, je prendrais le premier helico qui passe pour me casser.

" Des ennuies ?! Le Parc c'est comme chez moi, je suis un vieux de la vieilles, j'étais la avant même le premier Jurassic Park d'Hammond. Me prendre une soufflante ?! Honnêtement je m'en contre fou, j'ai repris mon job ici mais je pourrais très bien retourner bosser dans mon Montana. La solitude et la paisibilité de mes montagnes me manque un peu. Bref, je pense que ça en vient plus à ta responsabilité personnel, après tout c'est toi qui ne rejoint pas ta blouse et ton embryon de machin je sais pas quoi au téléscope. Prends moi plutôt comme un conseiller personnel pour la journée. Moi je vais voir si tout va bien du côté des bêtes et toi tu profites, je pourrais t'expliquer quelques trucs comme ça. "

Bon elle a déjà dû en voir un paquet de dinosaures, tu restes pas à jouer avec des trucs chimiques je sais pas quoi sans voir ton résultat. Je pense que la haut ils ont au moins la logique de leur montrer le fruit de leur boulot. Je vais aussi lui expliquer ce que j'ai comme matos, on sait jamais ce qui peut arriver, qu'elle sache au moins ce que représente ce que j'ai.

" Soyons clair, tu vois tout ce qu'il y a sur ma veste ?! C'est loin d'être des jouets... Je t'explique car il se peut que tu en ai besoin, on est jamais sur de rien. Les longues, ronde, c'est des grenades flash, ça fait un éclat de lumière et ça permet de prendre de l'avance sur les gros dinosaures. Les petites blanche, c'est des grenades répulsives, ça permet de faire fuir les petits dinosaures, une bonne chose si le Pachycephalosaurus en vient à nous charger où quoi. "


Bon, elle semble bien écoutée et curieuse. C'est marrant, le nom du Pachy l'a fait sourire, elle doit vraiment pas sortir souvent de son labo celle la. Je pense que voir tout l'attirail va la mettre en sécurité, il y a de quoi se défendre largement pour un enclos peu peuplé comme celui-ci mais on est jamais trop sur.

" Tu vois ce pistolet orange ?! C'est pour la détresse, suffit de mettre ces deux flairs la dedans, et tu tirs... mais ça c'est en cas d’extrême urgence. Après ce qui est plié c'est une bache de camouflage, des cordes et une machette. Il me reste à te présenter mon fusil, uniquement avec des fléchettes tranquillisante, aucun intérêt de tuer qui que ce soit.

Voila pour l'équipement, maintenant je te fais une présentation courte de l'enclos. Relief leger, c'est plus un enchaînement de petite bosses et il est pentu à 16 degrés. Une flaure plutôt danse avec une grande partie de plaine sur l'axe, c'est le chemin des gyrosphères. Les arbres sont hauts et ont été recréé de la période Jurassic. Le principe est de faire un abris pour les dinosaures et comme il se trouve ici même des Apatosaure, il faut de la hauteur. "


Je vois qu'elle ne dit aucun mot, elle écoute tout en se concentrant... Merde, elle s'appelle comment déjà, pas que je passe pour un con. Billie, oui c'est ça, il me faut un moyen mémotechnique... Billie, Billie... Oh oui, comme Bill Withers, Bill, Billie, faut que je pense à ça Ain't No Sunshine... ça me rappellera Natalya tiens.

" Bon et pour finir Na'.. Billie " Eh merde... Je me reprend vite pour ne pas qu'elle se rende compte " Dans cet enclos se trouvent des Apatosaures, des Tricératops et un Pachycéphalosaurus. Les premiers sont très calme, le plus gros danger résiderais à se retrouver entre leur pattes, ils ne feraient pas de mal à une mouche mais ne verraient pas qu'on se trouve entre eux. Les seconds, suffit de rester assez éloigner. On va les observer, c'est eux que je veux particulièrement voir, les voir à l'état sauvage et apprécier un petit peu plus leur mode de vie. Pour le Pachy, il faut toujours rester sur ses gardes, il est assez lunatique et peut chercher à protéger son territoire, en plus il est le seul de son espèce ici et je pense qu'il doit bien s'ennuyer. "

Bon, j'ai finis les présentation, elle a semblé bien écouter et ses yeux ont briller à chaque noms de dinosaures nommés, je crois qu'elle attends autant que moi de passer la porte. Allez j'embarque mon aventurière du dimanche dans sa tenue... du dimanche et go' !


Je monte place conducteur, resserre mon gilet avec mon équipement et place le fusil entre la porte et moi. Je fais signe au minot d'ouvrir la première porte du sas, la referme et ouvre la seconde, je sens la petite sautiller sur son siège, avoir son pied qui tapote. Elle semble clairement motivée, c'est étonnant et appréciable à voir, elle est émerveillé alors que la seule chose qui se passe est cette grande porte bleu qui s'ouvre pour laisser la vue sur... des arbres et la plaine sur notre gauche.


" Allez, si tu as des questions où quoi, n'hésites pas à poser, on y va ! "


Merde, elle m'avait demandé un truc que j'ai totalement oublié, tellement la tête dans les mesures de sécurité, bon si c'est important elle redemandera. La on avance un peu, ça semble bouger et elle ne devait pas s'y attendre ça la secoue un peu, je vois qu'elle se tient mais ne se plains pas, une bonne chose.
(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 31/08/2018
✗ Appels a l'aide : 36
✗ JGolds : 4802

✗ Age du personnage : 29 ans.
✗ Métier : scientifique (généticienne).
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Sep - 12:18
Elle pourrait m'expliquer, mais ça prendrait des plombes
Ft. Dean Nicholls

I’m not doing this because I want to beat someone, because I hate someone, or because I want to blame someone. I do what I do because it’s right! And above all, it’s kind! It’s just that… Just kind.

Il a un drôle de discours, Dean. C’est ce qu’elle pense en l’écoutant à la fois s’insurger et vociférer comme quoi il est l’un des premiers résidents de l’Île et que - par conséquent - personne n’a le droit de le gronder à la manière des parents sur leur progéniture. Elle hausse les épaules avec désinvolture ; jusqu’à maintenant, les dirigeants se sont montrés respectueux des vies privées et de l’espace de chacun. Elle n’a pas eu de comptes à rendre, et on lui laisse une grande indépendance, ce qui lui permet de croire que les employés sont relativement libres (si on considère que vivre sur une île peuplée de dinosaures carnassiers est une forme de liberté) et qu’ils ne sont pas embêtés du moment que leur travail est accompli dans les délais donnés. Ça lui plaît, à Billie, d’ailleurs. On peut sans doute se demander comment quelqu’un qui a besoin de règles et de repères peut se sentir à sa place dans un milieu où les codes diffèrent de ceux du monde sur le continent ; et bah, c’est le cas.

Elle l’écoute avec beaucoup d’attention, ses yeux sondant tour à tour les environs et le bonhomme qui se répand en paroles — Une chose est sûre, il sait tenir une conversation à lui tout seul. C’est assez relaxant pour ma sœur, je crois, de faire face à ces gens-là. Ils n’ont besoin de personne pour alimenter leurs longs monologues, donc elle n’a pas à se forcer à faire ce qu’elle déteste le plus au monde : parler. Elle se contente de hocher la tête quand il la regarde, comme pour vérifier qu’elle comprend bien de quoi il cause. Ça rentre dans sa caboche à toute vitesse et ça se colle quelque part. Elle n’oubliera sûrement jamais, même si connaître l’équipement militaire de base ne lui servira probablement pas à l’avenir. Elle aime bien accumuler des savoirs, Billie. Même si ça relève d’une autre juridiction que la sienne, et que ses capacités dans le domaine avoisinent le zéro pointé. Les armes semblent l’intéresser, encore plus quand la présentation est ponctuée de petites notes sur les dinosaures contre lesquelles elles sont employées. Il lui arrache un sourire de temps en temps, Dean. Des froncements de sourcils, aussi.

Elle est étonnée d’apprendre que même la flore locale a été adaptée aux pensionnaires du parc. La végétation du Jurassique et du Crétacé vivait grâce aux températures extrêmes du monde dans lequel elle s’épanouissait — Des arbres gigantesques étouffaient les rayons du soleil, ce qui rendait l’air à la fois très humide sous les branches mais aussi chaud à l’excès. Ça devait sentir la mousse, la moisissure et l’écorce trempée. C’est peut-être pour ça que le climat tropical de l’Île se prête si bien à la recréation de cet environnement, en réalité. Quand le grincement des portes cède sa place à une vue dégagée, Billie écarquille les yeux et commence à s’agiter. Ses pupilles fauchent chaque détail et chaque frémissement du vent chaud ; elle cherche les dinosaures, d’abord, avant de se concentrer prudemment sur les plantes qui ont été - elles aussi - volées à une période ancienne et un peu oubliée. Les arbres sont absolument gigantesques, même de si loin. Elle se penche par-dessus la portière mais se ravise pour ne pas exposer son corps à une possible attaque. Son but n’est évidemment pas de rentrer avec un membre en moins ou des blessures à panser. Quand il lui propose de poser ses questions, Billie décoche un regard à la silhouette massive qui paraît presque comique - il faut dire qu’être tout tassé dans une voiture plutôt petite ne lui rend pas forcément honneur - et détache les lèvres. Il y a bien une idée qui fourmille dans sa tête, mais elle craint de sembler un peu puérile si elle demande « quand est-ce qu’on arrive ? » alors qu’ils viennent seulement de se mettre en route. Elle prend donc son mal en patience et pianote sur ses genoux du bout des doigts. Elle est prête, Billie, à voir le moindre morceau de patte dépasser des branches ou une tête d’un bosquet.

Elle doit simplement se munir de patience, comme quand elle a regardé les Tricératops se débarrasser doucement des coquilles de leurs œufs. Il faut se retenir de les aider, de toucher et de détruire ce que Mère Nature est tout à fait capable d’accomplir elle-même. Elle songe à la question qu’elle a posé plus tôt et qui n’a jamais trouvé de réponse ; est-ce qu’il l’a évité sciemment, ou est-ce qu’il s’est emporté et a oublié ? Elle peine à trouver le courage de la reposer, préférant opter pour la seconde possibilité.

— Tu n’as jamais rien remarqué d’étrange dans leurs habitudes ? Je sais qu’on a assez peu d’informations sur leurs modes de vie au Jurassique et au Crétacé, mais je suis curieuse de savoir si les différences de milieu, d’époque et l'absence de prédateurs dans les enclos n’ont pas altéré certains de leurs comportements.

Les différences dans les gènes, aussi. Un geste comme le leur ne peut pas être resté sans conséquence ; l’Indominus l’a prouvé, il y a des risques dans la captivité des animaux comme dans la manipulation de leur ADN. Elle a besoin de comprendre, Billie, jusqu’où il est possible d’aller sans finir avec des armes entre les mains ou des bêtes sanguinaires qui ne répondent à aucun code connu.

— Comme un animal grégaire à l’origine qui aurait choisi de s’isoler ? Ou toute autre adaptation à notre environnement qui serait un peu bizarre, hein.

Elle se garde néanmoins de le questionner sur les comportements des animaux restés sauvages pour le moment. Elle ne sait pas à quel point elle peut lui faire confiance, et lui-même se pose sans doute des questions à son sujet ; elle connaît l’espèce de paranoïa qui entoure l’espionnage industriel depuis qu’elle a travaillé dans un laboratoire synthétisant des principes actifs, et n’a aucun mal à imaginer que l’hystérie ne se limite pas au monde pharmaceutique.


©crack in time


Billie — #3699CF
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✗ Sur l'ile depuis le : 07/06/2018
✗ Appels a l'aide : 705
✗ JGolds : 13520
✗ Age du personnage : 47 ans
✗ Métier : Garde Chasse
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Sep - 16:43



   
La pêche aux
informations

   
Dean Nicholls

   

Qu’est ce qu’il est agréable ce véhicule, il prend bien les bosses, bouge comme il faut et plutôt confortable malgré la petite place.  Ha ! Vu ma carrure je dois faire encore plus balaise la dedans et en imposer, la classe !  Bon c’est pas le but mais il est vraiment pratique pour ce genre de mission, ça peut servir de valet de ferme les yeux fermé ce petit machin.

Bon, on monte légèrement, j’ai repéré un petit point l’autre fois, il y a moyen de trouver un endroit bien placé pour voir un petit peu tout ce qui se passe dans cet enclos, faut juste s’assurer que le Pachy nous traîne pas trop dans les pattes car il est assez lunatique. J’ai une petite idée de comment on va s’organiser.

" Tu n’as jamais rien remarqué d’étrange dans leurs habitudes ? Je sais qu’on a assez peu d’informations sur leurs modes de vie au Jurassique et au Crétacé, mais je suis curieuse de savoir si les différences de milieu, d’époque et l'absence de prédateurs dans les enclos n’ont pas altéré certains de leurs comportements. "

Ces mots me sortent la tête de mon idée de petit campement et son vite repris d’une seconde phrase de la jeune Billie.

" Comme un animal grégaire à l’origine qui aurait choisi de s’isoler ? Ou toute autre adaptation à notre environnement qui serait un peu bizarre, hein."


Je réfléchis et la journée d’hier me fait directement tilt, je pense à ce petit Tricératops qui est totalement la raison de ma présence ici, envie de voir les “vrais” déjà plus naturel même si dans un enclos.

“ Tu sais, les habitudes des dinosaures on est les premiers à les changer, la vie m’a amené à me rendre sur le premier Parc où c’était le début, la création, la curiosité.  On avait pas vraiment le temps de surveiller leur façon de vivre mais on était plutôt des vétérinaires.  Pas le temps d’analyser où d’apprendre que la tragédie qui a frappé Jurassic Park prenait place…  Ensuite j’ai fais parti de l’embarcation qui a renvoyé le T-Rex de San Jose tout droit sur l’île, on a pu voir d’ailleurs qu’en ville, le carnivore était autant chasseur que apeuré par tout ce qu’il se passait, un monde qu’il ne connaissait pas et c’est normal, ce n’est pas sa place.  On a beaucoup critiqué Ian Malcom sur sa théorie du chaos, pour l’avoir croisé, c’est peut être un sacré con, imbus de sa personne mais en même temps il n’a pas totalement tort.  “

Ca y est, c’est le moment où la jeunette va se dire qu’elle se fait promener par un grand père qui a connu la guerre. Ca me rappelle les repas de familles où Grand Père Red nous racontait tout ce qu’il a pu faire pendant la guerre de Corée, mon dieu c’était barbant et je ne veux pas être ce genre de personne barbante.  M’enfin il fallait bien que je réponde…

“ Le plus surprenant à été mon passage sur le site B. Ici, même quand tu vas dans la partie non sécurisé du parc, tu sais que tu as un petit côté de chez toi présent…. la bas, c’est la jungle, la savane où il n’y a que des prédateurs.  Même les herbivores sont une menace car apeuré par la chasse des prédateurs, je faisais partie d’une équipe de secours, on allait chercher des personnes sur l’ile dont le grand Alan Grant.  Tu vois, je vais être franc, j’ai fais feu sur des Pteranodons mais c’était pour sauver une vie, ce qui m’a fait le plus peur ce n’est pas ces bestioles volante où le Cératosaure qu’on a pu croiser non, l’animal le plus dangereux pour escouade a été cet Ankylosaure, chassé par le Céra justement qui a complètement éclaté un de nos véhicules uniquement dans le but de s’échapper et nous a aussi pris pour des prédateurs. “

Mon dieu, quelle passion dans mes mots, tout cela sortait naturellement alors que je ne la connais ni d’Adam ni d’Eve mais la gamine semble s’interesser. Naturellement je m’étais rendu jusqu’au point que j’avais en tête, on est là à l’entrée dans le virage de la plaine, et au bord de la forêt, à côté d’un grand chêne.  Je pose une grenade répulsive dans les mains de Billie au cas où si quelque chose arrive et je commence à escalader un petit chataignier pour attraper la première branche du chêne.  Je monte d’étage en étage pour être assez haut mais le tout en continuant mon explication.

“ Tu vois, aujourd’hui je suis ici car je veux voir les Tricératops, hier j’ai passé la journée avec une morveuse à la ferme des dinosaures, lui expliquer les choses les plus basique mais dans le pire endroit possible.  On nourri les dinosaures à la main, je sais même pas si ils sont foutu de reconnaitre un arbre du coup…   Ils n’ont plus rien de naturels ces bêtes de foires, de vrais caniches qu’on ferait passer dans des cerceaux. La seule façon qu’on aurait de les naturaliser un peu plus serait qu’ils servent d’éléments de chasse au T-Rex, c’est un peu cru comme propos mais on en a vraiment fait des animaux domestique.  Ca me répugne alors je viens un peu pour me… purifier, j’en ai besoin. “

Je me penche pour regarder Billie et lui dit alors

“ Tiens, regarde dans la poche avant de mon sac…  il y a mon portefeuille, si tu l’ouvres tu verras une photo d’une des plus belle vue que m’a montré Muldoon à mon arrivée.  Je l’ai prise en photo et depuis je garde ça avec moi pour me rappeler qu’ils sont de base des bêtes sauvages. “

Je m’installe alors, assis sur une branche avec la vue dégagée et j’avoue que je ne prend pas de gants, je mets les deux pieds dans le plat pour demander à la nana du labo si elle avait des infos sur un futur Indominus.  Il me faut le savoir.

“ Tu sais, pour moi ce avec quoi on a le plus dénaturé tout ce qu’on a créé c’est l’Indominus, une saloperie sans nom, une sorte de dinosaure-batard qui était fait pour devenir une machine de guerre.  T’as pas entendu parler de projet similaire par hasard qui se baladerait dans la tête de la fille Masrani ? “

Même si il y avait très peu de chance qu’elle me réponde franchement, je pourrais au moins faire attention à la façon de répondre, si elle est hésitante où non.  J’étais la, installé sur ma branche, perché comme un gibon content d’admirer le paysage même si pour le moment je ne voyais rien à l’horizon.
(c) DΛNDELION


Couleur Nicholls : #009933
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Une variante à a mode , mais que vaut-elle ?
» [RP] Mais oui mais oui l'école est finie
» Draft M11: Je suis mauvais mais j'me soigne...
» Merci ? Mais de rien...
» Jour 6 : Mais quel flemmard!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jurassic World Renaissance ::  :: AREA 3 - LES PLAINES :: Attraction - Les Girosphères-
Sauter vers: